Claude Hopil

Les Divins Élancements d’Amour, 1629


Cantique


 
Une nuit sur un mont en faisant mes prières
              En très grande ferveur,
Je vis dans un éclair le père des lumières
              Et l’époux de mon cœur,
Et l’amour de ces deux, mais regardant les anges,
Cet éclair se changea en des brouillas étranges.
 
J’entrevis au brouillas trois soleils qui ravissent
              Tous les saints à la fois,
Mais après trois moments (qui mes vœux accomplissent)
              J’en vis un seul en trois,
Le brouillas s’épanchant par la montagne sainte,
Je suis ravi d’amour et me pâme de crainte.
 
Lors je ne vis plus rien, mais une voix parfaite
              Sortant d’un trône d’or
Chantait d’un air bruyant, semblant une trompette,
              Ou le tonnerre encor :
Avant l’aube du temps, le soleil sans aurore
Luit dans sa propre essence, adore, adore, adore.
 
Âme, adore le Père, avec son fils unique
              Et le divin Esprit,
Adore en ces trois noms l’essence magnifique
              De Dieu dans Jésus-Christ
Qui mourut au Calvaire, afin qu’au ciel tu visses
Ces trois qui sont ton Dieu, ta joie et tes délices.
 
Tu ne vois que brouillas sur la sainte montagne,
              Que nuage et qu’éclairs,
Dans la mystique pluie il faut que tu te baigne
              De pleurs faisant des mers,
Afin qu’un jour pour toi le Ciel se rassérène
Pour y voir du soleil la beauté souveraine.
 
C’est le temps des brouillas, de la gelée et pluie
              Que ce siècle inconstant,
Respirant l’air serein en la seconde vie
              L’esprit est bien content,
Dans le sein florissant de l’essence première
Il ne voit et ne sent que fleurs et que lumière.
 
Quand du mont du Liban Dieu son amie appelle,
              Il essuie ses pleurs,
Il se pâme d’amour, lui disant : Viens, ma belle,
              Viens, viens, cueillir les fleurs
Du printemps éternel, la pluie est retirée,
Et la tourte a chanté dedans cette contrée.
 
Lors le Père lui dit : Viens, ma fille amoureuse,
              Reposer en mon cœur.
Le Fils lui dit aussi : Viens, mon Épouse heureuse,
              Terminer ta langueur,
Le Saint-Esprit lui dit : Viens tôt, ma colombelle,
Car je t’aime d’amour et je te trouve belle.
 
Ô que les pas sont beaux, de l’épouse mignonne
              Montant au Paradis,
Allant au Père Saint, qui à son Fils la donne,
              Au Saint-Esprit le Fils !
Si volant du désert la colombe est ravie,
Ô Dieu, que fera-t-elle au séjour de la vie ?
 
Elle ne fera rien que souffrir bienheureuse
              L’acte tout ravissant
Du Père, Esprit et Fils, dont la gloire amoureuse
              Tous les saints agissant
(Étant réduits à rien) par cet Esprit suprême
Ils sont faits par amour non anges, mais Dieu même.
 
Sus, adorons toujours sur le mont solitaire
              Ces trois qui ne sont qu’un
Afin que dans le Ciel contemplant le mystère
              De ce grand Dieu trin’un
Nous chantions à jamais : Gloire et magnificence
Au grand roi qui toujours règne en sa propre essence.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βаïf : «Αfin quе pоur јаmаis...»

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Rimbаud : Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir

Νеrvаl : Εl Dеsdiсhаdо

Rimbаud : Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir

Αјаlbеrt : Ρеtitеs оuvrièrеs

Τоulеt : «Sur l’осéаn соulеur dе fеr...»

Βаtаillе : Lеs Sоuvеnirs

Rоnsаrd : «Lе Сiеl nе vеut, Dаmе, quе је јоuissе...»

Μаgnу : «Αnnе, је vоus suppliе, à bаisеr аpprеnеz...»

☆ ☆ ☆ ☆

Fоurеst : Rеnоnсеmеnt

Lаfоrguе : Сélibаt, сélibаt, tоut n’еst quе сélibаt

Lе Μоinе : L’Îlе du Ρlаisir

Lеfèvrе-Dеumiеr : Lеs Сhеmins dе Fеr

Сеndrаrs : Соmplеt blаnс

Lоrrаin : Соquinеs

Gаutiеr : Lе Jаrdin dеs Ρlаntеs : «J’étаis pаrti, vоуаnt lе сiеl...»

Βérоаldе : Αdiеu : «Jе vеuх sеul, éсаrté, оrеs dаns un bосаgе...»

Sаmаin : Αutоmnе

Сrоs : Libеrté

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur L’Étаpе (Соppéе)

De Сосhоnfuсius sur Lе Ρоnt (Hugо)

De Сосhоnfuсius sur «Βеаuх уеuх, qui rесélеz tаnt dе trаits еt dе fеuх...» (Durаnd)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De tRΟLL sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De L’âmе аuх ninаs sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Сurаrе- sur «Dоulсin, quаnd quеlquеfоis је vоis сеs pаuvrеs fillеs...» (Du Βеllау)

De Fоllоwеur sur «Jе vоis millе bеаutés, еt si n’еn vоis pаs unе...» (Rоnsаrd)

De Εsprit dе сеllе sur «Jе rеgrеttе еn plеurаnt lеs јоurs mаl еmplоуés...» (Dеspоrtеs)

De Ρоr’d’âmе sur Ρlus tаrd (Μusеlli)

De Сurаrе- sur «Βаrquе, qui vаs flоttаnt sur lеs éсuеils du mоndе...» (Duplеssis-Μоrnау)

De Сhr... sur Αu Соllègе (Évаnturеl)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

De Μоrin dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Fоrаin dе Βlаnсhеmоr sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Jеhаn Çètоù sur Lе Τаlismаn (Νеlligаn)

De Αrаmis sur L’Hоspitаlité (Fаbrе d'Églаntinе)

De Αrаmis sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz