Hugo

Les Orientales, 1829


Les Tronçons du serpent


 
Je veille, et nuit et jour mon front rêve enflammé
        Ma joue en pleurs ruisselle,
Depuis qu’Albaydé dans la tombe a fermé
        Ses beaux yeux de gazelle.
 
Car elle avait quinze ans, un sourire ingénu,
        Et m’aimait sans mélange,
Et quand elle croisait ses bras sur son sein nu,
        On croyait voir un ange !
 
Un jour, pensif, j’errais au bord d’un golfe, ouvert
        Entre deux promontoires,
Et je vis sur le sable un serpent jaune et vert,
        Jaspé de taches noires.
 
La hache en vingt tronçons avait coupé vivant
        Son corps que l’onde arrose,
Et l’écume des mers que lui jetait le vent
        Sur son sang flottait rose.
 
Tous ses anneaux vermeils rampaient en se tordant
        Sur la grève isolée,
Et le sang empourprait d’un rouge plus ardent
        Sa crête dentelée.
 
Ces tronçons déchirés, épars, près d’épuiser
        Leurs forces languissantes,
Se cherchaient, se cherchaient, comme pour un baiser
        Deux bouches frémissantes !
 
Et comme je rêvais, triste et suppliant Dieu
        Dans ma pitié muette,
La tête aux mille dents rouvrit son œil de feu,
        Et me dit : « Ô poète !
 
« Ne plains que toi ! ton mal est plus envenimé,
        Ta plaie est plus cruelle ;
Car ton Albaydé dans la tombe a fermé
        Ses beaux yeux de gazelle.
 
« Ce coup de hache aussi brise ton jeune essor.
        Ta vie et tes pensées
Autour d’un souvenir, chaste et dernier trésor,
        Se traînent dispersées.
 
« Ton génie au vol large, éclatant, gracieux,
        Qui, mieux que l’hirondelle,
Tantôt rasait la terre et tantôt dans les cieux
        Donnait de grands coups d’aile,
 
« Comme moi maintenant, meurt près des flots troublés ;
        Et ses forces s’éteignent,
Sans pouvoir réunir ses tronçons mutilés
        Qui rampent et qui saignent. »
 

10 novembre 1828

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Соrbièrе : À mоn соtrе Lе Νégriеr

Μilоsz : Lа Τаvеrnе du pоrt

Hаbеrt : «J’ассоmpаrе аu Sоlеil сеs bеаuх sоlеils d’Αmоur...»

Αutrаn : Βibliоthèquеs

Riсtus : Quаtrаins à lа glоirе du Vin Μаriаni

Μithоuаrd : Jеаn dе lа Lunе

Τеlliеr : Ρrièrе à lа Μоrt

Dеlаruе-Μаrdrus : Соmpаrаisоns

Dеlаruе-Μаrdrus : Αnnоnсiаtiоn

Ρеrgаud : Révеil

☆ ☆ ☆ ☆

Соurtеlinе : Lе Соup dе mаrtеаu

Τеlliеr : Сhаnsоn sur un thèmе сhinоis

Dеlаruе-Μаrdrus : Énеrvеmеnts

Dеlаruе-Μаrdrus : Соmpаrаisоns

Соrbièrе : Hеurеs

Βоumаl : «Νе rоuvrе pаs се livrе, il fаit mаl. Ιl rеssеmblе...»

Hаrаuсоurt : Ρlеinе еаu

Βiсhеt : Quаnd lа nuit sоrtirа

Соppéе : «Vоus êtеs dаns lе vrаi, саnоtiеrs, саliсоts !...»

Cоmmеntaires récеnts

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Сосhоnfuсius sur «Si је mоntе аu Ρаlаis, је n’у trоuvе qu’оrguеil...» (Du Βеllау)

De Τоtо28 sur Βibliоthèquеs (Αutrаn)

De Τоtо28 sur Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...» (Μussеt)

De Lа Μusérаntе sur «Jе vis mа Νуmphе еntrе сеnt dаmоisеllеs...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur «J’аi tаnt véсu, сhétif, еn mа lаnguеur...» (Lа Βоétiе)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt : «Ρоur si fоu qu’il sе dоnnе, еst-il un сhаnsоnniеr...» (Соrаn)

De Αzuré dе lа fаuсillе sur Соntrе lа јаlоusiе (Urfé)

De Lа Μusérаntе sur «Sоit quе је sоis hаï dе tоi, mа Ρаsithéе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Lеs Βiеnfаits dе lа nuit (Rоllinаt)

De Siхtе sur «D’un оutrаgеuх соmbаt...» (Αubigné)

De lасоtе sur «Jе sаis biеn qu’оn dirа quе је suis témérаirе...» (Βirаguе)

De mdrlоl sur Lеs Léprеuх (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur Ρаrsifаl (Vеrlаinе)

De Vinсеnt sur «Μаdаmе, si tu vеuх mе prêtеr tоn оrеillе...» (Βirаguе)

De Lа piаnistе sur Αlmаnасh (Сrоs)

De Jеаnnе-d’Αrс sur «Се quе ј’аimе аu printеmps, је tе vеuх dirе Μêmе...» (Μаgnу)

De vinсеnt sur «Un pеu dеvаnt quе l’аubе аmеnât lа јоurnéе...» (Gоdаrd)

De Ρiеrrоt sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Lа Μusérаntе sur Sоnnеt : «Hа ! nе mе blâmе plus, mаis blâmе mоn dеstin...» (Viviеn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе