Louis-François Jauffret

Fables nouvelles, 1826


L’Homme et les Singes


 
Certain Aventurier, jeté par la tempête
Dans une île du Sud, ayant eu, de tout temps,
          De grands Singes pour habitants,
          Se mit, par hasard, dans la tête
Qu’il pourrait, par des soins assidus et constants,
Policer les Pongos et les Orangs-outangs.
Ces Singes, disait-il, si l’on en croit l’histoire,
Formaient jadis un peuple : on les vit autrefois
          Tenir tête aux Carthaginois,
          Et leur disputer la victoire.
Les Pongos, à la fin, vaincus et dispersés,
          De l’Afrique furent chassés.
Rendons-les, s’il se peut, à leur antique gloire.
Notre Homme était un peu malade du cerveau :
          Plein du projet dont il raffole,
Il prend quelques Pongos au sortir du berceau,
          Et le voilà tenant école.
Après un an ou deux, les Singes, sans broncher,
À l’aide d’un bâton, parviennent à marcher.
          Ils avaient quelque intelligence.
Le Professeur absent rentrait-il au logis,
          Ses élèves, par déférence,
          Se levaient, s’ils étaient assis,
          Et lui faisaient la révérence.
Enfin, dit celui-ci, le moment est venu
De leur apprendre un art aux Pongos inconnu.
          Quand l’enfant, encore en bas âge,
          Marche seul, et sans bourrelet,
          On sait que le commun usage
          Est de le mettre à l’Alphabet ;
Ne perdons pas de temps, et que l’on puisse dire
Qu’enfin, grâce à mes soins, les Singes ont su lire !
Voilà tous nos Pongos, un Alphabet en main ;
          Mais ce livret, comme on peut croire,
          Chef-d’œuvre de l’esprit humain,
          N’était pour eux que du grimoire.
Le Maître, à l’expliquer, use en vain ses poumons ;
Il y perd, à la fois, son temps et ses leçons.
          A-t-il recours à la menace,
Et ride-t-il son front, de dépit et d’ennui,
          Chaque Pongo fait la grimace,
          Et ride son front comme lui.
          Cédant, un jour, à sa colère,
          Il donne un soufflet à l’un d’eux ;
          Et voilà que, pour son salaire,
          Au lieu d’un, il en reçoit deux.
Ardent à réprimer cette insolence étrange,
Il court à son bâton. Les Pongos mécontents
Se saisissent des leurs, et l’école se change
          En arène de combattants.
Obligé de céder au nombre qui l’accable,
          Le Maître, rosse tout de bon,
Jette enfin loin de lui son funeste bâton,
Et donne, de bon cœur, tous les Pongos au diable.
Malheureux ! leur dit-il, je ferme désormais
          Les portes de l’académie.
De vous civiliser qu’un autre ait la manie ;
          Pour moi, j’y renonce à jamais.
Je vois trop qu’au siècle où nous sommes,
          Prétendre changer les Pongos,
C’est compromettre autant son honneur, son repos,
          Que de vouloir changer les hommes.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μас Οrlаn : «Соmmе ј’étаis mаl...»

Rаоul Ρоnсhоn

Hugо : Lа Vасhе

Μаrоt : «Un grоs priеur sоn pеtit-fils bаisаit...»

Μаrоt : Dеs nоnnеs, qui sоrtirеnt du соuvеnt pоur аllеr sе réсréеr

Μаrоt : Βаllаdе dе frèrе Lubin

Τоulеt : «Соmmе lеs diеuх gаvаnt lеur pаnsе...»

Βаrbеу d’Αurеvillу : À Vаlоgnеs

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

☆ ☆ ☆ ☆

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Sаiх : «Соmmе еn lа flеur dеsсеnd dоuсе rоséе...»

Αсkеrmаnn : Lе Сri

Vеrlаinе : Εх imо

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Rоllinаt : À l’inассеssiblе

Ρоpеlin : Lеs Сеrisеs

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur «Jе nе suis plus сеlui qui rеspirаit lа viе...» (Βérоаldе)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt : «Εllе а dеs уеuх d’асiеr ; sеs сhеvеuх nоirs еt lоurds...» (Frаnсе)

De Jаdis sur «Déјà lа nuit еn sоn pаrс аmаssаit...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Βаrquе, qui vаs flоttаnt sur lеs éсuеils du mоndе...» (Duplеssis-Μоrnау)

De Jаdis sur Αu lесtеur (Swаrth)

De Сосhоnfuсius sur «Τu t’аbusеs, Βеllеаu, si pоur êtrе sаvаnt...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Sоnnеt à Sir Βоb (Соrbièrе)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz