Hugo

[Posthumes]



 
Je la revois, après vingt ans, l’île où Décembre
          Me jeta, pâle naufragé.
La voilà ! c’est bien elle. Elle est comme une chambre
          Où rien encor n’est dérangé.
 
Oui, c’était bien ainsi qu’elle était ; il me semble
          Qu’elle rit, et que j’aperçois
Le même oiseau qui fuit, la même fleur qui tremble,
          La même aurore dans les bois ;
 
Il me semble revoir, comme au fond d’un mirage,
          Les champs, les vergers, les fruits mûrs,
Et dans le firmament profond le même orage,
          Et la même herbe au pied des murs,
 
Et le même toit blanc qui m’attend et qui m’aime,
          Et, par delà le flot grondeur,
La même vision d’un éden, dans la même
          Éblouissante profondeur.
 
Oui, je la reconnais cette grève enchantée,
          Comme alors elle m’apparut,
Rive heureuse où l’on cherche Acis et Galatée,
          Où l’on trouve Booz et Ruth ;
 
Car il n’est pas de plage, ou de montagne, ou d’île,
          Parmi les abîmes amers,
Mieux faite pour cacher les roses de l’idylle
          Sous la tragique horreur des mers.
 
Ciel ! océan ! c’était cette même nature,
          Gouffre de silence et de bruit,
Ayant on ne sait quelle insondable ouverture
          Sur la lumière et sur la nuit.
 
Oui, c’étaient ces hameaux, oui, c’étaient ces rivages ;
          C’était le même aspect mouvant,
La même âcre senteur de bruyères sauvages,
          Les mêmes tumultes du vent ;
 
C’était la même vague arrachant aux décombres
          Les mêmes dentelles d’argent ;
C’étaient les mêmes blocs jetant les mêmes ombres
          Au même éternel flot changeant ;
 
C’étaient les mêmes caps que l’onde ignore et ronge,
          Car l’âpre mer, pleine de deuils,
Ne s’inquiète pas, dans son effrayant songe,
          De la figure des écueils ;
 
C’était la même fuite immense des nuées ;
          Sur ces monts, où Dieu vient tonner,
Les mêmes cimes d’arbre, en foule remuées,
          N’ont pas fini de frissonner ;
 
C’était le même souffle ondoyant dans les seigles ;
          Je crois revoir sur l’humble pré
Les mêmes papillons, avec les mêmes aigles
          Sur l’océan démesuré ;
 
C’était le même flux couvrant l’île d’écume,
          Comme un cheval blanchit le mors ;
C’était le même azur, c’était la même brume.
          Et combien vivaient, qui sont morts !
 

8 août 1872, en arrivant à Jersey.

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Sаtiе : Lе Gоlf

Βеrtrаnd : Μоn Βisаïеul

Siеfеrt : Vivеrе mеmеntо

Diеrх : Lеs Νuаgеs

Diеrх : Lа Ρrisоn

Gérаrd : Lа Rоndе dеs mоis

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lе rirе сlаir, l’âmе sаns rеprосhе...»

Régniеr : Lе Μаrаudеur

Hеrvillу : Sur lеs bоrds du Sаubаt

Riсhеpin : Sоnnеt mоdеrnе

Hеrvillу : Βuсоliquе Νоirе

Lеfèvrе-Dеumiеr : Lа Соlоmbе pоignаrdéе

☆ ☆ ☆ ☆

Riсtus : L’Hivеr

Viеlé-Griffin : «Jе сhаntе hаut pоur m’еntеndrе...»

Rоllinаt : «С’еst vrаi quе dаns lа ruе еllе impоsе à сhасun...»

Diеrх : Εn сhеmin

Vеrlаinе : Rеdditiоn

Régniеr : Élégiе

Riсhеpin : «Quе tа mаîtrеssе sоit оu blоndе, оu rоussе, оu brunе...»

Sаmаin : Εrmiоnе

Lеfèvrе-Dеumiеr : L’Étinсеllе élесtriquе

Μilоsz : À l’Αmоur

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Dоn Juаn (Сrоs)

De Сосhоnfuсius sur «Jе сhеrсhе pаiх, еt nе trоuvе quе guеrrе...» (Μаgnу)

De Сосhоnfuсius sur Épigrаmmе : «Grâсе à се Соmtе libérаl...» (Viаu)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Μоn Βisаïеul (Βеrtrаnd)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Vоуеllеs (Rimbаud)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Lа Viе аntériеurе (Βаudеlаirе)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Βаllаdе [dеs dаmеs du tеmps јаdis] (Villоn)

De Vinсеnt sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Lеs Étоilеs blеuеs (Rоllinаt)

De lасоtе sur Lа nеigе еst bеllе (Riсhеpin)

De Vinсеnt sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si је pоuvаis pоrtеr dеdаns lе sеin, Μаdаmе...» (Αubigné)

De Сurаrе- sur «Lа vоiх qui rеtеntit dе l’un à l’аutrе Ρôlе...» (Gоmbаud)

De Ρhèdrе sur «Се mirоir оù сhасun соntеmplе sа figurе...» (Μаllеvillе)

De Kеinеr sur «Βоnnе аnnéе à tоutеs lеs сhоsеs...» (Gérаrd)

De Αnnа ΑKHΜΑΤΟVΑ sur «J’еrrаis еn mоn јаrdin, quаnd аu bоut d’unе аlléе...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur «Βiеnhеurеuх sоit lе јоur, еt lе mоis, еt l’аnnéе...» (Μаgnу)

De Rilkе Rаinеr Μаriа sur J’éсris (Νоаillеs)

De Сurаrе- sur Épitаphе d’un сhаt (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «D’un sоmmеil plus trаnquillе à mеs Αmоurs rêvаnt...» (Viаu)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur «Lе mаl еst grаnd, lе rеmèdе еst si brеf...» (Rоnsаrd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе