Jeanne-Marie Guyon

Poésies et Cantiques spirituels, 1790


L’âme amante qui ne respire qu’amour


Air : Je ne veux que Tircis


Je ne saurais parler, sans parler de l’amour ;
    J’aime mieux garder le silence :
    Heureuse de perdre le jour,
    En vivant sous sa dépendance.
 
On me dit que d’amour je parle à tout moment ;
    On m’en fait souvent le reproche :
    Je trouve mon contentement
    D’en entretenir qui m’approche.
 
Mon plaisir est l’amour : je veux sans fin chanter
    Et mon bonheur et sa louange :
    L’amour peut seul me contenter :
    Sans l’amour que tout m’est étrange !
 
L’amour a mon esprit, il possède mon cœur :
    Il est suffisant à soi-même :
    Il renferme tout mon bonheur ;
    Je ne puis vivre si je n’aime.
 
L’amour fait mon plaisir, l’amour fait ma douleur ;
    Il est ma joie, et ma souffrance :
    Sans l’amour je n’ai point de cœur,
    Et tombe dans la défaillance.
 
Ô toi, divin amour, seul et souverain bien,
    Voudrais-tu me fermer la bouche ?
    Malgré l’homme sois mon soutien ;
    Puisque toi seul : Amour, me touches.
 
Que l’on m’ôte l’honneur, les biens, la liberté,
    Tous mes amis, même la vie ;
    Contente de ta vérité,
    Je serai du trouble affranchie.
 
Si tu le permettais, ô pur et chaste amour,
    Tu pourrais par moi te transmettre :
    Si d’amour je fais un discours,
    C’est à toi de le faire admettre.
 
Je veux, ô cher Amour, t’écrire dans les cieux
    Que l’amour y serve d’étoiles ;
    Je veux t’écrire en tous les lieux,
    Sur la nuit, sur ses sombres voiles.
 
J’écrirai sur la nuit l’amour avec du feu ;
    Et par ce brillant caractère,
    Je ferai brûler pour mon Dieu
    Le Ciel aussi bien que la terre.
 
Je veux écrire en toi, ô fluide Océan,
    Et tracer l’amour sur tes ondes :
    Car l’amour est assez puissant
    Pour graver sur l’eau vagabonde.
 
Je te veux, cher amour, écrire sur les monts ;
    Je te veux graver sur la pierre :
    Dans les abîmes plus profonds,
    Je ferai voir ton caractère.
 
J’écrirai sur le cœur l’amour pur et parfait,
    Le burinant à traits de flammes :
    Mon esprit sera satisfait
    D’imprimer l’amour dans les âmes.
 
J’irai dans les enfers et crierai nuit et jour :
    L’amour ôterait votre peine,
    Si capables de quelque amour
    Vous changiez en amour la haine.
 
Je veux chanter, Amour, ta gloire à tout moment,
    Tant qu’il me restera de vie ;
    Je veux te faire voir si grand,
    Qu’à te suivre on brûle d’envie.
 
Mais je n’ai plus de voix : tous les hommes unis
    Ne travaillent qu’à te combattre ;
    Je vois partout tes ennemis :
    Ta force pourrait les abattre,
 
Je n’oserais parler, je n’oserais chanter ;
    Car les hommes me font la guerre :
    Chacun cherche à m’épouvanter ;
    Que craindrai-je, aimant le tonnerre ?
 
Si l’Amour est pour moi, je me moque de tous ;
    Puisque l’amour est mon partage :
    Venez sur moi, troupe de loups ;
    Vous me serez un badinage.
 
Qui saurait bien aimer, saurait si bien souffrir
    Sans craindre tourment ni menace,
    Qu’il viendrait à tous maux s’offrir
    Par amour, et non par audace.
 
Ô souverain Amour, immense Vérité !
    Je voudrais exhaler mon âme,
    Pour me perdre en votre unité
    Dans ce vaste Océan de flamme.
 

Commentaire (s)
Déposé par Jadis le 19 avril 2020 à 10h47

Bramante et coquine, j’expire d’amour
---------------------------------------------------

Enfin bref, cher Amour, c’est pas tout, maintenant,
       Passons donc aux travaux pratiques :
       Tout ceci est fort passionnant
       Mais reste un peu périphrastique.

Cela fait désormais trop longtemps, je le crois,
       Qu’on tourne autour de la potiche ;
       Prends-moi à l’envers, à l’endroit,
       Car, vois-tu, j’ai le feu aux miches.

Amour, jouons au jeu de la bête à deux dos
       Qui rugit, souffle et qui ahane ;
       Et fais moi grimper aux rideaux,
       Grâces à ta chopine d’âne.

Mes pudiques effets tombent, bon débarras,
       Au sol, et ta force brutale
       Va m’emporter, per aspera
       Ad astra, oui, jusqu’aux étoiles.

A cru, chevauche-moi, mon cavalier fringant,
       Mon fier, mon vigoureux athlète,
       Mets-moi les orteils, mon brigand,
       Tous en bouquets de violettes.

À l’abordage, aïe donc, taïaut, hardi petit !
       Mon bel Amour, oh prends-moi toute !
       Avec fureur et appétit,
       N’hésite pas, défonce, boute !

Charge, sans barguigner, éperonne, grand fou,
       Hosanna, grand Dieu je me pâme !
       Le lit se disloque ? on s’en fout !
       C’est fait, j’ai exhalé mon âme.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

Siеfеrt : Rêvеs, аnхiétés, sоupirs

Sаtiе : Lе Ρiсniс

Νеrvаl : Ρоlitiquе

Viviеn : Εllе pаssе

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Gérаrd : Lеs Саnаrds

Lесоntе dе Lislе : Ιn ехсеlsis

☆ ☆ ☆ ☆

Lаutréаmоnt : «Jе сhеrсhаis unе âmе qui mе rеssеmblât...»

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Sullу Ρrudhоmmе : Lеs Сhаînеs

Vеrlаinе : À Μоnsiеur еt Μаdаmе Τ.

Fаnсhу : Αllоns аu bоis

Rоllinаt : Lе Соnvоi funèbrе

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Αpоllinаirе : Εnfаnсе

Sаmаin : Lе Rеpаs prépаré

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Βlаsоn сélеstе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Сосhоnfuсius sur «Οr, dis-је biеn, mоn еspérаnсе еst mоrtе...» (Lа Βоétiе)

De Сосhоnfuсius sur «Сеllе quе Ρуrrhе еt lе Μаrs dе Libуе...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De сindrеl sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz