Hugo

Les Contemplations (II), 1856


             
XIII
Paroles sur la dune


 
Maintenant que mon temps décroît comme un flambeau,
            Que mes tâches sont terminées ;
Maintenant que voici que je touche au tombeau
            Par les deuils et par les années,
 
Et qu’au fond de ce ciel que mon essor rêva,
            Je vois fuir, vers l’ombre entraînées,
Comme le tourbillon du passé qui s’en va,
            Tant de belles heures sonnées ;
 
Maintenant que je dis : — Un jour, nous triomphons ;
            Le lendemain, tout est mensonge ! —
Je suis triste, et je marche au bord des flots profonds,
            Courbé comme celui qui songe.
 
Je regarde, au-dessus du mont et du vallon,
            Et des mers sans fin remuées,
S’envoler sous le bec du vautour aquilon,
            Toute la toison des nuées ;
 
J’entends le vent dans l’air, la mer sur le récif,
            L’homme liant la gerbe mûre ;
J’écoute, et je confronte en mon esprit pensif
            Ce qui parle à ce qui murmure ;
 
Et je reste parfois couché sans me lever
            Sur l’herbe rare de la dune,
Jusqu’à l’heure où l’on voit apparaître et rêver
            Les yeux sinistres de la lune.
 
Elle monte, elle jette un long rayon dormant
            À l’espace, au mystère, au gouffre ;
Et nous nous regardons tous les deux fixement,
            Elle qui brille et moi qui souffre.
 
Où donc s’en sont allés mes jours évanouis ?
            Est-il quelqu’un qui me connaisse ?
Ai-je encor quelque chose en mes yeux éblouis,
            De la clarté de ma jeunesse ?
 
Tout s’est-il envolé ? Je suis seul, je suis las ;
            J’appelle sans qu’on me réponde ;
Ô vents ! ô flots ! ne suis-je aussi qu’un souffle, hélas !
            Hélas ! ne suis-je aussi qu’une onde ?
 
Ne verrai-je plus rien de tout ce que j’aimais ?
            Au dedans de moi le soir tombe.
Ô terre, dont la brume efface les sommets,
            Suis-je le spectre, et toi la tombe ?
 
Ai-je donc vidé tout, vie, amour, joie, espoir ?
            J’attends, je demande, j’implore ;
Je penche tour à tour mes urnes pour avoir
            De chacune une goutte encore !
 
Comme le souvenir est voisin du remord !
            Comme à pleurer tout nous ramène !
Et que je te sens froide en te touchant, ô mort,
            Noir verrou de la porte humaine !
 
Et je pense, écoutant gémir le vent amer,
            Et l’onde aux plis infranchissables ;
L’été rit, et l’on voit sur le bord de la mer
            Fleurir le chardon bleu des sables.
 

5 août 1854, anniversaire de mon arrivée à Jersey.

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βаïf : «Αfin quе pоur јаmаis...»

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Rimbаud : Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir

Νеrvаl : Εl Dеsdiсhаdо

Rimbаud : Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir

Αјаlbеrt : Ρеtitеs оuvrièrеs

Τоulеt : «Sur l’осéаn соulеur dе fеr...»

Βаtаillе : Lеs Sоuvеnirs

Rоnsаrd : «Lе Сiеl nе vеut, Dаmе, quе је јоuissе...»

Μаgnу : «Αnnе, је vоus suppliе, à bаisеr аpprеnеz...»

☆ ☆ ☆ ☆

Fоurеst : Rеnоnсеmеnt

Lаfоrguе : Сélibаt, сélibаt, tоut n’еst quе сélibаt

Lе Μоinе : L’Îlе du Ρlаisir

Lеfèvrе-Dеumiеr : Lеs Сhеmins dе Fеr

Сеndrаrs : Соmplеt blаnс

Lоrrаin : Соquinеs

Gаutiеr : Lе Jаrdin dеs Ρlаntеs : «J’étаis pаrti, vоуаnt lе сiеl...»

Βérоаldе : Αdiеu : «Jе vеuх sеul, éсаrté, оrеs dаns un bосаgе...»

Sаmаin : Αutоmnе

Сrоs : Libеrté

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Lаs ! је mеurs : nоn-fаit, nоn. Quоi dоnс ? Jе vis d’еspоir...» (Fiеfmеlin)

De Сосhоnfuсius sur L’Οisеаu blеu (Сеndrаrs)

De Сосhоnfuсius sur Lе Τunnеl (Rоllinаt)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De tRΟLL sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De L’âmе аuх ninаs sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Сurаrе- sur «Dоulсin, quаnd quеlquеfоis је vоis сеs pаuvrеs fillеs...» (Du Βеllау)

De Fоllоwеur sur «Jе vоis millе bеаutés, еt si n’еn vоis pаs unе...» (Rоnsаrd)

De Εsprit dе сеllе sur «Jе rеgrеttе еn plеurаnt lеs јоurs mаl еmplоуés...» (Dеspоrtеs)

De Ρоr’d’âmе sur Ρlus tаrd (Μusеlli)

De Сhr... sur Αu Соllègе (Évаnturеl)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

De Μоrin dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Fоrаin dе Βlаnсhеmоr sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Jеhаn Çètоù sur Lе Τаlismаn (Νеlligаn)

De Αrаmis sur L’Hоspitаlité (Fаbrе d'Églаntinе)

De Αrаmis sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе