Hugo

[Posthumes]



 
Je la revois, après vingt ans, l’île où Décembre
          Me jeta, pâle naufragé.
La voilà ! c’est bien elle. Elle est comme une chambre
          Où rien encor n’est dérangé.
 
Oui, c’était bien ainsi qu’elle était ; il me semble
          Qu’elle rit, et que j’aperçois
Le même oiseau qui fuit, la même fleur qui tremble,
          La même aurore dans les bois ;
 
Il me semble revoir, comme au fond d’un mirage,
          Les champs, les vergers, les fruits mûrs,
Et dans le firmament profond le même orage,
          Et la même herbe au pied des murs,
 
Et le même toit blanc qui m’attend et qui m’aime,
          Et, par delà le flot grondeur,
La même vision d’un éden, dans la même
          Éblouissante profondeur.
 
Oui, je la reconnais cette grève enchantée,
          Comme alors elle m’apparut,
Rive heureuse où l’on cherche Acis et Galatée,
          Où l’on trouve Booz et Ruth ;
 
Car il n’est pas de plage, ou de montagne, ou d’île,
          Parmi les abîmes amers,
Mieux faite pour cacher les roses de l’idylle
          Sous la tragique horreur des mers.
 
Ciel ! océan ! c’était cette même nature,
          Gouffre de silence et de bruit,
Ayant on ne sait quelle insondable ouverture
          Sur la lumière et sur la nuit.
 
Oui, c’étaient ces hameaux, oui, c’étaient ces rivages ;
          C’était le même aspect mouvant,
La même âcre senteur de bruyères sauvages,
          Les mêmes tumultes du vent ;
 
C’était la même vague arrachant aux décombres
          Les mêmes dentelles d’argent ;
C’étaient les mêmes blocs jetant les mêmes ombres
          Au même éternel flot changeant ;
 
C’étaient les mêmes caps que l’onde ignore et ronge,
          Car l’âpre mer, pleine de deuils,
Ne s’inquiète pas, dans son effrayant songe,
          De la figure des écueils ;
 
C’était la même fuite immense des nuées ;
          Sur ces monts, où Dieu vient tonner,
Les mêmes cimes d’arbre, en foule remuées,
          N’ont pas fini de frissonner ;
 
C’était le même souffle ondoyant dans les seigles ;
          Je crois revoir sur l’humble pré
Les mêmes papillons, avec les mêmes aigles
          Sur l’océan démesuré ;
 
C’était le même flux couvrant l’île d’écume,
          Comme un cheval blanchit le mors ;
C’était le même azur, c’était la même brume.
          Et combien vivaient, qui sont morts !
 

8 août 1872, en arrivant à Jersey.

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βоuilhеt : À unе fеmmе

Τristаn L’Hеrmitе : Lа Βеllе еn dеuil

Rоdеnbасh : Vеilléе dе glоirе

Rоdеnbасh : Rеnоnсеmеnt

Rоdеnbасh : Sоlitudе

Βеrtrаnd : Sоnnеt : «À lа Rеinе dеs Frаnçаis...»

Lоrrаin : Déсаdеnсе

Lоrrаin : Αbаndоnnéе

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Rоdеnbасh : «Lеs суgnеs blаnсs, dаns lеs саnаuх dеs villеs mоrtеs...»

☆ ☆ ☆ ☆

Βоuilhеt : Vеrs à unе fеmmе

Lа Fоntаinе : Lе Сосhоn, lа Сhèvrе еt lе Μоutоn

Lа Сеppèdе : «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...»

Lа Сеppèdе : «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...»

Lаfоrguе : L’hivеr qui viеnt

Vаuquеlin dеs Yvеtеаuх : «Αvесquеs mоn аmоur nаît l’аmоur dе сhаngеr...»

Βruаnt : Fаntаisiе tristе

Βеrtrаnd : Lа Rоndе sоus lа сlосhе

Ρоpеlin : Τurеlаirе, turеlurе

Lоrrаin : Réсurrеnсе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lа Βеllе еn dеuil (Τristаn L'Hеrmitе)

De Μаdаmе_Βrigittе- sur Vеrs à unе fеmmе (Βоuilhеt)

De Сосhоnfuсius sur «Αmi, је t’аpprеndrаi (еnсоrе quе tu sоis...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...» (Lа Сеppèdе)

De Εsprit dе сеllе sur «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...» (Lа Сеppèdе)

De Сосhоnfuсius sur «Vеuх-tu sаvоir, Duthiеr, quеllе сhоsе с’еst Rоmе ?...» (Du Βеllау)

De Jаllе dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Wоtаn dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Lа Rоndе sоus lа сlосhе (Βеrtrаnd)

De Βаilеу sur Соntrе Sаbidius : «D’un gâtеаu trоp brûlаnt...» (Dubоs)

De Jеhаn sur Соnsеil (Βаnvillе)

De Jеhаn sur Lа Μоrt еt lе Μаlhеurеuх. Lа Μоrt еt lе Βûсhеrоn (Lа Fоntаinе)

De Jеhаn sur Εn јustiсе dе pаiх (Rоllinаt)

De Jеhаn sur Μаtеlоts (Соrbièrе)

De Сurаrе- sur L’Αmbitiоn tаnсéе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Βlоndеl sur Τеrrе dе Frаnсе (Fаbié)

De Τоrсhоnfuсius sur Lе Сосhоn, lа Сhèvrе еt lе Μоutоn (Lа Fоntаinе)

De Lilith sur «Ô Déеssе, qui pеuх аuх prinсеs égаlеr...» (Du Βеllау)

De Μаlеpеur sur «Jе plаntе еn tа fаvеur сеt аrbrе dе Суbèlе...» (Rоnsаrd)

De Сliеnt sur Sоnnеt du huit févriеr 1915 (Αpоllinаirе)

De Βасhоt sur Lе Τunnеl (Rоllinаt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе