Hugo

[Posthumes]


Ô Rus


 
Laissons les hommes noirs bâcler dans leur étable
Des lois qui vont nous faire un bien épouvantable.
            Allons-nous-en aux bois ;
Allons-nous-en chez Dieu, dans les prés où l’on aime,
Près des lacs où l’on rêve, et ne sachons pas même
            Si des gens font des lois.
 
Oh ! quand on peut s’enfuir aux champs, dans le grand songe,
Dans les fleurs, sous les cieux, les hommes de mensonge,
            Prêtres, despotes, rois,
Comme c’est peu de chose ! et comme ces maroufles
Sont des fantômes vite effacés dans les souffles,
            Les rayons et les voix !
 
Laissons-les s’acharner à leur folle aventure ;
Enfants, allons-nous-en là-haut, dans la nature.
            Mai dore le ravin,
Tout rit, les papillons et leur douce poursuite
Passent, l’arbre est en fleur ; venez, prenons la fuite
            Dans cet oubli divin.
 
L’évanouissement des soucis de la terre
Est-là ; les champs sont purs ; là souriait Voltaire,
            Là songeait Diderot ;
On se sent rassuré par les parfums ; les roses
Nous consolent, étant ignorantes des choses
            Que l’homme connaît trop.
 
Là, rien ne s’interrompt, rien ne finit d’éclore ;
Le rosier respiré par Ève embaume encore
            Nos deuils et nos amours ;
Et la pervenche est plus éternelle que Rome ;
Car ce qui dure peu, monts et forêts, c’est l’homme ;
            Les fleurs durent toujours.
 
La pyramide après trois mille ans est ridée,
Le lys n’a pas un pli. — Ni la fleur, ni l’idée,
            Ni le vrai, ni le beau,
N’expirent ; Dieu refait sans cesse leur jeunesse.
La mort, c’est l’aube, et c’est afin que tout renaisse
            Que Dieu fit le tombeau.
 
Ô splendeur ! ô douceur ! l’étendue infinie
Est un balancement d’amour et d’harmonie.
            Contemplons à genoux.
Une voix sort du ciel et dans nos fibres passe ;
De là nos chants profonds ; le rythme est dans l’espace
            Et la lyre est en nous.
 
Venez, tous mes enfants, tous mes amis ! les plaines,
Les lacs, les bois n’ont point de perfides haleines
            Et de haineux reflux ;
Venez ; soyons un groupe errant dans la prairie,
Qui va dans l’ombre avec des mots de rêverie,
            Et ne sait même plus,
 
Tant il sent vivre en lui la nature immortelle,
Si la chambre a quitté Pantin pour Bagatelle,
            Versailles pour Saint-Cloud,
Et si le pape enfin daigne rougir la jupe
Du prêtre dont le nom commence comme dupe
            Et finit comme loup.
 

27 mai 1875

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Sаint-Αmаnt : «Εntrеr dаns lе bоrdеl...»

Βаudеlаirе : Lа Μоrt dеs Ρаuvrеs

Vаuсаirе : Νоtrе divin mоdèlе

Μérаt : Ρауsаgе

Αpоllinаirе : «Lа nudité dеs flеurs с’еst lеur оdеur сhаrnеllе...»

Lа Villе dе Μirmоnt : Lеs Dеmоisеllеs d’аutrеfоis

Villоn : Lе Lаis

Rоnsаrd : «J’аvаis, еn rеgаrdаnt tеs bеаuх уеuх, еnduré...»

☆ ☆ ☆ ☆

Jоuу : Lа “Vеuvе”

Сhаmbriеr : Lеs Ιgnоrés

Βérаngеr : Lеs Quаtrе Âgеs histоriquеs

Du Βеllау : «Jе n’éсris pоint d’аmоur, n’étаnt pоint аmоurеuх...»

Léоnаrd : Lеs Rеgrеts

Βruаnt : J’suis dаns l’Βоttin

Сrоs : Lе Βut

Ρаtriаt : «Αсhètе qui vоudrа lе Саmеmbеrt trоp dоuх...»

Lеvеу : «Vоulаnt еnсоurаgеr sеs аurоrеs сhаrméеs...»

Vаuсаirе : Répétitiоn

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur À Αlf. Τ. : «Qu’il еst dоuх d’êtrе аu mоndе, еt quеl biеn quе lа viе !...» (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur Ρоur Μаdеmоisеllе du Μаinе (Lingеndеs)

De Сосhоnfuсius sur «Ρuisqu’аinsi sоnt mеs durеs dеstinéеs...» (Lа Βоétiе)

De Οupаviа sur Sоnnеt d’аutоmnе (Βеаuliеu)

De Сurаrе- sur Dеvаnt lе fеu (Νеlligаn)

De Sоlаirе sur Sur lе Βаlсоn (Vеrlаinе)

De Lа Μusérаntе sur «Quеl еmbаrrаs à сеttе pоrtе !...» (Viоn Dаlibrау)

De Сrаpаudinе sur «Ô сritiquе du јоur, сhèrе mоuсhе bоvinе...» (Μussеt)

De Lа Μusérаntе sur «Vоiсi lе rеndеz-vоus dеs Εnfаnts sаns sоuсi...» (Sаint-Αmаnt)

De Vinсеnt sur Lа Νосе à Gоnеssе (Fоrt)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Τоtо28 sur Βibliоthèquеs (Αutrаn)

De Τоtо28 sur Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...» (Μussеt)

De Vinсеnt sur Lеs Βiеnfаits dе lа nuit (Rоllinаt)

De Siхtе sur «D’un оutrаgеuх соmbаt...» (Αubigné)

De lасоtе sur «Jе sаis biеn qu’оn dirа quе је suis témérаirе...» (Βirаguе)

De mdrlоl sur Lеs Léprеuх (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur Ρаrsifаl (Vеrlаinе)

De vinсеnt sur «Un pеu dеvаnt quе l’аubе аmеnât lа јоurnéе...» (Gоdаrd)

De Ρiеrrоt sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе