Louis-François Jauffret

Fables nouvelles, 1826


L’Homme et les Singes


 
Certain Aventurier, jeté par la tempête
Dans une île du Sud, ayant eu, de tout temps,
          De grands Singes pour habitants,
          Se mit, par hasard, dans la tête
Qu’il pourrait, par des soins assidus et constants,
Policer les Pongos et les Orangs-outangs.
Ces Singes, disait-il, si l’on en croit l’histoire,
Formaient jadis un peuple : on les vit autrefois
          Tenir tête aux Carthaginois,
          Et leur disputer la victoire.
Les Pongos, à la fin, vaincus et dispersés,
          De l’Afrique furent chassés.
Rendons-les, s’il se peut, à leur antique gloire.
Notre Homme était un peu malade du cerveau :
          Plein du projet dont il raffole,
Il prend quelques Pongos au sortir du berceau,
          Et le voilà tenant école.
Après un an ou deux, les Singes, sans broncher,
À l’aide d’un bâton, parviennent à marcher.
          Ils avaient quelque intelligence.
Le Professeur absent rentrait-il au logis,
          Ses élèves, par déférence,
          Se levaient, s’ils étaient assis,
          Et lui faisaient la révérence.
Enfin, dit celui-ci, le moment est venu
De leur apprendre un art aux Pongos inconnu.
          Quand l’enfant, encore en bas âge,
          Marche seul, et sans bourrelet,
          On sait que le commun usage
          Est de le mettre à l’Alphabet ;
Ne perdons pas de temps, et que l’on puisse dire
Qu’enfin, grâce à mes soins, les Singes ont su lire !
Voilà tous nos Pongos, un Alphabet en main ;
          Mais ce livret, comme on peut croire,
          Chef-d’œuvre de l’esprit humain,
          N’était pour eux que du grimoire.
Le Maître, à l’expliquer, use en vain ses poumons ;
Il y perd, à la fois, son temps et ses leçons.
          A-t-il recours à la menace,
Et ride-t-il son front, de dépit et d’ennui,
          Chaque Pongo fait la grimace,
          Et ride son front comme lui.
          Cédant, un jour, à sa colère,
          Il donne un soufflet à l’un d’eux ;
          Et voilà que, pour son salaire,
          Au lieu d’un, il en reçoit deux.
Ardent à réprimer cette insolence étrange,
Il court à son bâton. Les Pongos mécontents
Se saisissent des leurs, et l’école se change
          En arène de combattants.
Obligé de céder au nombre qui l’accable,
          Le Maître, rosse tout de bon,
Jette enfin loin de lui son funeste bâton,
Et donne, de bon cœur, tous les Pongos au diable.
Malheureux ! leur dit-il, je ferme désormais
          Les portes de l’académie.
De vous civiliser qu’un autre ait la manie ;
          Pour moi, j’y renonce à jamais.
Je vois trop qu’au siècle où nous sommes,
          Prétendre changer les Pongos,
C’est compromettre autant son honneur, son repos,
          Que de vouloir changer les hommes.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Lе Νаin

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

Саmillе Μаuсlаir

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Dеlillе : Lе Соin du fеu

Lаfоrguе : Dаns lа ruе

Sаtiе : Lе Τrаînеаu

Τаilhаdе : Ιnitiаtiоn

Du Βеllау : «Νоuvеаu vеnu, qui сhеrсhеs Rоmе еn Rоmе...»

Μilоsz : «Sur mа guitаrе dоnt lеs ассоrds...»

☆ ☆ ☆ ☆

Μussеt : Sur unе mоrtе

Du Βеllау : «Μаudit sоit millе fоis lе Βоrgnе dе Libуе...»

Hugо : Répоnsе à un асtе d’ассusаtiоn

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Gréсоurt : Lе biеn viеnt еn dоrmаnt

Vitré : «Μоn âmе еst un rоsеаu fаiblе, sес еt stérilе...»

Hugо : À dеs оisеаuх еnvоlés

Diеrх : Εn сhеmin

Rоllinаt : Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs

Сrоs : Sоir

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Соmmе јаdis l’âmе dе l’univеrs...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...» (Τоulеt)

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Сосhоnfuсius sur Sur lе pаssаgе dе lа Μеr Rоugе (Drеlinсоurt)

De Сосhоnfuсius sur Sсènе d’аtеliеr : «Sасhаnt qu’Εllе еst futilе, еt pоur surprеndrе à l’аisе...» (Сrоs)

De Jаdis sur Sоnnеt bоuts-rimés (Gаutiеr)

De Jаdis sur Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs (Rоllinаt)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz