Hugo

[Poèmes de jeunesse]


La Canadienne suspendant au palmier le corps de son enfant


                  Stabat mater dolorosa.
30 octobre 1818.


        Sur ce palmier qui te balance
        Dors, tendre fruit de mon amour ;
Mes bras, quelques instants, ont porté ton enfance,
Ce fragile palmier te soutient à son tour :
        Ainsi me berçait l’espérance.
 
        Dors en paix sur ce frêle appui.
Si le vent vient gémir sur ta tombe légère,
        Le vent te dira que ta mère
        Gémit sans cesse comme lui.
 
Aussi longtemps que les pleurs de l’aurore
Mouilleront ton front pâle, en arrosant les fleurs :
Aussi longtemps, mon fils, ta mère, qui t’adore,
        Te viendra baigner de ses pleurs.
Tout sur l’arbre de mort te peindra ma souffrance :
Si pourtant le ramier de ses accords touchants
        Te fait entendre la cadence,
Ne crois pas de ta mère entendre les doux chants :
Car ta mère avec toi veut garder le silence.
 
Tu n’es donc plus ? mes yeux ne te verront jamais
        Rire et folâtrer dans nos plaines,
Poursuivre le chevreuil de sommets en sommets,
        Et gravir le vieux tronc des chênes.
Je ne te verrai point, dans l’âge des amours,
Quand un duvet léger t’embellirait à peine,
À ta craintive amante apportant tous les jours,
        Le fruit d’une chasse lointaine,
Lui demander, pour prix des dépouilles des ours,
        L’une de ses tresses d’ébène.
        Nos guerriers ne me diront pas :
        Ton fils est digne de son père :
Il porte sans frémir la lance des combats,
        Et le calumet de la guerre.
        Je vivrai comme une étrangère :
Et l’on dira : son fils est le jouet du vent.
Il n’est point mort en brave, étendu sur la terre
        C’est lui dont le cercueil mouvant
        Courbe le palmier solitaire.
 
        Tu n’es plus : quel est mon malheur ?
Tes yeux, à peine ouverts, sont fermés à l’aurore ;
Je fus un instant mère : hélas ! à ma douleur,
        Cher enfant, je crois l’être encore.
 
        Au sommet du triste palmier,
        Ce berceau, qui te sert de tombe,
        Servira de nid au ramier,
        Ou de demeure à la colombe,
        Et quand demain l’astre des jours
Teindra ton froid cercueil de sa couleur riante,
        Au fond de ta couche odorante,
L’oiseau s’éveillera : tu dormiras toujours.
 
Quand pour bénir l’enfant, dont sa fille est la mère,
        Viendra mon père aux cheveux blancs ;
        Je guiderai ses pas tremblants
        Au pied de l’arbre funéraire ;
Que lui dirai-je, hélas ! son regard attristé
Se remplira des pleurs, dont ici je t’arrose...
        Le fils que j’ai porté repose
        Sur le palmier qu’il a planté.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Соrbièrе : À mоn соtrе Lе Νégriеr

Μilоsz : Lа Τаvеrnе du pоrt

Hаbеrt : «J’ассоmpаrе аu Sоlеil сеs bеаuх sоlеils d’Αmоur...»

Αutrаn : Βibliоthèquеs

Riсtus : Quаtrаins à lа glоirе du Vin Μаriаni

Μithоuаrd : Jеаn dе lа Lunе

Τеlliеr : Ρrièrе à lа Μоrt

Dеlаruе-Μаrdrus : Соmpаrаisоns

Dеlаruе-Μаrdrus : Αnnоnсiаtiоn

Ρеrgаud : Révеil

☆ ☆ ☆ ☆

Соurtеlinе : Lе Соup dе mаrtеаu

Τеlliеr : Сhаnsоn sur un thèmе сhinоis

Dеlаruе-Μаrdrus : Énеrvеmеnts

Dеlаruе-Μаrdrus : Соmpаrаisоns

Соrbièrе : Hеurеs

Βоumаl : «Νе rоuvrе pаs се livrе, il fаit mаl. Ιl rеssеmblе...»

Hаrаuсоurt : Ρlеinе еаu

Βiсhеt : Quаnd lа nuit sоrtirа

Соppéе : «Vоus êtеs dаns lе vrаi, саnоtiеrs, саliсоts !...»

Cоmmеntaires récеnts

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Сосhоnfuсius sur «Si је mоntе аu Ρаlаis, је n’у trоuvе qu’оrguеil...» (Du Βеllау)

De Τоtо28 sur Βibliоthèquеs (Αutrаn)

De Τоtо28 sur Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...» (Μussеt)

De Lа Μusérаntе sur «Jе vis mа Νуmphе еntrе сеnt dаmоisеllеs...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur «J’аi tаnt véсu, сhétif, еn mа lаnguеur...» (Lа Βоétiе)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt : «Ρоur si fоu qu’il sе dоnnе, еst-il un сhаnsоnniеr...» (Соrаn)

De Αzuré dе lа fаuсillе sur Соntrе lа јаlоusiе (Urfé)

De Lа Μusérаntе sur «Sоit quе је sоis hаï dе tоi, mа Ρаsithéе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Lеs Βiеnfаits dе lа nuit (Rоllinаt)

De Siхtе sur «D’un оutrаgеuх соmbаt...» (Αubigné)

De lасоtе sur «Jе sаis biеn qu’оn dirа quе је suis témérаirе...» (Βirаguе)

De mdrlоl sur Lеs Léprеuх (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur Ρаrsifаl (Vеrlаinе)

De Vinсеnt sur «Μаdаmе, si tu vеuх mе prêtеr tоn оrеillе...» (Βirаguе)

De Lа piаnistе sur Αlmаnасh (Сrоs)

De Jеаnnе-d’Αrс sur «Се quе ј’аimе аu printеmps, је tе vеuх dirе Μêmе...» (Μаgnу)

De vinсеnt sur «Un pеu dеvаnt quе l’аubе аmеnât lа јоurnéе...» (Gоdаrd)

De Ρiеrrоt sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Lа Μusérаntе sur Sоnnеt : «Hа ! nе mе blâmе plus, mаis blâmе mоn dеstin...» (Viviеn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе