Hugo

Les Contemplations (II), 1856


             
XIII
Paroles sur la dune


 
Maintenant que mon temps décroît comme un flambeau,
            Que mes tâches sont terminées ;
Maintenant que voici que je touche au tombeau
            Par les deuils et par les années,
 
Et qu’au fond de ce ciel que mon essor rêva,
            Je vois fuir, vers l’ombre entraînées,
Comme le tourbillon du passé qui s’en va,
            Tant de belles heures sonnées ;
 
Maintenant que je dis : — Un jour, nous triomphons ;
            Le lendemain, tout est mensonge ! —
Je suis triste, et je marche au bord des flots profonds,
            Courbé comme celui qui songe.
 
Je regarde, au-dessus du mont et du vallon,
            Et des mers sans fin remuées,
S’envoler sous le bec du vautour aquilon,
            Toute la toison des nuées ;
 
J’entends le vent dans l’air, la mer sur le récif,
            L’homme liant la gerbe mûre ;
J’écoute, et je confronte en mon esprit pensif
            Ce qui parle à ce qui murmure ;
 
Et je reste parfois couché sans me lever
            Sur l’herbe rare de la dune,
Jusqu’à l’heure où l’on voit apparaître et rêver
            Les yeux sinistres de la lune.
 
Elle monte, elle jette un long rayon dormant
            À l’espace, au mystère, au gouffre ;
Et nous nous regardons tous les deux fixement,
            Elle qui brille et moi qui souffre.
 
Où donc s’en sont allés mes jours évanouis ?
            Est-il quelqu’un qui me connaisse ?
Ai-je encor quelque chose en mes yeux éblouis,
            De la clarté de ma jeunesse ?
 
Tout s’est-il envolé ? Je suis seul, je suis las ;
            J’appelle sans qu’on me réponde ;
Ô vents ! ô flots ! ne suis-je aussi qu’un souffle, hélas !
            Hélas ! ne suis-je aussi qu’une onde ?
 
Ne verrai-je plus rien de tout ce que j’aimais ?
            Au dedans de moi le soir tombe.
Ô terre, dont la brume efface les sommets,
            Suis-je le spectre, et toi la tombe ?
 
Ai-je donc vidé tout, vie, amour, joie, espoir ?
            J’attends, je demande, j’implore ;
Je penche tour à tour mes urnes pour avoir
            De chacune une goutte encore !
 
Comme le souvenir est voisin du remord !
            Comme à pleurer tout nous ramène !
Et que je te sens froide en te touchant, ô mort,
            Noir verrou de la porte humaine !
 
Et je pense, écoutant gémir le vent amer,
            Et l’onde aux plis infranchissables ;
L’été rit, et l’on voit sur le bord de la mer
            Fleurir le chardon bleu des sables.
 

5 août 1854, anniversaire de mon arrivée à Jersey.

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Dеsfоrgеs-Μаillаrd : Lе Τаbас

Μеndès : Lе Rоssignоl

Αntоinе dе Νеrvèzе

Νеrvаl

Viеlé-Griffin : «Dоrmir еt rirе d’аisе...»

Hugо : Lе Μеndiаnt

Lаhоr : Οurаgаn nосturnе

Lаhоr : Dаnsе mасаbrе

Vаlérу : Luхuriеusе аu Βаin

Βеrgеrаt : Lе Сhаnt du сrаpаud

Βеrnаrd : «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...»

Fоrt : Соnvоi dе Ρаul Vеrlаinе аprès un tоurbillоn dе nеigе

☆ ☆ ☆ ☆

Lе Ρеtit : Αu Lесtеur сuriеuх

Dеsbоrdеs-Vаlmоrе : Αllеz еn pаiх

Сrоs : Siх tеrсеts

Hugо : Βêtisе dе lа guеrrе

Hugо : Lе Sасrе dе lа Fеmmе

Сrоs : Βеrсеusе : «Ιl у а unе hеurе bêtе...»

Hugо : Сrépusсulе

Lаhоr : Lе Μуstèrе

Lаhоr : Réminisсеnсеs

Vаlérу : L’Εnсhеmiséе

Cоmmеntaires récеnts

De Μаriа sur «Αprès unе јоurnéе dе vеnt...» (Rilkе)

De Сосhоnfuсius sur Lа Сhimèrе (Lоrrаin)

De Сосhоnfuсius sur À Μ. Α. Τ. : «Αinsi, mоn сhеr аmi, vоus аllеz dоnс pаrtir !...» (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur Αu Lесtеur сuriеuх (Lе Ρеtit)

De Vinсеnt sur «Αu prеmiеr trаit, quе mоn œil rеnсоntrа...» (Τуаrd)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De vinсеnt sur «Ν’еs-tu lаssе, аussi, dе rêvеr d’hiеr ?...» (Viеlé-Griffin)

De Lа Μusérаntе sur L’Éсhеllе (Αutrаn)

De Vinсеnt sur Lа Grеnоuillе blеuе (Fоrt)

De L’аmоr sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ρiеrrоt sur Sоnnеt à lа nuit (Rоllinаt)

De Ρеrvеrs nаrсissе sur «Ρuisquе lеs сhаmps јоuissеnt dе mа bеllе...» (Τоurs)

De Vinсеnt sur «Εst-il riеn dе plus vаin qu’un sоngе mеnsоngеr...» (Сhаssignеt)

De ΒiΒ lа bаlеinе sur «Quаnd је tе vis еntrе un milliеr dе Dаmеs...» (Βаïf)

De Сhristiаn sur Lеs Ρоrсs (Vеrhаеrеn)

De Сrаpаudinе sur Splееn : «Μеs intimеs dоulеurs...» (Ο'Νеddу)

De Αmаndinе ΟZΑUR sur Sоnnеt fоutаtif (Lе Ρеtit)

De Αmаndinе ΟZΑUR sur À Сhаrlеs dе Sivrу (Vеrlаinе)

De Αmаndinе ΟZΑUR sur «Αimе, si tu lе vеuх, је nе l’еmpêсhе pаs...» (Viоn Dаlibrау)

De riс(h)аrd sur Lеs Соnquérаnts (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе