Hugo

La Légende des siècles, 1859


La Conscience


 
Lorsque avec ses enfants vêtus de peaux de bêtes,
Échevelé, livide au milieu des tempêtes,
Caïn se fut enfui de devant Jéhovah,
Comme le soir tombait, l’homme sombre arriva
Au bas d’une montagne en une grande plaine ;
Sa femme fatiguée et ses fils hors d’haleine
Lui dirent : « Couchons-nous sur la terre, et dormons. »
Caïn, ne dormant pas, songeait au pied des monts.
Ayant levé la tête, au fond des cieux funèbres,
Il vit un œil, tout grand ouvert dans les ténèbres,
Et qui le regardait dans l’ombre fixement.
« Je suis trop près », dit-il avec un tremblement.
Il réveilla ses fils dormant, sa femme lasse,
Et se remit à fuir sinistre dans l’espace.
Il marcha trente jours, il marcha trente nuits.
Il allait, muet, pâle et frémissant aux bruits,
Furtif, sans regarder derrière lui, sans trêve,
Sans repos, sans sommeil ; il atteignit la grève
Des mers dans le pays qui fut depuis Assur.
« Arrêtons-nous, dit-il, car cet asile est sûr.
Restons-y. Nous avons du monde atteint les bornes. »
Et, comme il s’asseyait, il vit dans les cieux mornes
L’œil à la même place au fond de l’horizon.
Alors il tressaillit en proie au noir frisson.
« Cachez-moi ! » cria-t-il ; et, le doigt sur la bouche,
Tous ses fils regardaient trembler l’aïeul farouche.
Caïn dit à Jabel, père de ceux qui vont
Sous des tentes de poil dans le désert profond :
« Étends de ce côté la toile de la tente. »
Et l’on développa la muraille flottante ;
Et, quand on l’eut fixée avec des poids de plomb :
« Vous ne voyez plus rien ? » dit Tsilla, l’enfant blond,
La fille de ses fils, douce comme l’aurore ;
Et Caïn répondit : « Je vois cet œil encore ! »
Jubal, père de ceux qui passent dans les bourgs
Soufflant dans des clairons et frappant des tambours,
Cria : « Je saurai bien construire une barrière. »
Il fit un mur de bronze et mit Caïn derrière.
Et Caïn dit : « Cet œil me regarde toujours ! »
Hénoch dit : « Il faut faire une enceinte de tours
Si terrible, que rien ne puisse approcher d’elle.
Bâtissons une ville avec sa citadelle,
Bâtissons une ville, et nous la fermerons. »
Alors Tubalcaïn, père des forgerons,
Construisit une ville énorme et surhumaine.
Pendant qu’il travaillait, ses frères, dans la plaine,
Chassaient les fils d’Enos et les enfants de Seth ;
Et l’on crevait les yeux à quiconque passait ;
Et, le soir, on lançait des flèches aux étoiles.
Le granit remplaça la tente aux murs de toiles,
On lia chaque bloc avec des nœuds de fer,
Et la ville semblait une ville d’enfer ;
L’ombre des tours faisait la nuit dans les campagnes ;
Ils donnèrent aux murs l’épaisseur des montagnes ;
Sur la porte on grava : « Défense à Dieu d’entrer. »
Quand ils eurent fini de clore et de murer,
On mit l’aïeul au centre en une tour de pierre ;
Et lui restait lugubre et hagard. « Ô mon père !
L’œil a-t-il disparu ? » dit en tremblant Tsilla.
Et Caïn répondit : « Non, il est toujours là. »
Alors il dit : « Je veux habiter sous la terre
Comme dans son sépulcre un homme solitaire ;
Rien ne me verra plus, je ne verrai plus rien. »
On fit une fosse, et Caïn dit : « C’est bien ! »
Puis il descendit seul sous cette voûte sombre.
Quand il se fut assis sur sa chaise dans l’ombre
Et qu’on eut sur son front fermé le souterrain,
L’œil était dans la tombe et regardait Caïn.
 

Commentaire(s)
Déposé par Cochonfucius le 21 novembre 2012 à 17h16

Lorsqu’avec ses hiboux vêtus de côtelettes,
Optimisé, humide au milieu des liquettes,
Zorglub se fut enfui de devant Svetlana,
Comme le soir tombait, le lampiste arriva
Au bas d’une muraille en une forme humaine.
Sa pieuvre fatiguée et ses hiboux qui peinent
Lui dirent : drapons-nous sur la Terre, et tremblons.
Zorglub, ne tremblant pas, songeait à des prisons.
Ayant prêté l’oreille aux quiproquos funèbres,
Il vit un bermuda ardent dans les ténèbres,
Et qui roulait des yeux dans l’ombre justement.


Encore lui, dit-il bougrement mécontent.
Appelant ses hiboux tremblants, sa pieuvre lasse,
Il se remit à fuir, perchiste comme glace.
Il trembla trente bourgs, il trembla trente nuits.
Il allait, vertébral et languissant sur lui,
Oisif, sans donner son nom aux poulets, sans trêve,
Sans couteau, sans conseil. Il atteignit la grève
Des mers dans un lieu-dit qui fut depuis obscur.
Arrêtons-nous, dit-il, car nous ferons le mur.
Restons-y. Nous avons du vent atteint les bornes.
Comme il ne tremblait plus, il vit dans les gris mornes
Le bermuda en place au fond de la raison.


Alors il s’emporta en proie au noir frisson.
Truc merdeux, cria-t-il, et, le doigt sur la bouche,
Les hiboux regardaient trembler ce gars trop louche.
Zorglub dit à Vatel, oncle de ceux qui vont
Et se planquent la nuit dans le ravin profond :
Etends de ce côté la robe provocante.
Et l’on développa la muraille accueillante ;
Et quand on l’eut fixée avec des napperons :
Vous ne voyez plus rien ? dit Wan Mao, l’enfant blond,
La fille des hiboux, courte comme herbivore ;
Et Zorglub dit : Je vois ce bermuda encore.


Pigal, oncle de ceux qui tremblent dans les tours,
Cria : Je saurai bien construire une litière.
Il fit un sac de noeuds et mit Zorglub derrière.
Zorglub, ce bermuda le regardait toujours.



Pikok dit : il faut faire un pantalon trop court
Si bien que rien ne puisse altérer nos tourelles.
Faisons cuire une daube et quelques mirabelles,
Faisons cuire une daube et nous la mangerons.
Alors Tubal-Zorglub, oncle des vignerons,
Se fit cuire une daube énorme et surhumaine.
Pendant qu’il la mangeait, les hiboux, dans la plaine,
Chassaient les gougnafiers avec un chien basset ;
Et l’on cassait les pieds à quiconque passait ;
Et le soir, grand tournoi d’échecs sous les étoiles.
Le sac de noeuds semblait un simple mur de toile,
On revêtit Pikok d’un pantalon de fer,
Et la daube semblait une daube d’enfer ;
Les quiproquos faisaient la nuit dans les campagnes ;
Et cette daube avait l’épaisseur des montagnes.
On dit à Svetlana : Défense à toi d’entrer.


Quand le mangeur de daube eut enfin digéré,
On mit Zorglub en ville en une jardinière.
Et lui restait débile et geignard. O mon père !
Le bermuda a-t-il disparu, dit Mila.
Et Zorglub répondit : Non, il est toujours là.


Alors il dit : Comme un gougnafier, qu’on m’enterre,
Comme au fond d’un sépulcre un bélier solitaire,
La daube, il n’y en a plus, je n’en aurai plus rien.
On refit une daube et Zorglub dit : C’est bien.
Il s’enterra tout seul, loin de sa pieuvre sombre.
Sans aucun sac de noeuds, il s’installa dans l’ombre.


Quand dans la tombe on eut fermé le lourd gradin,
Le bermuda tremblait et regardait Zorglub.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Соrbièrе : À mоn соtrе Lе Νégriеr

Μilоsz : Lа Τаvеrnе du pоrt

Hаbеrt : «J’ассоmpаrе аu Sоlеil сеs bеаuх sоlеils d’Αmоur...»

Αutrаn : Βibliоthèquеs

Riсtus : Quаtrаins à lа glоirе du Vin Μаriаni

Μithоuаrd : Jеаn dе lа Lunе

Τеlliеr : Ρrièrе à lа Μоrt

Dеlаruе-Μаrdrus : Соmpаrаisоns

Dеlаruе-Μаrdrus : Αnnоnсiаtiоn

Ρеrgаud : Révеil

☆ ☆ ☆ ☆

Соurtеlinе : Lе Соup dе mаrtеаu

Τеlliеr : Сhаnsоn sur un thèmе сhinоis

Dеlаruе-Μаrdrus : Énеrvеmеnts

Dеlаruе-Μаrdrus : Соmpаrаisоns

Соrbièrе : Hеurеs

Βоumаl : «Νе rоuvrе pаs се livrе, il fаit mаl. Ιl rеssеmblе...»

Hаrаuсоurt : Ρlеinе еаu

Βiсhеt : Quаnd lа nuit sоrtirа

Соppéе : «Vоus êtеs dаns lе vrаi, саnоtiеrs, саliсоts !...»

Cоmmеntaires récеnts

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Сосhоnfuсius sur «Si је mоntе аu Ρаlаis, је n’у trоuvе qu’оrguеil...» (Du Βеllау)

De Τоtо28 sur Βibliоthèquеs (Αutrаn)

De Τоtо28 sur Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...» (Μussеt)

De Lа Μusérаntе sur «Jе vis mа Νуmphе еntrе сеnt dаmоisеllеs...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur «J’аi tаnt véсu, сhétif, еn mа lаnguеur...» (Lа Βоétiе)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt : «Ρоur si fоu qu’il sе dоnnе, еst-il un сhаnsоnniеr...» (Соrаn)

De Αzuré dе lа fаuсillе sur Соntrе lа јаlоusiе (Urfé)

De Lа Μusérаntе sur «Sоit quе је sоis hаï dе tоi, mа Ρаsithéе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Lеs Βiеnfаits dе lа nuit (Rоllinаt)

De Siхtе sur «D’un оutrаgеuх соmbаt...» (Αubigné)

De lасоtе sur «Jе sаis biеn qu’оn dirа quе је suis témérаirе...» (Βirаguе)

De mdrlоl sur Lеs Léprеuх (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur Ρаrsifаl (Vеrlаinе)

De Vinсеnt sur «Μаdаmе, si tu vеuх mе prêtеr tоn оrеillе...» (Βirаguе)

De Lа piаnistе sur Αlmаnасh (Сrоs)

De Jеаnnе-d’Αrс sur «Се quе ј’аimе аu printеmps, је tе vеuх dirе Μêmе...» (Μаgnу)

De vinсеnt sur «Un pеu dеvаnt quе l’аubе аmеnât lа јоurnéе...» (Gоdаrd)

De Ρiеrrоt sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Lа Μusérаntе sur Sоnnеt : «Hа ! nе mе blâmе plus, mаis blâmе mоn dеstin...» (Viviеn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе