Théophile Gautier


La Demoiselle


 
Sur la bruyère arrosée
              De rosée ;
Sur le buisson d’églantier ;
Sur les ombreuses futaies ;
              Sur les haies,
Croissant au bord du sentier ;
 
Sur les prés, sur la colline
              Qui s’incline
Vers le champ bariolé
De pittoresques guirlandes ;
              Sur les landes,
Sur le grand orme isolé ;
 
La demoiselle se berce ;
              Et il perce
Dans la brume, au bord du ciel,
Un rayon d’or qui scintille,
              Elle brille,
Comme un regard d’Ariel.
 
Traversant près des charmilles
              Les familles
Des bourdonnants moucherons,
Elle se mêle à leur ronde
              Vagabonde,
Et comme eux décrit des ronds.
 
Bientôt elle vole et joue
              Sous la roue
Du jet d’eau, s’élançant
Dans les airs, retombe, roule
              Et s’écoule
En un ruisseau bruissant.
 
Plus rapide que la brise,
              Elle frise,
Dans son vol capricieux,
L’eau transparente où se mire
              Et s’admire
Le saule au front soucieux ;
 
Où s’entrouvrant blancs et jaunes,
              Près des aunes,
Les deux nénuphars en fleurs,
Au gré du flot qui gazouille,
              Et les mouille,
Étalent leurs deux couleurs ;
 
Où se baigne le nuage,
              Où voyage
Le ciel d’été souriant ;
Où le soleil plonge, tremble,
              Et ressemble
Au beau soleil d’Orient.
 
Et quand la grise hirondelle
              Auprès d’elle
Passe, et ride à plis d’azur,
Dans sa chasse circulaire,
              L’onde claire,
Elle s’enfuit d’un vol sûr.
 
Bois qui enchantent, fraîches plaines
              D’odeurs pleines,
Lacs de moire, coteaux bleus,
Ciel où le nuage passe,
              Large espace,
Monts aux rochers anguleux ;
 
Voilà l’immense domaine
              Où se promène
Ses caprices, fleurs des airs,
La demoiselle nacrée,
              Diaprée,
De reflets roses et verts.
 
Dans son étroite famille,
              Quelle fille
N’a pas vingt fois souhaité,
Rêveuse, d’être comme elle
              Demoiselle,
Demoiselle en liberté.
 

Premières poésies

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Guillеt : «Lа nuit étаit pоur mоi si très оbsсurе...»

Lоuÿs : Αu vаissеаu

Μаgnу : «Ô bеаuх уеuх bruns, ô rеgаrds détоurnés...»

Rасinе : Βritаnniсus. Αсtе ΙΙ, Sсènе 2

Βеllеаu : Lа Βеllе Νuit

Τаilhаdе : Ιnitiаtiоn

Klingsоr : Lе Νаin

Саmillе Μаuсlаir

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Dеlillе : Lе Соin du fеu

☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Vоus qui rеtоurnеz du Саthаi...»

Μussеt : Sur unе mоrtе

Du Βеllау : «Μаudit sоit millе fоis lе Βоrgnе dе Libуе...»

Hugо : Répоnsе à un асtе d’ассusаtiоn

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Gréсоurt : Lе biеn viеnt еn dоrmаnt

Vitré : «Μоn âmе еst un rоsеаu fаiblе, sес еt stérilе...»

Hugо : À dеs оisеаuх еnvоlés

Diеrх : Εn сhеmin

Rоllinаt : Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs

Cоmmеntaires récеnts

De Gаrdеur dе саnаrds sur Ρhèdrе (Fоurеst)

De Jаdis sur Ρоur unе аnаtоmiе (Guillеt)

De Сосhоnfuсius sur «Ô bеаuх уеuх bruns, ô rеgаrds détоurnés...» (Μаgnу)

De Gégé sur Sоir dе Μоntmаrtrе. (Τоulеt)

De Jаdis sur Vœu (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сосhоnfuсius sur «Се Μоndе, соmmе оn dit, еst unе саgе à fоus...» (Fiеfmеlin)

De Сосhоnfuсius sur «Соmmе јаdis l’âmе dе l’univеrs...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...» (Τоulеt)

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе