Francis Jammes

Clairières dans le Ciel


Je fus à Hambourg...


 
« Je fus à Hambourg quatre mois, puis à la Haye.
Je pris le paquebot pour Londre où j’arrivai
le 10 janvier 1705, après dix ans
et neuf mois d’absence — et, dès lors, me préparant
à un plus long voyage — à soixante-douze ans
d’une vie remplie de toutes sortes d’incidents.
J’avais été assez éprouvé pour connaître
le bonheur de finir ses jours dans la retraite. »
 
C’est ainsi que s’exprime, à la dernière page,
Robinson Crusoë. Un parfum de muscade
s’exhale de sa robe aux somptueux ramages.
L’orage au loin qui roule en bruit de caronade
fait trembler la Cité d’Albion. Et, dans l’image
que j’ai là sous les yeux, on voit le voyageur
méditer sur sa Bible et bénir le Seigneur.
Au milieu de la table est une longue vue
dont il guettait jadis l’empreinte des pieds nus.
Au mur sont accrochés le parasol de chèvre
et le bonnet de chèvre et l’arc avec les flèches,
la hache d’abordage et le sabre marin.
Ici le médaillon de Vendredi. Enfin,
placé contre la carte où est l’îlot désert,
dans sa cage empaillé un perroquet très vert.
 
Comme toi, Robinson, j’essuyai des tempêtes
et, comme toi, j’ai vu au-dessus de ma tête
la mer verser au ciel des flots couleur de plomb.
Et l’amour furieux qui balayait le pont
me jetait à genoux et sifflait. Crusoë !
Crusoë ! L’océan et l’amour sont pareils :
À l’un et l’autre il faut de desséchants soleils
qui creusent notre cœur ainsi qu’une coquille ;
il faut que les agrès grincent comme des filles,
et que la passion soit cette noire mer
qui monte et nous emplit avec son bruit amer.
 
Ah ! Vieil Anglais ! Tu fus cependant bien plus sage
que je ne fus, car où que tu fasses naufrage,
au Cap Bonne-Espérance ou à Juan Fernandez,
on te voit aussitôt suivi ou précédé
de ta malle toujours confortable et prudente.
J’aime ta poésie pratique et commerçante,
et j’apprécie beaucoup la veuve qui prit soin
de tous tes capitaux tant que tu fus au loin.
 
... C’est ce qui te permit de finir doucement
tes jours dans ce grisâtre et doux appartement
que je viens d’évoquer au début du poème.
Ah ! Tu n’oublias rien dans ton île, pas même
ton parasol et ton bonnet de peau de chèvre.
 
Ce que j’ai rapporté ? — me demanderas-tu, —
de cet îlot désert dont je suis revenu ?
Rien, ni une bouée ni une cage à poules.
Mais écoute comment je fus pris par la houle :
 
Ce fut au doux Avril, quand la mer du Printemps
s’ouvre à tous ces oiseaux, indiens de Ceylan,
qui plongent dans l’azur de nacre où sont les perles :
rouge-gorge, bulbul, fauvette, linot, merle.
On entendait briser les âmes des lilas
sur les coraux des pêchers roses des villas.
 
Je ne pensais point certe à ces autres coraux
où la Pérouse d’or, c’est à Vanikoro,
trouva la mort malgré son geste autoritaire.
 
L’amour semblait dormir et le ciel et la terre.
Douce comme une nuit des Nuits, la nuit tomba.
Mais bientôt le parfum des vergers s’exalta.
 
Alors, ô Robinson ! oubliant comme toi
les dangers que j’avais courus, n’écoutant pas
les conseils des aïeux qui rêvent dans leurs cadres,
ivre de mettre à flot une nouvelle escadre,
je dirigeai mon cœur affolé par l’amour
vers une île pensive et grave comme un jour.
 
L’île était enchantée et n’était qu’une femme.
 
La voix de ses oiseaux eut raison de mon âme.
D’autres m’avaient séduit par l’horreur des volcans.
J’aimai, ô Crusoë ! ces monts qu’un Yucatan
prolonge sous la mer pour former des Antilles.
Ma race a habité parmi ces jeunes filles
qui tiennent d’une main leur sein d’ombre et de feu
et qui de l’autre envoient de longs baisers d’adieu.
Ici, ce ne fut point le feu, ce fut la neige,
mais la neige impassible aux foudres qui l’assiègent,
neige dont les yeux clairs ont la calme passion
du feu qu’allume un pâtre au milieu des glaçons.
Et c’est l’île la plus terrible : ô Crusoë !
car c’est par sa froideur que l’on est enflammé.
 
Comment j’ai échappé aux dangers de cette île :
il faudrait pour cela que je fusse Virgile ;
car jamais tout entier l’océan n’égala
cette vague aux doux mouvements qui m’enlaça.
 
Maintenant, comme toi, ô Crusoë ! je pense
qu’il est bon de rêver de cela dans sa chambre.
Ma cafetière bout comme un roman anglais.
J’ai des lettres d’amour que j’entends murmurer
ainsi que murmurait l’Océan Pacifique
où tu avais conduit ton âme magnifique.
Repartirai-je un jour ? Je ne l’affirme pas.
J’eusse voulu pourtant encor nouer mes bras
à la blanche bouée que nous nommons la femme,
et revenir rieur parmi les hautes lames.
Tous les oiseaux de Mars me conseillent d’aimer.
Ce matin, au réveil, leurs chants neufs s’essayaient.
Un moineau insistait beaucoup. Que vais-je faire ?
Petits oiseaux, ô rouges-gorges de mon cœur,
je ne pourrais vous suivre ou, du moins, j’en ai peur.
Les buissons sont trop verts. Je vous attristerais...
Il faut laisser tomber l’ombre sur la forêt.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrhаеrеn : Lеs Ρоrсs

Vеrhаеrеn : Lеs Ρоrсs : «Αvес lеurs grоins...»

Dеrèmе : «Μоn Diеu, mаdаmе, il fаut nоus соnsоlеr...»

Fаbié : Sаvоir viеillir

Sоulаrу : L’Αnсоliе

Sаmаin : Sоir : «С’еst un sоir tеndrе соmmе un visаgе dе fеmmе...»

Rоdеnbасh : Sеs уеuх

Βаudеlаirе : Βrumеs еt Ρluiеs

Vаn Lеrbеrghе : «С’еst lе prеmiеr mаtin du mоndе...»

Сhаrlеs Vаn Lеrbеrghе

Νоаillеs : J’éсris

☆ ☆ ☆ ☆

Βаudеlаirе : Βrumеs еt Ρluiеs

Αubigné : Ρrièrе du sоir

Μоréаs : «Été, tоus lеs plаisirs...»

Viviеn : Lа Ρlеurеusе

Sоulаrу : Sоnnеt dе Déсеmbrе

Sсudérу : L’Hivеr

Dеrèmе : «J’аvаis tоuјоurs rêvé d’étеrnеllеs аmоurs...»

Rоdеnbасh : Lе Sоir dаns lеs vitrеs

Rоdеnbасh : «Lа lunе dаns lе сiеl nосturnе s’étаlаit...»

Fоurеst : Histоirе (lаmеntаblе еt véridiquе) d’un pоètе subјесtif еt inédit

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Ρréсосité (Lоrrаin)

De Сосhоnfuсius sur L’Αthlètе (Μénаrd)

De Сосhоnfuсius sur Lеs Βаnliеuеs (Μusеlli)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Αpоllinаirе

De Lа fоuinе sur «J’аimе lа sоlitudе еt mе rеnds sоlitаirе...» (Νеrvèzе)

De ΙsisΜusе sur Соuplеs prédеstinés (Νоuvеаu)

De Lа fоuinе sur Ρâlе sоlеil d’hivеr (Lаfоrguе)

De piсh24 sur Μуrthо (Νеrvаl)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur «Unе flеur pаssаgèrе, unе vаinе pеinturе...» (Gоmbаud)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Αutоmnе (Αpоllinаirе)

De piсh24 sur Sеnsаtiоn (Rimbаud)

De piсh24 sur Lе Gоût dеs lаrmеs (Rоllinаt)

De Gоrdеаuх sur Ρsеudо-sоnnеt quе lеs аmаtеurs dе plаisаntеriе fасilе (Fоurеst)

De Сhristiаn sur «Quiсоnquе, mоn Βаillеul, fаit lоnguеmеnt séјоur...» (Du Βеllау)

De ΟUSSΕΝΙ sur «Étrаngеr, је sеns bоn...» (Τоulеt)

De Сurаrе- sur Lе Сhênе еt lе Rоsеаu (Lа Fоntаinе)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs sur «Sаns sоupirеr vivrе iсi је n’аi pu...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur «L’аutоmnе suit l’été еt lа bеllе vеrdurе...» (Grévin)

De Сurаrе- sur Rеmоntrаnсе à un Ρоètе buvеur d’еаu (Соllеtеt)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs- sur «Lе pеintrе qui vоudrаit аnimеr un tаblеаu...» (Αubigné)

De Rоllinаt sur Lе Ρêсhеur d’éсrеvissеs (Rоllinаt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе