Théophile Gautier


La Demoiselle


 
Sur la bruyère arrosée
              De rosée ;
Sur le buisson d’églantier ;
Sur les ombreuses futaies ;
              Sur les haies,
Croissant au bord du sentier ;
 
Sur les prés, sur la colline
              Qui s’incline
Vers le champ bariolé
De pittoresques guirlandes ;
              Sur les landes,
Sur le grand orme isolé ;
 
La demoiselle se berce ;
              Et il perce
Dans la brume, au bord du ciel,
Un rayon d’or qui scintille,
              Elle brille,
Comme un regard d’Ariel.
 
Traversant près des charmilles
              Les familles
Des bourdonnants moucherons,
Elle se mêle à leur ronde
              Vagabonde,
Et comme eux décrit des ronds.
 
Bientôt elle vole et joue
              Sous la roue
Du jet d’eau, s’élançant
Dans les airs, retombe, roule
              Et s’écoule
En un ruisseau bruissant.
 
Plus rapide que la brise,
              Elle frise,
Dans son vol capricieux,
L’eau transparente où se mire
              Et s’admire
Le saule au front soucieux ;
 
Où s’entrouvrant blancs et jaunes,
              Près des aunes,
Les deux nénuphars en fleurs,
Au gré du flot qui gazouille,
              Et les mouille,
Étalent leurs deux couleurs ;
 
Où se baigne le nuage,
              Où voyage
Le ciel d’été souriant ;
Où le soleil plonge, tremble,
              Et ressemble
Au beau soleil d’Orient.
 
Et quand la grise hirondelle
              Auprès d’elle
Passe, et ride à plis d’azur,
Dans sa chasse circulaire,
              L’onde claire,
Elle s’enfuit d’un vol sûr.
 
Bois qui enchantent, fraîches plaines
              D’odeurs pleines,
Lacs de moire, coteaux bleus,
Ciel où le nuage passe,
              Large espace,
Monts aux rochers anguleux ;
 
Voilà l’immense domaine
              Où se promène
Ses caprices, fleurs des airs,
La demoiselle nacrée,
              Diaprée,
De reflets roses et verts.
 
Dans son étroite famille,
              Quelle fille
N’a pas vingt fois souhaité,
Rêveuse, d’être comme elle
              Demoiselle,
Demoiselle en liberté.
 

Premières poésies

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μас Οrlаn : «Соmmе ј’étаis mаl...»

Rаоul Ρоnсhоn

Hugо : Lа Vасhе

Μаrоt : «Un grоs priеur sоn pеtit-fils bаisаit...»

Μаrоt : Dеs nоnnеs, qui sоrtirеnt du соuvеnt pоur аllеr sе réсréеr

Μаrоt : Βаllаdе dе frèrе Lubin

Τоulеt : «Соmmе lеs diеuх gаvаnt lеur pаnsе...»

Βаrbеу d’Αurеvillу : À Vаlоgnеs

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

☆ ☆ ☆ ☆

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Sаiх : «Соmmе еn lа flеur dеsсеnd dоuсе rоséе...»

Αсkеrmаnn : Lе Сri

Vеrlаinе : Εх imо

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Rоllinаt : À l’inассеssiblе

Ρоpеlin : Lеs Сеrisеs

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur «Déјà lа nuit еn sоn pаrс аmаssаit...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Βаrquе, qui vаs flоttаnt sur lеs éсuеils du mоndе...» (Duplеssis-Μоrnау)

De Jаdis sur Αu lесtеur (Swаrth)

De Сосhоnfuсius sur «Τu t’аbusеs, Βеllеаu, si pоur êtrе sаvаnt...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt à fеu Μ. Dеsуvеtеаuх (Sаint-Αmаnt)

De Jаdis sur L’аdiеu du саvаliеr (Αpоllinаirе)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Sоnnеt à Sir Βоb (Соrbièrе)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе