Jean Godard



 
Un peu devant que l’aube amenât la journée,
Naguère je songeais dans un lit en dormant
Qu’un vilain me suivait, mais courant vitement
Que j’avais devant lui bonne place gagnée.
 
Ainsi courant j’avise une colombe ornée
D’un plumage neigeux, que bien habilement
J’empoigne de ma main, et puis soudainement
Lors ma course et ma peur se trouve là bornée.
 
M’éveillant en sursaut je conte tout joyeux
À un qui était là mon songe gracieux.
À mon songe plaisant lors je songe et resonge,
 
Mais soudain un ami m’annonça mes malheurs.
Je ne vous croirai plus, songes, allez ailleurs,
Ah songes, à mon dam vous n’êtes que mensonges !
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 30 avril 2018 à 12h21

Verger des prodiges
-----------------

On peut le parcourir pendant plusieurs journées,
On peut y rencontrer le vieux Merlin, dormant
Sous la splendeur des fruits qui dansent joliment;
Ce verger nous surprend tout au long de l’année.

Que j’aime contempler cette ramure ornée
De cerises, de noix, d’excellents aliments !
Je peux même y trouver d’étranges condiments,
La richesse du lieu ne semble pas bornée.

Or, la plupart du temps, je mange avec mes yeux
Ces trésors reflétant la richesse des cieux ;
Les touchant, je craindrais qu’ils ne fussent qu’un songe,

Lequel disparaîtrait alors, pour mon malheur.
Même en rêve, ces fruits ont beaucoup de valeur,
Ainsi que le verger où mon âme se plonge.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par La licorne enragée le 1er mai 2018 à 11h09

/Ceux qui sont tellement bons qu’on leur voit le cœur brodé sur le tricot, etc. JEAN-LOUIS KUFFER·LUNDI 30 AVRIL 2018

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par vincent le 3 mai 2018 à 12h23

La révolte


Bien avant que l’aube n’annonce la journée,
Elle quitte la maison en le laissant dormant.
Dans la ville déserte, elle court vitement
Car sa sécurité n’est pas encore gagnée.

La prise de conscience est heureusement née,
Il l’a manipulait assez habilement,
Sa fureur qui toujours venait soudainement,
Il l’en rendait coupable ; « Ah, que tu es bornée !».

Puis peu de temps après, l’air pas du tout joyeux,
Il jurait qu’à présent, il resterait gracieux
En toutes circonstances, or c’était des mensonges.

Son visage est couvert des preuves du malheur,
La gendarmerie l’aide à trouver un ailleurs
Après avoir pris l’homme au milieu de ses songes.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μас Οrlаn : «Соmmе ј’étаis mаl...»

Rаоul Ρоnсhоn

Hugо : Lа Vасhе

Μаrоt : «Un grоs priеur sоn pеtit-fils bаisаit...»

Μаrоt : Dеs nоnnеs, qui sоrtirеnt du соuvеnt pоur аllеr sе réсréеr

Μаrоt : Βаllаdе dе frèrе Lubin

Τоulеt : «Соmmе lеs diеuх gаvаnt lеur pаnsе...»

Βаrbеу d’Αurеvillу : À Vаlоgnеs

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

☆ ☆ ☆ ☆

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Sаiх : «Соmmе еn lа flеur dеsсеnd dоuсе rоséе...»

Αсkеrmаnn : Lе Сri

Vеrlаinе : Εх imо

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Rоllinаt : À l’inассеssiblе

Ρоpеlin : Lеs Сеrisеs

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt rоmаntiquе (Riсhеpin)

De Jаdis sur «Jе nе suis plus сеlui qui rеspirаit lа viе...» (Βérоаldе)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt : «Εllе а dеs уеuх d’асiеr ; sеs сhеvеuх nоirs еt lоurds...» (Frаnсе)

De Jаdis sur «Déјà lа nuit еn sоn pаrс аmаssаit...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Βаrquе, qui vаs flоttаnt sur lеs éсuеils du mоndе...» (Duplеssis-Μоrnау)

De Jаdis sur Αu lесtеur (Swаrth)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Sоnnеt à Sir Βоb (Соrbièrе)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz