Hugo

Les Orientales, 1829


Sara la baigneuse


 
Sara, belle d’indolence,
        Se balance
Dans un hamac, au-dessus
Du bassin d’une fontaine
        Toute pleine
D’eau puisée à l’Ilyssus ;
 
Et la frêle escarpolette
        Se reflète
Dans le transparent miroir,
Avec la baigneuse blanche
        Qui se penche,
Qui se penche pour se voir.
 
Chaque fois que la nacelle,
        Qui chancelle,
Passe à fleur d’eau dans son vol,
On voit sur l’eau qui s’agite
        Sortir vite
Son beau pied et son beau col.
 
Elle bat d’un pied timide
        L’onde humide
Où tremble un mouvant tableau,
Fait rougir son pied d’albâtre,
        Et, folâtre,
Rit de la fraîcheur de l’eau.
 
Reste ici caché : demeure !
        Dans une heure,
D’un œil ardent tu verras
Sortir du bain l’ingénue,
        Toute nue,
Croisant ses mains sur ses bras.
 
Car c’est un astre qui brille
        Qu’une fille
Qui sort d’un bain au flot clair,
Cherche s’il ne vient personne,
        Et frissonne
Toute mouillée au grand air.
 
Elle est là, sous la feuillée,
        Éveillée
Au moindre bruit de malheur ;
Et rouge, pour une mouche
        Qui la touche,
Comme une grenade en fleur.
 
On voit tout ce que dérobe
        Voile ou robe ;
Dans ses yeux d’azur en feu,
Son regard que rien ne voile
        Est l’étoile
Qui brille au fond d’un ciel bleu.
 
L’eau sur son corps qu’elle essuie
        Roule en pluie,
Comme sur un peuplier ;
Comme si, gouttes à gouttes,
        Tombaient toutes
Les perles de son collier.
 
Mais Sara la nonchalante
        Est bien lente
À finir ses doux ébats ;
Toujours elle se balance
        En silence,
Et va murmurant tout bas :
 
« Oh ! si j’étais capitane,
        Ou sultane,
Je prendrais des bains ambrés,
Dans un bain de marbre jaune,
        Près d’un trône,
Entre deux griffons dorés !
 
« J’aurais le hamac de soie
        Qui se ploie
Sous le corps prêt à pâmer ;
J’aurais la molle ottomane
        Dont émane
Un parfum qui fait aimer.
 
« Je pourrais folâtrer nue,
        Sous la nue,
Dans le ruisseau du jardin,
Sans craindre de voir dans l’ombre
        Du bois sombre
Deux yeux s’allumer soudain.
 
« Il faudrait risquer sa tête
        Inquiète,
Et tout braver pour me voir,
Le sabre nu de l’heiduque,
        Et l’eunuque
Aux dents blanches, au front noir !
 
« Puis, je pourrais, sans qu’on presse
        Ma paresse,
Laisser avec mes habits
Traîner sur les larges dalles
        Mes sandales
De drap brodé de rubis. »
 
Ainsi se parle en princesse,
        Et sans cesse
Se balance avec amour,
La jeune fille rieuse,
        Oublieuse
Des promptes ailes du jour.
 
L’eau, du pied de la baigneuse
        Peu soigneuse,
Rejaillit sur le gazon,
Sur sa chemise plissée,
        Balancée
Aux branches d’un vert buisson.
 
Et cependant des campagnes
        Ses compagnes
Prennent toutes le chemin.
Voici leur troupe frivole
        Qui s’envole
En se tenant par la main.
 
Chacune, en chantant comme elle,
        Passe, et mêle
Ce reproche à sa chanson :
— Oh ! la paresseuse fille
        Qui s’habille
Si tard un jour de moisson !
 

Juillet 1828

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βеrtrаnd : Μоn Βisаïеul

Siеfеrt : Vivеrе mеmеntо

Diеrх : Lеs Νuаgеs

Diеrх : Lа Ρrisоn

Gérаrd : Lа Rоndе dеs mоis

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lе rirе сlаir, l’âmе sаns rеprосhе...»

Régniеr : Lе Μаrаudеur

Hеrvillу : Sur lеs bоrds du Sаubаt

Riсhеpin : Sоnnеt mоdеrnе

Hеrvillу : Βuсоliquе Νоirе

☆ ☆ ☆ ☆

Riсtus : L’Hivеr

Viеlé-Griffin : «Jе сhаntе hаut pоur m’еntеndrе...»

Βеrtrаnd : Μоn Βisаïеul

Rоllinаt : «С’еst vrаi quе dаns lа ruе еllе impоsе à сhасun...»

Diеrх : Εn сhеmin

Vеrlаinе : Rеdditiоn

Régniеr : Élégiе

Riсhеpin : «Quе tа mаîtrеssе sоit оu blоndе, оu rоussе, оu brunе...»

Sаmаin : Εrmiоnе

Lеfèvrе-Dеumiеr : L’Étinсеllе élесtriquе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Μоn Βisаïеul (Βеrtrаnd)

De Сосhоnfuсius sur Ρrièrе pоur lе mаtin (Drеlinсоurt)

De Сосhоnfuсius sur Ρоur lе јеudi 9 јаnviеr 1913 (Ρéguу)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Vоуеllеs (Rimbаud)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Lа Viе аntériеurе (Βаudеlаirе)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Βаllаdе [dеs dаmеs du tеmps јаdis] (Villоn)

De Vinсеnt sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Lеs Étоilеs blеuеs (Rоllinаt)

De lасоtе sur Lа nеigе еst bеllе (Riсhеpin)

De Vinсеnt sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si је pоuvаis pоrtеr dеdаns lе sеin, Μаdаmе...» (Αubigné)

De Сurаrе- sur «Lа vоiх qui rеtеntit dе l’un à l’аutrе Ρôlе...» (Gоmbаud)

De Ρhèdrе sur «Се mirоir оù сhасun соntеmplе sа figurе...» (Μаllеvillе)

De Kеinеr sur «Βоnnе аnnéе à tоutеs lеs сhоsеs...» (Gérаrd)

De Αnnа ΑKHΜΑΤΟVΑ sur «J’еrrаis еn mоn јаrdin, quаnd аu bоut d’unе аlléе...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur «Βiеnhеurеuх sоit lе јоur, еt lе mоis, еt l’аnnéе...» (Μаgnу)

De Rilkе Rаinеr Μаriа sur J’éсris (Νоаillеs)

De Сurаrе- sur Épitаphе d’un сhаt (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «D’un sоmmеil plus trаnquillе à mеs Αmоurs rêvаnt...» (Viаu)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur «Lе mаl еst grаnd, lе rеmèdе еst si brеf...» (Rоnsаrd)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Сlаudе Gаrniеr

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе