Hugo

Les Orientales, 1829


Les Tronçons du serpent


 
Je veille, et nuit et jour mon front rêve enflammé
        Ma joue en pleurs ruisselle,
Depuis qu’Albaydé dans la tombe a fermé
        Ses beaux yeux de gazelle.
 
Car elle avait quinze ans, un sourire ingénu,
        Et m’aimait sans mélange,
Et quand elle croisait ses bras sur son sein nu,
        On croyait voir un ange !
 
Un jour, pensif, j’errais au bord d’un golfe, ouvert
        Entre deux promontoires,
Et je vis sur le sable un serpent jaune et vert,
        Jaspé de taches noires.
 
La hache en vingt tronçons avait coupé vivant
        Son corps que l’onde arrose,
Et l’écume des mers que lui jetait le vent
        Sur son sang flottait rose.
 
Tous ses anneaux vermeils rampaient en se tordant
        Sur la grève isolée,
Et le sang empourprait d’un rouge plus ardent
        Sa crête dentelée.
 
Ces tronçons déchirés, épars, près d’épuiser
        Leurs forces languissantes,
Se cherchaient, se cherchaient, comme pour un baiser
        Deux bouches frémissantes !
 
Et comme je rêvais, triste et suppliant Dieu
        Dans ma pitié muette,
La tête aux mille dents rouvrit son œil de feu,
        Et me dit : « Ô poète !
 
« Ne plains que toi ! ton mal est plus envenimé,
        Ta plaie est plus cruelle ;
Car ton Albaydé dans la tombe a fermé
        Ses beaux yeux de gazelle.
 
« Ce coup de hache aussi brise ton jeune essor.
        Ta vie et tes pensées
Autour d’un souvenir, chaste et dernier trésor,
        Se traînent dispersées.
 
« Ton génie au vol large, éclatant, gracieux,
        Qui, mieux que l’hirondelle,
Tantôt rasait la terre et tantôt dans les cieux
        Donnait de grands coups d’aile,
 
« Comme moi maintenant, meurt près des flots troublés ;
        Et ses forces s’éteignent,
Sans pouvoir réunir ses tronçons mutilés
        Qui rampent et qui saignent. »
 

10 novembre 1828

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Οrléаns : «Ρuis çà, puis là...»

Νоuvеаu : «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...»

Sаint-Αmаnt : Sоnnеt inасhеvé

Νоаillеs : Lе Jеunеssе dеs mоrts

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Αpоllinаirе : Un pоèmе

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Riсhеpin : Βеrсеusе

Dеrèmе : «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Соrbièrе : Lе Μоussе

Νеlligаn : Évаngélinе

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Βruаnt : À lа Glасièrе

Dеlillе : Vеrs fаits dаns lе јаrdin dе mаdаmе dе Ρ...

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Μаеtеrlinсk : «Ιls оnt tué trоis pеtitеs fillеs...»

Cоmmеntaires récеnts

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Jаdis sur «Grоs еt rоnd dаns mоn Саbinеt...» (Viоn Dаlibrау)

De Сосhоnfuсius sur Lе Μаuvаis Οuvriеr (Frаnсе)

De Jаdis sur Βоnsоir (Соrbièrе)

De Сосhоnfuсius sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Jаdis sur Lе Rеtоur dе Jésus (Riсtus)

De Сосhоnfuсius sur Αntérоs (Νеrvаl)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

De Vinсеnt sur «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...» (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur Âmе dе nuit (Μаеtеrlinсk)

De Εsprit dе сеllе sur Sur lе présеnt d’un vаsе dе сristаl (Βеrtаut)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Lе Rоsе (Gаutiеr)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе