Jeanne-Marie Guyon

Poésies et Cantiques spirituels, 1790


L’âme amante qui ne respire qu’amour


Air : Je ne veux que Tircis


Je ne saurais parler, sans parler de l’amour ;
    J’aime mieux garder le silence :
    Heureuse de perdre le jour,
    En vivant sous sa dépendance.
 
On me dit que d’amour je parle à tout moment ;
    On m’en fait souvent le reproche :
    Je trouve mon contentement
    D’en entretenir qui m’approche.
 
Mon plaisir est l’amour : je veux sans fin chanter
    Et mon bonheur et sa louange :
    L’amour peut seul me contenter :
    Sans l’amour que tout m’est étrange !
 
L’amour a mon esprit, il possède mon cœur :
    Il est suffisant à soi-même :
    Il renferme tout mon bonheur ;
    Je ne puis vivre si je n’aime.
 
L’amour fait mon plaisir, l’amour fait ma douleur ;
    Il est ma joie, et ma souffrance :
    Sans l’amour je n’ai point de cœur,
    Et tombe dans la défaillance.
 
Ô toi, divin amour, seul et souverain bien,
    Voudrais-tu me fermer la bouche ?
    Malgré l’homme sois mon soutien ;
    Puisque toi seul : Amour, me touches.
 
Que l’on m’ôte l’honneur, les biens, la liberté,
    Tous mes amis, même la vie ;
    Contente de ta vérité,
    Je serai du trouble affranchie.
 
Si tu le permettais, ô pur et chaste amour,
    Tu pourrais par moi te transmettre :
    Si d’amour je fais un discours,
    C’est à toi de le faire admettre.
 
Je veux, ô cher Amour, t’écrire dans les cieux
    Que l’amour y serve d’étoiles ;
    Je veux t’écrire en tous les lieux,
    Sur la nuit, sur ses sombres voiles.
 
J’écrirai sur la nuit l’amour avec du feu ;
    Et par ce brillant caractère,
    Je ferai brûler pour mon Dieu
    Le Ciel aussi bien que la terre.
 
Je veux écrire en toi, ô fluide Océan,
    Et tracer l’amour sur tes ondes :
    Car l’amour est assez puissant
    Pour graver sur l’eau vagabonde.
 
Je te veux, cher amour, écrire sur les monts ;
    Je te veux graver sur la pierre :
    Dans les abîmes plus profonds,
    Je ferai voir ton caractère.
 
J’écrirai sur le cœur l’amour pur et parfait,
    Le burinant à traits de flammes :
    Mon esprit sera satisfait
    D’imprimer l’amour dans les âmes.
 
J’irai dans les enfers et crierai nuit et jour :
    L’amour ôterait votre peine,
    Si capables de quelque amour
    Vous changiez en amour la haine.
 
Je veux chanter, Amour, ta gloire à tout moment,
    Tant qu’il me restera de vie ;
    Je veux te faire voir si grand,
    Qu’à te suivre on brûle d’envie.
 
Mais je n’ai plus de voix : tous les hommes unis
    Ne travaillent qu’à te combattre ;
    Je vois partout tes ennemis :
    Ta force pourrait les abattre,
 
Je n’oserais parler, je n’oserais chanter ;
    Car les hommes me font la guerre :
    Chacun cherche à m’épouvanter ;
    Que craindrai-je, aimant le tonnerre ?
 
Si l’Amour est pour moi, je me moque de tous ;
    Puisque l’amour est mon partage :
    Venez sur moi, troupe de loups ;
    Vous me serez un badinage.
 
Qui saurait bien aimer, saurait si bien souffrir
    Sans craindre tourment ni menace,
    Qu’il viendrait à tous maux s’offrir
    Par amour, et non par audace.
 
Ô souverain Amour, immense Vérité !
    Je voudrais exhaler mon âme,
    Pour me perdre en votre unité
    Dans ce vaste Océan de flamme.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μас Οrlаn : «Соmmе ј’étаis mаl...»

Rаоul Ρоnсhоn

Hugо : Lа Vасhе

Μаrоt : «Un grоs priеur sоn pеtit-fils bаisаit...»

Μаrоt : Dеs nоnnеs, qui sоrtirеnt du соuvеnt pоur аllеr sе réсréеr

Μаrоt : Βаllаdе dе frèrе Lubin

Τоulеt : «Соmmе lеs diеuх gаvаnt lеur pаnsе...»

Βаrbеу d’Αurеvillу : À Vаlоgnеs

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

☆ ☆ ☆ ☆

Соignаrd : Соntrе lа сhаir

Gаlоу : Νаturе pаrisiеnnе

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Sаiх : «Соmmе еn lа flеur dеsсеnd dоuсе rоséе...»

Αсkеrmаnn : Lе Сri

Vеrlаinе : Εх imо

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Vénus Αnаdуоmènе (Rimbаud)

De Сосhоnfuсius sur Lе Lас еt lе Sаulе (Rоllinаt)

De Jаdis sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Jе vоus аi vuе еnfаnt, mаintеnаnt quе ј’у pеnsе...» (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur «Οù quе је tоurnе l’œil, sоit vеrs lе Саpitоlе...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur Dеlfiса (Νеrvаl)

De Сосhоnfuсius sur «Ô саlmе nuit, qui dоuсеmеnt соmpоsеs...» (Τуаrd)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Sоnnеt à Sir Βоb (Соrbièrе)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz