Albert Giraud


Le Vieux Tambour


 

À Émile Van Arenbergh


Je suis un vieux tambour. Autrefois, sur ma peau,
Quand le ciel du matin semble un bouquet de roses,
De Cythère avolaient les amours en troupeau,
Et mon âme sonnait sous des baguettes roses.
 
Je suis un vieux tambour. Naguère, après l’assaut,
Quand les soudards tuaient les femmes dans les bouges,
La volupté du sang me spasmait d’un tressaut,
Et mon âme hurlait sous des baguettes rouges.
 
Je suis un vieux tambour. Maintenant mes bois morts
Geignent sous le malheur, la honte, le remords...
Plus d’aube rosoyante et de flambantes gloires.
 
Aujourd’hui, recouvert d’un long crêpe de deuil,
Sourdement je sanglote au devant d’un cercueil,
Et mon âme se meurt sous des baguettes noires.
 

Commentaire(s)
Déposé par Cochonfucius le 20 août 2016 à 18h00

Psychanalyse de la licorne
------------------------------

La licorne se dit : «Je suis mal dans ma peau,
Seule, je ne pourrai pas y faire grand-chose,
Je vais donc, pour un temps, m’éloigner du troupeau,
Et voir le dinosaure aux jolies pattes roses.»

(C’est un vieux thérapeute, il est loin d’être sot,
Il peut analyser presque tout ce qui bouge,
Qu’on soit près de la tombe ou sortant du berceau,
Qu’on soit vieille licorne ou jeune poisson rouge).

La licorne éveilla tous ses souvenirs morts,
Retraçant le malheur, la honte, le remords,
La vie insignifiante et la soudaine gloire.

Le dinosaure a dit : « Rien de mal dans ce deuil,
Puisque les instants morts n’ont jamais de cercueil,
Crois donc en la lumière au fond de la nuit noire».

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 26 décembre 2017 à 10h04

Forteresse improbable
---------------------

Cent mille chevaliers en armure de peau,
Et dans leur forteresse, ils ne font grand-chose,
Plutôt qu’un corps d’armée, ils forment un troupeau,
Mais ils vont répétant que la vie n’est pas rose.

Leur colonel est brave, il est loin d’être sot,
Car il peut fusiller presque tout ce qui bouge ;
Son métier, il l’apprit en sortant du berceau,
Sous la bannière blanche ou sous le drapeau rouge.

Il cultive en ce lieu tous ses souvenirs morts,
Retraçant le combat, la honte, le remords,
La vie insignifiante et l’impossible gloire.

Son adjudant lui dit : « Rien de mal dans ce deuil,
Puisque les soldats morts ont d’excellents cercueils,
Nous voyons la lumière au fond de la nuit noire».

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 26 décembre 2017 à 15h27

Forteresse improbable
---------------------


(deuxième vers)

(...) ils ne font pas grand-chose.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоstаnd : Βаllаdе dеs grоs dindоns

Εlskаmp : À mоn pèrе

Rоdеnbасh : Dimаnсhеs

Сrоs : Sоnnеt : «Jе sаis fаirе dеs vеrs pеrpétuеls. Lеs hоmmеs...»

Lеvеу : Républiquе Αrgеntinе — Lа Ρlаtа

Соuté : Lеs Соnsсrits

Rоdеnbасh : Vеilléе dе glоirе

Οsсаr V. dе L. Μilоsz

Hugо : «Αmis, un dеrniеr mоt ! — еt је fеrmе à јаmаis...»

Ρоpеlin : Lа Νеigе

Μауnаrd : «Сhаquе Ρriаpе du viеuх tеmps...»

Μауnаrd : «Βеllе, qui sаns fоutеur fоutеz...»

☆ ☆ ☆ ☆

Νоаillеs : Lа Viе prоfоndе

Сrоs : Βénédiсtiоn

Rоdеnbасh : L’Εаu qui pаrlе : «Ditеs, аvеz-vоus rеmаrqué...»

Gérаldу : Duаlismе

Stаël : Épitrе sur Νаplеs

Ρirоn : Οdе à Ρriаpе

Rеgnаrd : Épîtrе à Μ. ...

Βruаnt : Sоulоlоquе

Μасеdоnski : Lе Сlоîtrе

Μасеdоnski : Sоnnеt lоintаin

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Μ’intrоduirе dаns tоn histоirе...» (Μаllаrmé)

De Αrаmis sur Républiquе Αrgеntinе — Lа Ρlаtа (Lеvеу)

De Сосhоnfuсius sur Ρаuvrе gаrçоn (Соrbièrе)

De Сосhоnfuсius sur «Gеntil Quimpеr, lе nid dе mоn еnfаnсе...» (Jасоb)

De Сhristiаn sur Sоnnеt : «Jе sаis fаirе dеs vеrs pеrpétuеls. Lеs hоmmеs...» (Сrоs)

De Сurаrе- sur Lе Βаin dеs Νуmphеs (Hеrеdiа)

De Lа-Μusérаntе sur «L’hоmmе qui gît еn се liеu...» (Μауnаrd)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Се quе tа plumе prоduit...» (Μауnаrd)

De Jеhаn Ρаuvrеpin sur Sоnnеt ivrе (Riсhеpin)

De Сurаrе- sur «Ν’еs-tu lаssе, аussi, dе rêvеr d’hiеr ?...» (Viеlé-Griffin)

De Сhristiаn sur À Ιris, qui mаngеаit оrdinаirеmеnt dеs flеurs (Lе Ρауs)

De Ιvrеssе sur «Сhаmpêtrеs еt lоintаins quаrtiеrs, је vоus préfèrе...» (Соppéе)

De Fаisаnе sur Lе Rêvе du pоètе (Соppéе)

De Τhundеrbird sur Éсrit аvес du sаng (Sеgаlеn)

De Μаirе dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Fоirе dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Соugаrе- sur Lе Сhiеn еt lе Сhаt (Αrnаult)

De wеbmаstеr sur «Lе mоndе plus trоmpеur quе lеs flоts dе Νеptunе...» (Ρеllissоn-Fоntаniеr)

De Сосhоnfitсhuss sur Αir : «Τоut l’univеrs оbéit à l’Αmоur...» (Lа Fоntаinе)

De Viсtоr Сlоuеlbес sur Lа Соnsсiеnсе (Hugо)

De Gаrdеur d’аlbаtrоs sur Frаnçоis Соppéе

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz