Albert Glatigny

Le Jour de l’an d’un vagabond


L’Infâme Glatigny


 

Complainte


 
Le premier jour de l’année
Mil huit cent soixante-neuf,
Un être en habit pas neuf
Marcha toute la journée.
Cet individu chétif
Est d’un aspect fugitif.
 
Il a des jambes indues,
Très-longues également.
Son front dans le firmament
Arrête le vol des nues.
Pour se donner un maintien
Il promene un petit chien.
 
Marche, scélérat infâme !
Tout à l’heure le hameau
Fameux de Bocognano
Y verra clair dans ton âme.
Le maréchal des logis
Veille au bas de la Foggi.
 
Portant l’audace à son comble,
Cet individu honteux
Frappe à l’auberge, et chez eux
A demandé qu’on le comble
De nourriture en payant.
Ce monstre est bien effrayant !
 
Voyant de quel front il s’arme
Et qu’il marche vers le Sud,
Vite on a reconnu Jud ;
Ainsi le veut le gendarme,
Qui, étant un brigadier,
De ce gueux est familier.
 
Bien qu’il soit chargé de crimes,
On lui dit : Venez danser,
Boire, manger et causer.
Mais ça n’était qu’une frime
Pour piger ce criminel
Qui n’était pas naturel.
 
La brigade tout entière
Demande son passeport.
Il n’en avait pas. Alors
C’était un trait de lumière.
On le met dans un cachot,
Vu qu’il ne faisait pas chaud.
 
Puis il est couvert de chaînes,
Ainsi que dans l’Œil Crevé
(Moins la musique d’Hervé),
Sans être au bout de ses peines,
Il dort sur le lit de camp
Pour son premier jour de l’an.
 
Le lendemain, la brigade
Se frottait partout les mains,
Et criait par les chemins :
L’homme et le chien, camarade,
Ensemble étant verrouillés,
Nous serons tous médaillés.
 
On le mène chez le juge
Suppléant qui, tout d’abord,
Démontre qu’il est très-fort ;
Car à tout, dans ce grabuge,
Il répond éloquemment
Ce mot : Effectivement !
 
Après l’instruction faite,
Le maréchal des logis
Dit : Pour charmer le pays
On va lui couper la tête,
Car s’il n’est galérien,
C’est un Tacadémicien.
 
Le coupable, tête basse,
Demandait à voir des gens.
Ces propos désobligeants
Empêchaient qu’on lui fît grâce.
Puisqu’il était arrêté,
C’était pour être embêté.
 
Après quatre jours d’alarmes,
On le sort de son cachot.
Il vient dans Ajaccio,
Entouré de deux gendarmes ;
Sa petite chienne aussi,
Dont le cœur est endurci.
 
Ce rebut de la nature
S’en va chez le procureur,
Qui lui fait avec horreur
Aussitôt sa procédure.
Comme il l’avait mérité,
Il est mis en liberté.
 
 
 

Moralité.


 
Chrétiens, ceci nous enseigne
Qu’il ne faut aucunement
Voyager le Jour de l’an,
Et que lorsque l’on dédaigne
D’acheter un passeport
On est toujours dans son tort.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Fоurеst : Αpоlоgiе pоur Gеоrgеs Fоurеst

Βаudеlаirе : Splееn : «Jе suis соmmе lе rоi...»

Sаtiе : Οbstасlеs vеnimеuх

Lаmаrtinе : «Μоn сœur еst еn rеpоs...»

Hugо : Ultimа vеrbа

Hоpil : Саntiquе : «Ρriаnt dеssus un mоnt оù lеs plus bеllеs сhоsеs...»

Соrnеillе : Sоnnеt : «Dеuх sоnnеts pаrtаgеnt lа villе...»

Régniеr : Εn fоrêt

Rоllinаt : Lе Fасiès humаin

Lесоntе dе Lislе : Épiphаniе

☆ ☆ ☆ ☆

Hуspа : Lеs Сhаnsоnniеrs

Rоussеаu : Lе Rоssignоl еt lа Grеnоuillе

Lесоntе dе Lislе : L’Αbеillе

Βаnvillе : Lа Ρаiх

Vеrlаinе : Jésuitismе

Vеrlаinе : Vеrs pоur êtrе саlоmnié

Соuté : L’Éсоlе

Lаrbаud : Μеrs-Εl-Kébir

Соppéе : «Lе sоlеil frоid dоnnаit un tоn rоsе аu grésil...»

Vеrlаinе : «Ρаrfums, соulеurs, sуstèmеs, lоis...»

Cоmmеntaires récеnts

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur Lе Соrbеаu еt lе Rеnаrd (Lа Fоntаinе)

De Сосhоnfuсius sur Lе Суgnе (Vаlérу)

De Jаdis sur «Μоn сœur еst еn rеpоs...» (Lаmаrtinе)

De Сосhоnfuсius sur Αntоinе еt Сléоpâtrе (Hеrеdiа)

De Jаdis sur Sоnnеt : «Quе ј’аimе lе prеmiеr frissоn d’hivеr...» (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur «Dеuх оu trоis fоis biеnhеurеuх lе rеtоur...» (Lаbé)

De Сurаrе- sur «À lа nuе ассаblаntе tu...» (Μаllаrmé)

De Εsprit dе сеllе sur «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...» (Lа Сеppèdе)

De Αdа еn Hérаldiе sur Sur mоn livrе (Lе Ρеtit)

De Un lесtеur sur «L’аrbrе qui mеt à сrоîtrе, а lа plаntе аssuréе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Sur unе Сhutе саuséе pаr un béliеr (Соllеtеt)

De Jеаn dе Lа Quаrаntаi sur Lа Сigаlе еt lа Fоurmi (Lа Fоntаinе)

De Vinсеnt sur Sоnnеt à l’Αndrоgуnе : «Τа rоуаlе јеunеssе...» (Viviеn)

De Vinсеnt sur Sоnnеt du huit févriеr 1915 (Αpоllinаirе)

De Ρéguуfuсius sur L’Αvеuglе (Ρéguу)

De Сhristiаn sur Luttеurs fоrаins (Соppéе)

De Αdа еn Hérаldiе sur Αmоurs fоus (Riсhеpin)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Μоn Diеu, quе је vоudrаis quе mа mаin fût оisivе...» (Spоndе)

De Hiс Vеlibi sur «Μа Dаmе nе m’а pаs vеndu...» (Μаrоt)

De Kritik sur «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...» (Lоuvеnсоurt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе