Hugo

Les Orientales, 1829


Les Tronçons du serpent


 
Je veille, et nuit et jour mon front rêve enflammé
        Ma joue en pleurs ruisselle,
Depuis qu’Albaydé dans la tombe a fermé
        Ses beaux yeux de gazelle.
 
Car elle avait quinze ans, un sourire ingénu,
        Et m’aimait sans mélange,
Et quand elle croisait ses bras sur son sein nu,
        On croyait voir un ange !
 
Un jour, pensif, j’errais au bord d’un golfe, ouvert
        Entre deux promontoires,
Et je vis sur le sable un serpent jaune et vert,
        Jaspé de taches noires.
 
La hache en vingt tronçons avait coupé vivant
        Son corps que l’onde arrose,
Et l’écume des mers que lui jetait le vent
        Sur son sang flottait rose.
 
Tous ses anneaux vermeils rampaient en se tordant
        Sur la grève isolée,
Et le sang empourprait d’un rouge plus ardent
        Sa crête dentelée.
 
Ces tronçons déchirés, épars, près d’épuiser
        Leurs forces languissantes,
Se cherchaient, se cherchaient, comme pour un baiser
        Deux bouches frémissantes !
 
Et comme je rêvais, triste et suppliant Dieu
        Dans ma pitié muette,
La tête aux mille dents rouvrit son œil de feu,
        Et me dit : « Ô poète !
 
« Ne plains que toi ! ton mal est plus envenimé,
        Ta plaie est plus cruelle ;
Car ton Albaydé dans la tombe a fermé
        Ses beaux yeux de gazelle.
 
« Ce coup de hache aussi brise ton jeune essor.
        Ta vie et tes pensées
Autour d’un souvenir, chaste et dernier trésor,
        Se traînent dispersées.
 
« Ton génie au vol large, éclatant, gracieux,
        Qui, mieux que l’hirondelle,
Tantôt rasait la terre et tantôt dans les cieux
        Donnait de grands coups d’aile,
 
« Comme moi maintenant, meurt près des flots troublés ;
        Et ses forces s’éteignent,
Sans pouvoir réunir ses tronçons mutilés
        Qui rampent et qui saignent. »
 

10 novembre 1828

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lаmаrtinе : Ρеnséе dеs mоrts

Сrоs : Сrоquis

Αpоllinаirе : Grаtitudе

Αgоult : L’Αdiеu

Μауnаrd : «Νуmphеs, dе grâсе, аpprосhеz-vоus...»

Ρlаntin : Lе Βоnhеur dе се mоndе

Hugо : Sаrа lа bаignеusе

Lоuÿs : Αu vаissеаu

Guillеt : «Lа nuit étаit pоur mоi si très оbsсurе...»

Μаgnу : «Ô bеаuх уеuх bruns, ô rеgаrds détоurnés...»

Rасinе : Βritаnniсus. Αсtе ΙΙ, Sсènе 2

Βеllеаu : Lа Βеllе Νuit

☆ ☆ ☆ ☆

Du Βеllау : Villаnеllе : «Εn се mоis déliсiеuх...»

Rimbаud : Lеs Lèvrеs сlоsеs — Vu à Rоmе

Lаutréаmоnt : «Сеt еnfаnt, qui еst аssis sur un bаnс du јаrdin dеs Τuilеriеs...»

Dеrèmе : «Lа pоrtе du јаrdin dоnnе sur lа ruеllе...»

Μоréаs : «Dе се tаrdif аvril, rаmеаuх, vеrtе lumièrе...»

Βоnnаud : Lе Jоur dе l’аn

Hуspа : Sоlilоquе du Сhаuvе

Τоulеt : Épitаphе.

Τоulеt : «Vоus qui rеtоurnеz du Саthаi...»

Μussеt : Sur unе mоrtе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Сirсé (Μénаrd)

De Jаdis sur Βritаnniсus. Αсtе ΙΙ, Sсènе 2 (Rасinе)

De Jаdis sur «Αdmirе dеs glаïеuls...» (Τоulеt)

De Сосhоnfuсius sur Féminin singuliеr (Соrbièrе)

De Jаdis sur Lеs Lèvrеs сlоsеs — Vu à Rоmе (Rimbаud)

De Сосhоnfuсius sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Ρhèdrе (Fоurеst)

De Gégé sur Sоir dе Μоntmаrtrе. (Τоulеt)

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе