Hugo

Les Orientales, 1829


Canaris


 
Lorsqu’un vaisseau vaincu dérive en pleine mer ;
              Que ses voiles carrées
Pendent le long des mâts, par les boulets de fer
              Largement déchirées ;
 
Qu’on n’y voit que des morts tombés de toutes parts,
              Ancres, agrès, voilures,
Grands mâts rompus, traînant leurs cordages épars
              Comme des chevelures ;
 
Que le vaisseau, couvert de fumée et de bruit,
              Tourne ainsi qu’une roue ;
Qu’un flux et qu’un reflux d’hommes roule et s’enfuit
              De la poupe à la proue ;
 
Lorsqu’à la voix des chefs nul soldat ne répond ;
              Que la mer monte et gronde ;
Que les canons éteints nagent dans l’entrepont,
              S’entrechoquant dans l’onde ;
 
Qu’on voit le lourd colosse ouvrir au flot marin
              Sa blessure béante,
Et saigner, à travers son armure d’airain,
              La galère géante ;
 
Qu’elle vogue au hasard, comme un corps palpitant,
              La carène entrouverte,
Comme un grand poisson mort, dont le ventre flottant
              Argente l’onde verte ;
 
Alors gloire au vainqueur ! Son grappin noir s’abat
              Sur la nef qu’il foudroie ;
Tel un aigle puissant pose, après le combat,
              Son ongle sur sa proie !
 
Puis, il pend au grand mât, comme au front d’une tour,
              Son drapeau que l’air ronge,
Et dont le reflet d’or dans l’onde, tour à tour,
              S’élargit et s’allonge.
 
Et c’est alors qu’on voit les peuples étaler
              Les couleurs les plus fières,
Et la pourpre, et l’argent, et l’azur onduler
              Aux plis de leurs bannières.
 
Dans ce riche appareil leur orgueil insensé
              Se flatte et se repose,
Comme si le flot noir, par le flot effacé,
              En gardait quelque chose !
 
Malte arborait sa croix ; Venise, peuple-roi,
              Sur ses poupes mouvantes,
L’héraldique lion qui fait rugir d’effroi
              Les lionnes vivantes.
 
Le pavillon de Naple est éclatant dans l’air,
              Et quand il se déploie
On croit voir ondoyer de la poupe à la mer
              Un flot d’or et de soie.
 
Espagne peint aux plis des drapeaux voltigeant
              Sur ses flottes avares,
Léon aux lions d’or, Castille aux tours d’argent,
              Les chaînes des Navarres.
 
Rome a les clefs ; Milan, l’enfant qui hurle encor
              Dans les dents de la guivre ;
Et les vaisseaux de France ont des fleurs de lys d’or
              Sur leurs robes de cuivre.
 
Stamboul la turque autour du croissant abhorré
              Suspend trois blanches queues ;
L’Amérique enfin libre étale un ciel doré
              Semé d’étoiles bleues.
 
L’Autriche a l’aigle étrange, aux ailerons dressés,
              Qui, brillant sur la moire,
Vers les deux bouts du monde à la fois menacés
              Tourne une tête noire.
 
L’autre aigle au double front, qui des czars suit les lois,
              Son antique adversaire,
Comme elle regardant deux mondes à la fois,
              En tient un dans sa serre.
 
L’Angleterre en triomphe impose aux flots amers
              Sa splendide oriflamme,
Si riche qu’on prendrait son reflet dans les mers
              Pour l’ombre d’une flamme.
 
C’est ainsi que les rois font aux mâts des vaisseaux
              Flotter leurs armoiries,
Et condamnent les nefs conquises sur les eaux
              À changer de patries.
 
Ils traînent dans leurs rangs ces voiles dont le sort
              Trompa les destinées,
Tout fiers de voir rentrer plus nombreuses au port
              Leurs flottes blasonnées.
 
Aux navires captifs toujours ils appendront
              Leurs drapeaux de victoire,
Afin que le vaincu porte écrite à son front
              Sa honte avec leur gloire !
 
Mais le bon Canaris, dont un ardent sillon
              Suit la barque hardie,
Sur les vaisseaux qu’il prend, comme son pavillon,
              Arbore l’incendie !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Ρérin : Αubе

Αpоllinаirе : Lе Drоmаdаirе

Соignаrd : «Οbsсurе nuit, lаissе tоn nоir mаntеаu...»

Lаfоrguе : Βоufféе dе printеmps

Τоulеt : «Si vivrе еst un dеvоir...»

Ρéguу : Ρrésеntаtiоn dе lа Βеаuсе à Νоtrе-Dаmе dе Сhаrtrеs

☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : L’Αubеrgе

Vеrlаinе : À Hоrаtiо

Соrnеillе : Sоnnеt : «Dеuх sоnnеts pаrtаgеnt lа villе...»

Fоurеst : Sаrdinеs à l’huilе

Sullу Ρrudhоmmе : Lеs Сhаînеs

Ρоnсhоn : Lе Gigоt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Ρоlуphèmе еn furiе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сосhоnfuсius sur «Сеttе sоurсе dе mоrt...» (Gоmbаud)

De Сосhоnfuсius sur Lе Rеgrеt dеs јоuјоuх (Νеlligаn)

De Ιоhаnnеs sur Ρrièrе dе соnfidеnсе (Ρéguу)

De Сurаrе- sur Lеs Fеuillеs mоrtеs (Gоurmоnt)

De Lilith sur Vеrlаinе

De Μоntеrrоsо sur Lа Μоuсhе (Αpоllinаirе)

De Jаdis sur Саrоlо Quintо impеrаntе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Sоnnеt : «Un livrе n’аurаit pаs suffi...» (Ρrivаt d'Αnglеmоnt)

De Τrуphоn Τоurnеsоl sur À unе mуstériеusе (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur L’Αngе (Lоuÿs)

De Αlbаtrосе sur «Dоuсе plаgе оù nаquit mоn âmе...» (Τоulеt)

De Gеf sur À Μ. Α. Τ. : «Αinsi, mоn сhеr аmi, vоus аllеz dоnс pаrtir !...» (Μussеt)

De Gеf sur Villеs : «Се sоnt dеs villеs !...» (Rimbаud)

De Jаdis sur Τаblеаu (Сrоs)

De Βibоsаurе sur À Αlf. Τ. : «Qu’il еst dоuх d’êtrе аu mоndе, еt quеl biеn quе lа viе !...» (Μussеt)

De Βоurg sur «Lоngtеmps si ј’аi dеmеuré sеul...» (Τоulеt)

De Jаdis sur Épigrаmmе d’аmоur sur sоn nоm (Αubеspinе)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе