Hugo

Odes et Ballades


Le Portrait d’un enfant


 

à Mlle J.-D. de M.
   
              Quand ie voy tant de couleurs
                            Et de fleurs
              Qui esmaillent un riuage,
              Ie pense voir le beau teint
                            Qui est peint
              Si vermeil en son visage.
 
              Quand ie sens parmi les prez
                            Diaprez,
              Les fleurs dont la terre est pleine,
              Lors ie fais croire à mes sens
                            Que ie sens
              La douceur de son haleine.
RONSARD.


 

I


 
Oui, ce front, ce sourire et cette fraîche joue,
              C’est bien l’enfant qui pleure et joue,
              Et qu’un esprit du ciel défend !
De ses doux traits, ravis à la sainte phalange,
              C’est bien le délicat mélange ;
              Poète, j’y crois voir un ange,
              Père, j’y trouve mon enfant.
 
On devine à ses yeux pleins d’une pure flamme,
              Qu’au paradis, d’où vient son âme,
              Elle a dit un récent adieu.
Son regard, rayonnant d’une joie éphémère,
              Semble en suivre encore la chimère,
              Et revoir dans sa douce mère
              L’humble mère de l’Enfant-Dieu !
 
On dirait qu’elle écoute un chœur de voix célestes,
              Que, de loin, des vierges modestes
              Elle entend l’appel gracieux ;
À son joyeux regard, à son naïf sourire,
              On serait tenté de lui dire :
              — Jeune ange, quel fut ton martyre,
              Et quel est ton nom dans les cieux ?
 
 

II


 
Ô toi dont le pinceau me la fit si touchante,
              Tu me la peins, je te la chante !
              Car tes nobles travaux vivront ;
Une force virile à ta grâce est unie ;
              Tes couleurs sont une harmonie ;
              Et dans ton enfance, un Génie
              Mit une flamme sur ton front !
 
Sans doute quelque fée, à ton berceau venue,
              Des sept couleurs que dans la nue
              Suspend le prisme aérien,
Des roses de l’aurore humide et matinale,
              Des feux de l’aube boréale,
              Fit une palette idéale
              Pour ton pinceau magicien !
 

Novembre 1825.

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Sаint-Αmаnt : «Εntrеr dаns lе bоrdеl...»

Βаudеlаirе : Lа Μоrt dеs Ρаuvrеs

Vаuсаirе : Νоtrе divin mоdèlе

Μérаt : Ρауsаgе

Αpоllinаirе : «Lа nudité dеs flеurs с’еst lеur оdеur сhаrnеllе...»

Lа Villе dе Μirmоnt : Lеs Dеmоisеllеs d’аutrеfоis

Villоn : Lе Lаis

Rоnsаrd : «J’аvаis, еn rеgаrdаnt tеs bеаuх уеuх, еnduré...»

☆ ☆ ☆ ☆

Jоuу : Lа “Vеuvе”

Сhаmbriеr : Lеs Ιgnоrés

Βérаngеr : Lеs Quаtrе Âgеs histоriquеs

Du Βеllау : «Jе n’éсris pоint d’аmоur, n’étаnt pоint аmоurеuх...»

Léоnаrd : Lеs Rеgrеts

Βruаnt : J’suis dаns l’Βоttin

Сrоs : Lе Βut

Ρаtriаt : «Αсhètе qui vоudrа lе Саmеmbеrt trоp dоuх...»

Lеvеу : «Vоulаnt еnсоurаgеr sеs аurоrеs сhаrméеs...»

Vаuсаirе : Répétitiоn

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur À Αlf. Τ. : «Qu’il еst dоuх d’êtrе аu mоndе, еt quеl biеn quе lа viе !...» (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur Ρоur Μаdеmоisеllе du Μаinе (Lingеndеs)

De Сосhоnfuсius sur «Ρuisqu’аinsi sоnt mеs durеs dеstinéеs...» (Lа Βоétiе)

De Οupаviа sur Sоnnеt d’аutоmnе (Βеаuliеu)

De Сurаrе- sur Dеvаnt lе fеu (Νеlligаn)

De Sоlаirе sur Sur lе Βаlсоn (Vеrlаinе)

De Lа Μusérаntе sur «Quеl еmbаrrаs à сеttе pоrtе !...» (Viоn Dаlibrау)

De Сrаpаudinе sur «Ô сritiquе du јоur, сhèrе mоuсhе bоvinе...» (Μussеt)

De Lа Μusérаntе sur «Vоiсi lе rеndеz-vоus dеs Εnfаnts sаns sоuсi...» (Sаint-Αmаnt)

De Vinсеnt sur Lа Νосе à Gоnеssе (Fоrt)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Τоtо28 sur Βibliоthèquеs (Αutrаn)

De Τоtо28 sur Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...» (Μussеt)

De Vinсеnt sur Lеs Βiеnfаits dе lа nuit (Rоllinаt)

De Siхtе sur «D’un оutrаgеuх соmbаt...» (Αubigné)

De lасоtе sur «Jе sаis biеn qu’оn dirа quе је suis témérаirе...» (Βirаguе)

De mdrlоl sur Lеs Léprеuх (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur Ρаrsifаl (Vеrlаinе)

De vinсеnt sur «Un pеu dеvаnt quе l’аubе аmеnât lа јоurnéе...» (Gоdаrd)

De Ρiеrrоt sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе