Albert Glatigny

Les Vignes folles


Fiat voluntas tua


 
              Maître de la terre et du ciel,
Démon pétri de boue, ange immatériel,
              Amour aux mains pleines de fiel,
 
Je n’ai pas résisté quand ta voix souveraine
              M’a crié : — Descends dans l’arène,
Lutteur que je verrai mourir l’âme sereine !
 
              Aux foudres mon front s’est offert ;
Il a fallu saigner, et mon flanc s’est ouvert ;
              Tu m’as dit : — Souffre ! — et j’ai souffert !
 
Quand l’odeur de mon sang dilatait ta narine
              Et lorsqu’au fond de ma poitrine
Tes ongles ravissaient leur couleur purpurine,
 
              Ô Dieu qui remplis les forêts
Et les vastes cités d’insondables secrets.
              Amour puissant, je t’adorais !
 
Mes yeux s’éblouissaient des splendeurs de ta gloire ;
              En vain tu me forçais à boire
L’amertume, partout je disais ta victoire.
 
              Eh bien, inexorable Amour !
Vois mon cœur, il en reste assez encore pour
              Le bec du farouche vautour.
 
Que ton souffle, pareil au grand vent qui balaie
              L’espace, ravive ma plaie ;
Viens ! puisque tu le veux, me voilà sur la claie !
 
              Ainsi que la première fois
Ce n’est plus un enfant confiant que tu vois :
              Je te connais ! Pourtant, ma voix
 
Ne blasphémera pas, ô le plus beau des anges !
              Même en proie aux douleurs étranges,
Et toujours, et bien haut, je dirai tes louanges !
 
              Le retour de tes javelots,
Je le veux célébrer en épandant les flots
              De mes harmonieux sanglots !
 
Déjà j’ai chancelé sous ta nouvelle atteinte,
              Je sais où ta pourpre fut teinte,
Seigneur, c’est dans mon sang ! Et mon oreille tinte,
 
              Et, comme un cortège de loups,
J’entends, j’entends hurler tous les soupçons jaloux ;
              J’ouvre les mains, plantez les clous !
 
Bourreau divin, auguste oppresseur de mon âme,
              Oh ! maintiens-moi sur d’arbre infâme,
Car je me suis repris aux parfums de la femme !
 
              Car l’enchanteresse Circé
Pose d’un air vainqueur, sur mon front abaissé,
              Son pied par les roses froissé !
 
Et je sais que jamais, idole puérile,
              Fille vaine, terrain stérile,
Elle ne comprendra ma passion fébrile !
 
              Ah ! pourquoi la vouloir toucher ?
Mais la vague, pourquoi vient-elle donc lécher
              Inutilement le rocher ?
 
Pourquoi la pluie au sable et la rosée aux pierres,
              Et pourquoi les clartés altières
Vont-elles de l’aveugle arroser les paupières ?
 
              Eh ! que vous dirai-je, après tout ?
J’aime et je ne sais rien de plus ; et mon sang bout,
              Et je pends mes lèvres au bout
 
Des seins aigus et lourds de la folle Chimère,
              Et, comme il plaît au victimaire,
J’y puise le nectar ou la liqueur amère !
 
              Je me sens attiré vers un fatal miroir,
Un miroir grimaçant, qui me laisse entrevoir
              Les voluptés du désespoir !
 
Blâmez donc l’Océan pendant les jours d’orage
              De sa fureur et de sa rage !
Est-ce ma faute, à moi, si je suis sans courage
 
              Devant la grandeur de la chair ?
Si le charme des corps de femmes, doux et fier,
              Me passionne et m’est si cher ?
 
Chevelures en flamme, ô cols souples et lisses,
              Lèvres, adorables calices,
Je souffre avec bonheur, je meurs avec délices !
 
              Que l’Amour me soit inclément,
Qu’il fasse de ma vie un éternel tourment,
              Je veux aimer obstinément ;
 
Ramper à deux genoux devant la bien aimée,
              Et quand sa jupe parfumée
S’arrondit, me sentir l’âme demi-pâmée ;
 
              Goûter, sans en être étonné,
Le vertige ; rouler vers l’abîme entraîné,
              Et par les fleurs assassiné !
 
Sur ses lèvres, mon ciel promis et ma géhenne,
              Sentir s’envoler mon haleine,
En mêlant âprement la tendresse et la haine.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Jаmmеs : J’аimе l’ânе

Rоllinаt : L’Αngе pâlе

Vоltаirе : «Сi-gît qui tоuјоurs bаbillа...»

Lаmаrtinе : Ρеnséе dеs mоrts

Сrоs : Сrоquis

Αpоllinаirе : Grаtitudе

Αgоult : L’Αdiеu

Μауnаrd : «Νуmphеs, dе grâсе, аpprосhеz-vоus...»

Ρlаntin : Lе Βоnhеur dе се mоndе

Hugо : Sаrа lа bаignеusе

☆ ☆ ☆ ☆

Gérаrd : Lа Сhаumièrе

Rоllinаt : L’Αngе pâlе

Rоllinаt : Sаgеssе du fоu

Vеrlаinе : «Lеs pаssаgеs Сhоisеul аuх оdеurs dе јаdis...»

Rоdеnbасh : Dégоût

Vоltаirе : «Hé quоi ! vоus êtеs étоnnéе...»

Vоiturе : «Ρоur vоus sеrvir...»

Du Βеllау : Villаnеllе : «Εn се mоis déliсiеuх...»

Rimbаud : Lеs Lèvrеs сlоsеs — Vu à Rоmе

Lаutréаmоnt : «Сеt еnfаnt, qui еst аssis sur un bаnс du јаrdin dеs Τuilеriеs...»

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Ρеtit аir, ΙΙ : «Ιndоmptаblеmеnt а dû...» (Μаllаrmé)

De Сосhоnfuсius sur Lа Μоrt dе l’Αiglе (Hеrеdiа)

De Jаdis sur Lе Βаbу (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur «Lа nеf qui lоnguеmеnt а vоуаgé, Dilliеr...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur «Сi-gît qui tоuјоurs bаbillа...» (Vоltаirе)

De Сосhоnfuсius sur Désеspérémеnt (Соppéе)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Ρhèdrе (Fоurеst)

De Gégé sur Sоir dе Μоntmаrtrе. (Τоulеt)

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе