Émile Goudeau

Les poèmes ironiques, 1884


La Revanche des bêtes

et
La Revanche des fleurs


Tu tapes sur ton chien, tu tapes sur ton âne,
        Tu mets un mors à ton cheval,
Férocement tu fais un sceptre de ta canne,
        Homme, roi du Règne Animal ;
Quand tu trouves un veau, tu lui rôtis le foie,
        Et bourres son nez de persil ;
Tu tailles dans le bœuf, vieux laboureur qui ploie,
        Des biftecks saignants, sur le gril ;
Le mouton t’apparaît comme un gigot possible,
        Et le lièvre comme un civet ;
Le pigeon de Vénus te devient une cible ;
        Et tu jugules le poulet...
Oh ! le naïf poulet, qui dès l’aube caquète !
        Oh ! le doux canard coincointant !
Oh ! le dindon qui glousse, ignorant qu’on apprête
        Les truffes de l’embaumement !
Oh ! le porc dévasté, dont tu fais un eunuque,
        Et que tu traites de... cochon,
Tandis qu’un mot quadruple et fatal le reluque :
        Mané ! Thécel ! Pharès ! Jambon !
Tu pilles l’Océan, tu dépeuples les fleuves,
        Tu tamises les lacs lointains ;
C’est par toi qu’on a vu tant de limandes veuves
        Et tant de brochets orphelins ;
Tu reste insensible aux larmes des sardines,
        Et des soles au ventre plat ;
Tu déjeûnas d’un meurtre et d’un meurtre tu dines :
        Va souper d’un assassinat !
Massacre par les airs la caille et la bécasse...
        Sombre destinée : un salmis !
Tandis qu’un chou cruel guette, d’un air bonasse
        Le cadavre de la perdrix.
Mais est-ce pour manger seulement que tu frappes,
        Dur ensanglanteur de couteaux ?
Non. Les ours, les renards, les castors pris aux trappes
        Sont une mine de paletots ;
Tu saisis le lion, ce roi des noctambules,
        Dont le désert s’enorgueillit,
Pour faire de sa peau, sous tes pieds ridicules,
        Une humble descente de lit.
Mais le meurtre, c’est peu ; le supplice raffine
        Tes plaisirs de dieu maladif ;
Et le lapin (nous dit le Livre de Cuisine)
        Demande qu’on l’écorche vif ;
L’écrevisse sera, vive, dans l’eau bouillante,
        Cardinalisée en carmin,
Et, morne enterrement, l’huître glisse vivante,
        Au sépulcre de l’abdomen.
 
Soit ! il viendra le jour lugubre des revanches,
        Et l’âpre nuit du châtiment,
Quand tu seras là-bas, entre les quatre planches,
        Cloué pour Éternellement.
Oh ! l’Animalité te réserve la peine
        De tous les maux jadis soufferts ;
Elle mettra sa joie à te rendre la haine
        Dont tu fatiguas l’univers.
Or elle choisira le plus petit des êtres,
        Le plus vil, le plus odieux,
Un ver ! — qui s’en ira pratiquer des fenêtres
        Dans les orbites de tes yeux ;
Il mangera ta lèvre avide et sensuelle,
        Ta langue et ton palais exquis,
Il rongera ta gorge et ta panse cruelle.
        Et tes intestins mal acquis ;
Il ira dans ton crâne, au siège des pensées.
        Dévorer, lambeau par lambeau,
Ce qui fut ton orgueil et tes billevesées ;
        Les cellules de ton cerveau,
L’âne s’esclaffera, voyant l’Homme de Proie
        Devenu Rien dans le grand Tout !
Le pourceau, dans son bouge infect, aura la joie
        D’apprendre ce qu’est le dégoût ;
Et les Bêtes riront, dans la langue des Bêtes,
        De ce cadavre, saccagé
Par la dent des impurs fabricants de squelettes, —
        Quand le mangeur sera mangé.
 
                            II
 
Mais, quand l’accomplisseur de l’œuvre de vengeance
        Aura dit : Finit le Géant !
La Nature, avec sa maternelle indulgence,
        Clôra la gueule du néant.
Car tu fus quelquefois bon et plein de tendresse,
        Ô triste Roi des animaux,
Lorsqu’au pays d’Amour tu menais ta maîtresse
        Cueillir les printaniers rameaux.
T’en souvient-il ? tu mis parfois à sa ceinture
        Un bouquet doux comme un ami,
Et les lilas, avec un odorant murmure,
        Sur sa gorge aimée ont dormi.
Pauvre mort, délaissé par ta maîtresse veuve,
        Dans la tombe, rappelle-toi
Le pot de résédas, la violette neuve,
        Sur la fenêtre, au bord du toit ;
Comme tu les aimais, les chères campagnardes
        Fraîches sous leurs chapeaux rosés !
Comme elles t’envoyaient de leurs lèvres mignardes
        Des parfums chargés de baisers !
Tu fus bon pour les fleurs — Elles suivront ta cendre
        Jusqu’à la région des morts ;
Leurs racines iront, sous la terre, reprendre
        Les particules de ton corps ;
Elles se chargeront, les douces envoyées,
        En alambics mystérieux,
Elles distilleront tes chairs putréfiées
        Pour en faire un charme des yeux.
Si ta veuve s’en vient vers cette sépulture,
        — Ce qui ne paraît pas bien sûr ! —
Elles auront voilé l’abjecte pourriture
        Sous un linceul d’or et d’azur ;
Et, plus tard — quand ton corps, cette chose innommée
        Que tenait le Néant-Sommeil,
Aura, grâces aux fleurs, dans la vie animée,
        Repris une place au soleil,
Par les airs, un beau soir d’été, plein de chimères,
        De chants d’Amour, et de splendeurs,
Voleront, délégués par la Nature-Mère,
        Les Papillons ambassadeurs ;
Sur la tombe ils viendront, en costume de fêtes
        Porter le baiser ingénu,
Le baiser de pardon envoyé par les Bêtes,
        Quand tu seras Fleur devenu.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μас Οrlаn : «Соmmе ј’étаis mаl...»

Rаоul Ρоnсhоn

Hugо : Lа Vасhе

Μаrоt : «Un grоs priеur sоn pеtit-fils bаisаit...»

Μаrоt : Dеs nоnnеs, qui sоrtirеnt du соuvеnt pоur аllеr sе réсréеr

Μаrоt : Βаllаdе dе frèrе Lubin

Τоulеt : «Соmmе lеs diеuх gаvаnt lеur pаnsе...»

Βаrbеу d’Αurеvillу : À Vаlоgnеs

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

☆ ☆ ☆ ☆

Соignаrd : Соntrе lа сhаir

Gаlоу : Νаturе pаrisiеnnе

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Sаiх : «Соmmе еn lа flеur dеsсеnd dоuсе rоséе...»

Αсkеrmаnn : Lе Сri

Vеrlаinе : Εх imо

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Εt quеl biеn dе lа Μоrt ?...» (Spоndе)

De Τutus ΙΙ bis sur Vénus Αnаdуоmènе (Rimbаud)

De Сосhоnfuсius sur Lе Lас еt lе Sаulе (Rоllinаt)

De Jаdis sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Jе vоus аi vuе еnfаnt, mаintеnаnt quе ј’у pеnsе...» (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur «Οù quе је tоurnе l’œil, sоit vеrs lе Саpitоlе...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur Dеlfiса (Νеrvаl)

De Jаdis sur Βоnјоur ! (Gérаldу)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Sоnnеt à Sir Βоb (Соrbièrе)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе