Claude Hopil

Les Doux Vols de l’Âme Amoureuse de Jésus, 1629


Cantique de l’indifférence


 
Mon âme que veux-tu ? je te vois bien contente,
N’attends-tu point ici quelque don du Très-haut ?
Le content ne veut rien, je suis indifférente,
Je ne sais que je veux. Dieu sait ce qu’il me faut.
 
Je n’aime pas la terre, et le Ciel même et l’Ange
Me sont indifférents en tout temps et tout lieu,
Je ne veux rien du tout, sans Dieu tout m’est étrange,
Et ne veux désirer Dieu même que pour Dieu.
 
Qui désire il n’a pas, pourquoi faut-il encore
Souhaiter ce qu’on tient (au moins déjà par foi) ?
Je renonce à moi-même, et celui que j’adore
Je ne désire pas, car il est tout à moi.
 
Je désire la grâce en qui l’âme ravie
Demeure indifférente en son éternel sort :
Je ne veux, s’il ne veut, ni la mort ni la vie
Et je veux, comme il veut, ou la vie ou la mort.
 
Plus grand ni plus petit, je ne voudrais pas être,
Plus sage, plus savant, avoir un autre esprit,
Je voudrais être saint mais non pas le paraître,
N’étant rien en moi-même et tout en Jésus-Christ.
 
Je ne voudrais changer l’être de ma nature,
Par sa grâce en son temps mon Dieu la changera,
En moi je ne suis rien que vent et pourriture,
En mon Dieu je serai tout ce qu’il me fera.
 
Demandant, que veux-tu de ce monde muable ?
Rien du tout, pour mon âme il n’a point de beauté,
Je veux Dieu simplement. Voici chose admirable :
Car je veux seulement de Dieu la volonté.
 
Je me perds en parlant de cette indifférence.
Je ne sais que je veux, que je pense et je dis,
Je ne veux seulement du Paradis l’essence
Ou ne veux le vouloir qu’au Dieu du Paradis.
 
Si son amour régnait dans la chartre infernale
Comme elle règne au Ciel (beau séjour des bénis)
L’enfer et Paradis me serait chose égale ;
La Volonté divine est mon vrai Paradis.
 
Je ne sais que je veux, que j’attends et j’espère,
Je ne veux rien du tout, j’attends, j’espère tout,
Et si je n’attends rien ; l’état plus salutaire
Est d’être mort au monde, et n’avoir aucun goût.
 
Je n’aime plus les Cieux, les Astres, les Archanges,
Les hommes ni les Saints qu’au principe parfait :
Tous objets (hormis Dieu) sont à mon âme étranges,
Je suis entre les mains de celui qui m’a fait.
 
Je n’aime plus mon Dieu ; n’est-ce point un blasphème ?
Non, je ne l’aime plus ainsi que je l’aimais
De cet amour sensible, où me cherchant moi-même
En feignant de l’aimer, m’aimant je le fuyais.
 
Je ne veux le servir pour crainte des supplices,
Je ne veux le chérir pour gagner Paradis,
L’aimer d’un pur amour sont toutes mes délices.
Je me plais d’en parler, je ne sais que je dis !
 
Je le veux donc aimer pour sa bonté suprême,
Pour ce qu’il est mon Dieu, pour ce qu’il m’aime tant
Ou je le veux aimer puisqu’il veut que je l’aime,
Mourant en cet état, que je serais content !
 
Vivre sur le Thabor, mourir sur le Calvaire,
Avoir douleur ou joie en cet instable lieu,
Qu’importe tout cela ? Le seul point salutaire
Est d’être indifférent et laisser faire Dieu.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μас Οrlаn : «Соmmе ј’étаis mаl...»

Rаоul Ρоnсhоn

Hugо : Lа Vасhе

Μаrоt : «Un grоs priеur sоn pеtit-fils bаisаit...»

Μаrоt : Dеs nоnnеs, qui sоrtirеnt du соuvеnt pоur аllеr sе réсréеr

Μаrоt : Βаllаdе dе frèrе Lubin

Τоulеt : «Соmmе lеs diеuх gаvаnt lеur pаnsе...»

Βаrbеу d’Αurеvillу : À Vаlоgnеs

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

☆ ☆ ☆ ☆

Соignаrd : Соntrе lа сhаir

Gаlоу : Νаturе pаrisiеnnе

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Sаiх : «Соmmе еn lа flеur dеsсеnd dоuсе rоséе...»

Αсkеrmаnn : Lе Сri

Vеrlаinе : Εх imо

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Εt quеl biеn dе lа Μоrt ?...» (Spоndе)

De Τutus ΙΙ bis sur Vénus Αnаdуоmènе (Rimbаud)

De Сосhоnfuсius sur Lе Lас еt lе Sаulе (Rоllinаt)

De Jаdis sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Jе vоus аi vuе еnfаnt, mаintеnаnt quе ј’у pеnsе...» (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur «Οù quе је tоurnе l’œil, sоit vеrs lе Саpitоlе...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur Dеlfiса (Νеrvаl)

De Jаdis sur Βоnјоur ! (Gérаldу)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Sоnnеt à Sir Βоb (Соrbièrе)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz