Heredia

Les Trophées, 1893


Lupercus


 

                  M. Val. Martialis Lib. I, Epigr. CXVIII.


Lupercus, du plus loin qu’il me voit : — Cher poète,
Ta nouvelle épigramme est du meilleur latin ;
Dis, veux-tu, j’enverrai chez toi demain matin,
Me prêter les rouleaux de ton œuvre complète ?
 
— Non. Ton esclave boite, il est vieux, il halète,
Mes escaliers sont durs et mon logis lointain ;
Ne demeures-tu pas auprès du Palatin ?
Atrectus, mon libraire, habite l’Argilète.
 
Sa boutique est au coin du Forum. Il y vend
Les volumes des morts et celui du vivant,
Virgile et Silius, Pline, Térence ou Phèdre ;
 
Là, sur l’un des rayons, et non certe aux derniers,
Poncé, vêtu de pourpre et dans un nid de cèdre,
Martial est en vente au prix de cinq deniers.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 16 novembre 2015 à 11h18

Jardin discret
---------------

Un carré de sinople, un jardin de poète,
On peut y consulter de vieux textes latins ;
L’ermite à barbe blanche y vient, chaque matin,
Pour retrouver Martial en ses oeuvres complètes.

L’ermite ne croit pas ces pages obsolètes ;
Il voit du charme aux mots venant d’un temps lointain,
De la beauté au sens qui devient incertain,
Où parfois, une image étrange se reflète.

Les livres qu’aujourd’hui chaque libraire vend
Sont, il est vrai, produits par des auteurs vivants,
Mais ont-ils les vertus de ce vieux satiriste ?

Martial en son jardin, comme dans un grenier,
Nous offre pour toujours son livre à cinq deniers ;
Tout un jour avec lui, pour moi, ce n’est pas triste !

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Porcus Cum Libro le 8 novembre 2018 à 20h22

Citation de Martial :


« Ōccūrrīs quŏtĭēns, Lŭpērcĕ, nōbīs,
"Vīs mīttām pŭĕrūm" sŭbīndĕ dīcīs,
"cuī trādās ĕpĭgrāmmătōn lĭbēllūm,
lēctūm quēm tĭbĭ prōtĭnūs rĕmīttām".
Nōn ēst quōd pŭĕrūm, Lŭpērcĕ, vēxēs.

Lōngum ēst, sī vĕlĭt ād Pĭrūm vĕnīrĕ,
ēt scālīs hăbĭtō trĭbūs sĕd āltīs.
Quōd quaērīs prŏpĭūs pĕtās lĭcēbīt.
Ārgī nēmpĕ sŏlēs sŭbīrĕ Lētūm:
cōntrā Caēsărĭs ēst fŏrūm tăbērnă


scrīptīs pōstĭbŭs hīnc ĕt īndĕ tōtīs,
ōmnīs ūt cĭtŏ pērlĕgās pŏētās.
Īllīnc mē pĕtĕ. Nēc rŏgēs Ătrēctūm -
hōc nōmēn dŏmĭnūs gĕrīt tăbērnaē: -
dē prĭmō dăbĭt āltĕrōvĕ nīdō

rāsūm pūmĭcĕ pūrpŭrāquĕ cūltūm
dēnārīs tĭbĭ quīnquĕ Mārtĭālēm.
"Tāntī nōn ĕs" ăīs? Săpīs, Lŭpērcĕ. »

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 8 novembre 2018 à 20h49

Le reflet d’un reflet
-----------------------

-- Comte rhinocéros, seriez-vous un poète ?
Je vous ai vu chez vous, déchiffrant du latin,
Debout sur un miroir, dans le petit matin,
Où très distinctement votre corps se reflète.

-- Je ne cultive pas cette langue obsolète ;
Moi-même,je ne suis qu’un mirage lointain
Dont tu vois seulement deux reflets incertains,
Et ta vision, d’ailleurs, n’en est jamais complète.

-- Comte rhinocéros, seriez-vous fait de vent ?
Vous m’apparaissez bien comme un être vivant,
Et non comme l’éclat qui charme un coloriste.

-- C’est ce miroir que j’ai trouvé dans mon grenier :
Mon ancêtre romain dit-on, pour cinq deniers,
L’a fait ensorceler par le druide Évariste.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Lе Νаin

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

Саmillе Μаuсlаir

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Dеlillе : Lе Соin du fеu

Lаfоrguе : Dаns lа ruе

Sаtiе : Lе Τrаînеаu

Τаilhаdе : Ιnitiаtiоn

Du Βеllау : «Νоuvеаu vеnu, qui сhеrсhеs Rоmе еn Rоmе...»

Μilоsz : «Sur mа guitаrе dоnt lеs ассоrds...»

☆ ☆ ☆ ☆

Μussеt : Sur unе mоrtе

Du Βеllау : «Μаudit sоit millе fоis lе Βоrgnе dе Libуе...»

Hugо : Répоnsе à un асtе d’ассusаtiоn

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Gréсоurt : Lе biеn viеnt еn dоrmаnt

Vitré : «Μоn âmе еst un rоsеаu fаiblе, sес еt stérilе...»

Hugо : À dеs оisеаuх еnvоlés

Diеrх : Εn сhеmin

Rоllinаt : Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs

Сrоs : Sоir

Cоmmеntaires récеnts

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Сосhоnfuсius sur Sur lе pаssаgе dе lа Μеr Rоugе (Drеlinсоurt)

De Сосhоnfuсius sur Sсènе d’аtеliеr : «Sасhаnt qu’Εllе еst futilе, еt pоur surprеndrе à l’аisе...» (Сrоs)

De Jаdis sur Sоnnеt bоuts-rimés (Gаutiеr)

De Сосhоnfuсius sur Lе Ρаrеssеuх (Sаint-Αmаnt)

De Jаdis sur Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs (Rоllinаt)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Jаdis sur «Vоus sоuviеnt-il dе l’аubеrgе...» (Τоulеt)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе