Hugo

Les Chants du crépuscule, 1835


La Fleur et le Papillon


 
La pauvre fleur disait au papillon céleste :
                — Ne fuis pas !
Vois comme nos destins sont différents. Je reste,
                Tu t’en vas !
 
Pourtant nous nous aimons, nous vivons sans les hommes
                Et loin d’eux,
Et nous nous ressemblons, et l’on dit que nous sommes
                Fleurs tous deux !
 
Mais, hélas ! l’air t’emporte et la terre m’enchaîne.
                Sort cruel !
Je voudrais embaumer ton vol de mon haleine
                Dans le ciel !
 
Mais non, tu vas trop loin ! — Parmi des fleurs sans nombre
                Vous fuyez,
Et moi je reste seule à voir tourner mon ombre
                À mes pieds.
 
Tu fuis, puis tu reviens ; puis tu t’en vas encore
                Luire ailleurs.
Aussi me trouves-tu toujours à chaque aurore
                Toute en pleurs !
 
Oh ! pour que notre amour coule des jours fidèles,
                Ô mon roi,
Prends comme moi racine, ou donne-moi des ailes
                Comme à toi !
 
 
 

ENVOI


 
Roses et papillons, la tombe nous rassemble
                Tôt ou tard.
Pourquoi l’attendre, dis ? Veux-tu pas vivre ensemble
                Quelque part ?
 
Quelque part dans les airs, si c’est là que se berce
                Ton essor !
Aux champs, si c’est aux champs que ton calice verse
                Son trésor !
 
Où tu voudras ! qu’importe ! oui, que tu sois haleine
                Ou couleur,
Papillon rayonnant, corolle à demi pleine,
                Aile ou fleur !
 
Vivre ensemble, d’abord ! c’est le bien nécessaire
                Et réel !
Après on peut choisir au hasard, ou la terre
                Ou le ciel !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rаmuz : Lе Ρауs

Rоllinаt : Lе Сhаt

Соrbièrе : Rоndеl

Jаrrу : Μinérаl

Βоukау : Rеgrеts à Νinоn

Αpоllinаirе : «Εt tоi mоn сœur pоurquоi bаts-tu ?...»

Αpоllinаirе : Lа Grеnоuillèrе

Villiеrs dе L’Ιslе-Αdаm : Αu bоrd dе lа mеr

Αpоllinаirе : Lа Grеnоuillèrе

Νеrvаl : Lеs Éсrivаins

☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : Сrоquis

Rаmuz : Lе Ρауs

Jаrrу : Sаint-Βriеuс dеs Сhоuх

Lаfоrguе : Stupеur

Сrоs : Lе Βut

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

De Сосhоnfuсius sur Lа Vаguе еt lа Сlосhе (Соppéе)

De Сосhоnfuсius sur Сhоsеs fаtаlеs (Rоdеnbасh)

De Dаmе dе flаmmе sur «Du tristе сœur vоudrаis lа flаmmе étеindrе...» (Sаint-Gеlаis)

De Сurаrе- sur «С’еst оrеs, mоn Vinеus, mоn сhеr Vinеus, с’еst оrе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Ρеtitе Ruе silеnсiеusе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Τu еs sеulе mоn сœur, mоn sаng еt mа Déеssе...» (Rоnsаrd)

De Dаmе dе flаmmе sur «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...» (Βеrnаrd)

De Jаdis sur À l’еnvеrs (Sеgаlеn)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Jаdis sur Lа Сhèvrе (Rоllinаt)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De Dаmе dе flаmmе sur Vеrlаinе

De Сurаrе= sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Wеb-dеvеlоppеur sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Xiаn sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Μédесins (Siсаud)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе