Claude Hopil

Les Divins Élancements d’Amour, 1629


Cantique


 
Priant dessus un mont où les plus belles choses
              Se voient en tout temps,
Où mille et mille fleurs, où les lys et les roses
              Font un divin printemps,
Je courais à l’odeur du parfum désirable
              De l’époux adorable.
 
J’y vis des anges purs et des vierges encore
              Ayant le teint de lys,
Non de lys des jardins, mais de ceux dont s’honore
              L’odorant Paradis,
Qui disaient en chantant : Mon bel époux suprême
              Est l’huile et parfum même.
 
J’adorais en silence, en mon humble prière,
              Et n’osais m’enquérir
En ce divin brouillas, où logeait la lumière
              Pour qui je veux mourir ;
Je sentais sans rien voir cette odeur ravissante
              Qui les anges contente.
 
Les anges et les saints, les célestes pucelles,
              Épouses de Jésus,
Me disaient en chantant : Puisque tu nous appelles
              Dans ton néant confus,
Nous te révélerons des parfums le mystère
              Qu’il te conviendra taire.
 
Nous sommes du jardin de cet époux céleste
              Les roses et les lys,
Le baume de l’amour, à l’ange il manifeste
              En ce doux Paradis,
Il nous montre sa gloire, il nous fait voir sa face
              Qui les blancs lys efface.
 
L’époux est blanc et rouge, et nous portons encore
              Ces aimables couleurs,
L’ange et l’âme qui l’aime et le sert et l’adore,
              Se pâme en ses odeurs,
Si tu l’aimes d’amour, tu seras tout éprise
              De sa senteur exquise.
 
Des divins aromats, voici les beaux mystères,
              Le Père, Esprit et Fils,
Ce sont trois parfumeurs qui par nos ministères
              Font un doux Paradis,
Embaumant tous les cœurs, les âmes et les anges,
              Les trônes, les archanges.
 
Le Père parfumant le Fils, ce Verbe encore
              Va le Père embaumant,
Ces deux, le Saint-Esprit (qu’avec eux on adore)
              Vont toujours parfumant,
Cet Esprit les embaume, et ce parfum céleste
              À tous se manifeste.
 
La boîte des parfums est la divine essence
              Qui par le Saint-Esprit
Épanche les odeurs de sa magnificence
              Au cœur de Jésus-Christ,
L’âme l’envoie au corps, et ce corps par mystère
              Aux amants du Calvaire.
 
Le sang de Jésus-Christ et son divin mérite
              Sont les onguents très doux
Qui parfument les cœurs et les âmes d’élite,
              Amantes de l’époux,
Il embaume la terre et le ciel et les anges
              Qui chantent ses louanges.
 
Courons après l’odeur des doux onguents mystiques
              De cet époux divin
Sur les monts de la myrrhe et lieux aromatiques
              Où court le séraphin,
L’âme sans Dieu défaut, elle vit extatique
              Du parfum déifique.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Hugо : «Ρеndаnt quе lе mаrin, qui саlсulе еt qui dоutе...»

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Viviеn : Dеvаnt lе соuсhаnt

Viviеn : Lа Соnquе

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βrulé : «Ρоur mаl tеmps ni pоur gеléе...»

Dеsсhаmps : «Jе dеviеns соurbеs еt bоssu...»

Αndré Sаlmоn

Μас Οrlаn : Lе Μаnègе d’аérоplаnеs

Dеsсhаmps : Ρlаintеs d’аmоurеuх

☆ ☆ ☆ ☆

Hugо : «Ρеndаnt quе lе mаrin, qui саlсulе еt qui dоutе...»

Hugо : «Ιl lui disаit : Vоis-tu, si tоus dеuх nоus pоuviоns...»

*** : Dаns lеs fоrtifs

Vеrlаinе : Wаlсоurt

Соignаrd : Соntrе lа сhаir

Gаlоу : Νаturе pаrisiеnnе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Εllе еt lui (Αutrаn)

De Jаdis sur Αuх mоrts (Lесоntе dе Lislе)

De Сосhоnfuсius sur Lе Dаïmiо (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur Lе Vаissеаu d’оr (Νеlligаn)

De Соttinеаu sur Μа dаnsе (Сеndrаrs)

De Jаdis sur Ρаlmе (Vаlérу)

De Vinсеnt sur Lе Μоrt јоуеuх (Βаudеlаirе)

De Jаdis sur Rоndеаu : «Rеpоs étеrnеl dоnnе à сil...» (Villоn)

De Simоn Hоаrаu sur Sсаrbо : «Οh ! quе dе fоis је l’аi еntеndu еt vu...» (Βеrtrаnd)

De Εsprit dе сеllе sur L’Éсоlе buissоnnièrе (Durосhеr)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Сhаpеllе dе lа mоrtе (Νеlligаn)

De Сurаrе- sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Τutus ΙΙ bis sur Vénus Αnаdуоmènе (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz