Hugo

L'Art d'être grand-père, 1877


L’Immaculée Conception


                  Ô Vierge sainte, conçue sans péché !
(Prière chrétienne.)


L’enfant partout. Ceci se passe aux Tuileries.
Plusieurs Georges, plusieurs Jeannes, plusieurs Maries ;
Un qui tette, un qui dort ; dans l’arbre un rossignol ;
Un grand déjà rêveur qui voudrait voir Guignol ;
Une fille essayant ses dents dans une pomme ;
Toute la matinée adorable de l’homme ;
L’aube et Polichinelle ; on court, on jase, on rit ;
On parle à sa poupée, elle a beaucoup d’esprit ;
On mange des gâteaux et l’on saute à la corde.
On me demande un sou pour un pauvre ; j’accorde
Un franc ; merci, grand-père ! et l’on retourne au jeu,
Et l’on grimpe, et l’on danse, et l’on chante. Ô ciel bleu !
C’est toi le cheval. Bien. Tu traînes la charrette,
Moi je suis le cocher. À gauche ; à droite ; arrête.
Jouons aux quatre coins. Non ; à Colin-Maillard.
Leur clarté sur son banc réchauffe le vieillard.
Les bouches des petits sont de murmures pleines,
Ils sont vermeils, ils ont plus de fraîches haleines
Que n’en ont les rosiers de mai dans les ravins,
Et l’aurore frissonne en leurs cheveux divins.
Tout cela c’est charmant. — Tout cela c’est horrible !
C’est le péché !
 
                              Lisez nos missels, notre bible,
L’abbé Pluche, saint Paul, par Trublet annoté,
Veuillot, tout ce qui fait sur terre autorité.
Une conception seule est immaculée ;
Tous les berceaux sont noirs, hors la crèche étoilée ;
Ce grand lit de l’abîme, l’hyménée, est taché.
Où l’homme dit Amour ! le ciel répond Péché !
Tout est souillure, et qui le nie est un athée.
Toute femme est la honte, une seule exceptée.
Ainsi ce tas d’enfants est un tas de forfaits !
Oiseau qui fais ton nid, c’est le mal que tu fais.
Ainsi l’ombre sourit d’une façon maligne
Sur la douce couvée. Ainsi le bon Dieu cligne
Des yeux avec le diable et dit : Prends-moi cela !
Et c’est mon crime, ô ciel, l’innocent que voilà !
Ainsi ce tourbillon de lumière et de joie,
L’enfance, ainsi l’essaim d’âmes que nous envoie
L’amour mystérieux qu’avril épanouit,
Ces constellations d’anges dans notre nuit,
Ainsi la bouche rose, ainsi la tête blonde,
Ainsi cette prunelle aussi claire que l’onde,
Ainsi ces petits pieds courant dans le gazon,
Cette cohue aimable emplissant l’horizon
Et dont le grand soleil qui rit semble être l’hôte,
C’est le fourmillement monstrueux de la faute !
Péché ! péché ! Le mal est dans les nouveau-nés !
Oh ! quel sinistre affront ! Prêtres infortunés !
 
Au milieu de la vaste aurore ils sont funèbres ;
Derrière eux vient la chute informe des ténèbres.
Dans les plis de leur dogme ils ont la sombre nuit.
Le couple a tort, le fruit est vil, le germe nuit.
De l’enfant qui la souille une mère est suivie.
Ils sont les justiciers de ce crime, la vie.
Malheur ! pas un hymen, non, pas même le leur,
Pas même leur autel n’est pur. Malheur ! malheur !
Ô femmes, sur vos fronts ils mettent d’affreux doutes.
Le couronnement d’une est l’outrage de toutes.
Démence ! ce sont eux les désobéissants.
On ne sait quel crachat se mêle à leur encens.
Ô la profonde insulte ! ils jettent l’anathème
Sur l’œil qui dit : je vois ! sur le cœur qui dit : j’aime !
Sur l’âme en fête et l’arbre en fleur et l’aube en feu,
Et sur l’immense joie éternelle de Dieu
Criant : Je suis le père ! et sans borne et sans voile
Semant l’enfant sur terre et dans le ciel l’étoile !
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βаudеlаirе : Lа Μоrt dеs Ρаuvrеs

Vаuсаirе : Νоtrе divin mоdèlе

Μérаt : Ρауsаgе

Αpоllinаirе : «Lа nudité dеs flеurs с’еst lеur оdеur сhаrnеllе...»

Lа Villе dе Μirmоnt : Lеs Dеmоisеllеs d’аutrеfоis

Villоn : Lе Lаis

Rоnsаrd : «J’аvаis, еn rеgаrdаnt tеs bеаuх уеuх, еnduré...»

☆ ☆ ☆ ☆

Du Βеllау : «Jе n’éсris pоint d’аmоur, n’étаnt pоint аmоurеuх...»

Βérаngеr : Lеs Quаtrе Âgеs histоriquеs

Léоnаrd : Lеs Rеgrеts

Βаudеlаirе : Lа Μоrt dеs Ρаuvrеs

Сrоs : Lе Βut

Ρаtriаt : «Αсhètе qui vоudrа lе Саmеmbеrt trоp dоuх...»

Lеvеу : «Vоulаnt еnсоurаgеr sеs аurоrеs сhаrméеs...»

Vаuсаirе : Répétitiоn

Βаrbеу d’Αurеvillу : «Οh ! pоurquоi vоуаgеr ?...»

Βruаnt : J’suis dаns l’Βоttin

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Ρоur Μаdеmоisеllе du Μаinе (Lingеndеs)

De Сосhоnfuсius sur «Ρuisqu’аinsi sоnt mеs durеs dеstinéеs...» (Lа Βоétiе)

De Сосhоnfuсius sur Réсоmpеnsе (Rоdеnbасh)

De Οupаviа sur Sоnnеt d’аutоmnе (Βеаuliеu)

De Сurаrе- sur Dеvаnt lе fеu (Νеlligаn)

De Sоlаirе sur Sur lе Βаlсоn (Vеrlаinе)

De Lа Μusérаntе sur «Quеl еmbаrrаs à сеttе pоrtе !...» (Viоn Dаlibrау)

De Сrаpаudinе sur «Ô сritiquе du јоur, сhèrе mоuсhе bоvinе...» (Μussеt)

De Lа Μusérаntе sur «Vоiсi lе rеndеz-vоus dеs Εnfаnts sаns sоuсi...» (Sаint-Αmаnt)

De Vinсеnt sur Lа Νосе à Gоnеssе (Fоrt)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Τоtо28 sur Βibliоthèquеs (Αutrаn)

De Τоtо28 sur Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...» (Μussеt)

De Vinсеnt sur Lеs Βiеnfаits dе lа nuit (Rоllinаt)

De Siхtе sur «D’un оutrаgеuх соmbаt...» (Αubigné)

De lасоtе sur «Jе sаis biеn qu’оn dirа quе је suis témérаirе...» (Βirаguе)

De mdrlоl sur Lеs Léprеuх (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur Ρаrsifаl (Vеrlаinе)

De vinсеnt sur «Un pеu dеvаnt quе l’аubе аmеnât lа јоurnéе...» (Gоdаrd)

De Ρiеrrоt sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе