Hugo

[Posthumes]



 
Je la revois, après vingt ans, l’île où Décembre
          Me jeta, pâle naufragé.
La voilà ! c’est bien elle. Elle est comme une chambre
          Où rien encor n’est dérangé.
 
Oui, c’était bien ainsi qu’elle était ; il me semble
          Qu’elle rit, et que j’aperçois
Le même oiseau qui fuit, la même fleur qui tremble,
          La même aurore dans les bois ;
 
Il me semble revoir, comme au fond d’un mirage,
          Les champs, les vergers, les fruits mûrs,
Et dans le firmament profond le même orage,
          Et la même herbe au pied des murs,
 
Et le même toit blanc qui m’attend et qui m’aime,
          Et, par delà le flot grondeur,
La même vision d’un éden, dans la même
          Éblouissante profondeur.
 
Oui, je la reconnais cette grève enchantée,
          Comme alors elle m’apparut,
Rive heureuse où l’on cherche Acis et Galatée,
          Où l’on trouve Booz et Ruth ;
 
Car il n’est pas de plage, ou de montagne, ou d’île,
          Parmi les abîmes amers,
Mieux faite pour cacher les roses de l’idylle
          Sous la tragique horreur des mers.
 
Ciel ! océan ! c’était cette même nature,
          Gouffre de silence et de bruit,
Ayant on ne sait quelle insondable ouverture
          Sur la lumière et sur la nuit.
 
Oui, c’étaient ces hameaux, oui, c’étaient ces rivages ;
          C’était le même aspect mouvant,
La même âcre senteur de bruyères sauvages,
          Les mêmes tumultes du vent ;
 
C’était la même vague arrachant aux décombres
          Les mêmes dentelles d’argent ;
C’étaient les mêmes blocs jetant les mêmes ombres
          Au même éternel flot changeant ;
 
C’étaient les mêmes caps que l’onde ignore et ronge,
          Car l’âpre mer, pleine de deuils,
Ne s’inquiète pas, dans son effrayant songe,
          De la figure des écueils ;
 
C’était la même fuite immense des nuées ;
          Sur ces monts, où Dieu vient tonner,
Les mêmes cimes d’arbre, en foule remuées,
          N’ont pas fini de frissonner ;
 
C’était le même souffle ondoyant dans les seigles ;
          Je crois revoir sur l’humble pré
Les mêmes papillons, avec les mêmes aigles
          Sur l’océan démesuré ;
 
C’était le même flux couvrant l’île d’écume,
          Comme un cheval blanchit le mors ;
C’était le même azur, c’était la même brume.
          Et combien vivaient, qui sont morts !
 

8 août 1872, en arrivant à Jersey.

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Viоn Dаlibrау : «Αimе, si tu lе vеuх, је nе l’еmpêсhе pаs...»

Lа Fоntаinе : Ρаrоlе dе Sосrаtе

Lаfоrguе : Μéditаtiоn grisâtrе

Νоël : Сhаnt dе nоurriсе

Μаllаrmé : «Μ’intrоduirе dаns tоn histоirе...»

Lа Gеsséе : «Lе fеu brusquе, еt légеr, аuх Αstrеs s’асhеminе...»

Μаllеvillе : Lеs Sоuсis еt dеs Ρеnséеs

Lе Ρеtit : Sur mоn Βоrdеl dеs Μusеs

Μаupаssаnt : Νuit dе nеigе

Vеrlаinе : «Vоus êtеs саlmе, vоus vоulеz un vœu disсrеt...»

☆ ☆ ☆ ☆

Νоël : Сhаnt dе nоurriсе

Du Βеllау : «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...»

Βаudеlаirе : Lа Fаussе Μоnnаiе

Сhаlupt : Lе Βасhеliеr dе Sаlаmаnquе

Fréсhеttе : Νоvеmbrе

Νеlligаn : Lе Τоmbеаu dе lа négrеssе

Сrоs : Dеstinéе

Τоulеt : Épitаphе.

Lаmаrtinе : L’Ιmmоrtаlité

Glаtignу : «Lа tаblе étinсеlаit. Un tаs dе bоnnеs сhоsеs...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Fаntômе d’Ursulе (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Jаdis sur Μéditаtiоn grisâtrе (Lаfоrguе)

De Сосhоnfuсius sur «Sоus lеs оmbrеs du bоis, аu bоrd d’unе fоntаinе...» (Lа Rоquе)

De Jаdis sur «Μ’intrоduirе dаns tоn histоirе...» (Μаllаrmé)

De Сurаrе- sur À un sоt аbbé dе quаlité (Sаint-Ρаvin)

De Jаdis sur Сhаrmеs du pаssé (Rоdеnbасh)

De Τristаn Βеrnаrd sur Lеs Соnquérаnts (Hеrеdiа)

De Lа Μusérаntе sur Sоnnеt dе Ρоrсеlаinе (Viviеn)

De Dаmе dе flаmmе sur «Du tristе сœur vоudrаis lа flаmmе étеindrе...» (Sаint-Gеlаis)

De Сurаrе- sur «С’еst оrеs, mоn Vinеus, mоn сhеr Vinеus, с’еst оrе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Ρеtitе Ruе silеnсiеusе (Fоrt)

De Dаmе dе flаmmе sur «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...» (Βеrnаrd)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De krm sur Vеrlаinе

De Сurаrе= sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Wеb-dеvеlоppеur sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Xiаn sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе