Hugo

Les Châtiments, 1853


À ceux qui dorment


 
        Réveillez-vous, assez de honte !
        Bravez boulets et biscayens.
        Il est temps qu’enfin le flot monte.
        Assez de honte, citoyens !
        Troussez les manches de la blouse.
        Les hommes de quatre-vingt-douze
        Affrontaient vingt rois combattants.
        Brisez vos fers, forcez vos geôles !
        Quoi ! vous avez peur de ces drôles !
        Vos pères bravaient les titans !
 
Levez-vous ! foudroyez et la horde et le maître !
Vous avez Dieu pour vous et contre vous le prêtre ;
                  Dieu seul est souverain.
Devant lui nul n’est fort et tous sont périssables.
Il chasse comme un chien le grand tigre des sables
                  Et le dragon marin ;
Rien qu’en soufflant dessus, comme un oiseau d’un arbre,
Il peut faire envoler de leur temple de marbre
                  Les idoles d’airain.
 
        Vous n’êtes pas armés ? qu’importe !
        Prends ta fourche, prends ton marteau !
        Arrache le gond de ta porte,
        Emplis de pierres ton manteau !
        Et poussez le cri d’espérance !
        Redevenez la grande France !
        Redevenez le grand Paris !
        Délivrez, frémissants de rage,
        Votre pays de l’esclavage,
        Votre mémoire du mépris !
 
Quoi ! faut-il vous citer les royalistes même ?
On était grand aux jours de la lutte suprême.
                  Alors, que voyait-on ?
La bravoure, ajoutant à l’homme une coudée,
Était dans les deux camps. N’est-il pas vrai, Vendée,
                  Ô dur pays breton ?
Pour vaincre un bastion, pour rompre une muraille,
Pour prendre cent canons vomissant la mitraille.
                  Il suffit d’un bâton !
 
        Si dans ce cloaque ou demeure,
        Si cela dure encore un jour,
        Si cela dure encore une heure,
        Je brise clairon et tambour,
        Je flétris ces pusillanimes,
        Ô vieux peuple des jours sublimes,
        Géants à qui nous les mêlions,
        Je les laisse trembler leurs fièvres,
        Et je déclare que ces lièvres
        Ne sont pas vos fils, ô lions !
 

15 janvier 1853.

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 10 mars 2013 à 10h43



Cher Victor, tu brandis le drapeau tricolore ;
Du pauvre Badinguet, le teint se décolore !

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Jadis le 29 janvier 2020 à 11h47

Copie conforme
----------------------

Ne t’en va pas, voyons, demeure !
Je le confesse, mon amour,
J’ai mis les deux pieds dans le beurre
Comme un gros cheval de labour.
Est-ce donc ça qui te déprime ?
Je t’ai promis que (pour la rime),
Demain, tous deux, nous irions
Boire, toi du lait de la chèvre        
Qui moussera blanc sur ta lèvre –
Moi, du bon vin du Postillon !

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Jаmmеs : Ρrièrе pоur dеmаndеr unе étоilе

Hеrеdiа : Épigrаmmе funérаirе

Rоnsаrd : «L’аutrе јоur quе ј’étаis sur lе hаut d’un dеgré...»

Hugо : «Ιl lui disаit : Vоis-tu, si tоus dеuх nоus pоuviоns...»

Riсhеpin : Lа Flûtе

Lа Fоntаinе : Lа Сigаlе еt lа Fоurmi

Οrléаns : «Lе tеmps а lаissé sоn mаntеаu...»

Μаrоt : Dе sоi-mêmе

Rоnsаrd : «Μignоnnе, аllоns vоir si lа rоsе...»

Rоnsаrd : «Quаnd vоus sеrеz biеn viеillе, аu sоir à lа сhаndеllе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Αpоllinаirе : «Αmi, је vоus éсris du fоnd d’unе саntinе...»

Jаmmеs : Lе pаuvrе сhiеn

Ρоnсhоn : Сhаnsоn dе lа Μоrt

Sаmаin : Lеs Sirènеs

Lаfоrguе : Fаrсе éphémèrе

Νоuvеаu : «Si nоus étiоns mоrts quаnd nоus étiоns mômеs...»

Lаutréаmоnt : «Unе pоtеnсе s’élеvаit sur lе sоl...»

Flаuх : Lеs Jеunеs Fillеs dе Stосkhоlm

Lоrrаin : Sеignеurs

Μаеtеrlinсk : «Lеs trоis sœurs оnt vоulu mоurir ...»

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur «Ρоur vоus sеrvir...» (Vоiturе)

De Сосhоnfuсius sur Lеs Τrаins (Vеrhаеrеn)

De Jаdis sur «Μаis qui vоus mеut, Sеignеur, dе sоrtir à сеttе hеurе...» (Lа Сеppèdе)

De Сосhоnfuсius sur «Сеlui qui dе plus près аttеint lа déité...» (Du Βеllау)

De Τhundеrbird sur Αrums dе Ρаlеstinе (Viviеn)

De Jаdis sur Соrs dе сhаssе (Αpоllinаirе)

De Сосhоnfuсius sur «Ρаssаnts, nе сhеrсhеz plus dеssоus l’Οrquе infеrnаl...» (Νuуsеmеnt)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Hélаs ! mеs tristеs уеuх sоnt сhаngés еn fоntаinеs...» (Βirаguе)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur Αu lесtеur (Μurgеr)

De Τhundеrbird sur «Εntrе tоus lеs hоnnеurs dоnt еn Frаnсе еst соnnu...» (Du Βеllау)

De Αrсhivistе sur Lе Μénétriеr (Μеrrill)

De Vinсеnt sur Μаlgré tоut (Сrоs)

De Αdа еn Hérаldiе sur Αntоinе еt Сléоpâtrе (Hеrеdiа)

De Αdа еn Hérаldiе sur Lе Суgnе (Vаlérу)

De Un mаndаrin sur Lе Соrbеаu еt lе Rеnаrd (Lа Fоntаinе)

De Сurаrе- sur «À lа nuе ассаblаntе tu...» (Μаllаrmé)

De Εsprit dе сеllе sur «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...» (Lа Сеppèdе)

De Un lесtеur sur «L’аrbrе qui mеt à сrоîtrе, а lа plаntе аssuréе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Sur unе Сhutе саuséе pаr un béliеr (Соllеtеt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе