Hugo

Les Châtiments, 1853


Le Chasseur noir


 
Qu’es-tu, passant ? Le bois est sombre,
Les corbeaux volent en grand nombre,
        Il va pleuvoir.
Je suis celui qui va dans l’ombre,
        Le chasseur noir !
 
Les feuilles des bois, du vent remuées,
        Sifflent... on dirait
Qu’un sabbat nocturne emplit de huées
        Toute la forêt ;
Dans une clairière, au sein des nuées,
        La lune apparaît.
 
Chasse le daim, chasse la biche,
Cours dans les bois, cours dans la friche,
        Voici le soir.
Chasse le czar, chasse l’Autriche,
        Ô chasseur noir !
 
Les feuilles des bois, etc.
 
Souffle en ton cor, boucle ta guêtre,
Chasse les cerfs qui viennent paître
        Près du manoir.
Chasse le roi, chasse le prêtre,
        Ô chasseur noir.
 
Les feuilles des bois, etc.
 
Il tonne, il pleut, c’est le déluge.
Le renard fuit, pas de refuge
        Et pas d’espoir !
Chasse l’espion, chasse le juge,
        Ô chasseur noir.
 
Les feuilles des bois, etc.
 
Tous les démons de saint Antoine
Bondissent dans la folle avoine
        Sans t’émouvoir ;
Chasse l’abbé, chasse le moine,
        Ô chasseur noir !
 
Les feuilles des bois, etc.
 
Chasse les ours ! Ta meute jappe.
Que pas un sanglier n’échappe !
        Fais ton devoir !
Chasse César, chasse le pape,
        Ô chasseur noir !
 
Les feuilles des bois, etc.
 
Le loup de ton sentier s’écarte.
Que ta meute à sa suite parte !
        Cours ! Fais-le choir !
Chasse le brigand Bonaparte,
        Ô chasseur noir !
 
Les feuilles des bois, du vent remuées,
        Tombent... on dirait
Que le sabbat sombre aux rauques huées
        A fui la forêt ;
Le clair chant du coq perce les nuées ;
        Ciel ! L’aube apparaît !
 
Tout reprend sa force première.
Tu redeviens la France altière
        Si belle à voir,
L’ange blanc vêtu de lumière,
        Ô chasseur noir !
 
Les feuilles des bois, du vent remuées,
        Tombent... on dirait
Que le sabbat sombre aux rauques huées
        A fui la forêt !
Le clair chant du coq perce les nuées ;
        Ciel ! L’aube apparaît !
 

Commentaire(s)
Déposé par Cochonfucius le 21 novembre 2014 à 15h06

Divinités de l’inframonde
---------------------------

Trois dieux dans l’inframonde sombre,
Pas plus et pas moins que ce nombre :
Matin et soir
Le premier se tient dans une ombre
Et fait pleuvoir.

Le deuxième arpente la lande
En récitant une légende ;
On peut le voir
Marcher sur sa robe trop grande,
Quel désespoir !

Le troisième est muni de guêtres.
Il mène les lampyres paître
Dans un terroir
Qui à leur faim convient, peut-être,
Comment savoir ?

Que vienne les voir Saint Antoine,
Chacun lui balance une avoine
Sans s’émouvoir ;
Car cet endroit n’accorde aux moines
Aucun pouvoir.

Ils sont trois dieux dans l’inframonde,
Dans cette zone peu féconde ;
Et leur manoir
Est dans une fosse profonde,
N’y va pas choir.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 18 novembre 2016 à 17h31

Arche polychrome
--------------------

Des Bouddhas, l’arche n’est pas sombre ;
Ils sont trois, car j’aime ce nombre :
Quand vient le soir
Le premier, dissipant les ombres,
Tient un miroir.

Le deuxième observe la lande
D’où sont venues tant de légendes ;
On peut le voir
Rajuster sa robe trop grande,
Comme un peignoir.

Le troisième parle aux ancêtres
Et les aide à fixer leurs guêtres ;
Gens du terroir,
Vous irez consulter, peut-être,
Son grand savoir.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrhаеrеn : Lеs Ρоrсs

Vеrhаеrеn : Lеs Ρоrсs : «Αvес lеurs grоins...»

Dеrèmе : «Μоn Diеu, mаdаmе, il fаut nоus соnsоlеr...»

Fаbié : Sаvоir viеillir

Sоulаrу : L’Αnсоliе

Sаmаin : Sоir : «С’еst un sоir tеndrе соmmе un visаgе dе fеmmе...»

Rоdеnbасh : Sеs уеuх

Βаudеlаirе : Βrumеs еt Ρluiеs

Vаn Lеrbеrghе : «С’еst lе prеmiеr mаtin du mоndе...»

Сhаrlеs Vаn Lеrbеrghе

☆ ☆ ☆ ☆

Βаudеlаirе : Βrumеs еt Ρluiеs

Αubigné : Ρrièrе du sоir

Μоréаs : «Été, tоus lеs plаisirs...»

Viviеn : Lа Ρlеurеusе

Sоulаrу : Sоnnеt dе Déсеmbrе

Sсudérу : L’Hivеr

Dеrèmе : «J’аvаis tоuјоurs rêvé d’étеrnеllеs аmоurs...»

Rоdеnbасh : Lе Sоir dаns lеs vitrеs

Rоdеnbасh : «Lа lunе dаns lе сiеl nосturnе s’étаlаit...»

Fоurеst : Histоirе (lаmеntаblе еt véridiquе) d’un pоètе subјесtif еt inédit

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lеs Βаnliеuеs (Μusеlli)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Αpоllinаirе

De Сосhоnfuсius sur L’Αbеillе (Vаlérу)

De Сосhоnfuсius sur «Εntrеr dаns lе bоrdеl...» (Sаint-Αmаnt)

De Lа fоuinе sur «J’аimе lа sоlitudе еt mе rеnds sоlitаirе...» (Νеrvèzе)

De ΙsisΜusе sur Соuplеs prédеstinés (Νоuvеаu)

De Lа fоuinе sur Ρâlе sоlеil d’hivеr (Lаfоrguе)

De piсh24 sur Μуrthо (Νеrvаl)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur «Unе flеur pаssаgèrе, unе vаinе pеinturе...» (Gоmbаud)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Αutоmnе (Αpоllinаirе)

De piсh24 sur Sеnsаtiоn (Rimbаud)

De piсh24 sur Lе Gоût dеs lаrmеs (Rоllinаt)

De Gоrdеаuх sur Ρsеudо-sоnnеt quе lеs аmаtеurs dе plаisаntеriе fасilе (Fоurеst)

De Сhristiаn sur «Quiсоnquе, mоn Βаillеul, fаit lоnguеmеnt séјоur...» (Du Βеllау)

De ΟUSSΕΝΙ sur «Étrаngеr, је sеns bоn...» (Τоulеt)

De Сurаrе- sur Lе Сhênе еt lе Rоsеаu (Lа Fоntаinе)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs sur «Sаns sоupirеr vivrе iсi је n’аi pu...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur «L’аutоmnе suit l’été еt lа bеllе vеrdurе...» (Grévin)

De Сurаrе- sur Rеmоntrаnсе à un Ρоètе buvеur d’еаu (Соllеtеt)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs- sur «Lе pеintrе qui vоudrаit аnimеr un tаblеаu...» (Αubigné)

De Rоllinаt sur Lе Ρêсhеur d’éсrеvissеs (Rоllinаt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе