Francis Jammes


La ferme était luisante


 
La ferme était luisante et noire et des tamis
              pendaient aux murs.
Le Dimanche était triste et beau, et les maïs
              n’étaient pas mûrs.
 
De bonne heure il avait quitté ses père et mère,
              pour les missions ;
et il nous racontait qu’il buvait l’eau amère,
              en corruption.
 
Il était en congé, et parlait de pagodes
              et de païens,
et de fleuves pourris, de vase douce et jaune,
              et de chrétiens.
 
Il parlait de supplices où l’on casse les ongles
              en vous brûlant,
de coups de queue de raie, du grand Esprit, de l’ombre
              empoisonnant.
 
Il était donc parti de la ferme luisante,
              près de l’église blanche,
et il était allé aux pays des sanglants
              vomissements.
 
Il était de retour et, auprès de l’armoire,
              les vieux parents
étaient émus, voyant la longue barbe noire
              du prêtre errant.
 
Il disait : je fumais, nu-pieds, la nuit, ma pipe...
              Les Annamites
cernèrent la case. Ils étaient armés de piques...
              J’avais une trique...
 
Et il disait cela, et la ferme était triste
              où il était né...
Dans la nuit du soleil on croyait voir pleurer
              la mère triste.
 

De l'Angélus de l'aube à l'Angélus du soir, 1898

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «Jе sеns unе dоuсеur à соntеr impоssiblе...»

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Lа Villе dе Μirmоnt : «Ρаr un sоir dе brоuillаrd, еn un fаubоurg du nоrd...»

Vеrhаеrеn : Lе Fléаu

Βоissiеr : «Jе suis lе fоu du rоi, lе fоu соstumé d’оr...»

Hеrеdiа : Lе Huсhiеr dе Νаzаrеth

Μаrbеuf : Αutаnt quе Vаliаnе аvаit dе bеаutés

Hаbеrt : «J’ассоmpаrе аu Sоlеil сеs bеаuх sоlеils d’Αmоur...»

Hаbеrt : «À l’оmbrе dеs mуrtеs vеrts...»

Μаrоt : Du соntеnt еn аmоurs

☆ ☆ ☆ ☆

Jаmmеs : Ιl у а un pеtit соrdоnniеr

Vеrlаinе : Саpriсе

Βоurgеt : Βеаu Sоir

Rimbаud

Rоnsаrd : «Dе Μуrtе еt dе Lаuriеr fеuillе à fеuillе еnsеrrés...»

Νоuvеаu : Lеs Μаlсhаnсеuх

Соppéе : Αu bоrd dе lа Μаrnе

Βаnvillе : Βаllаdе dеs Ρеndus

Viviеn : Lосustа

Βаudеlаirе : Саusеriе

Cоmmеntaires récеnts

De Αdа еn Hérаldiе sur «Dе Μуrtе еt dе Lаuriеr fеuillе à fеuillе еnsеrrés...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur Lа Саpitаlе (Gilkin)

De Αdа еn Hérаldiе sur «J’ассоmpаrе аu Sоlеil сеs bеаuх sоlеils d’Αmоur...» (Hаbеrt)

De Vinсеnt sur Dеvаnt dеuх pоrtrаits dе mа mèrе (Νеlligаn)

De Αdа еn Hérаldiе sur Εхtаsе du sоir (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur Lе Сосhоn (Rеnаrd)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur L’Εspоir еn Diеu (Μussеt)

De Αdа sur Sur un Μаrbrе brisé (Hеrеdiа)

De Αdа sur «J’аi сеttе nuit gоûté lеs plus dоuсеs dоuсеurs...» (Hаbеrt)

De Сосhоnfuсius sur Lе Huсhiеr dе Νаzаrеth (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur Lе Flаmbеаu vivаnt (Βаudеlаirе)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Ρаul Sсаrrоn

De Vinсеnt sur «Si с’еst аimеr, Μаdаmе, еt dе јоur еt dе nuit...» (Rоnsаrd)

De Сurаrе- sur Sоnnеt : «Jе sаis un ruissеаu dоnt lе flоt сhаntоnnе...» (Riсtus)

De Сurаrе- sur Lе Sеin d’Αmаrаnthе (Μаrbеuf)

De Jеhаn sur «Lоrsquе l’еnfаnt pаrаît...» (Hugо)

De V. Hugо sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Snоwmаn sur Βаllаdе dеs сélébrités du tеmps јаdis (Βаnvillе)

De Εsprit dе сеllе sur Sœur équivоquе (Sеgаlеn)

De Сhristiаn sur L’ânе étаit pеtit (Jаmmеs)

De Сhristiаn sur Rimbаud

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе