Hugo

Les Quatre Vents de l’esprit, 1881


Sur la falaise


 
Tu souris dans l’invisible.
Ô douce âme inaccessible,
    Seul, morne, amer,
Je sens ta robe qui flotte
Tandis qu’à mes pieds sanglote
    La sombre mer.
 
La nuit à mes chants assiste.
Je chante mon refrain triste
    À l’horizon.
Ange frissonnant, tu mêles
Le battement de tes ailes
    À ma chanson.
 
Je songe à ces pauvres êtres,
Nés sous tous ces toits champêtres,
    Dont le feu luit,
Barbe grise, tête blonde,
Qu’emporta cette eau profonde
    Dans l’âpre nuit.
 
Je pleure les morts des autres.
Hélas ! leurs deuils et les nôtres
    Ne sont qu’un deuil.
Nous sommes, dans l’étendue,
La même barque perdue
    Au même écueil.
 
 
 

II


 
Tous ces patrons, tous ces mousses,
Qu’appelaient tant de voix douces
    Et tant de vœux,
Ils sont mêlés à l’espace,
Et le poisson d’argent passe
    Dans leurs cheveux.
 
Au fond des vagues sans nombre,
On voit, sous l’épaisseur sombre
    Du flot bruni,
Leur bouche ouverte et terrible
Qui boit la stupeur horrible
    De l’infini.
 
Ils errent, blêmes fantômes.
Ils ne verront plus les chaumes
    Au pignon noir,
Les bois aux fraîches ramées,
Les prés, les fleurs, les fumées
    Dans l’or du soir.
 
Dans leurs yeux l’onde insensée,
Qui fuit sans cesse, poussée
    Du vent hagard,
Remplace, sombre passante,
La terre, à jamais absente
    De leur regard.
 
Ils sont l’ombre et le cadavre ;
Ceux qui vont de havre en havre
    Dans les reflux,
Qui ne verront plus l’aurore,
Et que l’aube au chant sonore
    Ne verra plus.
 
 
 

III


 
Et cependant sur les côtes
On songe encore à ces hôtes
    De l’inconnu,
Partis, dans l’eau qui frissonne,
Pour cette ombre dont personne
    N’est revenu.
 
C’était l’enfant ! c’était l’homme !
On les appelle, on les nomme
    Dans les maisons,
Le soir, quand brille le phare,
Et quand la flamme s’effare
    Sur les tisons.
 
L’un dit : — En août, j’espère,
Ils reviendront tous, Jean, Pierre,
    Jacques, Louis ;
Quand la vigne sera mûre ; ... —
Et le vent des nuits murmure :
    Évanouis !
 
L’autre dit : — Dans les tempêtes
Regardez bien, et leurs têtes
    Apparaîtront.
On les voit quand le soir tombe.
Toute vague est une tombe
    D’où sort un front. —
 
 
 

IV


 
C’est dans cette onde effrénée
Que leur âme au ciel est née,
    Divin oiseau.
Toute vague est une tombe ;
Toute vague, ô ma colombe,
    Est un berceau.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βаïf : «Αfin quе pоur јаmаis...»

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Rimbаud : Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir

Νеrvаl : Εl Dеsdiсhаdо

Rimbаud : Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir

Αјаlbеrt : Ρеtitеs оuvrièrеs

Τоulеt : «Sur l’осéаn соulеur dе fеr...»

Βаtаillе : Lеs Sоuvеnirs

Rоnsаrd : «Lе Сiеl nе vеut, Dаmе, quе је јоuissе...»

Μаgnу : «Αnnе, је vоus suppliе, à bаisеr аpprеnеz...»

☆ ☆ ☆ ☆

Fоurеst : Rеnоnсеmеnt

Lаfоrguе : Сélibаt, сélibаt, tоut n’еst quе сélibаt

Lе Μоinе : L’Îlе du Ρlаisir

Lеfèvrе-Dеumiеr : Lеs Сhеmins dе Fеr

Сеndrаrs : Соmplеt blаnс

Lоrrаin : Соquinеs

Gаutiеr : Lе Jаrdin dеs Ρlаntеs : «J’étаis pаrti, vоуаnt lе сiеl...»

Βérоаldе : Αdiеu : «Jе vеuх sеul, éсаrté, оrеs dаns un bосаgе...»

Sаmаin : Αutоmnе

Сrоs : Libеrté

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Ρоnt (Hugо)

De Сосhоnfuсius sur «Βеаuх уеuх, qui rесélеz tаnt dе trаits еt dе fеuх...» (Durаnd)

De Сосhоnfuсius sur Αu sеignеur Сhristоphlе Ρlаntin (Lе Fèvrе dе Lа Βоdеriе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De tRΟLL sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De L’âmе аuх ninаs sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Сurаrе- sur «Dоulсin, quаnd quеlquеfоis је vоis сеs pаuvrеs fillеs...» (Du Βеllау)

De Fоllоwеur sur «Jе vоis millе bеаutés, еt si n’еn vоis pаs unе...» (Rоnsаrd)

De Εsprit dе сеllе sur «Jе rеgrеttе еn plеurаnt lеs јоurs mаl еmplоуés...» (Dеspоrtеs)

De Ρоr’d’âmе sur Ρlus tаrd (Μusеlli)

De Сurаrе- sur «Βаrquе, qui vаs flоttаnt sur lеs éсuеils du mоndе...» (Duplеssis-Μоrnау)

De Сhr... sur Αu Соllègе (Évаnturеl)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

De Μоrin dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Fоrаin dе Βlаnсhеmоr sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Jеhаn Çètоù sur Lе Τаlismаn (Νеlligаn)

De Αrаmis sur L’Hоspitаlité (Fаbrе d'Églаntinе)

De Αrаmis sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе