Hugo

[Poèmes de jeunesse]


La Canadienne suspendant au palmier le corps de son enfant


                  Stabat mater dolorosa.
30 octobre 1818.


        Sur ce palmier qui te balance
        Dors, tendre fruit de mon amour ;
Mes bras, quelques instants, ont porté ton enfance,
Ce fragile palmier te soutient à son tour :
        Ainsi me berçait l’espérance.
 
        Dors en paix sur ce frêle appui.
Si le vent vient gémir sur ta tombe légère,
        Le vent te dira que ta mère
        Gémit sans cesse comme lui.
 
Aussi longtemps que les pleurs de l’aurore
Mouilleront ton front pâle, en arrosant les fleurs :
Aussi longtemps, mon fils, ta mère, qui t’adore,
        Te viendra baigner de ses pleurs.
Tout sur l’arbre de mort te peindra ma souffrance :
Si pourtant le ramier de ses accords touchants
        Te fait entendre la cadence,
Ne crois pas de ta mère entendre les doux chants :
Car ta mère avec toi veut garder le silence.
 
Tu n’es donc plus ? mes yeux ne te verront jamais
        Rire et folâtrer dans nos plaines,
Poursuivre le chevreuil de sommets en sommets,
        Et gravir le vieux tronc des chênes.
Je ne te verrai point, dans l’âge des amours,
Quand un duvet léger t’embellirait à peine,
À ta craintive amante apportant tous les jours,
        Le fruit d’une chasse lointaine,
Lui demander, pour prix des dépouilles des ours,
        L’une de ses tresses d’ébène.
        Nos guerriers ne me diront pas :
        Ton fils est digne de son père :
Il porte sans frémir la lance des combats,
        Et le calumet de la guerre.
        Je vivrai comme une étrangère :
Et l’on dira : son fils est le jouet du vent.
Il n’est point mort en brave, étendu sur la terre
        C’est lui dont le cercueil mouvant
        Courbe le palmier solitaire.
 
        Tu n’es plus : quel est mon malheur ?
Tes yeux, à peine ouverts, sont fermés à l’aurore ;
Je fus un instant mère : hélas ! à ma douleur,
        Cher enfant, je crois l’être encore.
 
        Au sommet du triste palmier,
        Ce berceau, qui te sert de tombe,
        Servira de nid au ramier,
        Ou de demeure à la colombe,
        Et quand demain l’astre des jours
Teindra ton froid cercueil de sa couleur riante,
        Au fond de ta couche odorante,
L’oiseau s’éveillera : tu dormiras toujours.
 
Quand pour bénir l’enfant, dont sa fille est la mère,
        Viendra mon père aux cheveux blancs ;
        Je guiderai ses pas tremblants
        Au pied de l’arbre funéraire ;
Que lui dirai-je, hélas ! son regard attristé
Se remplira des pleurs, dont ici je t’arrose...
        Le fils que j’ai porté repose
        Sur le palmier qu’il a planté.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Sсèvе : «Sеul аvес mоi, еllе аvес sа pаrtiе...»

Αuvrау : Соntrе unе dаmе trоp mаigrе

Αuvrау : Lеs Ρаlаdins аvеnturiеrs

Αuvrау : «Αu mоis qu’аmоur еst lе plus еn viguеur...»

Соppéе : «Εllе viеndrа се sоir ; еllе mе l’а prоmis...»

Riсtus : Lеs Μоntе-еn-l’аir

Hаrаuсоurt : «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...»

Lа Gеsséе : «Lа Μоuсhе pеintе еst mаrquе d’impudеnсе...»

Vаlléе dеs Βаrrеаuх : «Соurtisаns, qui trаînеz vоs јоurs déshоnоrés...»

Du Βеllау : «Si l’аvеuglе furеur, qui саusе lеs bаtаillеs...»

☆ ☆ ☆ ☆

Соrbièrе : Ρаuvrе gаrçоn

Соppéе : «Εllе viеndrа се sоir ; еllе mе l’а prоmis...»

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Riсhеpin : Lа Μignоtе

Βеrtrаnd : Sоnnеt : «À lа Rеinе dеs Frаnçаis...»

Μоntrеuil : Épigrаmmе : «Сlоris à vingt аns étаit bеllе...»

Νоuvеаu : Lа Rеnсоntrе

Αubigné : «Lеs lуs mе sеmblеnt nоirs...»

Rоllinаt : Viеrgе dаmnéе

Αpоllinаirе : Сhаpеаu-tоmbеаu

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Vоus аvеz su l’еspоir еt pаrtаgé lа rаgе...» (Siеfеrt)

De Сосhоnfuсius sur «Οbsсur vаllоn, mоntаgnе sоurсillеusе...» (Lа Rоquе)

De Сосhоnfuсius sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Diеu qui vоis сеttе rоuе ехéсrаblе...» (Vеrmеil)

De Lа Fаisаnе sur Lа Соlоmbе pоignаrdéе (Lеfèvrе-Dеumiеr)

De Εsprit dе сеllе sur «Νе rеprеnеz, Dаmеs, si ј’аi аimé...» (Lаbé)

De Μоrin dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Fоrаin dе Βlаnсhеmоr sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Jеhаn Çètоù sur Lе Τаlismаn (Νеlligаn)

De Сhаrlus Ρоpulаirе sur Viеuх mаrin, viеil аrtistе (Ρоpеlin)

De Hаn Riсutе sur Соmplаintе аmоurеusе (Αllаis)

De Lе Gаrdiеn sur L’Hоspitаlité (Fаbrе d'Églаntinе)

De Сhristiаn sur Lе Μоnt dеs Οliviеrs (Vignу)

De Lе Gаrdiеn sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

De Εsprit dе сеllе sur Sоnnеt : «Ιgnоrаntе оu plutôt dédаignеusе dеs mаuх...» (Сrоs)

De Τhundеrbird sur «Sасrés соtеаuх, еt vоus sаintеs ruinеs...» (Du Βеllау)

De Αrаmis sur Guitаrе : «Gаstibеlzа, l’hоmmе à lа саrаbinе...» (Hugо)

De Αrаmis sur Stаnсеs à Μаrquisе (Соrnеillе)

De piсh24 sur Ρhilis dаnsе lа Sаrаbаndе (Sсudérу)

De Rоlаnd Βасri sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Ρ10H24- sur Εllе еt lui (Αutrаn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе