Hugo

Les Orientales, 1829


Grenade


 

    Quien no ha visto à Sevilla,
No ha visto à maravilla.


            Soit lointaine, soit voisine,
            Espagnole ou sarrasine,
            Il n’est pas une cité
            Qui dispute sans folie
            À Grenade la jolie
            La pomme de la beauté,
            Et qui, gracieuse, étale
            Plus de pompe orientale
            Sous un ciel plus enchanté.
 
Cadix a les palmiers ; Murcie a les oranges ;
Jaën, son palais goth aux tourelles étranges ;
Agreda, son couvent bâti par saint Edmond ;
Ségovie a l’autel dont on baise les marches,
Et l’aqueduc aux trois rangs d’arches
Qui lui porte un torrent pris au sommet d’un mont.
 
            Llers a des tours ; Barcelone
            Au faîte d’une colonne
            Lève un phare sur la mer ;
            Aux rois d’Aragon fidèle,
            Dans leurs vieux tombeaux, Tudèle
            Garde leur sceptre de fer ;
            Tolose a des forges sombres
            Qui semblent, au sein des ombres,
            Des soupiraux de l’enfer.
 
Le poisson qui rouvrit l’œil mort du vieux Tobie
Se joue au fond du golfe où dort Fontarabie;
Alicante aux clochers mêle les minarets ;
Compostelle a son saint ; Cordoue aux maisons vieilles
A sa mosquée où l’œil se perd dans les merveilles ;
            Madrid a le Manzanarès.
 
            Bilbao, des flots couverte,
            Jette une pelouse verte
            Sur ses murs noirs et caducs ;
            Medina la chevalière,
            Cachant sa pauvreté fière
            Sous le manteau de ses ducs,
            N’a rien que ses sycomores,
            Car ses beaux ponts sont aux maures,
            Aux romains ses aqueducs.
 
Valence a les clochers de ses trois cents églises ;
L’austère Alcantara livre au souffle des brises
Les drapeaux turcs pendus en foule à ses piliers ;
Salamanque en riant s’assied sur trois collines,
            S’endort au son des mandolines,
Et s’éveille en sursaut aux cris des écoliers.
 
            Tortose est chère à saint Pierre ;
            Le marbre est comme la pierre
            Dans la riche Puycerda ;
            De sa bastille octogone
            Tuy se vante, et Tarragone
            De ses murs qu’un roi fonda ;
            Le Douro coule à Zamore ;
            Tolède a l’alcazar maure,
            Séville a la giralda.
 
Burgos de son chapitre étale la richesse ;
Penaflor est marquise, et Girone est duchesse ;
Bivar est une nonne aux sévères atours ;
Toujours prête au combat, la sombre Pampelune,
Avant de s’endormir aux rayons de la lune,
            Ferme sa ceinture de tours.
 
            Toutes ces villes d’Espagne
            S’épandent dans la campagne
            Ou hérissent la sierra ;
            Toutes ont des citadelles
            Dont sous des mains infidèles
            Aucun beffroi ne vibra ;
            Toutes sur leurs cathédrales
            Ont des clochers en spirales ;
            Mais Grenade a l’Alhambra.
 
L’Alhambra ! l’Alhambra ! palais que les Génies
Ont doré comme un rêve et rempli d’harmonies,
Forteresse aux créneaux festonnés et croulants,
Où l’on entend la nuit de magiques syllabes,
Quand la lune, à travers les mille arceaux arabes,
            Sème les murs de trèfles blancs !
 
            Grenade a plus de merveilles
            Que n’a de graines vermeilles
            Le beau fruit de ses vallons ;
            Grenade, la bien nommée,
            Lorsque la guerre enflammée
            Déroule ses pavillons,
            Cent fois plus terrible éclate
            Que la grenade écarlate
            Sur le front des bataillons.
 
Il n’est rien de plus beau ni de plus grand au monde ;
Soit qu’à Vivataubin Vivaconlud réponde,
Avec son clair tambour de clochettes orné ;
Soit que, se couronnant de feux comme un calife,
            L’éblouissant Généralife
Élève dans la nuit son faîte illuminé.
 
            Les clairons des Tours-Vermeilles
            Sonnent comme des abeilles
            Dont le vent chasse l’essaim ;
            Alcacava pour les fêtes
            A des cloches toujours prêtes
            À bourdonner dans son sein,
            Qui dans leurs tours africaines
            Vont éveiller les dulcaynes
            Du sonore Albaycin.
 
Grenade efface en tout ses rivales ; Grenade
Chante plus mollement la molle sérénade ;
Elle peint ses maisons de plus riches couleurs ;
Et l’on dit que les vents suspendent leurs haleines
Quand par un soir d’été Grenade dans ses plaines
            Répand ses femmes et ses fleurs.
 
            L’Arabie est son aïeule.
            Les maures, pour elle seule,
            Aventuriers hasardeux,
            Joueraient l’Asie et l’Afrique,
            Mais Grenade est catholique,
            Grenade se raille d’eux ;
            Grenade, la belle ville,
            Serait une autre Séville,
            S’il en pouvait être deux.
 

3-5 avril 1828.

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Соppéе : «Quеlquеfоis tu mе prеnds lеs mаins еt tu lеs sеrrеs...»

Τоulеt : Éléphаnt dе Ρаris.

Μаllаrmé : «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...»

Riсtus : Βеrсеusе pоur un Ρаs-dе-Сhаnсе

Klingsоr : À lа сhаndеllе

Τоulеt : «С’étаit sur un сhеmin сrауеuх...»

Lа Fоntаinе : «Αimоns, fоutоns, се sоnt plаisirs...»

Μаrоt : Αnnе, pаr јеu, mе јеtа dе lа nеigе

Τоulеt : «Gérоntе d’unе аutrе Ιsаbеllе...»

Vеrlаinе : Lоndrеs

Glаtignу : Lеs Αntrеs mаlsаins

Lа Villе dе Μirmоnt : «Ρаr un sоir dе brоuillаrd, еn un fаubоurg du nоrd...»

☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Lе соuсоu сhаntе аu bоis qui dоrt....»

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Сhаrlеvаl : À unе Dаmе, qui rаillаit l’Αutеur d’êtrе lоngtеmps à lа саmpаgnе

Μаеtеrlinсk : «Ιls оnt tué trоis pеtitеs fillеs...»

Rоllinаt : Βаlzас

Μаrоt : Sur quеlquеs mаuvаisеs mаnièrеs dе pаrlеr

Соppéе : «Εn plеin sоlеil, lе lоng du сhеmin dе hаlаgе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lа Fеnêtrе dе lа mаisоn pаtеrnеllе (Lаmаrtinе)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Сhristiаn sur Οrаisоn du sоir (Rimbаud)

De Сосhоnfuсius sur «Vоus triоmphеz dе mоi, еt pоurсе је vоus dоnnе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сосhоnfuсius sur «Οui, је suis prоprеmеnt à tоn nоm immоrtеl...» (Αubigné)

De Jаdis sur «Ν’аllеz pаs dеvаnt сеs vеrs-сi...» (Lаfоrguе)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Jаdis sur Sоnnеt : «Jе sаis un ruissеаu dоnt lе flоt сhаntоnnе...» (Riсtus)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Lе Rоsе (Gаutiеr)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Jаdis sur Ρоur lа glоirе dе Μаllаrmé (Rоdеnbасh)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

De Vinсеnt sur Lе Dоrmеur du vаl (Rimbаud)

De Sаint Τripоdе sur Lеs Litаniеs dе Sаtаn (Βаudеlаirе)

De Εхасt pоdе sur Lа Rоsе (Αсkеrmаnn)

De Εsprit dе сеllе sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

De Саttаnео Dаniеl-Ρiеr sur Ρhèdrе (Fоurеst)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе