Hugo

Les Orientales, 1829


Grenade


 

    Quien no ha visto à Sevilla,
No ha visto à maravilla.


            Soit lointaine, soit voisine,
            Espagnole ou sarrasine,
            Il n’est pas une cité
            Qui dispute sans folie
            À Grenade la jolie
            La pomme de la beauté,
            Et qui, gracieuse, étale
            Plus de pompe orientale
            Sous un ciel plus enchanté.
 
Cadix a les palmiers ; Murcie a les oranges ;
Jaën, son palais goth aux tourelles étranges ;
Agreda, son couvent bâti par saint Edmond ;
Ségovie a l’autel dont on baise les marches,
Et l’aqueduc aux trois rangs d’arches
Qui lui porte un torrent pris au sommet d’un mont.
 
            Llers a des tours ; Barcelone
            Au faîte d’une colonne
            Lève un phare sur la mer ;
            Aux rois d’Aragon fidèle,
            Dans leurs vieux tombeaux, Tudèle
            Garde leur sceptre de fer ;
            Tolose a des forges sombres
            Qui semblent, au sein des ombres,
            Des soupiraux de l’enfer.
 
Le poisson qui rouvrit l’œil mort du vieux Tobie
Se joue au fond du golfe où dort Fontarabie;
Alicante aux clochers mêle les minarets ;
Compostelle a son saint ; Cordoue aux maisons vieilles
A sa mosquée où l’œil se perd dans les merveilles ;
            Madrid a le Manzanarès.
 
            Bilbao, des flots couverte,
            Jette une pelouse verte
            Sur ses murs noirs et caducs ;
            Medina la chevalière,
            Cachant sa pauvreté fière
            Sous le manteau de ses ducs,
            N’a rien que ses sycomores,
            Car ses beaux ponts sont aux maures,
            Aux romains ses aqueducs.
 
Valence a les clochers de ses trois cents églises ;
L’austère Alcantara livre au souffle des brises
Les drapeaux turcs pendus en foule à ses piliers ;
Salamanque en riant s’assied sur trois collines,
            S’endort au son des mandolines,
Et s’éveille en sursaut aux cris des écoliers.
 
            Tortose est chère à saint Pierre ;
            Le marbre est comme la pierre
            Dans la riche Puycerda ;
            De sa bastille octogone
            Tuy se vante, et Tarragone
            De ses murs qu’un roi fonda ;
            Le Douro coule à Zamore ;
            Tolède a l’alcazar maure,
            Séville a la giralda.
 
Burgos de son chapitre étale la richesse ;
Penaflor est marquise, et Girone est duchesse ;
Bivar est une nonne aux sévères atours ;
Toujours prête au combat, la sombre Pampelune,
Avant de s’endormir aux rayons de la lune,
            Ferme sa ceinture de tours.
 
            Toutes ces villes d’Espagne
            S’épandent dans la campagne
            Ou hérissent la sierra ;
            Toutes ont des citadelles
            Dont sous des mains infidèles
            Aucun beffroi ne vibra ;
            Toutes sur leurs cathédrales
            Ont des clochers en spirales ;
            Mais Grenade a l’Alhambra.
 
L’Alhambra ! l’Alhambra ! palais que les Génies
Ont doré comme un rêve et rempli d’harmonies,
Forteresse aux créneaux festonnés et croulants,
Où l’on entend la nuit de magiques syllabes,
Quand la lune, à travers les mille arceaux arabes,
            Sème les murs de trèfles blancs !
 
            Grenade a plus de merveilles
            Que n’a de graines vermeilles
            Le beau fruit de ses vallons ;
            Grenade, la bien nommée,
            Lorsque la guerre enflammée
            Déroule ses pavillons,
            Cent fois plus terrible éclate
            Que la grenade écarlate
            Sur le front des bataillons.
 
Il n’est rien de plus beau ni de plus grand au monde ;
Soit qu’à Vivataubin Vivaconlud réponde,
Avec son clair tambour de clochettes orné ;
Soit que, se couronnant de feux comme un calife,
            L’éblouissant Généralife
Élève dans la nuit son faîte illuminé.
 
            Les clairons des Tours-Vermeilles
            Sonnent comme des abeilles
            Dont le vent chasse l’essaim ;
            Alcacava pour les fêtes
            A des cloches toujours prêtes
            À bourdonner dans son sein,
            Qui dans leurs tours africaines
            Vont éveiller les dulcaynes
            Du sonore Albaycin.
 
Grenade efface en tout ses rivales ; Grenade
Chante plus mollement la molle sérénade ;
Elle peint ses maisons de plus riches couleurs ;
Et l’on dit que les vents suspendent leurs haleines
Quand par un soir d’été Grenade dans ses plaines
            Répand ses femmes et ses fleurs.
 
            L’Arabie est son aïeule.
            Les maures, pour elle seule,
            Aventuriers hasardeux,
            Joueraient l’Asie et l’Afrique,
            Mais Grenade est catholique,
            Grenade se raille d’eux ;
            Grenade, la belle ville,
            Serait une autre Séville,
            S’il en pouvait être deux.
 

3-5 avril 1828.

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rimbаud : «Qu’еst-се pоur nоus, mоn сœur...»

Ρоnсhоn : Lе Gigоt

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Riсhеpin : Сhаnsоn dеs сlосhеs dе bаptêmеs

Régniеr : Lа Lunе јаunе

Rаmuz : Lе Viеuх Jеаn-Lоuis

Βаudеlаirе : Саusеriе

Βruаnt : À Μоntpеrnаssе

Rimbаud : Βаrbаrе

Rоnsаrd

☆ ☆ ☆ ☆

Gоudеаu : Lа Rоndе du rеmоrds

Viоn Dаlibrау : «Quеl еmbаrrаs à сеttе pоrtе !...»

Βrissаrt : Lа Dаmе а un аmi

Μоntеsquiоu :

Αpоllinаirе : Αnniе

Ρrоust : «Αfin dе mе соuvrir dе fоurrurе еt dе mоirе...»

Rоstаnd : Ρаstоrаlе dеs сосhоns rоsеs

Lоuvigné du Dézеrt : «Guillоt, tiеn сеstе сhеsvrе à lа соrnе dоréе...»

Vеrlаinе : Αrt pоétiquе

Εlskаmp : Μаis соmmе еn imаgе à présеnt

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Соuplеts dе l’оisеlièrе (Çа fаit pеur аuх оisеаuх) (Gаlоppе d'Οnquаirе)

De Сосhоnfuсius sur «Αmоur vоmit sur mоi sа furеur еt sа rаgе...» (Jоdеllе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Jаdis sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сосhоnfuсius sur Lе Viеuх Ρоnt (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur Ρrinсе dеs јоiеs défеnduеs (Sеgаlеn)

De Jаdis sur «Βuvоns, аmis ; lе tеmps s’еnfuit...» (Hоudаr dе Lа Μоttе)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Сurаrе- sur Végétаl (Jаrrу)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Сurаrе- sur Sоlitudе (Μilоsz)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De Αrсhivistе sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

De Duguinе sur Αmstеrdаm (Jаmmеs)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur Μа dаnsе (Сеndrаrs)

De Суоrаnе- sur «Ρаr l’аmplе mеr, lоin dеs pоrts еt аrènеs» (Sаint-Gеlаis)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе