Jean Godard



Noire poison, tu ne fais demeurance
Au vase clos qui te puisse étouffer,
Tu viens chez moi, fausse fille d’Enfer
Et de la Nuit, sœur du somme, Espérance.
 
Tu me repais de la vaine apparence
D’un bien futur, tu aiguises le fer
Qui vient m’occir’, tu sais seule étoffer
De fausse ardeur chose puante et rance.
 
Seule c’est toi qui files le tourment
Du malheureux et misérable amant,
Ton seul venin le tourmente et travaille,
 
Et promettant tu déçois le plus fin,
Puis tout s’en va en fumée à la fin.
L’espoir n’est rien qu’un songe d’un qui veille.
 

Commentaire(s)
Déposé par Cochonfucius le 19 février 2015 à 14h08

Sagesse monastique
---------------------

D’un lion de sable usurpant l’apparence,
Un sphinx visite un cloître, en plein hiver.
Piéger un moine et le mettre en enfer,
Tel est son voeu, telle est son espérance.

Il en trouve un, de ceux qui parfois pensent
À la beauté de ce grand Univers,
À la douceur que porte parfois l’air,
Aux belles voix qu’on entend à distance.

-- Moine, quittons ce palais de tourments ;
D’une vestale, en te faisant l’amant,
Tu gagneras les plaisirs les plus amples.

-- Sphinx, dit le moine, es-tu vraiment si fin ?
De ces biens-là, tu n’en as jamais faim :
Faible orateur, qui ne prêche d’exemple.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 27 novembre 2016 à 17h12

四书 == Quatre Livres
---------------------------

Quatre traités de modeste apparence :
Livre d’azur pour évoquer l’hiver,
Puis, le printemps dans un volume vert,
Ces deux saisons sont chargées d’espérance.

Le livre d’or, c’est pour l’automne, où danse
La feuille morte en son bel univers ;
Quant à l’été, avec ses matins clairs,
Tu trouveras ce qu’un poète en pense,

Bien raconté dans un livre d’argent.
Tous ces écrits, si tu t’y vas plongeant,
Te transmettront le savoir des grands sages.

-- Pourquoi, toujours, ce recours aux bouquins,
Quelle sagesse, en tout ce saint-frusquin ?
Je ne veux plus m’encombrer d’emballages.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 15 avril 2018 à 12h26

Seigneur du marécage
--------------------------

Un échassier de fort belle apparence
Règne sur l’onde, à la fin de l’hiver.
C’est le Marais, ce n’est pas un enfer,
Ce roi pêcheur est rempli d’espérance.

Mais les poissons, sait-on ce qu’ils en pensent ?
Car le Marais, c’est tout leur univers ;
Ne pouvant pas voyager dans les airs,
Aucun moyen de prendre leurs distances.

-- Poissons, comment jugez-vous ce tourment ?
Les vieux poissons répondent prudemment
Que ce plan d’eau leur paraît assez ample ;

-- Un prédateur est ici, mais enfin
Il ne nous prend qu’au moment de sa faim ;
Aux rois du monde, il peut servir d’exemple.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lоuÿs : Lеs Sоins јаlоuх

Βоuilhеt : À unе fеmmе

Τristаn L’Hеrmitе : Lа Βеllе еn dеuil

Rоdеnbасh : Vеilléе dе glоirе

Rоdеnbасh : Rеnоnсеmеnt

Rоdеnbасh : Sоlitudе

Βеrtrаnd : Sоnnеt : «À lа Rеinе dеs Frаnçаis...»

Lоrrаin : Déсаdеnсе

Lоrrаin : Αbаndоnnéе

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

☆ ☆ ☆ ☆

Αrvеrs : Sоnnеt à mоn аmi R...

Βоuilhеt : Vеrs à unе fеmmе

Lа Fоntаinе : Lе Сосhоn, lа Сhèvrе еt lе Μоutоn

Lа Сеppèdе : «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...»

Lа Сеppèdе : «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...»

Lаfоrguе : L’hivеr qui viеnt

Vаuquеlin dеs Yvеtеаuх : «Αvесquеs mоn аmоur nаît l’аmоur dе сhаngеr...»

Βruаnt : Fаntаisiе tristе

Βеrtrаnd : Lа Rоndе sоus lа сlосhе

Ρоpеlin : Τurеlаirе, turеlurе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Frаnçоis Соppéе

De Сосhоnfuсius sur À unе fеmmе (Βоuilhеt)

De Сосhоnfuсius sur Lа Βеllе еn dеuil (Τristаn L'Hеrmitе)

De Μаdаmе_Βrigittе- sur Vеrs à unе fеmmе (Βоuilhеt)

De Сurаrе- sur «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...» (Lа Сеppèdе)

De Εsprit dе сеllе sur «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...» (Lа Сеppèdе)

De Jаllе dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Wоtаn dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Lа Rоndе sоus lа сlосhе (Βеrtrаnd)

De Βаilеу sur Соntrе Sаbidius : «D’un gâtеаu trоp brûlаnt...» (Dubоs)

De Jеhаn sur Соnsеil (Βаnvillе)

De Jеhаn sur Lа Μоrt еt lе Μаlhеurеuх. Lа Μоrt еt lе Βûсhеrоn (Lа Fоntаinе)

De Jеhаn sur Εn јustiсе dе pаiх (Rоllinаt)

De Jеhаn sur Μаtеlоts (Соrbièrе)

De Сurаrе- sur L’Αmbitiоn tаnсéе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Βlоndеl sur Τеrrе dе Frаnсе (Fаbié)

De Τоrсhоnfuсius sur Lе Сосhоn, lа Сhèvrе еt lе Μоutоn (Lа Fоntаinе)

De Lilith sur «Ô Déеssе, qui pеuх аuх prinсеs égаlеr...» (Du Βеllау)

De Μаlеpеur sur «Jе plаntе еn tа fаvеur сеt аrbrе dе Суbèlе...» (Rоnsаrd)

De Сliеnt sur Sоnnеt du huit févriеr 1915 (Αpоllinаirе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz