Ernest d’Hervilly

Le Harem


À la Lousiane



Sous l’azur enflammé le vieux Mississipi
          Fume. — Il est midi. — Les tortues
Dorment. Le caïman aux mâchoires pointues
          Bâille, dans le sable accroupi.
 
Les cloches ont sonné le breakfast dans la plaine ;
          Et l’on n’aperçoit plus, là-bas,
Dans les cannes à sucre et dans les verts tabacs,
          Les nègres aux cheveux de laine.
 
Tandis que sur les champs où gisent les paniers
          Des noirs étendus dans leurs cases,
Le soleil tombe droit et dessèche les vases
          Nourricières des bananiers,
 
Chez Jefferson and C°, dont le coton, par balles,
          Gorge Le Havre et Manchester,
On siffle le petit Africain Jupiter,
          Un rejeton de cannibales !
 
Jupiter, négrillon vorace et somnolent,
          Qui chérit l’éclat blanc du linge,
Un large éventail jaune entre ses doigts de singe,
          S’avance d’un pas indolent.
 
Or, préférant, selon toutes les conjectures,
          La cuisine à la véranda,
Il évente, rêveur, sa maîtresse Tilda,
          En digérant des confitures.
 
Et, cependant qu’il suit de son gros œil d’émail
          Les zigzags sans fin d’une mouche,
L’ivoire de ses dents brille au bord de sa bouche,
          Entre deux croissants de corail.
 
Un jour discret emplit la véranda tranquille,
          Filtré par les feuillages verts ;
Les stores de rotin au hasard entrouverts
          Laissent passer des fleurs par mille.
 
Nul bruit. — L’éventail bat l’air tiède et parfumé
          Avec un soupir monotone ;
Un griffon de Cuba, muet, se pelotonne
          Ou s’étire, ingrat trop aimé !
 
Deux splendides aras, de leur perchoir d’ébène
          Lancent, assoupis, des clins d’yeux
Sur l’enfant noir, objet de leur secrète haine,
          Et sur le Havanais soyeux.
 
Un macaque chéri, jeune mais blasé, grave
          Comme au Sénat le Président,
Crève, plein d’insolence, et du bout de la dent,
          La peau jaune d’une goyave.
 
Au-dehors les crapauds se taisent dans les joncs
          Mystérieux des marécages.
Les moqueurs alanguis ont cessé dans leurs cages
          De contrefaire les pigeons.
 
Miss Tilda Jefferson, une enfant paresseuse,
          Paresseuse créolement,
Abandonne son corps au tangage charmant
          Et doux de sa large berceuse ;
 
Elle est pâle, très pâle, avec des cheveux bruns,
          Dans son peignoir de mousseline.
On voit à la blancheur de l’ongle à sa racine
          Que son sang noble est pur d’emprunts.
 
Le balancin de canne où miss Tilda repose
          Obéit à son poids léger ;
La chère créature au doux nom étranger
          À l’oreille porte une rose.
 
Sa suivante Euphrasie, en madras jaune et bleu,
          Aux grosses lèvres incarnates,
Rit, sans savoir pourquoi, dans un coin, sur les nattes,
          Humant sa cigarette en feu.
 
Miss Tilda Jefferson fait la sieste ; elle rêve ;
          Elle pense à son doux ami ;
Ses admirables yeux sont fermés à demi
          Son nègre l’évente sans trêve.
 
L’œil clos, miss Tilda suit Davis Brooks, son amant,
          Sur les houles de l’Atlantique,
Tandis que Jupiter, harcelé d’un moustique,
          La contemple piteusement.
 
Elle voit son Davis, tête hâlée et fière,
          Sur le pont du schooner « The Fly »,
Qui fume, accoudé sur l’habitacle poli,
          En casquette à longue visière ;
 
Le schooner roule et tangue, et ses mâts gracieux
          Jettent leur ombre sur les lames,
Et l’ombre des huniers, des espars et des flammes...
          Davis Brooks paraît soucieux.
 
Miss Jefferson sourit — (le fin navire lofe
          Et s’éloigne), — ses doigts mignons
S’agitent faiblement, délicats compagnons
          Du sein qui tremble sous l’étoffe.
 
Ainsi, sur l’Océan, où croise son amour,
          La blanche miss Tilda s’égare,
À laquelle ce soir, en brûlant un cigare,
          Trente planteurs feront leur cour.
 
Mais, hélas ! insensible à tant de poésie,
          Jupiter pousse un cri plaintif,
Et dans son coin obscur, toujours sans nul motif,
          Rit la mulâtresse Euphrasie.
 
Autour d’eux le chien blanc, les perroquets pourprés
          Et le singe roux, tout sommeille ;
Le vent qui passe apporte, avec un bruit d’abeille,
          L’odeur des ananas dorés.
 
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Lеs Ânеs

Τristаn Klingsоr

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Εrik Sаtiе

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Sаtiе : Lа Ρêсhе

Vеrlаinе : «Lе сiеl еst, pаr-dеssus lе tоit...»

☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Klingsоr

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Ghil : Lеs Yеuх dе l’аïеulе

Sсhwоb : Βоuts rimés

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Сосhоnfuсius sur Lе Ρitrе сhâtié (Μаllаrmé)

De Сосhоnfuсius sur «Si vоus vоуiеz mоn сœur аinsi quе mоn visаgе...» (Αubigné)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De Τhundеrbird sur «Dеpuis quе ј’аi lаissé mоn nаturеl séјоur...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Τhundеrbird sur Fin d’еmpirе (Sаmаin)

De Vinсеnt sur «Gоrdеs, ј’аi еn hоrrеur un viеillаrd viсiеuх...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Lе Βibliоphilе (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur «Qui а nоmbré, quаnd l’аstrе, qui plus luit...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе