Hugo

L’Année terrible, 1872



 
Ô Charles, je te sens près de moi. Doux martyr,
              Sous terre où l’homme tombe,
Je te cherche, et je vois l’aube pâle sortir
              Des fentes de ta tombe.
 
Les morts, dans le berceau, si voisin du cercueil,
              Charmants, se représentent ;
Et pendant qu’à genoux je pleure, sur mon seuil
              Deux petits enfants chantent.
 
Georges, Jeanne, chantez ! Georges, Jeanne, ignorez !
              Reflétez votre père,
Assombris par son ombre indistincte, et dorés
              Par sa vague lumière.
 
Hélas ! que saurait-on si l’on ne savait point
              Que la mort est vivante !
Un paradis, où l’ange à l’étoile se joint,
              Rit dans cette épouvante.
 
Ce paradis sur terre apparaît dans l’enfant.
              Orphelins, Dieu vous reste.
Dieu, contre le nuage où je souffre, défend
              Votre lueur céleste.
 
Soyez joyeux pendant que je suis accablé.
              À chacun son partage.
J’ai vécu presque un siècle, enfants ; l’homme est troublé
              Par de l’ombre à cet âge.
 
Est-on sûr d’avoir fait, ne fût-ce qu’à demi,
              Le bien qu’on pouvait faire ?
A-t-on dompté la haine, et de son ennemi
              A-t-on été le frère ?
 
Même celui qui fit de son mieux a mal fait.
              Le remords suit nos fêtes.
Je sais que si mon cœur quelquefois triomphait,
              Ce fut dans mes défaites.
 
En me voyant vaincu je me sentais grandi.
              La douleur nous rassure.
Car à faire saigner je ne suis pas hardi ;
              J’aime mieux ma blessure.
 
Et, loi triste ! grandir, c’est voir grandir ses maux.
              Mon faîte est une cible.
Plus j’ai de branches, plus j’ai des vastes rameaux,
              Plus j’ai d’ombre terrible.
 
De là mon deuil tandis que vous êtes charmants.
              Vous êtes l’ouverture
De l’âme en fleur mêlée aux éblouissements
              De l’immense nature.
 
George est l’arbuste éclos dans mon lugubre champ ;
              Jeanne dans sa corolle
Cache un esprit tremblant à nos bruits et tâchant
              De prendre la parole.
 
Laissez en vous, enfants qu’attendent les malheurs,
              Humbles plantes vermeilles,
Bégayer vos instincts, murmure dans les fleurs,
              Bourdonnement d’abeilles.
 
Un jour vous apprendrez que tout s’éclipse, hélas !
              Et que la foudre gronde
Dès qu’on veut soulager le peuple, immense Atlas,
              Sombre porteur du monde.
 
Vous saurez que, le sort étant sous le hasard,
              L’homme, ignorant auguste,
Doit vivre de façon qu’à son rêve plus tard
              La vérité s’ajuste.
 
Moi-même un jour, après la mort, je connaîtrai
              Mon destin que j’ignore,
Et je me pencherai sur vous, tout pénétré
              De mystère et d’aurore.
 
Je saurai le secret de l’exil, du linceul
              Jeté sur votre enfance,
Et pourquoi la justice et la douceur d’un seul
              Semble à tous une offense.
 
Je comprendrai pourquoi, tandis que vous chantiez,
              Dans mes branches funèbres,
Moi qui pour tous les maux veux toutes les pitiés,
              J’avais tant de ténèbres.
 
Je saurai pourquoi l’ombre implacable est sur moi,
              Pourquoi tant d’hécatombes,
Pourquoi l’hiver sans fin m’enveloppe, pourquoi
              Je m’accrois sur des tombes ;
 
Pourquoi tant de combats, de larmes, de regrets,
              Et tant de tristes choses ;
Et pourquoi Dieu voulut que je fusse un cyprès
              Quand vous étiez des roses.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Dеsfоrgеs-Μаillаrd : Lе Τаbас

Μеndès : Lе Rоssignоl

Αntоinе dе Νеrvèzе

Νеrvаl

Viеlé-Griffin : «Dоrmir еt rirе d’аisе...»

Hugо : Lе Μеndiаnt

Lаhоr : Οurаgаn nосturnе

Lаhоr : Dаnsе mасаbrе

Vаlérу : Luхuriеusе аu Βаin

Βеrgеrаt : Lе Сhаnt du сrаpаud

Βеrnаrd : «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...»

Fоrt : Соnvоi dе Ρаul Vеrlаinе аprès un tоurbillоn dе nеigе

☆ ☆ ☆ ☆

Lе Ρеtit : Αu Lесtеur сuriеuх

Dеsbоrdеs-Vаlmоrе : Αllеz еn pаiх

Сrоs : Siх tеrсеts

Hugо : Βêtisе dе lа guеrrе

Hugо : Lе Sасrе dе lа Fеmmе

Сrоs : Βеrсеusе : «Ιl у а unе hеurе bêtе...»

Hugо : Сrépusсulе

Lаhоr : Lе Μуstèrе

Lаhоr : Réminisсеnсеs

Vаlérу : L’Εnсhеmiséе

Cоmmеntaires récеnts

De Μаriа sur «Αprès unе јоurnéе dе vеnt...» (Rilkе)

De Сосhоnfuсius sur Lа Сhimèrе (Lоrrаin)

De Сосhоnfuсius sur À Μ. Α. Τ. : «Αinsi, mоn сhеr аmi, vоus аllеz dоnс pаrtir !...» (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur Αu Lесtеur сuriеuх (Lе Ρеtit)

De Vinсеnt sur «Αu prеmiеr trаit, quе mоn œil rеnсоntrа...» (Τуаrd)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De vinсеnt sur «Ν’еs-tu lаssе, аussi, dе rêvеr d’hiеr ?...» (Viеlé-Griffin)

De Lа Μusérаntе sur L’Éсhеllе (Αutrаn)

De Vinсеnt sur Lа Grеnоuillе blеuе (Fоrt)

De L’аmоr sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ρiеrrоt sur Sоnnеt à lа nuit (Rоllinаt)

De Ρеrvеrs nаrсissе sur «Ρuisquе lеs сhаmps јоuissеnt dе mа bеllе...» (Τоurs)

De Vinсеnt sur «Εst-il riеn dе plus vаin qu’un sоngе mеnsоngеr...» (Сhаssignеt)

De ΒiΒ lа bаlеinе sur «Quаnd је tе vis еntrе un milliеr dе Dаmеs...» (Βаïf)

De Сhristiаn sur Lеs Ρоrсs (Vеrhаеrеn)

De Сrаpаudinе sur Splееn : «Μеs intimеs dоulеurs...» (Ο'Νеddу)

De Αmаndinе ΟZΑUR sur Sоnnеt fоutаtif (Lе Ρеtit)

De Αmаndinе ΟZΑUR sur À Сhаrlеs dе Sivrу (Vеrlаinе)

De Αmаndinе ΟZΑUR sur «Αimе, si tu lе vеuх, је nе l’еmpêсhе pаs...» (Viоn Dаlibrау)

De riс(h)аrd sur Lеs Соnquérаnts (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе