René Ghil


Aux armes cités d’Europe...


 
Aux armes ! cités  d’Europe...
                                        le soir de deuil
est arrivé !
              Dites, qu’on ne sort de la guerre
que par la guerre ! — et l’heure des trompettes, dure
au-dessus des étreintes de qui vont mourir !
De sang, de gorges singultuant de rupture — 
dure...
          Elles éplorent le soir des Banqueroutes
d’États, les trésors vides par la paix-armée
et la terreur des Uns à grands gestes alarmée
et l’angoisse des détenteurs mauvais de l’Or
sentant hideusement aussi, que vient la mort —
car, n’entendez-vous pas :
                                    il passe des Bruits sourds
il passe des hans d’hommes dans les alentours...
Ils passent en marquant le pas, ils passent en
hurlant par toute route et en des heurts tintant :
 
              Allons (la terre, la terre ronde)
              allons légèrement, hardiment :
              la terre vaste, la terre ronde
              est une mère de tout le monde —
              allons la terre, légèrement !...
 
Ils passent en marquant le pas, ils passent en
hurlant par toute route et en des heurts tintant
vers ailleurs qui s’en aillent pour pouvoir vivre, ou
pour mourir : et leurs poings tordus maîtrisent d’armes
la nuit venante aux plis des noirs drapeaux d’alarmes.
 
Elles sonnent les Révoltes et Banqueroutes...
Et les hommes des Banques du sang et de l’or
à tous États, de rois et parlements ! ont dit :
— « Votre Empire ne tient qu’autant que nous tenons
ventripotents et vos maîtres, et tous nos noms
se mêlent dans l’histoire énorme de la haine
des peuples ! Nos trésors meurent dans vos trésors
et, las de nous et d’eux, les peuples aux poings tors
de toute part partis nous poussent leur haleine :
que l’emplisse leur mort !
                                  Ils gardent la hantise
cruante des mots qui mentent ! patrie, en eux
retentira au sens des meurtres, et haineux
le vent haut-soulevant des trompettes, attise
le sang des Races ! — Ils ont le goût du sang, et
du heurt vers n’importe le néant, tas muet
ils entreront dans les poitrails les uns des autres
ainsi qu’ils entreraient tragiques, dans les nôtres :
rois et pseudo-rois ! l’heure des Banqueroutes
de tout, sonne ! et d’aller entreprendre les routes »...
 
Aux armes ! cités d’Europe —
                                      le soir de deuil
est arrivé !...
 
              Haine immortelle de nos Aïeux,
              tressaille dans nos artères, et
              sonne !
                        contre nous, teint de tous lieux
              l’étendard sanglant se lève ! — aux armes !
              et sonne dans l’horizon muet
              du heurt en nos poitrines d’alarmes
              du heurt ardent de notre sang, et
              bats !...
                        Faisant notre entraille pleuvoir
              nous sommes l’hérédité vivante
              des ventres qui hurlent l’Épopée
              du sang large, où se meurtrit le soir
              qui rutilait au long de l’épée :
 
              au vent des trompettes d’épouvante
              qui s’empourprent de notre haleine ! — en
              val et mont qui ne sont pas patrie
              et peuplant de nos morts d’autres sols
              ô toi ! que nos veines ont nourrie !
              oui, mène aux meurtres et mène aux viols
              ta géniture où hurle l’élan
              et sur les peuples d’âme tarie
              tiens notre étendard teint de tous lieux !
              Haine immortelle de nos Aïeux !...
 
Et les peuples entrèrent au guet-apens...
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Jаmmеs : J’аimе l’ânе

Rоllinаt : L’Αngе pâlе

Vоltаirе : «Сi-gît qui tоuјоurs bаbillа...»

Lаmаrtinе : Ρеnséе dеs mоrts

Сrоs : Сrоquis

Αpоllinаirе : Grаtitudе

Αgоult : L’Αdiеu

Μауnаrd : «Νуmphеs, dе grâсе, аpprосhеz-vоus...»

Ρlаntin : Lе Βоnhеur dе се mоndе

Hugо : Sаrа lа bаignеusе

☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Соlоmbinе

Gérаrd : Lа Сhаumièrе

Rоllinаt : L’Αngе pâlе

Rоllinаt : Sаgеssе du fоu

Vеrlаinе : «Lеs pаssаgеs Сhоisеul аuх оdеurs dе јаdis...»

Rоdеnbасh : Dégоût

Vоltаirе : «Hé quоi ! vоus êtеs étоnnéе...»

Vоiturе : «Ρоur vоus sеrvir...»

Du Βеllау : Villаnеllе : «Εn се mоis déliсiеuх...»

Rimbаud : Lеs Lèvrеs сlоsеs — Vu à Rоmе

Cоmmеntaires récеnts

De Εsprit dе сеllе sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur «L’еаu hоulеusе du pоrt еst sаns mirаgе аuсun...» (Rоdеnbасh)

De Jаdis sur «Jе nе sаis pоurquоi...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Ρеtit аir, ΙΙ : «Ιndоmptаblеmеnt а dû...» (Μаllаrmé)

De Сосhоnfuсius sur Lа Μоrt dе l’Αiglе (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur «Lа nеf qui lоnguеmеnt а vоуаgé, Dilliеr...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Désеspérémеnt (Соppéе)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Ρhèdrе (Fоurеst)

De Gégé sur Sоir dе Μоntmаrtrе. (Τоulеt)

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе