Louis-François Jauffret

Fables nouvelles, 1826


L’Âne paré de fleurs


 
Un roussin nouveau-né, dans un pré d’Arcadie,
          Prenait ses innocents ébats.
          Le premier âge de la vie
Est l’âge du bonheur, s’il en est ici-bas.
Ce Roussin, plus heureux que personne au village,
N’avait dans son esprit aucun sujet d’ennui.
Son dos était encore à l’abri de l’orage :
Le sceptre de l’ânier, respectant son jeune âge,
Ne s’était pas encore appesanti sur lui.
Aglaé l’aperçoit. Aglaé, jeune et belle,
Admirant de l’Ânon la grâce naturelle,
Vers lui tourne ses pas, cherche à s’en approcher,
          Et, pour ne pas l’effaroucher,
          D’une voix flatteuse l’appelle.
Viens, mon petit ami ; viens, mon charmant Baudet :
Aglaé te distingue, et ton minois lui plaît.
Approche à petits pas ; viens offrir à sa vue
Tes yeux pleins de candeur, et ta face ingénue,
          Et tes oreilles en cornet.
          Le Baudet, plein de confiance,
          Broutait l’herbe sans dire mot.
Il faisait bien. Garder un honnête silence
          Est un rôle adroit pour un sot.
Aglaé vient à lui. Ravie, émerveillée,
Sur le front de Grison elle imprime un baiser ;
À peine l’animal daigna s’en aviser.
Je vois de mille fleurs la prairie émaillée,
Dit Aglaé ; je veux en cueillir à foison,
Tresser une guirlande, et couronner Grison.
          Voilà, soudain, la bergerette,
          De l’Ânon faisant la toilette ;
Les fleurs y dominaient, et le regard charmé
Croyait voir dans Grison un parterre animé.
Aglaé de ses soins paraissait toute fière.
          Qu’il est joli ! qu’il est charmant !
Disait-elle tout haut, dans son enchantement ;
          Mais ce transport ne dura guère.
L’Âne vers le chemin court précipitamment,
          Et, se roulant dans la poussière,
          Détruit, hélas ! en un moment,
          Tout l’ouvrage de la bergère.
 
Favoris d’Apollon, c’est pour vous que j’écris ;
          Les Midas sont de tous les âges.
          Redoutez d’injustes mépris ;
          Et, si vous offrez des hommages,
          Que ce soit à des personnages
          Dignes d’en connaître le prix.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

Siеfеrt : Rêvеs, аnхiétés, sоupirs

Sаtiе : Lе Ρiсniс

Νеrvаl : Ρоlitiquе

Viviеn : Εllе pаssе

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Gérаrd : Lеs Саnаrds

Lесоntе dе Lislе : Ιn ехсеlsis

☆ ☆ ☆ ☆

Lаutréаmоnt : «Jе сhеrсhаis unе âmе qui mе rеssеmblât...»

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Sullу Ρrudhоmmе : Lеs Сhаînеs

Vеrlаinе : À Μоnsiеur еt Μаdаmе Τ.

Fаnсhу : Αllоns аu bоis

Rоllinаt : Lе Соnvоi funèbrе

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Αpоllinаirе : Εnfаnсе

Sаmаin : Lе Rеpаs prépаré

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Βlаsоn сélеstе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Сосhоnfuсius sur «Οr, dis-је biеn, mоn еspérаnсе еst mоrtе...» (Lа Βоétiе)

De Сосhоnfuсius sur «Сеllе quе Ρуrrhе еt lе Μаrs dе Libуе...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De сindrеl sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz