Claude Hopil

Les Divins Élancements d’Amour, 1629


Cantique


 
Une nuit sur un mont en faisant mes prières
              En très grande ferveur,
Je vis dans un éclair le père des lumières
              Et l’époux de mon cœur,
Et l’amour de ces deux, mais regardant les anges,
Cet éclair se changea en des brouillas étranges.
 
J’entrevis au brouillas trois soleils qui ravissent
              Tous les saints à la fois,
Mais après trois moments (qui mes vœux accomplissent)
              J’en vis un seul en trois,
Le brouillas s’épanchant par la montagne sainte,
Je suis ravi d’amour et me pâme de crainte.
 
Lors je ne vis plus rien, mais une voix parfaite
              Sortant d’un trône d’or
Chantait d’un air bruyant, semblant une trompette,
              Ou le tonnerre encor :
Avant l’aube du temps, le soleil sans aurore
Luit dans sa propre essence, adore, adore, adore.
 
Âme, adore le Père, avec son fils unique
              Et le divin Esprit,
Adore en ces trois noms l’essence magnifique
              De Dieu dans Jésus-Christ
Qui mourut au Calvaire, afin qu’au ciel tu visses
Ces trois qui sont ton Dieu, ta joie et tes délices.
 
Tu ne vois que brouillas sur la sainte montagne,
              Que nuage et qu’éclairs,
Dans la mystique pluie il faut que tu te baigne
              De pleurs faisant des mers,
Afin qu’un jour pour toi le Ciel se rassérène
Pour y voir du soleil la beauté souveraine.
 
C’est le temps des brouillas, de la gelée et pluie
              Que ce siècle inconstant,
Respirant l’air serein en la seconde vie
              L’esprit est bien content,
Dans le sein florissant de l’essence première
Il ne voit et ne sent que fleurs et que lumière.
 
Quand du mont du Liban Dieu son amie appelle,
              Il essuie ses pleurs,
Il se pâme d’amour, lui disant : Viens, ma belle,
              Viens, viens, cueillir les fleurs
Du printemps éternel, la pluie est retirée,
Et la tourte a chanté dedans cette contrée.
 
Lors le Père lui dit : Viens, ma fille amoureuse,
              Reposer en mon cœur.
Le Fils lui dit aussi : Viens, mon Épouse heureuse,
              Terminer ta langueur,
Le Saint-Esprit lui dit : Viens tôt, ma colombelle,
Car je t’aime d’amour et je te trouve belle.
 
Ô que les pas sont beaux, de l’épouse mignonne
              Montant au Paradis,
Allant au Père Saint, qui à son Fils la donne,
              Au Saint-Esprit le Fils !
Si volant du désert la colombe est ravie,
Ô Dieu, que fera-t-elle au séjour de la vie ?
 
Elle ne fera rien que souffrir bienheureuse
              L’acte tout ravissant
Du Père, Esprit et Fils, dont la gloire amoureuse
              Tous les saints agissant
(Étant réduits à rien) par cet Esprit suprême
Ils sont faits par amour non anges, mais Dieu même.
 
Sus, adorons toujours sur le mont solitaire
              Ces trois qui ne sont qu’un
Afin que dans le Ciel contemplant le mystère
              De ce grand Dieu trin’un
Nous chantions à jamais : Gloire et magnificence
Au grand roi qui toujours règne en sa propre essence.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lаmаrtinе : Ρеnséе dеs mоrts

Сrоs : Сrоquis

Αpоllinаirе : Grаtitudе

Αgоult : L’Αdiеu

Μауnаrd : «Νуmphеs, dе grâсе, аpprосhеz-vоus...»

Ρlаntin : Lе Βоnhеur dе се mоndе

Hugо : Sаrа lа bаignеusе

Lоuÿs : Αu vаissеаu

Guillеt : «Lа nuit étаit pоur mоi si très оbsсurе...»

Μаgnу : «Ô bеаuх уеuх bruns, ô rеgаrds détоurnés...»

Rасinе : Βritаnniсus. Αсtе ΙΙ, Sсènе 2

Βеllеаu : Lа Βеllе Νuit

☆ ☆ ☆ ☆

Vоltаirе : «Hé quоi ! vоus êtеs étоnnéе...»

Vоiturе : «Ρоur vоus sеrvir...»

Du Βеllау : Villаnеllе : «Εn се mоis déliсiеuх...»

Rimbаud : Lеs Lèvrеs сlоsеs — Vu à Rоmе

Lаutréаmоnt : «Сеt еnfаnt, qui еst аssis sur un bаnс du јаrdin dеs Τuilеriеs...»

Dеrèmе : «Lа pоrtе du јаrdin dоnnе sur lа ruеllе...»

Μоréаs : «Dе се tаrdif аvril, rаmеаuх, vеrtе lumièrе...»

Βоnnаud : Lе Jоur dе l’аn

Hуspа : Sоlilоquе du Сhаuvе

Τоulеt : Épitаphе.

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Histоirе (lаmеntаblе еt véridiquе) d’un pоètе subјесtif еt inédit (Fоurеst)

De Сосhоnfuсius sur Μеlаnсhоliа (Gаutiеr)

De Сосhоnfuсius sur Сirсé (Μénаrd)

De Jаdis sur Βritаnniсus. Αсtе ΙΙ, Sсènе 2 (Rасinе)

De Jаdis sur «Αdmirе dеs glаïеuls...» (Τоulеt)

De Сосhоnfuсius sur Féminin singuliеr (Соrbièrе)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Ρhèdrе (Fоurеst)

De Gégé sur Sоir dе Μоntmаrtrе. (Τоulеt)

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz