Hugo


Commencement d’une illusion


 
Il pleut ; la brume est épaissie ;
Voici novembre et ses rougeurs,
Et l’hiver, effroyable scie
Que Dieu nous fait, à nous songeurs.
 
L’abeille errait, l’aube était large,
L’oiseau jetait de petits cris,
Les moucherons sonnaient la charge
À l’assaut des rosiers fleuris.
 
C’était charmant. Adieu ces fêtes,
Adieu la joie, adieu l’été !
Adieu le tumulte des têtes
Dans le rire et dans la clarté !
 
Adieu les bois où le vent lutte,
Où Jean, dénicheur de moineaux,
Jouait aussi bien de la flûte
Qu’un grec de l’île de Tinos !
 
Il faut rentrer dans la grand’ville
Qu’Alceste laissait à Henri ;
Où la foule encor serait vile
Si Voltaire n’avait pas ri.
 
Noir Paris ! tas de pierres morne
Qui, sans Molière et Rabelais,
Ne serait encor qu’une borne
Portant la chaîne des palais !
 
Il faut rentrer au labyrinthe
Des pas, des carrefours, des mœurs,
Où l’on sent une sombre crainte
Dans l’immensité des rumeurs.
 
Je regarderai ma voisine 
Puisque je n’ai plus d’autre fleur !
Sa vitre vague où se dessine
Son profil, divin de pâleur,
 
Son réchaud où s’enfle la crème,
Sa voix qui dit encor maman,
Gare ! c’est le seuil d’un poème,
C’est presque le bord d’un roman.
 
Ma voisine est une ouvrière,
Au front de neige, aux dents d’émail,
Qu’on voit tous les soirs en prière
Et tous les matins au travail.
 
Cet ange ignore que j’existe,
Et, laissant errer son œil noir,
Sans le savoir me rend très triste
Et très joyeux sans le vouloir.
 
Elle est propre, douce, fidèle,
Et tient de Dieu, qui la bénit,
Des simplicités d’hirondelle
Qui ne sait que bâtir son nid.
 

4 novembre.

[Posthumes]

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Соlоmbinе

Vеrlаinе : «Τu bоis, с’еst hidеuх ! prеsquе аutаnt quе mоi...»

Βаudеlаirе : «Vоus аvеz, соmpаgnоn dоnt lе сœur еst pоètе...»

Βаïf : «À lа fоntаinе је vоudrаis...»

Hugо : «Εllе étаit déсhаusséе, еllе étаit déсоifféе...»

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе suis né dаns un pоrt еt dеpuis mоn еnfаnсе...»

Rоllinаt : À quоi pеnsе lа Νuit

Сrоs : Désеrtеusеs

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

Rimbаud : «Jе préfèrе sаns dоutе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : Ρауsаgе

Vеrlаinе : Соlоmbinе

Vеrlаinе : Сésаr Βоrgiа

Ρаrnу : Lе Lеndеmаin : «Εnfin, mа сhèrе Éléоnоrе...»

Τоulеt : «Lе miсrоbе : Βоtulinus...»

Rоllinаt : L’Εnviе

Αpоllinаirе : Εхеrсiсе

Βаnvillе : Lа Соrdе rоidе

Соurtеlinе : Lе Соup dе mаrtеаu

Сеndrаrs : Βоmbау-Εхprеss

Cоmmеntaires récеnts

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Lе Τеpidаrium (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur À Μаdаmе *** : «Jеunе аngе аuх dоuх rеgаrds, à lа dоuсе pаrоlе...» (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur Οisеаu d’hivеr (Lоrrаin)

De Αntigrippе sur Lа Τоrсhе (Νizеt)

De Ιо Kаnааn sur Lа Ρiеuvrе (Sаtiе)

De Сurаrе- sur Sоlliсitudеs (Frаnс-Νоhаin)

De Μоdо sur Lеs Ιngénus (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Αutrе sоnnеt sur lе mêmе vоl (Sаint-Αmаnt)

De Jаdis sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De JR Τrоll sur Éléphаnt dе Ρаris. (Τоulеt)

De Jаdis sur «Quаnd lеs оs sоnt pаrеils...» (Τоulеt)

De Xiаn sur «Si сеlui qui s’аpprêtе à fаirе un lоng vоуаgе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Si tu viеns (Dеlаruе-Μаrdrus)

De Сurаrе- sur Lе Βаtеаu ivrе (Rimbаud)

De Xiаn sur Sоnnеt : «Dеuх sоnnеts pаrtаgеnt lа villе...» (Соrnеillе)

De Xiаn sur Vеrs imprоvisés sur un аlbum (Lаmаrtinе)

De Саnаrd sur Sur Jоnаs (Drеlinсоurt)

De Sаuvеtеur sur À Μаdаmе G., Sоnnеt (Μussеt)

De Μоnrоsе sur «Lа nudité dеs flеurs с’еst lеur оdеur сhаrnеllе...» (Αpоllinаirе)

De FΕDΕRΜΑΝΝ sur Lа Guеrrе (Sаint-Ρоl-Rоuх)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе