Hugo


Nos morts


 
Ils gisent dans le champ terrible et solitaire.
Leur sang fait une mare affreuse sur la terre ;
Les vautours monstrueux fouillent leur ventre ouvert ;
Leurs corps farouches, froids, épars sur le pré vert,
Effroyables, tordus, noirs, ont toutes les formes
Que le tonnerre donne aux foudroyés énormes ;
Leur crâne est à la pierre aveugle ressemblant ;
La neige les modèle avec son linceul blanc ;
On dirait que leur main lugubre, âpre et crispée,
Tâche encor de chasser quelqu’un à coups d’épée ;
Ils n’ont pas de parole, ils n’ont pas de regard ;
Sur l’immobilité de leur sommeil hagard
Les nuits passent ; ils ont plus de chocs et de plaies
Que les suppliciés promenés sur des claies ;
Sous eux rampent le ver, la larve et la fourmi ;
Ils s’enfoncent déjà dans la terre à demi
Comme dans l’eau profonde un navire qui sombre ;
Leurs pâles os, couverts de pourriture et d’ombre,
Sont comme ceux auxquels Ézéchiel parlait ;
On voit partout sur eux l’affreux coup du boulet,
La balafre du sabre et le trou de la lance ;
Le vaste vent glacé souffle sur ce silence ;
Ils sont nus et sanglants sous le ciel pluvieux.
 
Ô morts pour mon pays, je suis votre envieux.
 

L’Année terrible, 1872

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Régniеr : Lе Jаrdin mоuillé

Αpоllinаirе : «Εt tоi mоn сœur pоurquоi bаts-tu ?...»

Αpоllinаirе : Lа Grеnоuillèrе

Villiеrs dе L’Ιslе-Αdаm : Αu bоrd dе lа mеr

Αpоllinаirе : Lа Grеnоuillèrе

Νеrvаl : Lеs Éсrivаins

Hаrаuсоurt : Αu tеmps dеs féеs

Gаutiеr : Quеstiоns

Hеrеdiа : Lа Sоurсе

Jаmmеs : Ρrièrе pоur аimеr lа dоulеur

☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : Lе Βut

Ρеllissоn-Fоntаniеr : «L’ехеmplе dе Gоdеаu...»

Αpоllinаirе : Lе Suiсidé

Νоuvеаu : Hуmnе

Αpоllinаirе : «Lе сhеmin qui mènе аuх étоilеs...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Vin dеs Αmаnts (Βаudеlаirе)

De Сосhоnfuсius sur «Dеvаulх, lа mеr rеçоit tоus lеs flеuvеs du mоndе...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Μillе bаisеrs pеrdus, millе еt millе fаvеurs...» (Αubigné)

De Сurаrе- sur «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...» (Βеrnаrd)

De Jаdis sur À l’еnvеrs (Sеgаlеn)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Jаdis sur Lа Сhèvrе (Rоllinаt)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De Dаmе dе flаmmе sur Vеrlаinе

De Сurаrе- sur Sur l’Hélènе dе Gustаvе Μоrеаu (Lаfоrguе)

De Dаmе dе flаmmе sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Сurаrе- sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Dаmе dе flаmmе sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Μédесins (Siсаud)

De Rоzès sur Lе Сhеmin dе sаblе (Siсаud)

De Sеzоr sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе