Hugo

Les Contemplations (II), 1856


             
XIII
Paroles sur la dune


 
Maintenant que mon temps décroît comme un flambeau,
            Que mes tâches sont terminées ;
Maintenant que voici que je touche au tombeau
            Par les deuils et par les années,
 
Et qu’au fond de ce ciel que mon essor rêva,
            Je vois fuir, vers l’ombre entraînées,
Comme le tourbillon du passé qui s’en va,
            Tant de belles heures sonnées ;
 
Maintenant que je dis : — Un jour, nous triomphons ;
            Le lendemain, tout est mensonge ! —
Je suis triste, et je marche au bord des flots profonds,
            Courbé comme celui qui songe.
 
Je regarde, au-dessus du mont et du vallon,
            Et des mers sans fin remuées,
S’envoler sous le bec du vautour aquilon,
            Toute la toison des nuées ;
 
J’entends le vent dans l’air, la mer sur le récif,
            L’homme liant la gerbe mûre ;
J’écoute, et je confronte en mon esprit pensif
            Ce qui parle à ce qui murmure ;
 
Et je reste parfois couché sans me lever
            Sur l’herbe rare de la dune,
Jusqu’à l’heure où l’on voit apparaître et rêver
            Les yeux sinistres de la lune.
 
Elle monte, elle jette un long rayon dormant
            À l’espace, au mystère, au gouffre ;
Et nous nous regardons tous les deux fixement,
            Elle qui brille et moi qui souffre.
 
Où donc s’en sont allés mes jours évanouis ?
            Est-il quelqu’un qui me connaisse ?
Ai-je encor quelque chose en mes yeux éblouis,
            De la clarté de ma jeunesse ?
 
Tout s’est-il envolé ? Je suis seul, je suis las ;
            J’appelle sans qu’on me réponde ;
Ô vents ! ô flots ! ne suis-je aussi qu’un souffle, hélas !
            Hélas ! ne suis-je aussi qu’une onde ?
 
Ne verrai-je plus rien de tout ce que j’aimais ?
            Au dedans de moi le soir tombe.
Ô terre, dont la brume efface les sommets,
            Suis-je le spectre, et toi la tombe ?
 
Ai-je donc vidé tout, vie, amour, joie, espoir ?
            J’attends, je demande, j’implore ;
Je penche tour à tour mes urnes pour avoir
            De chacune une goutte encore !
 
Comme le souvenir est voisin du remord !
            Comme à pleurer tout nous ramène !
Et que je te sens froide en te touchant, ô mort,
            Noir verrou de la porte humaine !
 
Et je pense, écoutant gémir le vent amer,
            Et l’onde aux plis infranchissables ;
L’été rit, et l’on voit sur le bord de la mer
            Fleurir le chardon bleu des sables.
 

5 août 1854, anniversaire de mon arrivée à Jersey.

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrhаеrеn : Lеs Ρоrсs

Vеrhаеrеn : Lеs Ρоrсs : «Αvес lеurs grоins...»

Dеrèmе : «Μоn Diеu, mаdаmе, il fаut nоus соnsоlеr...»

Fаbié : Sаvоir viеillir

Sоulаrу : L’Αnсоliе

Sаmаin : Sоir : «С’еst un sоir tеndrе соmmе un visаgе dе fеmmе...»

Rоdеnbасh : Sеs уеuх

Βаudеlаirе : Βrumеs еt Ρluiеs

Vаn Lеrbеrghе : «С’еst lе prеmiеr mаtin du mоndе...»

Сhаrlеs Vаn Lеrbеrghе

☆ ☆ ☆ ☆

Αubigné : Ρrièrе du sоir

Μоréаs : «Été, tоus lеs plаisirs...»

Viviеn : Lа Ρlеurеusе

Sоulаrу : Sоnnеt dе Déсеmbrе

Sсudérу : L’Hivеr

Dеrèmе : «J’аvаis tоuјоurs rêvé d’étеrnеllеs аmоurs...»

Rоdеnbасh : Lе Sоir dаns lеs vitrеs

Rоdеnbасh : «Lа lunе dаns lе сiеl nосturnе s’étаlаit...»

Fоurеst : Histоirе (lаmеntаblе еt véridiquе) d’un pоètе subјесtif еt inédit

Lаbé : «Ρоur lе rеtоur du Sоlеil hоnоrеr...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Unе prоmеnаdе аu Jаrdin dеs Ρlаntеs (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur À unе mуstériеusе (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur Vеrs dоrés (Νеrvаl)

De Lа fоuinе sur «J’аimе lа sоlitudе еt mе rеnds sоlitаirе...» (Νеrvèzе)

De ΙsisΜusе sur Соuplеs prédеstinés (Νоuvеаu)

De Lа fоuinе sur Ρâlе sоlеil d’hivеr (Lаfоrguе)

De piсh24 sur Μуrthо (Νеrvаl)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur «Unе flеur pаssаgèrе, unе vаinе pеinturе...» (Gоmbаud)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Αutоmnе (Αpоllinаirе)

De piсh24 sur Sеnsаtiоn (Rimbаud)

De piсh24 sur Lе Gоût dеs lаrmеs (Rоllinаt)

De Gоrdеаuх sur Ρsеudо-sоnnеt quе lеs аmаtеurs dе plаisаntеriе fасilе (Fоurеst)

De Сhristiаn sur «Quiсоnquе, mоn Βаillеul, fаit lоnguеmеnt séјоur...» (Du Βеllау)

De ΟUSSΕΝΙ sur «Étrаngеr, је sеns bоn...» (Τоulеt)

De Сurаrе- sur Lе Сhênе еt lе Rоsеаu (Lа Fоntаinе)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs sur «Sаns sоupirеr vivrе iсi је n’аi pu...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur «L’аutоmnе suit l’été еt lа bеllе vеrdurе...» (Grévin)

De Сurаrе- sur Rеmоntrаnсе à un Ρоètе buvеur d’еаu (Соllеtеt)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs- sur «Lе pеintrе qui vоudrаit аnimеr un tаblеаu...» (Αubigné)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Lе Ρêсhеur d’éсrеvissеs (Rоllinаt)

De Сhristiаn sur L’Εссlésiаstе (Lесоntе dе Lislе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе