Hugo

Les Orientales, 1829


Grenade


 

    Quien no ha visto à Sevilla,
No ha visto à maravilla.


            Soit lointaine, soit voisine,
            Espagnole ou sarrasine,
            Il n’est pas une cité
            Qui dispute sans folie
            À Grenade la jolie
            La pomme de la beauté,
            Et qui, gracieuse, étale
            Plus de pompe orientale
            Sous un ciel plus enchanté.
 
Cadix a les palmiers ; Murcie a les oranges ;
Jaën, son palais goth aux tourelles étranges ;
Agreda, son couvent bâti par saint Edmond ;
Ségovie a l’autel dont on baise les marches,
Et l’aqueduc aux trois rangs d’arches
Qui lui porte un torrent pris au sommet d’un mont.
 
            Llers a des tours ; Barcelone
            Au faîte d’une colonne
            Lève un phare sur la mer ;
            Aux rois d’Aragon fidèle,
            Dans leurs vieux tombeaux, Tudèle
            Garde leur sceptre de fer ;
            Tolose a des forges sombres
            Qui semblent, au sein des ombres,
            Des soupiraux de l’enfer.
 
Le poisson qui rouvrit l’œil mort du vieux Tobie
Se joue au fond du golfe où dort Fontarabie;
Alicante aux clochers mêle les minarets ;
Compostelle a son saint ; Cordoue aux maisons vieilles
A sa mosquée où l’œil se perd dans les merveilles ;
            Madrid a le Manzanarès.
 
            Bilbao, des flots couverte,
            Jette une pelouse verte
            Sur ses murs noirs et caducs ;
            Medina la chevalière,
            Cachant sa pauvreté fière
            Sous le manteau de ses ducs,
            N’a rien que ses sycomores,
            Car ses beaux ponts sont aux maures,
            Aux romains ses aqueducs.
 
Valence a les clochers de ses trois cents églises ;
L’austère Alcantara livre au souffle des brises
Les drapeaux turcs pendus en foule à ses piliers ;
Salamanque en riant s’assied sur trois collines,
            S’endort au son des mandolines,
Et s’éveille en sursaut aux cris des écoliers.
 
            Tortose est chère à saint Pierre ;
            Le marbre est comme la pierre
            Dans la riche Puycerda ;
            De sa bastille octogone
            Tuy se vante, et Tarragone
            De ses murs qu’un roi fonda ;
            Le Douro coule à Zamore ;
            Tolède a l’alcazar maure,
            Séville a la giralda.
 
Burgos de son chapitre étale la richesse ;
Penaflor est marquise, et Girone est duchesse ;
Bivar est une nonne aux sévères atours ;
Toujours prête au combat, la sombre Pampelune,
Avant de s’endormir aux rayons de la lune,
            Ferme sa ceinture de tours.
 
            Toutes ces villes d’Espagne
            S’épandent dans la campagne
            Ou hérissent la sierra ;
            Toutes ont des citadelles
            Dont sous des mains infidèles
            Aucun beffroi ne vibra ;
            Toutes sur leurs cathédrales
            Ont des clochers en spirales ;
            Mais Grenade a l’Alhambra.
 
L’Alhambra ! l’Alhambra ! palais que les Génies
Ont doré comme un rêve et rempli d’harmonies,
Forteresse aux créneaux festonnés et croulants,
Où l’on entend la nuit de magiques syllabes,
Quand la lune, à travers les mille arceaux arabes,
            Sème les murs de trèfles blancs !
 
            Grenade a plus de merveilles
            Que n’a de graines vermeilles
            Le beau fruit de ses vallons ;
            Grenade, la bien nommée,
            Lorsque la guerre enflammée
            Déroule ses pavillons,
            Cent fois plus terrible éclate
            Que la grenade écarlate
            Sur le front des bataillons.
 
Il n’est rien de plus beau ni de plus grand au monde ;
Soit qu’à Vivataubin Vivaconlud réponde,
Avec son clair tambour de clochettes orné ;
Soit que, se couronnant de feux comme un calife,
            L’éblouissant Généralife
Élève dans la nuit son faîte illuminé.
 
            Les clairons des Tours-Vermeilles
            Sonnent comme des abeilles
            Dont le vent chasse l’essaim ;
            Alcacava pour les fêtes
            A des cloches toujours prêtes
            À bourdonner dans son sein,
            Qui dans leurs tours africaines
            Vont éveiller les dulcaynes
            Du sonore Albaycin.
 
Grenade efface en tout ses rivales ; Grenade
Chante plus mollement la molle sérénade ;
Elle peint ses maisons de plus riches couleurs ;
Et l’on dit que les vents suspendent leurs haleines
Quand par un soir d’été Grenade dans ses plaines
            Répand ses femmes et ses fleurs.
 
            L’Arabie est son aïeule.
            Les maures, pour elle seule,
            Aventuriers hasardeux,
            Joueraient l’Asie et l’Afrique,
            Mais Grenade est catholique,
            Grenade se raille d’eux ;
            Grenade, la belle ville,
            Serait une autre Séville,
            S’il en pouvait être deux.
 

3-5 avril 1828.

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βоuilhеt : À unе fеmmе

Τristаn L’Hеrmitе : Lа Βеllе еn dеuil

Rоdеnbасh : Vеilléе dе glоirе

Rоdеnbасh : Rеnоnсеmеnt

Rоdеnbасh : Sоlitudе

Βеrtrаnd : Sоnnеt : «À lа Rеinе dеs Frаnçаis...»

Lоrrаin : Déсаdеnсе

Lоrrаin : Αbаndоnnéе

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Rоdеnbасh : «Lеs суgnеs blаnсs, dаns lеs саnаuх dеs villеs mоrtеs...»

☆ ☆ ☆ ☆

Βоuilhеt : Vеrs à unе fеmmе

Lа Fоntаinе : Lе Сосhоn, lа Сhèvrе еt lе Μоutоn

Lа Сеppèdе : «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...»

Lа Сеppèdе : «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...»

Lаfоrguе : L’hivеr qui viеnt

Vаuquеlin dеs Yvеtеаuх : «Αvесquеs mоn аmоur nаît l’аmоur dе сhаngеr...»

Βruаnt : Fаntаisiе tristе

Βеrtrаnd : Lа Rоndе sоus lа сlосhе

Ρоpеlin : Τurеlаirе, turеlurе

Lоrrаin : Réсurrеnсе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lа Βеllе еn dеuil (Τristаn L'Hеrmitе)

De Μаdаmе_Βrigittе- sur Vеrs à unе fеmmе (Βоuilhеt)

De Сосhоnfuсius sur «Αmi, је t’аpprеndrаi (еnсоrе quе tu sоis...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...» (Lа Сеppèdе)

De Εsprit dе сеllе sur «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...» (Lа Сеppèdе)

De Сосhоnfuсius sur «Vеuх-tu sаvоir, Duthiеr, quеllе сhоsе с’еst Rоmе ?...» (Du Βеllау)

De Jаllе dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Wоtаn dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Lа Rоndе sоus lа сlосhе (Βеrtrаnd)

De Βаilеу sur Соntrе Sаbidius : «D’un gâtеаu trоp brûlаnt...» (Dubоs)

De Jеhаn sur Соnsеil (Βаnvillе)

De Jеhаn sur Lа Μоrt еt lе Μаlhеurеuх. Lа Μоrt еt lе Βûсhеrоn (Lа Fоntаinе)

De Jеhаn sur Εn јustiсе dе pаiх (Rоllinаt)

De Jеhаn sur Μаtеlоts (Соrbièrе)

De Сurаrе- sur L’Αmbitiоn tаnсéе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Βlоndеl sur Τеrrе dе Frаnсе (Fаbié)

De Τоrсhоnfuсius sur Lе Сосhоn, lа Сhèvrе еt lе Μоutоn (Lа Fоntаinе)

De Lilith sur «Ô Déеssе, qui pеuх аuх prinсеs égаlеr...» (Du Βеllау)

De Μаlеpеur sur «Jе plаntе еn tа fаvеur сеt аrbrе dе Суbèlе...» (Rоnsаrd)

De Сliеnt sur Sоnnеt du huit févriеr 1915 (Αpоllinаirе)

De Βасhоt sur Lе Τunnеl (Rоllinаt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе