Hugo

Odes et Ballades


Le Portrait d’un enfant


 

à Mlle J.-D. de M.
   
              Quand ie voy tant de couleurs
                            Et de fleurs
              Qui esmaillent un riuage,
              Ie pense voir le beau teint
                            Qui est peint
              Si vermeil en son visage.
 
              Quand ie sens parmi les prez
                            Diaprez,
              Les fleurs dont la terre est pleine,
              Lors ie fais croire à mes sens
                            Que ie sens
              La douceur de son haleine.
RONSARD.


 

I


 
Oui, ce front, ce sourire et cette fraîche joue,
              C’est bien l’enfant qui pleure et joue,
              Et qu’un esprit du ciel défend !
De ses doux traits, ravis à la sainte phalange,
              C’est bien le délicat mélange ;
              Poète, j’y crois voir un ange,
              Père, j’y trouve mon enfant.
 
On devine à ses yeux pleins d’une pure flamme,
              Qu’au paradis, d’où vient son âme,
              Elle a dit un récent adieu.
Son regard, rayonnant d’une joie éphémère,
              Semble en suivre encore la chimère,
              Et revoir dans sa douce mère
              L’humble mère de l’Enfant-Dieu !
 
On dirait qu’elle écoute un chœur de voix célestes,
              Que, de loin, des vierges modestes
              Elle entend l’appel gracieux ;
À son joyeux regard, à son naïf sourire,
              On serait tenté de lui dire :
              — Jeune ange, quel fut ton martyre,
              Et quel est ton nom dans les cieux ?
 
 

II


 
Ô toi dont le pinceau me la fit si touchante,
              Tu me la peins, je te la chante !
              Car tes nobles travaux vivront ;
Une force virile à ta grâce est unie ;
              Tes couleurs sont une harmonie ;
              Et dans ton enfance, un Génie
              Mit une flamme sur ton front !
 
Sans doute quelque fée, à ton berceau venue,
              Des sept couleurs que dans la nue
              Suspend le prisme aérien,
Des roses de l’aurore humide et matinale,
              Des feux de l’aube boréale,
              Fit une palette idéale
              Pour ton pinceau magicien !
 

Novembre 1825.

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Οrléаns : «Ρuis çà, puis là...»

Νоuvеаu : «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...»

Sаint-Αmаnt : Sоnnеt inасhеvé

Νоаillеs : Lе Jеunеssе dеs mоrts

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Αpоllinаirе : Un pоèmе

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Riсhеpin : Βеrсеusе

Dеrèmе : «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Gаlоу : Νаturе pаrisiеnnе

Соrbièrе : Lе Μоussе

Νеlligаn : Évаngélinе

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Βruаnt : À lа Glасièrе

Dеlillе : Vеrs fаits dаns lе јаrdin dе mаdаmе dе Ρ...

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Ρаnnуrе аuх tаlоns d’оr (Sаmаin)

De Jаdis sur «Si је trépаssе еntrе tеs brаs, Μаdаmе...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur Ρégаsе (Lоuÿs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Jаdis sur «Si lе blаnс pur...» (Sсèvе)

De Сосhоnfuсius sur L’Αngе pâlе (Rоllinаt)

De Jаdis sur Lаnguеur (Vеrlаinе)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

De Vinсеnt sur «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...» (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur Âmе dе nuit (Μаеtеrlinсk)

De Εsprit dе сеllе sur Sur lе présеnt d’un vаsе dе сristаl (Βеrtаut)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе