Hugo

[Posthumes]


Un tableau d’Albert Dürer


 
Le frêle esquif sur la mer sombre
                      Sombre ;
La foudre perce d’un éclair
                      L’air.
 
C’est minuit. L’eau gémit, le tremble
                      Tremble,
Et tout bruit dans le manoir
                      Noir ;
 
Sur la tour inhospitalière
                      Lierre,
Dans les fossés du haut donjon,
                      Jonc ;
 
Dans les cours, dans les colossales
                      Salles,
Et dans les cloîtres du couvent,
                      Vent.
 
La cloche, de son aile atteinte,
                      Tinte,
Et son bruit tremble en s’envolant
                      Lent.
 
Le son qui dans l’air se disperse
                      Perce
La tombe où le mort inconnu,
                      Nu,
 
Épelant quelque obscur problème
                      Blême,
Tandis qu’au loin le vent mugit,
                      Gît.
 
Tous se répandent dans les ombres,
                      Sombres,
Rois, reines, clercs, soudards, nonnains,
                      Nains.
 
La voix qu’ils élèvent ensemble,
                      Semble
Le dernier soupir qu’un mourant
                      Rend.
 
Les ombres vont au clair de lune,
                      L’une
En mitre et l’autre en chaperon
                      Rond.
 
Celle-ci qui roule un rosaire
                      Serre
Dans ses bras un enfant tremblant,
                      Blanc.
 
Celle-là, voilée et touchante,
                      Chante
Au bord d’un gouffre où le serpent
                      Pend.
 
D’autres, qui dans l’air se promènent,
                      Mènent
Par monts et vaux, des palefrois
                      Froids.
 
L’enfant mort à la pâle joue,
                      Joue ;
Le gnome grimace, et l’esprit
                      Rit.
 
On dirait que le beffroi pleure ;
                      L’heure
Semble dire en traînant son glas
                      Las :
 
— Enfant ! retourne dans ta tombe !
                      Tombe
Sous le pavé des corridors,
                      Dors !
 
L’enfer souillerait ta faiblesse.
                      Laisse
Ses banquets à tes envieux,
                      Vieux.
 
C’est aller au sabbat trop jeune !
                      Jeûne.
Garde-toi de leurs jeux hideux,
                      D’eux !
 
Vois-tu dans la sainte phalange
                      L’ange
Qui vient t’ouvrir le paradis,
                      Dis ? —
 
Ains la mort nous chasse et nous foule,
                      Foule
De héros petits et d’étroits
                      Rois.
 
Attilas, Césars, Cléopâtres,
                      Pâtres,
Vieillards narquois et jouvenceaux
                      Sots,
 
Bons évêques à charge d’âmes,
                      Dames,
Saints docteurs, lansquenets fougueux,
                      Gueux,
 
Nous serons un jour, barons, prêtres,
                      Reîtres,
Avec nos vœux et nos remords
                      Morts.
 
Pour moi, quand l’ange qui réclame
                      L’âme
Se viendra sur ma couche, un soir,
                      Soir ;
 
Alors, quand sous la pierre froide,
                      Roide,
Je ferai le somme de plomb,
                      Long ;
 
Ô toi, qui dans mes fautes mêmes
                      M’aimes,
Viens vite, si tu te souviens,
                      Viens
 
T’étendre à ma droite, endormie,
                      Mie ;
Car on a froid dans le linceul,
                      Seul.
 

26 décembre 1827

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Sаtiе : Lе Gоlf

Βеrtrаnd : Μоn Βisаïеul

Siеfеrt : Vivеrе mеmеntо

Diеrх : Lеs Νuаgеs

Diеrх : Lа Ρrisоn

Gérаrd : Lа Rоndе dеs mоis

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lе rirе сlаir, l’âmе sаns rеprосhе...»

Régniеr : Lе Μаrаudеur

Hеrvillу : Sur lеs bоrds du Sаubаt

Riсhеpin : Sоnnеt mоdеrnе

Hеrvillу : Βuсоliquе Νоirе

Lеfèvrе-Dеumiеr : Lа Соlоmbе pоignаrdéе

☆ ☆ ☆ ☆

Riсtus : L’Hivеr

Viеlé-Griffin : «Jе сhаntе hаut pоur m’еntеndrе...»

Rоllinаt : «С’еst vrаi quе dаns lа ruе еllе impоsе à сhасun...»

Diеrх : Εn сhеmin

Vеrlаinе : Rеdditiоn

Régniеr : Élégiе

Riсhеpin : «Quе tа mаîtrеssе sоit оu blоndе, оu rоussе, оu brunе...»

Sаmаin : Εrmiоnе

Lеfèvrе-Dеumiеr : L’Étinсеllе élесtriquе

Μilоsz : À l’Αmоur

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Dоn Juаn (Сrоs)

De Сосhоnfuсius sur «Jе сhеrсhе pаiх, еt nе trоuvе quе guеrrе...» (Μаgnу)

De Сосhоnfuсius sur Épigrаmmе : «Grâсе à се Соmtе libérаl...» (Viаu)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Μоn Βisаïеul (Βеrtrаnd)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Vоуеllеs (Rimbаud)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Lа Viе аntériеurе (Βаudеlаirе)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Βаllаdе [dеs dаmеs du tеmps јаdis] (Villоn)

De Vinсеnt sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Lеs Étоilеs blеuеs (Rоllinаt)

De lасоtе sur Lа nеigе еst bеllе (Riсhеpin)

De Vinсеnt sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si је pоuvаis pоrtеr dеdаns lе sеin, Μаdаmе...» (Αubigné)

De Сurаrе- sur «Lа vоiх qui rеtеntit dе l’un à l’аutrе Ρôlе...» (Gоmbаud)

De Ρhèdrе sur «Се mirоir оù сhасun соntеmplе sа figurе...» (Μаllеvillе)

De Kеinеr sur «Βоnnе аnnéе à tоutеs lеs сhоsеs...» (Gérаrd)

De Αnnа ΑKHΜΑΤΟVΑ sur «J’еrrаis еn mоn јаrdin, quаnd аu bоut d’unе аlléе...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur «Βiеnhеurеuх sоit lе јоur, еt lе mоis, еt l’аnnéе...» (Μаgnу)

De Rilkе Rаinеr Μаriа sur J’éсris (Νоаillеs)

De Сurаrе- sur Épitаphе d’un сhаt (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «D’un sоmmеil plus trаnquillе à mеs Αmоurs rêvаnt...» (Viаu)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur «Lе mаl еst grаnd, lе rеmèdе еst si brеf...» (Rоnsаrd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе