Hugo

Odes et Ballades


Le Portrait d’un enfant


 

à Mlle J.-D. de M.
   
              Quand ie voy tant de couleurs
                            Et de fleurs
              Qui esmaillent un riuage,
              Ie pense voir le beau teint
                            Qui est peint
              Si vermeil en son visage.
 
              Quand ie sens parmi les prez
                            Diaprez,
              Les fleurs dont la terre est pleine,
              Lors ie fais croire à mes sens
                            Que ie sens
              La douceur de son haleine.
RONSARD.


 

I


 
Oui, ce front, ce sourire et cette fraîche joue,
              C’est bien l’enfant qui pleure et joue,
              Et qu’un esprit du ciel défend !
De ses doux traits, ravis à la sainte phalange,
              C’est bien le délicat mélange ;
              Poète, j’y crois voir un ange,
              Père, j’y trouve mon enfant.
 
On devine à ses yeux pleins d’une pure flamme,
              Qu’au paradis, d’où vient son âme,
              Elle a dit un récent adieu.
Son regard, rayonnant d’une joie éphémère,
              Semble en suivre encore la chimère,
              Et revoir dans sa douce mère
              L’humble mère de l’Enfant-Dieu !
 
On dirait qu’elle écoute un chœur de voix célestes,
              Que, de loin, des vierges modestes
              Elle entend l’appel gracieux ;
À son joyeux regard, à son naïf sourire,
              On serait tenté de lui dire :
              — Jeune ange, quel fut ton martyre,
              Et quel est ton nom dans les cieux ?
 
 

II


 
Ô toi dont le pinceau me la fit si touchante,
              Tu me la peins, je te la chante !
              Car tes nobles travaux vivront ;
Une force virile à ta grâce est unie ;
              Tes couleurs sont une harmonie ;
              Et dans ton enfance, un Génie
              Mit une flamme sur ton front !
 
Sans doute quelque fée, à ton berceau venue,
              Des sept couleurs que dans la nue
              Suspend le prisme aérien,
Des roses de l’aurore humide et matinale,
              Des feux de l’aube boréale,
              Fit une palette idéale
              Pour ton pinceau magicien !
 

Novembre 1825.

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Сlаudе Lе Ρеtit

Οrléаns : «Jе mеurs dе sоif, еn сôté lа fоntаinе...»

Οrléаns : «Diеu, qu’il lа fаit bоn rеgаrdеr...»

Rоdеnbасh : «Lеs суgnеs blаnсs, dаns lеs саnаuх dеs villеs mоrtеs...»

Sсаliоn dе Virblunеаu : «Étаnt аu lit соuсhé, аu liеu dе rеpоsеr...»

Klingsоr : L’Ιnutilе Сhаnsоn

Viаu : «L’аutrе јоur inspiré d’unе divinе flаmmе...»

Viаu : «Αu mоins аi-је sоngé quе је vоus аi bаiséе...»

Lаmаrtinе : Αuх Сhrétiеns dаns lеs tеmps d’éprеuvе

Sсudérу : Ρhilis dаnsе lа Sаrаbаndе

Sсudérу : Sur un Sоngе

Hugо : Сlаirе

☆ ☆ ☆ ☆

Αrаgо : Lе Ρеtit Εndrоit

Οrléаns : «Jе mеurs dе sоif, еn сôté lа fоntаinе...»

Viаu : «L’аutrе јоur inspiré d’unе divinе flаmmе...»

Αpоllinаirе : Dаmе à lа sеrvаntе

Αubigné : Εхtаsе

Drеlinсоurt : Sur lеs Ρiеrrеs préсiеusеs

Vоiturе : «D’un buvеur d’еаu, соmmе аvеz débаttu...»

Sаrrаsin : «Lа bеаuté quе је sеrs...»

Hugо : Сlаirе Ρ.

Rоdеnbасh : «Dоuсеur du sоir ! Dоuсеur dе lа сhаmbrе sаns lаmpе !...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Hеurеuх pоrt оù ј’аspirе еn се bаs nаvigаgе...» (Fiеfmеlin)

De Αrаmis sur Guitаrе : «Gаstibеlzа, l’hоmmе à lа саrаbinе...» (Hugо)

De Сосhоnfuсius sur Αuх préсiеusеs (Lе Ρеtit)

De Αrаmis sur Stаnсеs à Μаrquisе (Соrnеillе)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt d’Αutоmnе (Βаudеlаirе)

De Сrуstасé sur «Αuprès dе се bеаu tеint, lе lуs еn nоir sе сhаngе...» (Αubigné)

De piсh24 sur Ρhilis dаnsе lа Sаrаbаndе (Sсudérу)

De Rоlаnd Βасri sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Ρ10H24- sur Εllе еt lui (Αutrаn)

De Jеhаn Fоntаinе sur Lе Glаnd еt lе Сhаmpignоn (Lасhаmbеаudiе)

De Сurаrе- sur «Quаnd је vоudrаi sоnnеr dе mоn grаnd Αvаnsоn...» (Du Βеllау)

De Αrаmis sur «Quаnd mоn fil sе саssеrа sоus...» (Ρеllеrin)

De Αmаris- sur Sуmbоlе (Gilkin)

De Εsprit dе сеllе sur Sоnnеt mélаnсоliquе (Αdеlswärd-Fеrsеn)

De Сurаrе- sur Αprès lа bаtаillе (Hugо)

De Μilоu dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Filоu dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Quеuflу sur «Vоus Flеuvеs еt Ruissеаuх, еt vоus, сlаirеs Fоntаinеs...» (Сhаndiеu)

De Lе Gаrdiеn sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

De Εsprit dе сеllе sur Républiquе Αrgеntinе — Lа Ρlаtа (Lеvеу)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе