Hugo

Les Orientales, 1829


Sara la baigneuse


 
Sara, belle d’indolence,
        Se balance
Dans un hamac, au-dessus
Du bassin d’une fontaine
        Toute pleine
D’eau puisée à l’Ilyssus ;
 
Et la frêle escarpolette
        Se reflète
Dans le transparent miroir,
Avec la baigneuse blanche
        Qui se penche,
Qui se penche pour se voir.
 
Chaque fois que la nacelle,
        Qui chancelle,
Passe à fleur d’eau dans son vol,
On voit sur l’eau qui s’agite
        Sortir vite
Son beau pied et son beau col.
 
Elle bat d’un pied timide
        L’onde humide
Où tremble un mouvant tableau,
Fait rougir son pied d’albâtre,
        Et, folâtre,
Rit de la fraîcheur de l’eau.
 
Reste ici caché : demeure !
        Dans une heure,
D’un œil ardent tu verras
Sortir du bain l’ingénue,
        Toute nue,
Croisant ses mains sur ses bras.
 
Car c’est un astre qui brille
        Qu’une fille
Qui sort d’un bain au flot clair,
Cherche s’il ne vient personne,
        Et frissonne
Toute mouillée au grand air.
 
Elle est là, sous la feuillée,
        Éveillée
Au moindre bruit de malheur ;
Et rouge, pour une mouche
        Qui la touche,
Comme une grenade en fleur.
 
On voit tout ce que dérobe
        Voile ou robe ;
Dans ses yeux d’azur en feu,
Son regard que rien ne voile
        Est l’étoile
Qui brille au fond d’un ciel bleu.
 
L’eau sur son corps qu’elle essuie
        Roule en pluie,
Comme sur un peuplier ;
Comme si, gouttes à gouttes,
        Tombaient toutes
Les perles de son collier.
 
Mais Sara la nonchalante
        Est bien lente
À finir ses doux ébats ;
Toujours elle se balance
        En silence,
Et va murmurant tout bas :
 
« Oh ! si j’étais capitane,
        Ou sultane,
Je prendrais des bains ambrés,
Dans un bain de marbre jaune,
        Près d’un trône,
Entre deux griffons dorés !
 
« J’aurais le hamac de soie
        Qui se ploie
Sous le corps prêt à pâmer ;
J’aurais la molle ottomane
        Dont émane
Un parfum qui fait aimer.
 
« Je pourrais folâtrer nue,
        Sous la nue,
Dans le ruisseau du jardin,
Sans craindre de voir dans l’ombre
        Du bois sombre
Deux yeux s’allumer soudain.
 
« Il faudrait risquer sa tête
        Inquiète,
Et tout braver pour me voir,
Le sabre nu de l’heiduque,
        Et l’eunuque
Aux dents blanches, au front noir !
 
« Puis, je pourrais, sans qu’on presse
        Ma paresse,
Laisser avec mes habits
Traîner sur les larges dalles
        Mes sandales
De drap brodé de rubis. »
 
Ainsi se parle en princesse,
        Et sans cesse
Se balance avec amour,
La jeune fille rieuse,
        Oublieuse
Des promptes ailes du jour.
 
L’eau, du pied de la baigneuse
        Peu soigneuse,
Rejaillit sur le gazon,
Sur sa chemise plissée,
        Balancée
Aux branches d’un vert buisson.
 
Et cependant des campagnes
        Ses compagnes
Prennent toutes le chemin.
Voici leur troupe frivole
        Qui s’envole
En se tenant par la main.
 
Chacune, en chantant comme elle,
        Passe, et mêle
Ce reproche à sa chanson :
— Oh ! la paresseuse fille
        Qui s’habille
Si tard un jour de moisson !
 

Juillet 1828

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μаuсlаir : Légеndе : «Ιls l’оnt сlоuéе pаr lеs mаins...»

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

Siеfеrt : Rêvеs, аnхiétés, sоupirs

Sаtiе : Lе Ρiсniс

Νеrvаl : Ρоlitiquе

Viviеn : Εllе pаssе

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Gérаrd : Lеs Саnаrds

Lесоntе dе Lislе : Ιn ехсеlsis

☆ ☆ ☆ ☆

Lаutréаmоnt : «Jе сhеrсhаis unе âmе qui mе rеssеmblât...»

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Sullу Ρrudhоmmе : Lеs Сhаînеs

Vеrlаinе : À Μоnsiеur еt Μаdаmе Τ.

Fаnсhу : Αllоns аu bоis

Rоllinаt : Lе Соnvоi funèbrе

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Αpоllinаirе : Εnfаnсе

Sаmаin : Lе Rеpаs prépаré

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lа Ρrièrе d’un Ρаïеn (Βаudеlаirе)

De Сосhоnfuсius sur Lе Sоir sur l’еаu (Βеrtrаnd)

De Сосhоnfuсius sur «L’аmоur nоus fаit trеmblеr...» (Guérin)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De сindrеl sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе