Claude Hopil

Les Divins Élancements d’Amour, 1629


Cantique


 
Je vois, je ne vois rien, j’entends chanter les anges
              Qui disent en chantant :
Pour voir le saint objet de toutes nos louanges
              Que ton cœur aime tant,
Chère âme, il faut mourir d’une mort douce et belle
              Où ton Dieu se révèle.
 
Entre dans ton néant, de là passe en l’extase
              Non de mort, mais d’amour,
Que ton cœur amoureux en cet excès s’embrase,
              De Dieu ton vrai séjour
Tu verras seulement en cette mort suprême
              L’ombre du Seigneur même.
 
Le voir visiblement dans son trône de gloire,
              Des saints c’est le désir
Voir qu’on ne le peut voir en cette prison noire
              C’est un si grand plaisir
Que l’âme de ses sens est toute aliénée
              De gloire environnée.
 
Le Seigneur de la gloire est autour de ton âme
              Et tu ne le vois pas,
Du désir de le voir la pauvrette se pâme
              Dans l’amoureux trépas,
À force de désirs peut-être qu’en la vie
              Elle sera ravie.
 
Au prix de ce grand tout tu vois bien peu de chose
              Ainçois tu ne vois rien,
Mais hélas ! les mondains qui ne cherchent leur cause
              Et tout souverain bien
Ne voient tant que toi, qui tiens sans voir encore
              Celui que tu adore.
 
Je le tiens, je le tiens, celui que mon cœur aime
              (Disait l’épouse un jour)
Heureuse l’embrassant d’un désir tout extrême
              Des bras de son amour.
Elle ne pensait pas au plaisir de la vue,
              L’adorant en la nue.
 
Les anges à ces mots se voilant en silence
              De leurs ailes les yeux
Adoraient purement la très pure substance
              De leur roi glorieux
Qui dans trois noms divins est une seule essence,
              Une gloire et puissance.
 
Je n’osais pas lever dedans le Ciel la vue,
              Les voyant adorer
Ce grand Être trin’un caché dans une nue,
              Qu’il ne faut désirer
De voir très clairement jusqu’à tant qu’il révèle
              Sa grandeur éternelle.
 
Ravi de leurs doux chants, je pensais par l’oreille
              Rendre l’âme à la fois,
Mais soudain je rentrai de merveille en merveille,
              Quand j’entrevis ces trois
Dans un petit brouillas où mon cœur les adore
              Comme au point de l’aurore.
 
Quel sera le midi, si l’aurore est si claire
              (Disais-je en mon esprit)
Hélas ! je suis ravi sans voir ce grand mystère
              Au sein de Jésus-Christ,
Ô midi glorieux ! après toi ma pauvre âme
              D’amour halète et pâme.
 
Venez, ô saint Esprit, annoncer à l’amante
              L’aube de ce grand jour,
Venez la secourir, la pauvrette lamente,
              Las ! elle meurt d’amour,
Tirez-la dans le Ciel pour en ce lieu suprême
              Vivre de l’amour même.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Lеs Ânеs

Τristаn Klingsоr

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Εrik Sаtiе

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Sаtiе : Lа Ρêсhе

Vеrlаinе : «Lе сiеl еst, pаr-dеssus lе tоit...»

☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Klingsоr

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Ghil : Lеs Yеuх dе l’аïеulе

Sсhwоb : Βоuts rimés

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Сосhоnfuсius sur Lе Ρitrе сhâtié (Μаllаrmé)

De Сосhоnfuсius sur «Si vоus vоуiеz mоn сœur аinsi quе mоn visаgе...» (Αubigné)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De Τhundеrbird sur «Dеpuis quе ј’аi lаissé mоn nаturеl séјоur...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Τhundеrbird sur Fin d’еmpirе (Sаmаin)

De Vinсеnt sur «Gоrdеs, ј’аi еn hоrrеur un viеillаrd viсiеuх...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Lе Βibliоphilе (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur «Qui а nоmbré, quаnd l’аstrе, qui plus luit...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz