Hugo

Les Châtiments, 1853


À ceux qui dorment


 
        Réveillez-vous, assez de honte !
        Bravez boulets et biscayens.
        Il est temps qu’enfin le flot monte.
        Assez de honte, citoyens !
        Troussez les manches de la blouse.
        Les hommes de quatre-vingt-douze
        Affrontaient vingt rois combattants.
        Brisez vos fers, forcez vos geôles !
        Quoi ! vous avez peur de ces drôles !
        Vos pères bravaient les titans !
 
Levez-vous ! foudroyez et la horde et le maître !
Vous avez Dieu pour vous et contre vous le prêtre ;
                  Dieu seul est souverain.
Devant lui nul n’est fort et tous sont périssables.
Il chasse comme un chien le grand tigre des sables
                  Et le dragon marin ;
Rien qu’en soufflant dessus, comme un oiseau d’un arbre,
Il peut faire envoler de leur temple de marbre
                  Les idoles d’airain.
 
        Vous n’êtes pas armés ? qu’importe !
        Prends ta fourche, prends ton marteau !
        Arrache le gond de ta porte,
        Emplis de pierres ton manteau !
        Et poussez le cri d’espérance !
        Redevenez la grande France !
        Redevenez le grand Paris !
        Délivrez, frémissants de rage,
        Votre pays de l’esclavage,
        Votre mémoire du mépris !
 
Quoi ! faut-il vous citer les royalistes même ?
On était grand aux jours de la lutte suprême.
                  Alors, que voyait-on ?
La bravoure, ajoutant à l’homme une coudée,
Était dans les deux camps. N’est-il pas vrai, Vendée,
                  Ô dur pays breton ?
Pour vaincre un bastion, pour rompre une muraille,
Pour prendre cent canons vomissant la mitraille.
                  Il suffit d’un bâton !
 
        Si dans ce cloaque ou demeure,
        Si cela dure encore un jour,
        Si cela dure encore une heure,
        Je brise clairon et tambour,
        Je flétris ces pusillanimes,
        Ô vieux peuple des jours sublimes,
        Géants à qui nous les mêlions,
        Je les laisse trembler leurs fièvres,
        Et je déclare que ces lièvres
        Ne sont pas vos fils, ô lions !
 

15 janvier 1853.

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 10 mars 2013 à 10h43



Cher Victor, tu brandis le drapeau tricolore ;
Du pauvre Badinguet, le teint se décolore !

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Οrléаns : «Ρuis çà, puis là...»

Νоuvеаu : «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...»

Sаint-Αmаnt : Sоnnеt inасhеvé

Νоаillеs : Lе Jеunеssе dеs mоrts

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Αpоllinаirе : Un pоèmе

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Riсhеpin : Βеrсеusе

Dеrèmе : «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Οrléаns : «Fiеz-vоus-у...»

Gаlоу : Νаturе pаrisiеnnе

Соrbièrе : Lе Μоussе

Νеlligаn : Évаngélinе

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Βruаnt : À lа Glасièrе

Dеlillе : Vеrs fаits dаns lе јаrdin dе mаdаmе dе Ρ...

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur «Lе Μаriniеr qui plus аgité n’еrrе...» (Lа Gеsséе)

De Сосhоnfuсius sur «À bеаuсоup dе dаngеr еst suјеttе lа flеur...» (Сhаssignеt)

De Сосhоnfuсius sur Lа Frégаtе Lа Sériеusе (Vignу)

De Jаdis sur «Νе ditеs pаs...» (Μоréаs)

De Сосhоnfuсius sur «Dе се rоуаl pаlаis quе bâtirоnt mеs dоigts...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur «Dаns lе lit vаstе еt dévаsté...» (Τоulеt)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

De Vinсеnt sur «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...» (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur Âmе dе nuit (Μаеtеrlinсk)

De Εsprit dе сеllе sur Sur lе présеnt d’un vаsе dе сristаl (Βеrtаut)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе