Hugo

Les Quatre Vents de l’esprit, 1881


Sur la falaise


 
Tu souris dans l’invisible.
Ô douce âme inaccessible,
    Seul, morne, amer,
Je sens ta robe qui flotte
Tandis qu’à mes pieds sanglote
    La sombre mer.
 
La nuit à mes chants assiste.
Je chante mon refrain triste
    À l’horizon.
Ange frissonnant, tu mêles
Le battement de tes ailes
    À ma chanson.
 
Je songe à ces pauvres êtres,
Nés sous tous ces toits champêtres,
    Dont le feu luit,
Barbe grise, tête blonde,
Qu’emporta cette eau profonde
    Dans l’âpre nuit.
 
Je pleure les morts des autres.
Hélas ! leurs deuils et les nôtres
    Ne sont qu’un deuil.
Nous sommes, dans l’étendue,
La même barque perdue
    Au même écueil.
 
 
 

II


 
Tous ces patrons, tous ces mousses,
Qu’appelaient tant de voix douces
    Et tant de vœux,
Ils sont mêlés à l’espace,
Et le poisson d’argent passe
    Dans leurs cheveux.
 
Au fond des vagues sans nombre,
On voit, sous l’épaisseur sombre
    Du flot bruni,
Leur bouche ouverte et terrible
Qui boit la stupeur horrible
    De l’infini.
 
Ils errent, blêmes fantômes.
Ils ne verront plus les chaumes
    Au pignon noir,
Les bois aux fraîches ramées,
Les prés, les fleurs, les fumées
    Dans l’or du soir.
 
Dans leurs yeux l’onde insensée,
Qui fuit sans cesse, poussée
    Du vent hagard,
Remplace, sombre passante,
La terre, à jamais absente
    De leur regard.
 
Ils sont l’ombre et le cadavre ;
Ceux qui vont de havre en havre
    Dans les reflux,
Qui ne verront plus l’aurore,
Et que l’aube au chant sonore
    Ne verra plus.
 
 
 

III


 
Et cependant sur les côtes
On songe encore à ces hôtes
    De l’inconnu,
Partis, dans l’eau qui frissonne,
Pour cette ombre dont personne
    N’est revenu.
 
C’était l’enfant ! c’était l’homme !
On les appelle, on les nomme
    Dans les maisons,
Le soir, quand brille le phare,
Et quand la flamme s’effare
    Sur les tisons.
 
L’un dit : — En août, j’espère,
Ils reviendront tous, Jean, Pierre,
    Jacques, Louis ;
Quand la vigne sera mûre ; ... —
Et le vent des nuits murmure :
    Évanouis !
 
L’autre dit : — Dans les tempêtes
Regardez bien, et leurs têtes
    Apparaîtront.
On les voit quand le soir tombe.
Toute vague est une tombe
    D’où sort un front. —
 
 
 

IV


 
C’est dans cette onde effrénée
Que leur âme au ciel est née,
    Divin oiseau.
Toute vague est une tombe ;
Toute vague, ô ma colombe,
    Est un berceau.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rimbаud

Sеlvе : Sur сеs mоts : Sоuviеnnе-tоi, Hоmmе, quе tu еs сеndrе

Vеrlаinе : Соlоmbinе

Vеrlаinе : «Τu bоis, с’еst hidеuх ! prеsquе аutаnt quе mоi...»

Βаudеlаirе : «Vоus аvеz, соmpаgnоn dоnt lе сœur еst pоètе...»

Βаïf : «À lа fоntаinе је vоudrаis...»

Hugо : «Εllе étаit déсhаusséе, еllе étаit déсоifféе...»

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе suis né dаns un pоrt еt dеpuis mоn еnfаnсе...»

Rоllinаt : À quоi pеnsе lа Νuit

Сrоs : Désеrtеusеs

☆ ☆ ☆ ☆

Βоissiеr : Lа Rоndе dеs fоеtus

Сrоs : Ρауsаgе

Vеrlаinе : Соlоmbinе

Vеrlаinе : Сésаr Βоrgiа

Ρаrnу : Lе Lеndеmаin : «Εnfin, mа сhèrе Éléоnоrе...»

Τоulеt : «Lе miсrоbе : Βоtulinus...»

Rоllinаt : L’Εnviе

Αpоllinаirе : Εхеrсiсе

Βаnvillе : Lа Соrdе rоidе

Соurtеlinе : Lе Соup dе mаrtеаu

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Si ј’аi biеn оu mаl dit еn сеs Sоnnеts, Μаdаmе...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt burlеsquе sur lа Ρhèdrе dе Rасinе (Dеshоulièrеs)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt mаdrigаl (Сrоs)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Αntigrippе sur Lа Τоrсhе (Νizеt)

De Ιо Kаnааn sur Lа Ρiеuvrе (Sаtiе)

De Сurаrе- sur Sоlliсitudеs (Frаnс-Νоhаin)

De Μоdо sur Lеs Ιngénus (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Αutrе sоnnеt sur lе mêmе vоl (Sаint-Αmаnt)

De Jаdis sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De JR Τrоll sur Éléphаnt dе Ρаris. (Τоulеt)

De Jаdis sur «Quаnd lеs оs sоnt pаrеils...» (Τоulеt)

De Xiаn sur «Si сеlui qui s’аpprêtе à fаirе un lоng vоуаgе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Si tu viеns (Dеlаruе-Μаrdrus)

De Сurаrе- sur Lе Βаtеаu ivrе (Rimbаud)

De Xiаn sur Sоnnеt : «Dеuх sоnnеts pаrtаgеnt lа villе...» (Соrnеillе)

De Xiаn sur Vеrs imprоvisés sur un аlbum (Lаmаrtinе)

De Саnаrd sur Sur Jоnаs (Drеlinсоurt)

De Sаuvеtеur sur À Μаdаmе G., Sоnnеt (Μussеt)

De Μоnrоsе sur «Lа nudité dеs flеurs с’еst lеur оdеur сhаrnеllе...» (Αpоllinаirе)

De FΕDΕRΜΑΝΝ sur Lа Guеrrе (Sаint-Ρоl-Rоuх)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе