Hugo

[Posthumes]


La Blanche Aminte


 

    — Çà, dit-il, que t’en semble
Écoute, Écho, faisons une chanson ensemble.


Sitôt qu’Aminte fut venue
                    Nue,
Devant le dey qui lui semblait
                    Laid,
 
Plus blanche qu’un bloc de Carrare
                    Rare,
Elle défit ses cheveux blonds,
                    Longs.
 
Alors, ô tête de l’eunuque,
                    Nuque
Du Bostangi, tu te courbas
                    Bas.
 
Le bassa, dont l’amour enflamme
                    L’âme,
À ses pieds laissa son mouchoir
                    Choir,
 
En disant : — Ne sois pas rebelle,
                    Belle,
Tes pieds blancs et tes blonds cheveux
                    Veux.
 
Or c’était le bassa d’Épire
                    Pire
Qu’un vrai moine et plus qu’un manchot
                    Chaud,

Faisant turques et circassiennes
                    Siennes,
Et pour soi seul en nourrissant
                    Cent.
 
Donc, à sa parole exigeante
                    Gente
Aminte ne dit au vaurien
                    Rien.
 
Elle inclina son cou de cygne,
                    Signe
Qu’elle trouvait le vieux corbeau
                    Beau.
 
Quand ses femmes virent Aminte,
                    Mainte
Jalouse idée à plus de vingt
                    Vint.
 
Longtemps le sérail infidèle
                    D’elle
Parla, puis de ses cheveux blonds
                    Longs,
 
Les blanches qu’à Chypre on rencontre
                    Contre,
Et les noires de Visapour
                    Pour.
 

3 janvier 1829.

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βаudеlаirе : Lе Соuсhеr du Sоlеil rоmаntiquе

Αpоllinаirе : Dаns lе јаrdin d’Αnnа

Μаllаrmé : Sоnnеt : «Sur lеs bоis оubliés quаnd pаssе l’hivеr sоmbrе...»

Αutrаn : Lа Βоhèmе

Rоnsаrd : «Jе nе sеrаis mаrri, si tu соmptаis mа pеinе...»

Βlаisе Сеndrаrs

Сеndrаrs : Соntrаstеs

☆ ☆ ☆ ☆

Ρеrgаud : Lеs Hibоuх

Hеrеdiа : Βrеtаgnе

Rоdеnbасh : Lеs Сlосhеs

Βаudеlаirе : «Соmbiеn durеrоnt nоs аmоurs ?...»

Αutrаn : Βibliоthèquеs

Αutrаn : Ρrudеnсе dе lа Grеnоuillе

Αubigné : Εхtаsе

Αutrаn : Sévigné

Νеrvаl

Μоréаs : Μusiquе lоintаinе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Rоi Rеnаud (***)

De Сосhоnfuсius sur Ρеrséе еt Αndrоmèdе (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur «Fаitеs-mоi сhеvаliеr, ассоlеz-mоi, mа bеllе...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Αmigо* sur Dаns lе јаrdin d’Αnnа (Αpоllinаirе)

De Ρоrсus Сum Librо sur Lupеrсus (Hеrеdiа)

De Μаlvinа sur «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...» (Μаllаrmé)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Lеs Ρоrсs : «Αvес lеurs grоins...» (Vеrhаеrеn)

De gаutiеr sur Lеs Αssis (Rimbаud)

De Lа Μusérаntе sur L’Éсhеllе (Αutrаn)

De Didiеr СΟLΡΙΝ sur «Αmоur, је nе mе plаins dе l’оrguеil еndurсi...» (Rоnsаrd)

De Μаriа sur «Αprès unе јоurnéе dе vеnt...» (Rilkе)

De Vinсеnt sur «Αu prеmiеr trаit, quе mоn œil rеnсоntrа...» (Τуаrd)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De vinсеnt sur «Ν’еs-tu lаssе, аussi, dе rêvеr d’hiеr ?...» (Viеlé-Griffin)

De Vinсеnt sur Lа Grеnоuillе blеuе (Fоrt)

De L’аmоr sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ρiеrrоt sur Sоnnеt à lа nuit (Rоllinаt)

De Ρеrvеrs nаrсissе sur «Ρuisquе lеs сhаmps јоuissеnt dе mа bеllе...» (Τоurs)

De Vinсеnt sur «Εst-il riеn dе plus vаin qu’un sоngе mеnsоngеr...» (Сhаssignеt)

De Сhristiаn sur Lеs Ρоrсs (Vеrhаеrеn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе