Fernand Gregh

(1873-1960)

D’autrеs pоèmеs :

Ιl plеut

Τristеssе

 

 

Fernand Gregh

Les Clartés humaines


Un soir


 
Nous sommes là, ce soir, paisibles sous la lampe.
Mon père lit, sa main pâle contre sa tempe ;
Mon frère est accoudé, les yeux ailleurs, auprès
De ma mère qui brode avec des doigts distraits
Où luit le reflet lent du foyer sur ses bagues ;
Parfois le chien, perdu dans ses beaux songes vagues,
Étire de paresse et d’aise son flanc creux ;
Et je rêve, parmi le grand silence, heureux.
Nous sommes là, ce soir d’hiver, humble famille,
Écoutant à l’horloge indécise qui brille
Dans l’ombre, palpiter les instants fugitifs,
Groupés devant le feu, comme des primitifs.
Nous sommes là. Comment ? du fond de quel mystère
Nous trouvons-nous, ce soir, assemblés sur la terre?
Quel hasard, quels milliers de hasards nous ont joints,
À cette heure, en ce lieu du monde, aux mêmes points
De l’innombrable temps et de l’immense espace,
Dans l’éternel torrent des atomes qui passe ?...
Le soir est doux, ce soir, à tomber à genoux.
Dois-je en remercier un Dieu bon, qui sur nous
Veille avec un amour paternellement tendre,
Qui peut de quelque part nous voir et nous entendre,
Et qui nous a conduits lentement, pas à pas,
Et comme par la main ici ?... Je ne sais pas.
Ou bien est-ce un destin aveugle, sans tendresse,
Indifférent, méchant peut-être, qui nous presse,
Tandis que l’hiver souffle au dehors dans le noir,
Sous le doux cercle étroit de la lampe, ce soir,
Frileusement blottis les uns contre les autres,
Avec ces gestes et ces traits qui sont les nôtres,
Petits êtres d’un peu de chair, créés un jour
Par d’insensibles Lois, sans dessein, sans amour,
Qui nous roulent au gré de leur tumulte énorme,
Fragiles corps pétris dans la matière informe,
Et voués, après maint désir et maint effort,
À s’y restituer lorsque viendra la mort,
Bientôt hélas ! bientôt peut-être, tous les quatre ?...
Je ne sais pas. Je sens indéfiniment battre,
Comme un sang chaud que précipite un vaste émoi,
Je sens battre et passer dans les autres, en moi,
Une force de vie ardente et continue ;
Je me sens dans le cœur d’une Chose inconnue...
Je suis heureux. J’ignore où je serai demain.
Je suis heureux. Je suis comme un brin d’herbe humain
Qui frémit dans le fond des bois, loin de la route,
Et qui, serré parmi d’autres brins d’herbe, écoute
Le vent mystérieux couler sur lui sans fin :
Et c’est très doux, et très profond, et très divin.

[...]

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Lеs Ânеs

Τristаn Klingsоr

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Εrik Sаtiе

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Sаtiе : Lа Ρêсhе

Vеrlаinе : «Lе сiеl еst, pаr-dеssus lе tоit...»

☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Klingsоr

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Ghil : Lеs Yеuх dе l’аïеulе

Sсhwоb : Βоuts rimés

Cоmmеntaires récеnts

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Сосhоnfuсius sur Αu Τrаgédiеn Ε. Rоssi (Hеrеdiа)

De Vinсеnt sur «Si vоus vоуiеz mоn сœur аinsi quе mоn visаgе...» (Αubigné)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Jе vоus аi vuе еnfаnt, mаintеnаnt quе ј’у pеnsе...» (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur Jаsоn еt Μédéе (Hеrеdiа)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De Τhundеrbird sur «Dеpuis quе ј’аi lаissé mоn nаturеl séјоur...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Τhundеrbird sur Fin d’еmpirе (Sаmаin)

De Vinсеnt sur «Gоrdеs, ј’аi еn hоrrеur un viеillаrd viсiеuх...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Lе Βibliоphilе (Βеrtrаnd)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz