Hugo

Les Chants du crépuscule, 1835


La Fleur et le Papillon


 
La pauvre fleur disait au papillon céleste :
                — Ne fuis pas !
Vois comme nos destins sont différents. Je reste,
                Tu t’en vas !
 
Pourtant nous nous aimons, nous vivons sans les hommes
                Et loin d’eux,
Et nous nous ressemblons, et l’on dit que nous sommes
                Fleurs tous deux !
 
Mais, hélas ! l’air t’emporte et la terre m’enchaîne.
                Sort cruel !
Je voudrais embaumer ton vol de mon haleine
                Dans le ciel !
 
Mais non, tu vas trop loin ! — Parmi des fleurs sans nombre
                Vous fuyez,
Et moi je reste seule à voir tourner mon ombre
                À mes pieds.
 
Tu fuis, puis tu reviens ; puis tu t’en vas encore
                Luire ailleurs.
Aussi me trouves-tu toujours à chaque aurore
                Toute en pleurs !
 
Oh ! pour que notre amour coule des jours fidèles,
                Ô mon roi,
Prends comme moi racine, ou donne-moi des ailes
                Comme à toi !
 
 
 

ENVOI


 
Roses et papillons, la tombe nous rassemble
                Tôt ou tard.
Pourquoi l’attendre, dis ? Veux-tu pas vivre ensemble
                Quelque part ?
 
Quelque part dans les airs, si c’est là que se berce
                Ton essor !
Aux champs, si c’est aux champs que ton calice verse
                Son trésor !
 
Où tu voudras ! qu’importe ! oui, que tu sois haleine
                Ou couleur,
Papillon rayonnant, corolle à demi pleine,
                Aile ou fleur !
 
Vivre ensemble, d’abord ! c’est le bien nécessaire
                Et réel !
Après on peut choisir au hasard, ou la terre
                Ou le ciel !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Sérénаdе

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Jаmmеs : Lе Dеuil du соnsеillеr muniсipаl

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Riсhеpin : Sоnnеt mоrnе

Siеfеrt : Αmоur

Τоulеt : L’Ιngénuе.

Rоnsаrd : «Quаnd је vоus vоis, оu quаnd је pеnsе à vоus...»

Μаgnу : «Quаnd un сhаnt sur lе luth mа Μаîtrеssе frеdоnnе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Се fut pаr un sоir dе l’аutоmnе...»

Sаint-Αmаnt : Sоnnеt sur dеs mоts qui n’оnt pоint dе rimе

Αpоllinаirе : Lе Hibоu

Viаu : «Αh ! Ρhilis, quе lе Сiеl mе fаit mаuvаis visаgе !...»

Vеrlаinе : Çаvitrî

Сrоs : À Μ. Hаussmаnn

Lingеndеs : Stаnсеs : «Соnnаissаnt vоtrе humеur, је vеuх biеn, mа Sуlviе...»

Hеrеdiа : Épigrаmmе vоtivе

Lаfоrguе : Sоnnеt pоur évеntаil

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur L’Αubе à l’Εnvеrs (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sсhеvеninguе mоrtе sаisоn (Lаrbаud)

De Сосhоnfuсius sur Lе Suссubе (Rоllinаt)

De Jаdis sur «Αh ! Ρhilis, quе lе Сiеl mе fаit mаuvаis visаgе !...» (Viаu)

De Jаdis sur Rоndеl sur lа buttе Μоntmаrtrе (Rоinаrd)

De Сосhоnfuсius sur Соntrе lа јаlоusiе (Urfé)

De Сurаrе- sur Lеs Νègrеs (Jаmmеs)

De Сurаrе- sur «J’étаis еn libеrté quаnd сеllе qui m’еngаgе...» (Lа Rоquе)

De Xiаn sur Sоnnеt : «Dеuх sоnnеts pаrtаgеnt lа villе...» (Соrnеillе)

De Xiаn sur Vеrs imprоvisés sur un аlbum (Lаmаrtinе)

De Сhristiаn sur Lе Βаtеаu ivrе (Rimbаud)

De Саnаrd sur Sur Jоnаs (Drеlinсоurt)

De Sаuvеtеur sur À Μаdаmе G., Sоnnеt (Μussеt)

De Μоnrоsе sur «Lа nudité dеs flеurs с’еst lеur оdеur сhаrnеllе...» (Αpоllinаirе)

De Сurаrе- sur Νuit tоmbаntе (Hugо)

De Сhristiаn sur Lа Guеrrе (Sаint-Ρоl-Rоuх)

De dеsfоrgеs sur Sуmphоniе inасhеvéе (Μilоsz)

De Ιо Kаnааn sur L’Éсhо (Соppéе)

De Сurаrе- sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ιо Kаnааn sur Ρèlеrinаgе (Vеrhаеrеn)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе