Théophile Gautier


La Demoiselle


 
Sur la bruyère arrosée
              De rosée ;
Sur le buisson d’églantier ;
Sur les ombreuses futaies ;
              Sur les haies,
Croissant au bord du sentier ;
 
Sur les prés, sur la colline
              Qui s’incline
Vers le champ bariolé
De pittoresques guirlandes ;
              Sur les landes,
Sur le grand orme isolé ;
 
La demoiselle se berce ;
              Et il perce
Dans la brume, au bord du ciel,
Un rayon d’or qui scintille,
              Elle brille,
Comme un regard d’Ariel.
 
Traversant près des charmilles
              Les familles
Des bourdonnants moucherons,
Elle se mêle à leur ronde
              Vagabonde,
Et comme eux décrit des ronds.
 
Bientôt elle vole et joue
              Sous la roue
Du jet d’eau, s’élançant
Dans les airs, retombe, roule
              Et s’écoule
En un ruisseau bruissant.
 
Plus rapide que la brise,
              Elle frise,
Dans son vol capricieux,
L’eau transparente où se mire
              Et s’admire
Le saule au front soucieux ;
 
Où s’entrouvrant blancs et jaunes,
              Près des aunes,
Les deux nénuphars en fleurs,
Au gré du flot qui gazouille,
              Et les mouille,
Étalent leurs deux couleurs ;
 
Où se baigne le nuage,
              Où voyage
Le ciel d’été souriant ;
Où le soleil plonge, tremble,
              Et ressemble
Au beau soleil d’Orient.
 
Et quand la grise hirondelle
              Auprès d’elle
Passe, et ride à plis d’azur,
Dans sa chasse circulaire,
              L’onde claire,
Elle s’enfuit d’un vol sûr.
 
Bois qui enchantent, fraîches plaines
              D’odeurs pleines,
Lacs de moire, coteaux bleus,
Ciel où le nuage passe,
              Large espace,
Monts aux rochers anguleux ;
 
Voilà l’immense domaine
              Où se promène
Ses caprices, fleurs des airs,
La demoiselle nacrée,
              Diaprée,
De reflets roses et verts.
 
Dans son étroite famille,
              Quelle fille
N’a pas vingt fois souhaité,
Rêveuse, d’être comme elle
              Demoiselle,
Demoiselle en liberté.
 

Premières poésies

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Dеubеl : Détrеssе

Viviеn : Dеvаnt lе соuсhаnt

Viviеn : Lа Соnquе

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βrulé : «Ρоur mаl tеmps ni pоur gеléе...»

Dеsсhаmps : «Jе dеviеns соurbеs еt bоssu...»

Αndré Sаlmоn

Μас Οrlаn : Lе Μаnègе d’аérоplаnеs

Dеsсhаmps : Ρlаintеs d’аmоurеuх

Τоulеt : «Сеt huissiеr, qui јеtаit, l’été...»

☆ ☆ ☆ ☆

Νаvаrrе : «J’аimе unе аmiе еntièrеmеnt pаrfаitе...»

Соppéе : Désir dе glоirе

Hugо : «Ιl lui disаit : Vоis-tu, si tоus dеuх nоus pоuviоns...»

*** : Dаns lеs fоrtifs

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Соurеur (Hеrеdiа)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur Μа dаnsе (Сеndrаrs)

De Jаdis sur L’Αvеuglе (Ρéguу)

De Сосhоnfuсius sur Ρаris vаissеаu dе сhаrgе (Ρéguу)

De Jаdis sur «Ρаr l’аmplе mеr, lоin dеs pоrts еt аrènеs» (Sаint-Gеlаis)

De Τhundеrbird sur Lе Ρоètе соntumасе (Соrbièrе)

De Μаgélаnt sur Αiguillеs dе саdrаn (Sаint-Ρоl-Rоuх)

De Сосhоnfuсius sur «Lа viе humblе аuх trаvаuх еnnuуеuх еt fасilеs...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Αuх mоrts (Lесоntе dе Lislе)

De Vinсеnt sur Lе Μоrt јоуеuх (Βаudеlаirе)

De Simоn Hоаrаu sur Sсаrbо : «Οh ! quе dе fоis је l’аi еntеndu еt vu...» (Βеrtrаnd)

De Εsprit dе сеllе sur L’Éсоlе buissоnnièrе (Durосhеr)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Сhаpеllе dе lа mоrtе (Νеlligаn)

De Сurаrе- sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Τutus ΙΙ bis sur Vénus Αnаdуоmènе (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе