André-Ferdinand Herold


Bertilla


 
Aux marges neuves d’un bel évangéliaire,
L’Abbesse peint des colombes et des griffons ;
Elle peint des rameaux d’olivier et de lierre
Ou des anges volants parmi des ciels profonds.
 
Là, Jésus dort en un berceau de paille fraiche ;
Et voici les trois Rois Mages et les Bergers
Que l’Étoile guida vers la divine crèche
Avec les vases d’or et les fruits des vergers.
 
La sage Abbesse peint de douces rêveries,
Le Précurseur, grave et maigre, et vêtu de peau,
Et le Seigneur qui dans les mystiques prairies
 
Veille sur les brebis de son chaste troupeau.
Et la tête de Christ saignant au mur se baisse
Pour mieux voir et sourit à la savante Abbesse.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 9 juillet 2019 à 12h00

Encore un château en Espagne
------------------------------

Hautes en sont les tours, légère en est la pierre,
Imposante l’entrée que gardent des griffons ;
C’est un château volant, mais qui s’orne de lierre
Et d’autres végétaux issus du ciel profond.

Aux tuiles de couleur qui captent la lumière,
De surprenants reflets se font et se défont ;
Mais aussi, par les temps de brume et de poussière,
Le tout prend la couleur de la neige qui fond.

Le seigneur se consume en douces rêveries,
En songe il croit revoir ses copains de tripot.
Le château, cependant, survole une prairie ;

Un berger le contemple, ainsi que son troupeau,
Intrigué de le voir qui dérive sans cesse
Avec ce vieux baron, sans la moindre princesse.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 26 décembre 2021 à 14h03

Dragon des confins
--------

C’est un cracheur de feu, c’est un mangeur de pierres,
Il est fier d’être fils de guivre et de griffon ;
Il arbore à Noël sa couronne de lierre,
Il écoute, pensif, les mots de son bouffon.

Parcourant les bouquins des chercheurs de lumière,
Il admire l’esprit de ces penseurs profonds ;
Sa muse à les aimer toujours fut la première,
Leurs paroles de paix son âme satisfont.

Les amis du dragon, frères en beuverie,
Parfois ont transformé sa demeure en tripot,
Ayant pour taverniers les elfes des prairies.

Au donjon du manoir flotte un large drapeau,
Lequel fut dessiné par une enchanteresse
Et donne fière allure à cette forteresse.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Ρizаn : «À qui dirа-t-еllе sа pеinе...»

Sаint-Αmаnt : «Jе viеns dе rесеvоir unе bеllе missivе...»

Αubеspinе : Lе luth

Rасаn : Stаnсеs sur lа rеtrаitе

Du Βеllау : «Ô Ρrisоn dоuсе, оù саptif је dеmеurе...»

Gаutiеr : Lе Βаnс dе piеrrе

Sigоgnе : «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...»

Sigоgnе : «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...»

Rоnsаrd : «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...»

Μаrоt : «Jоuissаnсе vоus dоnnеrаi...»

☆ ☆ ☆ ☆

Μаrbеuf : «Βеаuх уеuх оù luisеz-vоus, mеs sоlеils quе ј’аdоrе...»

Viviеn : «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...»

Μаrоt : Dе l’Αbbé еt dе sоn Vаlеt

Μаrоt : «Νе sаis соmbiеn lа hаinе еst durе...»

Viviеn : Ρоèmе d’аmоur

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De Сосhоnfuсius sur Ιntériеur : «Lе piаnо-mаnivеllе...» (Саrсо)

De Сосhоnfuсius sur Ιphigéniе (Fоurеst)

De Jаdis sur Sur quеlquеs mаuvаisеs mаnièrеs dе pаrlеr (Μаrоt)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сurаrе- sur Lе Dоnјоn (Rоllinаt)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

De Ιо Kаnааn sur «Ô Ρrisоn dоuсе, оù саptif је dеmеurе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Rоssignоl, rоi dеs bоis, vоus, tоurtrе sоlitаirе...» (Ρаssеrаt)

De Xi’Αn sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Αlех Sаndrin sur «Μаrаud, qui n’еs mаrаud quе dе nоm sеulеmеnt...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Qu’оn m’аrrасhе lе сœur, qu’оn mе fаssе еndurеr...» (Dеspоrtеs)

De Jаdis sur Βоuts rimés (Sсhwоb)

De Сrасhеtоnmuсus sur «Si pаr pеinе еt suеur еt pаr fidélité...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Μusе Vénаlе (Βаudеlаirе)

De Сésаr Βistruklа sur «Lеs еsсаdrоns аilés du сélеstе pоurpris...» (Lа Сеppèdе)

De Jаdis sur Lа Βеrgе (Μérаt)

De Соnсоurs Lépinе sur L’Égоïstе (Sсhwоb)

De Xi’аn sur Lа Μоrt еt lе Μаlhеurеuх. Lа Μоrt еt lе Βûсhеrоn (Lа Fоntаinе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz