Hugo



Oh ! dis ! pourquoi toujours regarder sous la terre,
Interroger la tombe et chercher dans la nuit ?
Et toujours écouter, penché sur cette pierre
              Comme espérant un bruit ?
 
T’imagines-tu donc que ceux que nous pleurâmes
Sont là couchés sous l’herbe, attentifs à nos pas ?
Crois-tu donc que c’est là qu’on retrouve les âmes ?
              Songeur, ne sais-tu pas
 
Que Dieu n’a pas voulu, lui qui règle et dispose,
Que la flamme restât quand s’éteint le flambeau,
Et que l’homme jamais pût mettre quelque chose,
              Hélas ! dans le tombeau !
 
Ne sais-tu pas que l’âme une fois délivrée,
Les fosses, dévorant les morts qu’on enfouit,
Se remplissent d’une ombre effrayante et sacrée
              Où tout s’évanouit ?
 
Tu te courbes en vain, dans ta douleur amère,
Sur le sépulcre noir plein des jours révolus,
Redemandant ta fille, et ton père, et ta mère,
              Et ceux qui ne sont plus !
 
Tu te courbes en vain. Ainsi que dans la vague
Le plongeur se fatigue à chercher des trésors,
Tu tâches d’entrevoir quelque figure vague
              De ce que font les morts.
 
Rien ne brille pour toi, sombre tête baissée ;
La tombe est morne et close au regard curieux :
Tu n’as plus un rayon qui luise à ta pensée...
              Joyeux, lève les yeux !
 
Lève les yeux ! renonce à sonder la poussière.
Fais envoler ton âme en ce firmament bleu,
Regarde dans l’azur, cherche dans la lumière
              Et surtout crois en Dieu !
 
Crois en celui dont tout répète les louanges !
Crois en l’éternité qui nous ouvre les bras !
Appelle le Seigneur, demande-lui tes anges,
              Et tu les reverras !
 
Oui, même dès ce monde où pleure ta misère,
En élevant toujours ton cœur rempli d’espoir,
Sans t’en aller d’ici, sans qu’il soit nécessaire
              De mourir pour les voir,
 
Parce qu’en méditant la foi s’accroît sans cesse,
Parce qu’à l’œil croyant le ciel s’ouvre éclairci,
Un jour tu t’écrieras tout à coup, plein d’ivresse :
              Ô mon Dieu ! les voici !
 
Et tu retrouveras, ô pauvre âme ravie,
Une ombre du bonheur de ton passé joyeux,
Dans ces fantômes chers qui charmèrent ta vie
              Et qui sont dans les cieux ;
 
Comme à l’heure où la plaine au loin se décolore,
Quand le soir assombrit le jour pâle et décru,
Là-haut, dans la nuée, on peut revoir encore
              Le soleil disparu.
 

[Posthumes]

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Οrléаns : «Ρuis çà, puis là...»

Νоuvеаu : «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...»

Sаint-Αmаnt : Sоnnеt inасhеvé

Νоаillеs : Lе Jеunеssе dеs mоrts

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Αpоllinаirе : Un pоèmе

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Riсhеpin : Βеrсеusе

Dеrèmе : «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Соrbièrе : Lе Μоussе

Νеlligаn : Évаngélinе

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Βruаnt : À lа Glасièrе

Dеlillе : Vеrs fаits dаns lе јаrdin dе mаdаmе dе Ρ...

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Μаеtеrlinсk : «Ιls оnt tué trоis pеtitеs fillеs...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Μаuvаis Οuvriеr (Frаnсе)

De Jаdis sur Βоnsоir (Соrbièrе)

De Сосhоnfuсius sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Jаdis sur Lе Rеtоur dе Jésus (Riсtus)

De Сосhоnfuсius sur Αntérоs (Νеrvаl)

De Jаdis sur Lе Сidrе (Νоuvеаu)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

De Vinсеnt sur «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...» (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur Âmе dе nuit (Μаеtеrlinсk)

De Εsprit dе сеllе sur Sur lе présеnt d’un vаsе dе сristаl (Βеrtаut)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Lе Rоsе (Gаutiеr)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

De Sаint Τripоdе sur Lеs Litаniеs dе Sаtаn (Βаudеlаirе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе