Hugo

Les Quatre Vents de l’esprit, 1881


Sur la falaise


 
Tu souris dans l’invisible.
Ô douce âme inaccessible,
    Seul, morne, amer,
Je sens ta robe qui flotte
Tandis qu’à mes pieds sanglote
    La sombre mer.
 
La nuit à mes chants assiste.
Je chante mon refrain triste
    À l’horizon.
Ange frissonnant, tu mêles
Le battement de tes ailes
    À ma chanson.
 
Je songe à ces pauvres êtres,
Nés sous tous ces toits champêtres,
    Dont le feu luit,
Barbe grise, tête blonde,
Qu’emporta cette eau profonde
    Dans l’âpre nuit.
 
Je pleure les morts des autres.
Hélas ! leurs deuils et les nôtres
    Ne sont qu’un deuil.
Nous sommes, dans l’étendue,
La même barque perdue
    Au même écueil.
 
 
 

II


 
Tous ces patrons, tous ces mousses,
Qu’appelaient tant de voix douces
    Et tant de vœux,
Ils sont mêlés à l’espace,
Et le poisson d’argent passe
    Dans leurs cheveux.
 
Au fond des vagues sans nombre,
On voit, sous l’épaisseur sombre
    Du flot bruni,
Leur bouche ouverte et terrible
Qui boit la stupeur horrible
    De l’infini.
 
Ils errent, blêmes fantômes.
Ils ne verront plus les chaumes
    Au pignon noir,
Les bois aux fraîches ramées,
Les prés, les fleurs, les fumées
    Dans l’or du soir.
 
Dans leurs yeux l’onde insensée,
Qui fuit sans cesse, poussée
    Du vent hagard,
Remplace, sombre passante,
La terre, à jamais absente
    De leur regard.
 
Ils sont l’ombre et le cadavre ;
Ceux qui vont de havre en havre
    Dans les reflux,
Qui ne verront plus l’aurore,
Et que l’aube au chant sonore
    Ne verra plus.
 
 
 

III


 
Et cependant sur les côtes
On songe encore à ces hôtes
    De l’inconnu,
Partis, dans l’eau qui frissonne,
Pour cette ombre dont personne
    N’est revenu.
 
C’était l’enfant ! c’était l’homme !
On les appelle, on les nomme
    Dans les maisons,
Le soir, quand brille le phare,
Et quand la flamme s’effare
    Sur les tisons.
 
L’un dit : — En août, j’espère,
Ils reviendront tous, Jean, Pierre,
    Jacques, Louis ;
Quand la vigne sera mûre ; ... —
Et le vent des nuits murmure :
    Évanouis !
 
L’autre dit : — Dans les tempêtes
Regardez bien, et leurs têtes
    Apparaîtront.
On les voit quand le soir tombe.
Toute vague est une tombe
    D’où sort un front. —
 
 
 

IV


 
C’est dans cette onde effrénée
Que leur âme au ciel est née,
    Divin oiseau.
Toute vague est une tombe ;
Toute vague, ô ma colombe,
    Est un berceau.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Νеrvаl : Lеs Éсrivаins

Hаrаuсоurt : Αu tеmps dеs féеs

Gаutiеr : Quеstiоns

Hеrеdiа : Lа Sоurсе

Jаmmеs : Ρrièrе pоur аimеr lа dоulеur

Соppéе : «С’еst vrаi, ј’аimе Ρаris d’unе аmitié mаlsаinе...»

Μаllеvillе : «Lе silеnсе régnаit sur lа tеrrе еt sur l’оndе...»

Dubоs : À Frоntоn : «Τоi qui, саpitаinе, оrаtеur...»

Lаmаrtinе : L’Αutоmnе

Βаudеlаirе : Μаdеmоisеllе Βistоuri

Ρаrnу : «D’un lоng sоmmеil, ј’аi gоûté lа dоuсеur...»

Εdmоnd Hаrаuсоurt

☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : Lе Βut

Ρеllissоn-Fоntаniеr : «L’ехеmplе dе Gоdеаu...»

Αpоllinаirе : Lе Suiсidé

Νоuvеаu : Hуmnе

Αpоllinаirе : «Lе сhеmin qui mènе аuх étоilеs...»

Соrbièrе : Lе Ρоètе еt lа Сigаlе

Vоltаirе : «Si vоus vоulеz quе ј’аimе еnсоrе...»

Du Βеllау : «Τhiаrd, qui аs сhаngé еn plus grаvе éсriturе...»

Εlskаmp : «À présеnt с’еst lа nuit qui tоmbе...»

Rоllinаt : Lа Сhèvrе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt : «À lа Rеinе dеs Frаnçаis...» (Βеrtrаnd)

De Сосhоnfuсius sur «Sоus lе сristаl d’unе аrgеntеusе rivе...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...» (Μаllаrmé)

De Jаdis sur À l’еnvеrs (Sеgаlеn)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Jаdis sur Lа Сhèvrе (Rоllinаt)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De Dаmе dе flаmmе sur Vеrlаinе

De Сurаrе- sur Sur l’Hélènе dе Gustаvе Μоrеаu (Lаfоrguе)

De Dаmе dе flаmmе sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Сurаrе- sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Dаmе dе flаmmе sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Μédесins (Siсаud)

De Dаmе dе flаmmе sur «Hélаs ! vоiсi lе јоur quе mоn mаîtrе оn еntеrrе...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Lе Сhеmin dе sаblе (Siсаud)

De Sеzоr sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

De KUΝG Lоuisе sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе