Hugo

Les Rayons et les Ombres, 1840


Guitare


 
Gastibelza, l’homme à la carabine,
              Chantait ainsi :
« Quelqu’un a-t-il connu doña Sabine ?
              Quelqu’un d’ici ?
Dansez, chantez, villageois ! la nuit gagne
              Le mont Falù.
— Le vent qui vient à travers la montagne
              Me rendra fou !
 
« Quelqu’un de vous a-t-il connu Sabine,
              Ma señora ?
Sa mère était la vieille maugrabine
              D’Antequera,
Qui chaque nuit criait dans la Tour-Magne
              Comme un hibou... — 
Le vent qui vient à travers la montagne
              Me rendra fou.
 
« Dansez, chantez ! Des biens que l’heure envoie
              Il faut user.
Elle était jeune et son œil plein de joie
              Faisait penser. — 
À ce vieillard qu’un enfant accompagne
              Jetez un sou ! ... — 
Le vent qui vient à travers la montagne
              Me rendra fou.
 
« Vraiment, la reine eût près d’elle été laide
              Quand, vers le soir,
Elle passait sur le pont de Tolède
              En corset noir.
Un chapelet du temps de Charlemagne
              Ornait son cou... — 
Le vent qui vient à travers la montagne
              Me rendra fou.
 
« Le roi disait en la voyant si belle
              À son neveu :
— Pour un baiser, pour un sourire d’elle,
              Pour un cheveu,
Infant don Ruy, je donnerais l’Espagne
              Et le Pérou ! — 
Le vent qui vient à travers la montagne
              Me rendra fou.
 
« Je ne sais pas si j’aimais cette dame,
              Mais je sais bien
Que pour avoir un regard de son âme,
              Moi, pauvre chien,
J’aurais gaîment passé dix ans au bagne
              Sous le verrou... — 
Le vent qui vient à travers la montagne
              Me rendra fou.
 
« Un jour d’été que tout était lumière,
              Vie et douceur,
Elle s’en vint jouer dans la rivière
              Avec sa sœur,
Je vis le pied de sa jeune compagne
              Et son genou... — 
Le vent qui vient à travers la montagne
              Me rendra fou.
 
« Quand je voyais cette enfant, moi le pâtre
              De ce canton,
Je croyais voir la belle Cléopâtre,
              Qui, nous dit-on,
Menait César, empereur d’Allemagne,
              Par le licou... — 
Le vent qui vient à travers la montagne
              Me rendra fou.
 
« Dansez, chantez, villageois, la nuit tombe.
              Sabine, un jour,
A tout vendu, sa beauté de colombe,
              Et son amour,
Pour l’anneau d’or du comte de Saldagne,
              Pour un bijou... — 
Le vent qui vient à travers la montagne
              Me rendra fou.
 
« Sur ce vieux banc souffrez que je m’appuie,
              Car je suis las.
Avec ce comte elle s’est donc enfuie !
              Enfuie, hélas !
Par le chemin qui va vers la Cerdagne,
              Je ne sais où... — 
Le vent qui vient à travers la montagne
              Me rendra fou.
 
« Je la voyais passer de ma demeure,
              Et c’était tout.
Mais à présent je m’ennuie à toute heure,
              Plein de dégoût,
Rêveur oisif, l’âme dans la campagne,
              La dague au clou... — 
Le vent qui vient à travers la montagne
              M’a rendu fou ! »
 

14 mars 1837.

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Sаtiе : Lе Gоlf

Βеrtrаnd : Μоn Βisаïеul

Siеfеrt : Vivеrе mеmеntо

Diеrх : Lеs Νuаgеs

Diеrх : Lа Ρrisоn

Gérаrd : Lа Rоndе dеs mоis

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lе rirе сlаir, l’âmе sаns rеprосhе...»

Régniеr : Lе Μаrаudеur

Hеrvillу : Sur lеs bоrds du Sаubаt

Riсhеpin : Sоnnеt mоdеrnе

Hеrvillу : Βuсоliquе Νоirе

Lеfèvrе-Dеumiеr : Lа Соlоmbе pоignаrdéе

☆ ☆ ☆ ☆

Riсtus : L’Hivеr

Viеlé-Griffin : «Jе сhаntе hаut pоur m’еntеndrе...»

Rоllinаt : «С’еst vrаi quе dаns lа ruе еllе impоsе à сhасun...»

Diеrх : Εn сhеmin

Vеrlаinе : Rеdditiоn

Régniеr : Élégiе

Riсhеpin : «Quе tа mаîtrеssе sоit оu blоndе, оu rоussе, оu brunе...»

Sаmаin : Εrmiоnе

Lеfèvrе-Dеumiеr : L’Étinсеllе élесtriquе

Μilоsz : À l’Αmоur

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Dоn Juаn (Сrоs)

De Сосhоnfuсius sur «Jе сhеrсhе pаiх, еt nе trоuvе quе guеrrе...» (Μаgnу)

De Сосhоnfuсius sur Épigrаmmе : «Grâсе à се Соmtе libérаl...» (Viаu)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Μоn Βisаïеul (Βеrtrаnd)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Vоуеllеs (Rimbаud)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Lа Viе аntériеurе (Βаudеlаirе)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Βаllаdе [dеs dаmеs du tеmps јаdis] (Villоn)

De Vinсеnt sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Lеs Étоilеs blеuеs (Rоllinаt)

De lасоtе sur Lа nеigе еst bеllе (Riсhеpin)

De Vinсеnt sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si је pоuvаis pоrtеr dеdаns lе sеin, Μаdаmе...» (Αubigné)

De Сurаrе- sur «Lа vоiх qui rеtеntit dе l’un à l’аutrе Ρôlе...» (Gоmbаud)

De Ρhèdrе sur «Се mirоir оù сhасun соntеmplе sа figurе...» (Μаllеvillе)

De Kеinеr sur «Βоnnе аnnéе à tоutеs lеs сhоsеs...» (Gérаrd)

De Αnnа ΑKHΜΑΤΟVΑ sur «J’еrrаis еn mоn јаrdin, quаnd аu bоut d’unе аlléе...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur «Βiеnhеurеuх sоit lе јоur, еt lе mоis, еt l’аnnéе...» (Μаgnу)

De Rilkе Rаinеr Μаriа sur J’éсris (Νоаillеs)

De Сurаrе- sur Épitаphе d’un сhаt (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «D’un sоmmеil plus trаnquillе à mеs Αmоurs rêvаnt...» (Viаu)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur «Lе mаl еst grаnd, lе rеmèdе еst si brеf...» (Rоnsаrd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе