Jeanne-Marie Guyon


L’Amour insensible d’une âme consommée en Dieu


 
Mon cœur est transporté dans une région
          Plus profonde et plus étendue,
          Je ne connais plus l’abandon,
          Tout est englouti dans la nue.
 
Saintes obscurités, insensibles amours,
          Ô pertes, ô rayon de lumière !
          Que vous me montrez de beaux jours
          Près de la fin de ma carrière !
 
Si je meurs dans l’amour, je serai fortuné,
          Malgré ce terrible passage ;
          Partout où Dieu m’a destiné,
          Je trouverai l’heureux partage.
 
Je ne connais plus rien dans un vaste néant ;
          Je m’abîme, et me perds sans cesse :
          Je ne vois le beau ni le grand ;
          Mais je crois que c’est la Sagesse.
 
Je ne veux rien avoir, je ne veux rien savoir ;
          Et plus la nuit me semble obscure,
          Plus je crois, sans l’apercevoir ,
          Que c’est l’Auteur de la Nature.
 
Rien ne manque à mon cœur dedans sa pauvreté ;
          Ce néant est plein de richesse ;
          Et cette vaste obscurité
          Est pleine de délicatesse.
 
Que ce cœur est content, sans nul contentement !
          Que veut-il ? qu’est-ce qu’il désire ?
          Son plaisir est en son Amant ;
          Il ne veut rien quand il soupire.
 
Nul objet ne parait dans ce désert sacré ;
          Nuls pensers ne troublent notre âme :
          Ce lieu que Dieu s’est consacré,
          Est une pure et chaste flamme.
 
Mais flamme sans clarté, sans brillant, sans ardeur :
          Cette flamme est d’autant plus pure
          Qu’elle concentre sa chaleur,
          Et la dérobe à la nature.
 
Ô vaste immensité, trop favorable nuit !
          Tu me caches bien à moi-même :
          Ah ! ce qui parait, ce qui luit,
          Est trop peu pour le cœur qui t’aime.
 
Ah ! cache-moi toujours, Suprême Vérité ;
          Ta lumière est inaccessible :
          Ô bienheureuse obscurité !
          Tu n’es palpable, ni sensible.
 
Plus vaste que les cieux est cette sombre nuit,
          Toujours consacrée au silence :
          Éloigné du monde et du bruit,
          On apprend l’auguste science.
 
Tout pour Dieu, rien pour soi ; car le MOI n’étant plus,
          Rien ne trouble et rien n’inquiète :
          Quitte des pensers superflus,
          En Dieu l’âme fait sa retraite.
 
Fantômes importuns, vous n’êtes point ici,
          C’est un serein toujours tranquille :
          Ni la crainte, ni le souci
          N’entrent point dans ce domicile.
 
Ô séjour de la paix, consacré par l’amour !
          Ô brasier caché sous la cendre !
          Ô tranquille et vaste séjour,
          Où l’amour seul se fait entendre !
 
Charmante et douce voix, qui parle au fond du cœur,
          Sans l’entremise des paroles,
          Que ton discours est suborneur !
          Les autres discours sont frivoles,
 
Celui qui t’a goûté, ne saurait rien souffrir
          Que ta simple délicatesse :
          Fais qu’au temps que je dois mourir,
          Je n’entende que ta Sagesse.
 
Écarte loin de moi ce discours importun,
          Qui viendrait troubler mes délices :
          Ah ! soyons toujours un-à-un
          Dedans ces derniers sacrifices.
 

Poésies et Cantiques spirituels, 1722

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оubli dеs mоrts

Lаfоrguе : Соmplаintе du fœtus dе pоètе

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lоrsquе је t’аi соnnuе аuх Îlеs dе lа Sоndе...»

Ρоnсhоn : Ρаrtiе dе сhаssе

Jаmmеs : Lеs Νègrеs

☆ ☆ ☆ ☆

Du Βеllау : «Jе nе tе priе pаs dе lirе mеs éсrits...»

Viviеn : «Ρаrlе-mоi, dе tа vоiх pаrеillе à l’еаu соurаntе...»

Ρоnсhоn : Сhаnsоn dе printеmps

Hеrvillу : Βuсоliquе Νоirе

Νоuvеаu : Αu muséе dеs аntiquеs

Hеrvillу : Sur lеs bоrds du Sаubаt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Flеur séсulаirе (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur «L’аutrе nuit, је vеillаis dаns mоn lit sаns lumièrе...» (Sаintе-Βеuvе)

De Сосhоnfuсius sur Οndinе (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur Élоgе à lа јеunе fillе (Sеgаlеn)

De Dupаnlоup sur Ρаrtiе dе сhаssе (Ρоnсhоn)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De Τhundеrbird sur Sur un tоmbеаu (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Lilith sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz