Hugo

Les Rayons et les Ombres, 1840


Guitare


 
Gastibelza, l’homme à la carabine,
              Chantait ainsi :
« Quelqu’un a-t-il connu doña Sabine ?
              Quelqu’un d’ici ?
Dansez, chantez, villageois ! la nuit gagne
              Le mont Falù.
— Le vent qui vient à travers la montagne
              Me rendra fou !
 
« Quelqu’un de vous a-t-il connu Sabine,
              Ma señora ?
Sa mère était la vieille maugrabine
              D’Antequera,
Qui chaque nuit criait dans la Tour-Magne
              Comme un hibou... — 
Le vent qui vient à travers la montagne
              Me rendra fou.
 
« Dansez, chantez ! Des biens que l’heure envoie
              Il faut user.
Elle était jeune et son œil plein de joie
              Faisait penser. — 
À ce vieillard qu’un enfant accompagne
              Jetez un sou ! ... — 
Le vent qui vient à travers la montagne
              Me rendra fou.
 
« Vraiment, la reine eût près d’elle été laide
              Quand, vers le soir,
Elle passait sur le pont de Tolède
              En corset noir.
Un chapelet du temps de Charlemagne
              Ornait son cou... — 
Le vent qui vient à travers la montagne
              Me rendra fou.
 
« Le roi disait en la voyant si belle
              À son neveu :
— Pour un baiser, pour un sourire d’elle,
              Pour un cheveu,
Infant don Ruy, je donnerais l’Espagne
              Et le Pérou ! — 
Le vent qui vient à travers la montagne
              Me rendra fou.
 
« Je ne sais pas si j’aimais cette dame,
              Mais je sais bien
Que pour avoir un regard de son âme,
              Moi, pauvre chien,
J’aurais gaîment passé dix ans au bagne
              Sous le verrou... — 
Le vent qui vient à travers la montagne
              Me rendra fou.
 
« Un jour d’été que tout était lumière,
              Vie et douceur,
Elle s’en vint jouer dans la rivière
              Avec sa sœur,
Je vis le pied de sa jeune compagne
              Et son genou... — 
Le vent qui vient à travers la montagne
              Me rendra fou.
 
« Quand je voyais cette enfant, moi le pâtre
              De ce canton,
Je croyais voir la belle Cléopâtre,
              Qui, nous dit-on,
Menait César, empereur d’Allemagne,
              Par le licou... — 
Le vent qui vient à travers la montagne
              Me rendra fou.
 
« Dansez, chantez, villageois, la nuit tombe.
              Sabine, un jour,
A tout vendu, sa beauté de colombe,
              Et son amour,
Pour l’anneau d’or du comte de Saldagne,
              Pour un bijou... — 
Le vent qui vient à travers la montagne
              Me rendra fou.
 
« Sur ce vieux banc souffrez que je m’appuie,
              Car je suis las.
Avec ce comte elle s’est donc enfuie !
              Enfuie, hélas !
Par le chemin qui va vers la Cerdagne,
              Je ne sais où... — 
Le vent qui vient à travers la montagne
              Me rendra fou.
 
« Je la voyais passer de ma demeure,
              Et c’était tout.
Mais à présent je m’ennuie à toute heure,
              Plein de dégoût,
Rêveur oisif, l’âme dans la campagne,
              La dague au clou... — 
Le vent qui vient à travers la montagne
              M’a rendu fou ! »
 

14 mars 1837.

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τаvаn : Lаssitudе

Hаrаuсоurt : Αu tеmps dеs féеs

Νоuvеаu : Lеs Μаlсhаnсеuх

Νоuvеаu : Humilité

Τаvаn : Lаssitudе

Τаvаn : Sоir d’été

Lа Villе dе Μirmоnt : Ρrоmеnаdе

Βruаnt : Lézаrd

Ρеnquеr : Lе Vаllоn dе Kеrsаint

Hugо : Εt nох fасtа еst

Hugо : Guitаrе : «Gаstibеlzа, l’hоmmе à lа саrаbinе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Lе Μоnstrе

Lаfоrguе : Ρiеrrоts : «Εllе disаit...»

Βаudеlаirе : Déјà !

Νоuvеаu : Lа Ρоudrе

Τаvаn : Lаssitudе

Hаrаuсоurt : Αu tеmps dеs féеs

Νоuvеаu : Fêtеs gаlаntеs

Vеrlаinе : «Âmе, tе sоuviеnt-il, аu fоnd du pаrаdis...»

Τаvаn : Lа Rоndе dеs mоis

Dеrèmе : «Νоus nоus tаisоns. Lе vеnt bаlаnсе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Ô misérаblе viе ! iсi-bаs аgitéе...» (Lа Rоquе)

De mdrlоl sur Lеs Léprеuх (Βеrtrаnd)

De Сосhоnfuсius sur «Rоssignоl mоn mignоn...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur «Si l’impоrtunité d’un сréditеur mе fâсhе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Ρаrsifаl (Vеrlаinе)

De Vinсеnt sur «Μаdаmе, si tu vеuх mе prêtеr tоn оrеillе...» (Βirаguе)

De Lа piаnistе sur Αlmаnасh (Сrоs)

De Vinсеnt sur «Се n’еst pаs dе mоn gré, Саrlе, quе mа nаvirе...» (Du Βеllау)

De Jеаnnе-d’Αrс sur «Се quе ј’аimе аu printеmps, је tе vеuх dirе Μêmе...» (Μаgnу)

De vinсеnt sur «Un pеu dеvаnt quе l’аubе аmеnât lа јоurnéе...» (Gоdаrd)

De Ρiеrrоt sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Lа Μusérаntе sur Sоnnеt : «Hа ! nе mе blâmе plus, mаis blâmе mоn dеstin...» (Viviеn)

De Ρiеrrоt sur Ρsеudо-sоnnеt quе lеs аmаtеurs dе plаisаntеriе fасilе (Fоurеst)

De Βеnеdеtti еt Sаundеr sur «Ô musе inсоrrigiblе, оù fаut-il quе tu аillеs !...» (Rоllinаt)

De sуnсhrоniсité sur Lе Rоi Rеnаud (***)

De Jоhn Kеаts sur «Sur lе bоrd d’un bеаu flеuvе Αmоur аvаit tеndu...» (Μаgnу)

De Lа Μusérаntе sur Lеs Αspеrgеs (Rоllinаt)

De Αllis sur Épitаphе (Νоuvеаu)

De Μаrl’hаinе sur Соnаssе (Βruаnt)

De Gаrсе’sоnnе sur «Νаturе еst аuх bâtаrds vоlоntiеrs fаvоrаblе...» (Du Βеllау)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Μоn Βisаïеul (Βеrtrаnd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе