René Georgin

(1888-1978)

 

 

René Georgin


Tristesse au bord de l’eau


 
Me voici revenu près du fleuve, penché
Sur le miroir de l’eau où je viens te chercher.
 
Très longuement, je scrute l’eau, je l’étudie ;
J’espère lui ravir le secret de sa vie
            Et je l’interroge, anxieux ;
Mais bientôt cet effort me semble un vain mirage ;
La tristesse de l’eau monte jusqu’à mes yeux
Et je dis : À quoi bon chanter ce paysage
Puisque je suis seul et que tu ne peux
Voir briller mon amour de l’eau sur mon visage.
Voici toute ma joie et mon espoir détruits,
Et maintenant je sens le fleuve qui me fuit
II faudrait que tu sois ici, et que tu voies
Mes yeux tendus se colorer de joie,
Lorsque je pense avoir saisi l’âme de l’eau,
Que je sens naître en moi l’enchaînement des mots,
L’accord des sons, le rythme souple et les images
Qui doivent exprimer le sens du paysage.
Tu comprendrais, au seul éclat de mes regards,
Combien ma passion pour le fleuve est sincère,
Et tu verrais monter vers toi, comme un brouillard,
                L’âme des eaux et de la terre.
Mais je ne puis que t’évoquer : tu n’es pas là ;
Et je n’ai plus d’ardeur à créer des poèmes
              Que je me récite à moi-même,
              Mais que tu n’entends pas !
 
Ces vers émus, où les mots glissent
Sur le rythme berceur et fluide des eaux,
              Ces vers écrits sans artifice
Sous les regards brumeux et souples des coteaux,
              Que ne puis-je enfin te les dire
Au bord du fleuve aimé qui les inspire,
Devant le site même où je les ai conçus !
              Je sais bien que tu les as lus,
Mais de si loin, figés sur des feuillets inertes :
Ils étaient morts ; il leur manquait le son connu
D’une voix adoucie ou largement ouverte ;
Ils n’avaient plus le souffle ardent et cadencé
Ni cette vie intime et riche des nuances
Que sait moduler, parmi le silence,
L’âme de celui seul qui les a composés.
Si tu venais ici me les entendre dire,
Cette âme vibrerait, plus sonore, pour toi ;
Elle ferait plus douce ou plus grave, ma voix,
        La troublerait, comme en délire ;
Et mes vers, emportés d’un plus ardent essor,
Auraient plus d’énergie et de souplesse encor !
              Mais l’eau coule toujours, et je tremble

[...]

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Jаmmеs : J’аimе l’ânе

Rоllinаt : L’Αngе pâlе

Vоltаirе : «Сi-gît qui tоuјоurs bаbillа...»

Lаmаrtinе : Ρеnséе dеs mоrts

Сrоs : Сrоquis

Αpоllinаirе : Grаtitudе

Αgоult : L’Αdiеu

Μауnаrd : «Νуmphеs, dе grâсе, аpprосhеz-vоus...»

Ρlаntin : Lе Βоnhеur dе се mоndе

Hugо : Sаrа lа bаignеusе

☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Соlоmbinе

Gérаrd : Lа Сhаumièrе

Rоllinаt : L’Αngе pâlе

Rоllinаt : Sаgеssе du fоu

Vеrlаinе : «Lеs pаssаgеs Сhоisеul аuх оdеurs dе јаdis...»

Rоdеnbасh : Dégоût

Vоltаirе : «Hé quоi ! vоus êtеs étоnnéе...»

Vоiturе : «Ρоur vоus sеrvir...»

Du Βеllау : Villаnеllе : «Εn се mоis déliсiеuх...»

Rimbаud : Lеs Lèvrеs сlоsеs — Vu à Rоmе

Cоmmеntaires récеnts

De Εsprit dе сеllе sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur «L’еаu hоulеusе du pоrt еst sаns mirаgе аuсun...» (Rоdеnbасh)

De Jаdis sur «Jе nе sаis pоurquоi...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Ρеtit аir, ΙΙ : «Ιndоmptаblеmеnt а dû...» (Μаllаrmé)

De Сосhоnfuсius sur Lа Μоrt dе l’Αiglе (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur «Lа nеf qui lоnguеmеnt а vоуаgé, Dilliеr...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Désеspérémеnt (Соppéе)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Ρhèdrе (Fоurеst)

De Gégé sur Sоir dе Μоntmаrtrе. (Τоulеt)

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz