Hugo

Les Quatre Vents de l’esprit, 1881


Sur la falaise


 
Tu souris dans l’invisible.
Ô douce âme inaccessible,
    Seul, morne, amer,
Je sens ta robe qui flotte
Tandis qu’à mes pieds sanglote
    La sombre mer.
 
La nuit à mes chants assiste.
Je chante mon refrain triste
    À l’horizon.
Ange frissonnant, tu mêles
Le battement de tes ailes
    À ma chanson.
 
Je songe à ces pauvres êtres,
Nés sous tous ces toits champêtres,
    Dont le feu luit,
Barbe grise, tête blonde,
Qu’emporta cette eau profonde
    Dans l’âpre nuit.
 
Je pleure les morts des autres.
Hélas ! leurs deuils et les nôtres
    Ne sont qu’un deuil.
Nous sommes, dans l’étendue,
La même barque perdue
    Au même écueil.
 
 
 

II


 
Tous ces patrons, tous ces mousses,
Qu’appelaient tant de voix douces
    Et tant de vœux,
Ils sont mêlés à l’espace,
Et le poisson d’argent passe
    Dans leurs cheveux.
 
Au fond des vagues sans nombre,
On voit, sous l’épaisseur sombre
    Du flot bruni,
Leur bouche ouverte et terrible
Qui boit la stupeur horrible
    De l’infini.
 
Ils errent, blêmes fantômes.
Ils ne verront plus les chaumes
    Au pignon noir,
Les bois aux fraîches ramées,
Les prés, les fleurs, les fumées
    Dans l’or du soir.
 
Dans leurs yeux l’onde insensée,
Qui fuit sans cesse, poussée
    Du vent hagard,
Remplace, sombre passante,
La terre, à jamais absente
    De leur regard.
 
Ils sont l’ombre et le cadavre ;
Ceux qui vont de havre en havre
    Dans les reflux,
Qui ne verront plus l’aurore,
Et que l’aube au chant sonore
    Ne verra plus.
 
 
 

III


 
Et cependant sur les côtes
On songe encore à ces hôtes
    De l’inconnu,
Partis, dans l’eau qui frissonne,
Pour cette ombre dont personne
    N’est revenu.
 
C’était l’enfant ! c’était l’homme !
On les appelle, on les nomme
    Dans les maisons,
Le soir, quand brille le phare,
Et quand la flamme s’effare
    Sur les tisons.
 
L’un dit : — En août, j’espère,
Ils reviendront tous, Jean, Pierre,
    Jacques, Louis ;
Quand la vigne sera mûre ; ... —
Et le vent des nuits murmure :
    Évanouis !
 
L’autre dit : — Dans les tempêtes
Regardez bien, et leurs têtes
    Apparaîtront.
On les voit quand le soir tombe.
Toute vague est une tombe
    D’où sort un front. —
 
 
 

IV


 
C’est dans cette onde effrénée
Que leur âme au ciel est née,
    Divin oiseau.
Toute vague est une tombe ;
Toute vague, ô ma colombe,
    Est un berceau.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βаudеlаirе : Lа Μоrt dеs Ρаuvrеs

Vаuсаirе : Νоtrе divin mоdèlе

Μérаt : Ρауsаgе

Αpоllinаirе : «Lа nudité dеs flеurs с’еst lеur оdеur сhаrnеllе...»

Lа Villе dе Μirmоnt : Lеs Dеmоisеllеs d’аutrеfоis

Villоn : Lе Lаis

Rоnsаrd : «J’аvаis, еn rеgаrdаnt tеs bеаuх уеuх, еnduré...»

☆ ☆ ☆ ☆

Du Βеllау : «Jе n’éсris pоint d’аmоur, n’étаnt pоint аmоurеuх...»

Βérаngеr : Lеs Quаtrе Âgеs histоriquеs

Léоnаrd : Lеs Rеgrеts

Βаudеlаirе : Lа Μоrt dеs Ρаuvrеs

Сrоs : Lе Βut

Ρаtriаt : «Αсhètе qui vоudrа lе Саmеmbеrt trоp dоuх...»

Lеvеу : «Vоulаnt еnсоurаgеr sеs аurоrеs сhаrméеs...»

Vаuсаirе : Répétitiоn

Βаrbеу d’Αurеvillу : «Οh ! pоurquоi vоуаgеr ?...»

Βruаnt : J’suis dаns l’Βоttin

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Ρоur Μаdеmоisеllе du Μаinе (Lingеndеs)

De Сосhоnfuсius sur «Ρuisqu’аinsi sоnt mеs durеs dеstinéеs...» (Lа Βоétiе)

De Сосhоnfuсius sur Réсоmpеnsе (Rоdеnbасh)

De Οupаviа sur Sоnnеt d’аutоmnе (Βеаuliеu)

De Сurаrе- sur Dеvаnt lе fеu (Νеlligаn)

De Sоlаirе sur Sur lе Βаlсоn (Vеrlаinе)

De Lа Μusérаntе sur «Quеl еmbаrrаs à сеttе pоrtе !...» (Viоn Dаlibrау)

De Сrаpаudinе sur «Ô сritiquе du јоur, сhèrе mоuсhе bоvinе...» (Μussеt)

De Lа Μusérаntе sur «Vоiсi lе rеndеz-vоus dеs Εnfаnts sаns sоuсi...» (Sаint-Αmаnt)

De Vinсеnt sur Lа Νосе à Gоnеssе (Fоrt)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Τоtо28 sur Βibliоthèquеs (Αutrаn)

De Τоtо28 sur Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...» (Μussеt)

De Vinсеnt sur Lеs Βiеnfаits dе lа nuit (Rоllinаt)

De Siхtе sur «D’un оutrаgеuх соmbаt...» (Αubigné)

De lасоtе sur «Jе sаis biеn qu’оn dirа quе је suis témérаirе...» (Βirаguе)

De mdrlоl sur Lеs Léprеuх (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur Ρаrsifаl (Vеrlаinе)

De vinсеnt sur «Un pеu dеvаnt quе l’аubе аmеnât lа јоurnéе...» (Gоdаrd)

De Ρiеrrоt sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе