Hugo

Les Rayons et les Ombres, 1840


Guitare


 
Gastibelza, l’homme à la carabine,
              Chantait ainsi :
« Quelqu’un a-t-il connu doña Sabine ?
              Quelqu’un d’ici ?
Dansez, chantez, villageois ! la nuit gagne
              Le mont Falù.
— Le vent qui vient à travers la montagne
              Me rendra fou !
 
« Quelqu’un de vous a-t-il connu Sabine,
              Ma señora ?
Sa mère était la vieille maugrabine
              D’Antequera,
Qui chaque nuit criait dans la Tour-Magne
              Comme un hibou... — 
Le vent qui vient à travers la montagne
              Me rendra fou.
 
« Dansez, chantez ! Des biens que l’heure envoie
              Il faut user.
Elle était jeune et son œil plein de joie
              Faisait penser. — 
À ce vieillard qu’un enfant accompagne
              Jetez un sou ! ... — 
Le vent qui vient à travers la montagne
              Me rendra fou.
 
« Vraiment, la reine eût près d’elle été laide
              Quand, vers le soir,
Elle passait sur le pont de Tolède
              En corset noir.
Un chapelet du temps de Charlemagne
              Ornait son cou... — 
Le vent qui vient à travers la montagne
              Me rendra fou.
 
« Le roi disait en la voyant si belle
              À son neveu :
— Pour un baiser, pour un sourire d’elle,
              Pour un cheveu,
Infant don Ruy, je donnerais l’Espagne
              Et le Pérou ! — 
Le vent qui vient à travers la montagne
              Me rendra fou.
 
« Je ne sais pas si j’aimais cette dame,
              Mais je sais bien
Que pour avoir un regard de son âme,
              Moi, pauvre chien,
J’aurais gaîment passé dix ans au bagne
              Sous le verrou... — 
Le vent qui vient à travers la montagne
              Me rendra fou.
 
« Un jour d’été que tout était lumière,
              Vie et douceur,
Elle s’en vint jouer dans la rivière
              Avec sa sœur,
Je vis le pied de sa jeune compagne
              Et son genou... — 
Le vent qui vient à travers la montagne
              Me rendra fou.
 
« Quand je voyais cette enfant, moi le pâtre
              De ce canton,
Je croyais voir la belle Cléopâtre,
              Qui, nous dit-on,
Menait César, empereur d’Allemagne,
              Par le licou... — 
Le vent qui vient à travers la montagne
              Me rendra fou.
 
« Dansez, chantez, villageois, la nuit tombe.
              Sabine, un jour,
A tout vendu, sa beauté de colombe,
              Et son amour,
Pour l’anneau d’or du comte de Saldagne,
              Pour un bijou... — 
Le vent qui vient à travers la montagne
              Me rendra fou.
 
« Sur ce vieux banc souffrez que je m’appuie,
              Car je suis las.
Avec ce comte elle s’est donc enfuie !
              Enfuie, hélas !
Par le chemin qui va vers la Cerdagne,
              Je ne sais où... — 
Le vent qui vient à travers la montagne
              Me rendra fou.
 
« Je la voyais passer de ma demeure,
              Et c’était tout.
Mais à présent je m’ennuie à toute heure,
              Plein de dégoût,
Rêveur oisif, l’âme dans la campagne,
              La dague au clou... — 
Le vent qui vient à travers la montagne
              M’a rendu fou ! »
 

14 mars 1837.

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «J’аvаis, еn rеgаrdаnt tеs bеаuх уеuх, еnduré...»

Viаu : Épigrаmmе d’un impuissаnt

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе suis un êtrе dе sаng frоid...»

Régniеr : Juliе аuх уеuх d’еnfаnt

Sаint-Αmаnt : «Vоiсi lе rеndеz-vоus dеs Εnfаnts sаns sоuсi...»

Сrоs : L’Hеurе frоidе

Rimbаud : Μа Βоhèmе

Rimbаud : Οphéliе

Vеrlаinе : Νеvеrmоrе : «Sоuvеnir, sоuvеnir, quе mе vеuх-tu ?...»

Vеrlаinе : Μоn rêvе fаmiliеr

☆ ☆ ☆ ☆

Сhrеtiеn dе Τrоуеs

Sсаrrоn : Сhаnsоn à bоirе

Саrсо : Βоhèmе

Αpоllinаirе : «Lа nudité dеs flеurs с’еst lеur оdеur сhаrnеllе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt à Сhеvrеul

Μоlièrе : À Μоnsiеur Lе Vауеr, sur lа Μоrt dе sоn Fils

Lе Μоuël : «À lа sаintе, mаrtуrе еt viеrgе...»

Βаtаillе : Lеs Sоuvеnirs

Αllаrd : Αu dеrniеr сiеl

Gеоrgin : Τristеssе аu bоrd dе l’еаu

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Lеntеmеnt, dоuсеmеnt, dе pеur qu’еllе sе brisе...» (Sаmаin)

De Сосhоnfuсius sur «Suzаnnе m’éсоutаit sоupirеr pоur Diаnе...» (Αubigné)

De Сurаrе- sur Sоnnеt pоur un Τаblеаu sаns légеndе (Lоuvigné du Dézеrt)

De Сосhоnfuсius sur «Qu’еst-се qu’аmоur ? еst-се unе quintе еssеnсе ?...» (Ρаsquiеr)

De Lа Μusérаntе sur «Lösсh mir diе Αugеn аus...» (Rilkе)

De Vinсеnt sur Lа Νосе à Gоnеssе (Fоrt)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Τоtо28 sur Βibliоthèquеs (Αutrаn)

De Τоtо28 sur Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...» (Μussеt)

De Lа Μusérаntе sur «Jе vis mа Νуmphе еntrе сеnt dаmоisеllеs...» (Rоnsаrd)

De Αzuré dе lа fаuсillе sur Соntrе lа јаlоusiе (Urfé)

De Lа Μusérаntе sur «Sоit quе је sоis hаï dе tоi, mа Ρаsithéе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Lеs Βiеnfаits dе lа nuit (Rоllinаt)

De Siхtе sur «D’un оutrаgеuх соmbаt...» (Αubigné)

De lасоtе sur «Jе sаis biеn qu’оn dirа quе је suis témérаirе...» (Βirаguе)

De mdrlоl sur Lеs Léprеuх (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur Ρаrsifаl (Vеrlаinе)

De K’оuеn-lоuеn sur «Μаdаmе, si tu vеuх mе prêtеr tоn оrеillе...» (Βirаguе)

De vinсеnt sur «Un pеu dеvаnt quе l’аubе аmеnât lа јоurnéе...» (Gоdаrd)

De Ρiеrrоt sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе