Hugo

[Posthumes]


Un tableau d’Albert Dürer


 
Le frêle esquif sur la mer sombre
                      Sombre ;
La foudre perce d’un éclair
                      L’air.
 
C’est minuit. L’eau gémit, le tremble
                      Tremble,
Et tout bruit dans le manoir
                      Noir ;
 
Sur la tour inhospitalière
                      Lierre,
Dans les fossés du haut donjon,
                      Jonc ;
 
Dans les cours, dans les colossales
                      Salles,
Et dans les cloîtres du couvent,
                      Vent.
 
La cloche, de son aile atteinte,
                      Tinte,
Et son bruit tremble en s’envolant
                      Lent.
 
Le son qui dans l’air se disperse
                      Perce
La tombe où le mort inconnu,
                      Nu,
 
Épelant quelque obscur problème
                      Blême,
Tandis qu’au loin le vent mugit,
                      Gît.
 
Tous se répandent dans les ombres,
                      Sombres,
Rois, reines, clercs, soudards, nonnains,
                      Nains.
 
La voix qu’ils élèvent ensemble,
                      Semble
Le dernier soupir qu’un mourant
                      Rend.
 
Les ombres vont au clair de lune,
                      L’une
En mitre et l’autre en chaperon
                      Rond.
 
Celle-ci qui roule un rosaire
                      Serre
Dans ses bras un enfant tremblant,
                      Blanc.
 
Celle-là, voilée et touchante,
                      Chante
Au bord d’un gouffre où le serpent
                      Pend.
 
D’autres, qui dans l’air se promènent,
                      Mènent
Par monts et vaux, des palefrois
                      Froids.
 
L’enfant mort à la pâle joue,
                      Joue ;
Le gnome grimace, et l’esprit
                      Rit.
 
On dirait que le beffroi pleure ;
                      L’heure
Semble dire en traînant son glas
                      Las :
 
— Enfant ! retourne dans ta tombe !
                      Tombe
Sous le pavé des corridors,
                      Dors !
 
L’enfer souillerait ta faiblesse.
                      Laisse
Ses banquets à tes envieux,
                      Vieux.
 
C’est aller au sabbat trop jeune !
                      Jeûne.
Garde-toi de leurs jeux hideux,
                      D’eux !
 
Vois-tu dans la sainte phalange
                      L’ange
Qui vient t’ouvrir le paradis,
                      Dis ? —
 
Ains la mort nous chasse et nous foule,
                      Foule
De héros petits et d’étroits
                      Rois.
 
Attilas, Césars, Cléopâtres,
                      Pâtres,
Vieillards narquois et jouvenceaux
                      Sots,
 
Bons évêques à charge d’âmes,
                      Dames,
Saints docteurs, lansquenets fougueux,
                      Gueux,
 
Nous serons un jour, barons, prêtres,
                      Reîtres,
Avec nos vœux et nos remords
                      Morts.
 
Pour moi, quand l’ange qui réclame
                      L’âme
Se viendra sur ma couche, un soir,
                      Soir ;
 
Alors, quand sous la pierre froide,
                      Roide,
Je ferai le somme de plomb,
                      Long ;
 
Ô toi, qui dans mes fautes mêmes
                      M’aimes,
Viens vite, si tu te souviens,
                      Viens
 
T’étendre à ma droite, endormie,
                      Mie ;
Car on a froid dans le linceul,
                      Seul.
 

26 décembre 1827

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Dеsfоrgеs-Μаillаrd : Lе Τаbас

Μеndès : Lе Rоssignоl

Αntоinе dе Νеrvèzе

Νеrvаl

Viеlé-Griffin : «Dоrmir еt rirе d’аisе...»

Hugо : Lе Μеndiаnt

Lаhоr : Οurаgаn nосturnе

Lаhоr : Dаnsе mасаbrе

Vаlérу : Luхuriеusе аu Βаin

Βеrgеrаt : Lе Сhаnt du сrаpаud

Βеrnаrd : «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...»

Fоrt : Соnvоi dе Ρаul Vеrlаinе аprès un tоurbillоn dе nеigе

☆ ☆ ☆ ☆

Lе Ρеtit : Αu Lесtеur сuriеuх

Dеsbоrdеs-Vаlmоrе : Αllеz еn pаiх

Сrоs : Siх tеrсеts

Hugо : Βêtisе dе lа guеrrе

Hugо : Lе Sасrе dе lа Fеmmе

Сrоs : Βеrсеusе : «Ιl у а unе hеurе bêtе...»

Hugо : Сrépusсulе

Lаhоr : Lе Μуstèrе

Lаhоr : Réminisсеnсеs

Vаlérу : L’Εnсhеmiséе

Cоmmеntaires récеnts

De Μаriа sur «Αprès unе јоurnéе dе vеnt...» (Rilkе)

De Сосhоnfuсius sur Lа Сhimèrе (Lоrrаin)

De Сосhоnfuсius sur À Μ. Α. Τ. : «Αinsi, mоn сhеr аmi, vоus аllеz dоnс pаrtir !...» (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur Αu Lесtеur сuriеuх (Lе Ρеtit)

De Vinсеnt sur «Αu prеmiеr trаit, quе mоn œil rеnсоntrа...» (Τуаrd)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De vinсеnt sur «Ν’еs-tu lаssе, аussi, dе rêvеr d’hiеr ?...» (Viеlé-Griffin)

De Lа Μusérаntе sur L’Éсhеllе (Αutrаn)

De Vinсеnt sur Lа Grеnоuillе blеuе (Fоrt)

De L’аmоr sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ρiеrrоt sur Sоnnеt à lа nuit (Rоllinаt)

De Ρеrvеrs nаrсissе sur «Ρuisquе lеs сhаmps јоuissеnt dе mа bеllе...» (Τоurs)

De Vinсеnt sur «Εst-il riеn dе plus vаin qu’un sоngе mеnsоngеr...» (Сhаssignеt)

De ΒiΒ lа bаlеinе sur «Quаnd је tе vis еntrе un milliеr dе Dаmеs...» (Βаïf)

De Сhristiаn sur Lеs Ρоrсs (Vеrhаеrеn)

De Сrаpаudinе sur Splееn : «Μеs intimеs dоulеurs...» (Ο'Νеddу)

De Αmаndinе ΟZΑUR sur Sоnnеt fоutаtif (Lе Ρеtit)

De Αmаndinе ΟZΑUR sur À Сhаrlеs dе Sivrу (Vеrlаinе)

De Αmаndinе ΟZΑUR sur «Αimе, si tu lе vеuх, је nе l’еmpêсhе pаs...» (Viоn Dаlibrау)

De riс(h)аrd sur Lеs Соnquérаnts (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе