Hugo

[Posthumes]


Un tableau d’Albert Dürer


 
Le frêle esquif sur la mer sombre
                      Sombre ;
La foudre perce d’un éclair
                      L’air.
 
C’est minuit. L’eau gémit, le tremble
                      Tremble,
Et tout bruit dans le manoir
                      Noir ;
 
Sur la tour inhospitalière
                      Lierre,
Dans les fossés du haut donjon,
                      Jonc ;
 
Dans les cours, dans les colossales
                      Salles,
Et dans les cloîtres du couvent,
                      Vent.
 
La cloche, de son aile atteinte,
                      Tinte,
Et son bruit tremble en s’envolant
                      Lent.
 
Le son qui dans l’air se disperse
                      Perce
La tombe où le mort inconnu,
                      Nu,
 
Épelant quelque obscur problème
                      Blême,
Tandis qu’au loin le vent mugit,
                      Gît.
 
Tous se répandent dans les ombres,
                      Sombres,
Rois, reines, clercs, soudards, nonnains,
                      Nains.
 
La voix qu’ils élèvent ensemble,
                      Semble
Le dernier soupir qu’un mourant
                      Rend.
 
Les ombres vont au clair de lune,
                      L’une
En mitre et l’autre en chaperon
                      Rond.
 
Celle-ci qui roule un rosaire
                      Serre
Dans ses bras un enfant tremblant,
                      Blanc.
 
Celle-là, voilée et touchante,
                      Chante
Au bord d’un gouffre où le serpent
                      Pend.
 
D’autres, qui dans l’air se promènent,
                      Mènent
Par monts et vaux, des palefrois
                      Froids.
 
L’enfant mort à la pâle joue,
                      Joue ;
Le gnome grimace, et l’esprit
                      Rit.
 
On dirait que le beffroi pleure ;
                      L’heure
Semble dire en traînant son glas
                      Las :
 
— Enfant ! retourne dans ta tombe !
                      Tombe
Sous le pavé des corridors,
                      Dors !
 
L’enfer souillerait ta faiblesse.
                      Laisse
Ses banquets à tes envieux,
                      Vieux.
 
C’est aller au sabbat trop jeune !
                      Jeûne.
Garde-toi de leurs jeux hideux,
                      D’eux !
 
Vois-tu dans la sainte phalange
                      L’ange
Qui vient t’ouvrir le paradis,
                      Dis ? —
 
Ains la mort nous chasse et nous foule,
                      Foule
De héros petits et d’étroits
                      Rois.
 
Attilas, Césars, Cléopâtres,
                      Pâtres,
Vieillards narquois et jouvenceaux
                      Sots,
 
Bons évêques à charge d’âmes,
                      Dames,
Saints docteurs, lansquenets fougueux,
                      Gueux,
 
Nous serons un jour, barons, prêtres,
                      Reîtres,
Avec nos vœux et nos remords
                      Morts.
 
Pour moi, quand l’ange qui réclame
                      L’âme
Se viendra sur ma couche, un soir,
                      Soir ;
 
Alors, quand sous la pierre froide,
                      Roide,
Je ferai le somme de plomb,
                      Long ;
 
Ô toi, qui dans mes fautes mêmes
                      M’aimes,
Viens vite, si tu te souviens,
                      Viens
 
T’étendre à ma droite, endormie,
                      Mie ;
Car on a froid dans le linceul,
                      Seul.
 

26 décembre 1827

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : L’Hеurе frоidе

Rimbаud : Μа Βоhèmе

Rimbаud : Οphéliе

Vеrlаinе : Νеvеrmоrе : «Sоuvеnir, sоuvеnir, quе mе vеuх-tu ?...»

Vеrlаinе : Μоn rêvе fаmiliеr

Αpоllinаirе : Lа Lоrеlеу

Lаhоr : Саlmе dеs plаntеs

Μussеt : Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...»

Βаudеlаirе : Rесuеillеmеnt

Μilоsz : Lа Τаvеrnе du pоrt

☆ ☆ ☆ ☆

Lаfоrguе : Αquаrеllе еn сinq minutеs

Ρizаn : «Jе nе sаis соmmеnt је durе...»

Соurtеlinе : Lе Соup dе mаrtеаu

Τеlliеr : Сhаnsоn sur un thèmе сhinоis

Dеlаruе-Μаrdrus : Énеrvеmеnts

Dеlаruе-Μаrdrus : Соmpаrаisоns

Соrbièrе : Hеurеs

Βоumаl : «Νе rоuvrе pаs се livrе, il fаit mаl. Ιl rеssеmblе...»

Hаrаuсоurt : Ρlеinе еаu

Βiсhеt : Quаnd lа nuit sоrtirа

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lаssitudе (Vеrlаinе)

De Сосhоnfuсius sur Ρаsiphаé (Βаnvillе)

De Сосhоnfuсius sur «Соmmе сеs аssаssins fеignеnt d’аvоir grаnd sоin...» (Lа Сеppèdе)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Τоtо28 sur Βibliоthèquеs (Αutrаn)

De Τоtо28 sur Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...» (Μussеt)

De Lа Μusérаntе sur «Jе vis mа Νуmphе еntrе сеnt dаmоisеllеs...» (Rоnsаrd)

De Αzuré dе lа fаuсillе sur Соntrе lа јаlоusiе (Urfé)

De Lа Μusérаntе sur «Sоit quе је sоis hаï dе tоi, mа Ρаsithéе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Lеs Βiеnfаits dе lа nuit (Rоllinаt)

De Siхtе sur «D’un оutrаgеuх соmbаt...» (Αubigné)

De lасоtе sur «Jе sаis biеn qu’оn dirа quе је suis témérаirе...» (Βirаguе)

De mdrlоl sur Lеs Léprеuх (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur Ρаrsifаl (Vеrlаinе)

De Vinсеnt sur «Μаdаmе, si tu vеuх mе prêtеr tоn оrеillе...» (Βirаguе)

De Lа piаnistе sur Αlmаnасh (Сrоs)

De Jеаnnе-d’Αrс sur «Се quе ј’аimе аu printеmps, је tе vеuх dirе Μêmе...» (Μаgnу)

De vinсеnt sur «Un pеu dеvаnt quе l’аubе аmеnât lа јоurnéе...» (Gоdаrd)

De Ρiеrrоt sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Lа Μusérаntе sur Sоnnеt : «Hа ! nе mе blâmе plus, mаis blâmе mоn dеstin...» (Viviеn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе