Hugo

[Posthumes]


Un tableau d’Albert Dürer


 
Le frêle esquif sur la mer sombre
                      Sombre ;
La foudre perce d’un éclair
                      L’air.
 
C’est minuit. L’eau gémit, le tremble
                      Tremble,
Et tout bruit dans le manoir
                      Noir ;
 
Sur la tour inhospitalière
                      Lierre,
Dans les fossés du haut donjon,
                      Jonc ;
 
Dans les cours, dans les colossales
                      Salles,
Et dans les cloîtres du couvent,
                      Vent.
 
La cloche, de son aile atteinte,
                      Tinte,
Et son bruit tremble en s’envolant
                      Lent.
 
Le son qui dans l’air se disperse
                      Perce
La tombe où le mort inconnu,
                      Nu,
 
Épelant quelque obscur problème
                      Blême,
Tandis qu’au loin le vent mugit,
                      Gît.
 
Tous se répandent dans les ombres,
                      Sombres,
Rois, reines, clercs, soudards, nonnains,
                      Nains.
 
La voix qu’ils élèvent ensemble,
                      Semble
Le dernier soupir qu’un mourant
                      Rend.
 
Les ombres vont au clair de lune,
                      L’une
En mitre et l’autre en chaperon
                      Rond.
 
Celle-ci qui roule un rosaire
                      Serre
Dans ses bras un enfant tremblant,
                      Blanc.
 
Celle-là, voilée et touchante,
                      Chante
Au bord d’un gouffre où le serpent
                      Pend.
 
D’autres, qui dans l’air se promènent,
                      Mènent
Par monts et vaux, des palefrois
                      Froids.
 
L’enfant mort à la pâle joue,
                      Joue ;
Le gnome grimace, et l’esprit
                      Rit.
 
On dirait que le beffroi pleure ;
                      L’heure
Semble dire en traînant son glas
                      Las :
 
— Enfant ! retourne dans ta tombe !
                      Tombe
Sous le pavé des corridors,
                      Dors !
 
L’enfer souillerait ta faiblesse.
                      Laisse
Ses banquets à tes envieux,
                      Vieux.
 
C’est aller au sabbat trop jeune !
                      Jeûne.
Garde-toi de leurs jeux hideux,
                      D’eux !
 
Vois-tu dans la sainte phalange
                      L’ange
Qui vient t’ouvrir le paradis,
                      Dis ? —
 
Ains la mort nous chasse et nous foule,
                      Foule
De héros petits et d’étroits
                      Rois.
 
Attilas, Césars, Cléopâtres,
                      Pâtres,
Vieillards narquois et jouvenceaux
                      Sots,
 
Bons évêques à charge d’âmes,
                      Dames,
Saints docteurs, lansquenets fougueux,
                      Gueux,
 
Nous serons un jour, barons, prêtres,
                      Reîtres,
Avec nos vœux et nos remords
                      Morts.
 
Pour moi, quand l’ange qui réclame
                      L’âme
Se viendra sur ma couche, un soir,
                      Soir ;
 
Alors, quand sous la pierre froide,
                      Roide,
Je ferai le somme de plomb,
                      Long ;
 
Ô toi, qui dans mes fautes mêmes
                      M’aimes,
Viens vite, si tu te souviens,
                      Viens
 
T’étendre à ma droite, endormie,
                      Mie ;
Car on a froid dans le linceul,
                      Seul.
 

26 décembre 1827

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αutrаn : Εugéniе dе Guérin

Sаint-Ρоl-Rоuх : Lа Саrаfе d’еаu purе

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Jаmmеs : Guаdаlupе dе Αlсаrаz

Νеrvаl : Vеrs dоrés

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Βirаguе : «Un pоil blоnd еnlасé dе pеrlеs à l’еntоur...»

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Fоrt : Lе Dit du pаuvrе viеuх

Rоdеnbасh : «Τristеssе ! је suis sеul ; с’еst dimаnсhе ; il plеuvinе !...»

Rоdеnbасh : «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....»

Νоuvеаu : Fin d’аutоmnе

☆ ☆ ☆ ☆

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе suis né dаns un pоrt еt dеpuis mоn еnfаnсе...»

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Fоurеst : Jаrdins d’аutоmnе

Jаmmеs : Αvес tоn pаrаpluiе

Саrсо : Ιntériеur : «Dеs vоуоus étеints pаr lа nосе...»

Rоnsаrd : «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...»

Βаïf : «Rоssignоl аmоurеuх, qui dаns сеttе rаméе...»

Μilоsz : «Ô nuit, ô mêmе nuit mаlgré tаnt dе јоurs mоrts...»

Νоuvеаu : «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Un Μоnt, tоut hérissé dе Rосhеrs еt dе Ρins...» (Sсаrrоn)

De Сосhоnfuсius sur Αspеrgеs mе (Vеrlаinе)

De Сосhоnfuсius sur L’Αvеuglе (Ρéguу)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si ј’étаis dаns un bоis pоursuivi d’un liоn...» (Viаu)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Соmtе, qui nе fis оnс соmptе dе lа grаndеur...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....» (Rоdеnbасh)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

De Xi’аn sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Xi’Αn sur Εn Αrlеs. (Τоulеt)

De Rоgеr СΟURΤΟΙS sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Vinсеnt sur «Jе vоudrаis, si mа viе étаit еnсоrе à fаirе...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Lа Fоliе (Rоllinаt)

De Jаnus- sur «Сеrtаin аbbé sе mаnuélisаit...» (Rоussеаu)

De Jаdis sur «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...» (Sigоgnе)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе