Ernest d’Hervilly

Le Harem


Bucolique Noire


     

À Eugène Viollat


« Je suis Sir Hutchinson (Edwards), un géographe
De London, » leur dit-il. — Avec son nouveau-né
Chaque négresse prit cet air très-étonné
Qu’affecte l’éléphant à l’aspect d’une agrafe ;
 
Puis un rire éclata (comme en connut Vulcain)
De leur oreille gauche à leur oreille droite !
Or l’Anglais ajouta d’une façon adroite :
« Comment vous portez-vous ? » en langage africain.
 
Politesse inutile ! — Il eut le sort d’Orphée.
De son corps, qu’un seul coup sur le sable abattit,
Son âme « britannique » au ciel en feu partit,
Toute sanglante, avec une plainte étouffée !
 
Cuit à point sur un feu de joncs secs, le savant
Repose maintenant en de sombres poitrines ;
Son souvenir parfois dilate les narines.
Hélas ! de tels festins se font trop peu souvent !
 
Gloire à Dieu ! — L’Oasis reste obscure, et vos planches,
Atlas, ne portent point son vieux nom guttural,
Le Progrès cherche en vain cet Éden immoral
Qui n’a point d’Habits-noirs ni de Cravates-blanches.
 
Ah ! ce n’est qu’un répit d’un jour ! Tout disparaît :
L’Inconnu ! l’Imprévu ! Le globe se francise,
Sur les Indicateurs il faudra que l’on lise :
tombouctou— (Buffet.) (Bif.) — (Dix minutes d’arrêt.)
 
Mais il est des pays où les Bibles, par balles,
N’iront jamais verser la céleste liqueur :
Poètes, ô famille exquise de mon cœur,
Rassurez-vous, il est encor des cannibales !
 
Oui, tout l’indique ! — il est des coins délicieux,
Ignorés depuis six mille ans, grèves étranges
Où la trace des pieds adorables des anges
Apparaîtra soudain, toute fraîche, à nos yeux.
 
Je conclus. Après quoi j’exécute un paraphe :
Négresses au front pur, aux gorges de métal,
Que n’étais-je avec vous sur votre sol natal,
J’aurais, plein d’appétit, mangé du géographe !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rеvеrdу : Stоp

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

Μаrоt : Dе sоi-mêmе

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Ρеllеrin : «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...»

☆ ☆ ☆ ☆

Αсkеrmаnn : Lе Сri

Vеrlаinе : Εх imо

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Rоllinаt : À l’inассеssiblе

Ρоpеlin : Lеs Сеrisеs

Сrоs : Vеrtigе

Αpоllinаirе : «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...»

Vеrlаinе : «Lе sоlеil, mоins аrdеnt, luit сlаir аu сiеl mоins dеnsе...»

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur À сеuх qui dоrmеnt (Hugо)

De Сосhоnfuсius sur Libеrté (Сrоs)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Jаdis sur Ρоssеssiоn (Dеlаruе-Μаrdrus)

De Сосhоnfuсius sur Rесuеillеmеnt (Βаudеlаirе)

De Сurаrе- sur Sоnnеt à Sir Βоb (Соrbièrе)

De Jаdis sur «Μа Dаmе nе m’а pаs vеndu...» (Μаrоt)

De Сосhоnfuсius sur «Qui а vu quеlquеfоis un grаnd сhênе аsséсhé...» (Du Βеllау)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе