Louis-François Jauffret


L’Homme et les Singes


 
Certain Aventurier, jeté par la tempête
Dans une île du Sud, ayant eu, de tout temps,
          De grands Singes pour habitants,
          Se mit, par hasard, dans la tête
Qu’il pourrait, par des soins assidus et constants,
Policer les Pongos et les Orangs-outangs.
Ces Singes, disait-il, si l’on en croit l’histoire,
Formaient jadis un peuple : on les vit autrefois
          Tenir tête aux Carthaginois,
          Et leur disputer la victoire.
Les Pongos, à la fin, vaincus et dispersés,
          De l’Afrique furent chassés.
Rendons-les, s’il se peut, à leur antique gloire.
Notre Homme était un peu malade du cerveau :
          Plein du projet dont il raffole,
Il prend quelques Pongos au sortir du berceau,
          Et le voilà tenant école.
Après un an ou deux, les Singes, sans broncher,
À l’aide d’un bâton, parviennent à marcher.
          Ils avaient quelque intelligence.
Le Professeur absent rentrait-il au logis,
          Ses élèves, par déférence,
          Se levaient, s’ils étaient assis,
          Et lui faisaient la révérence.
Enfin, dit celui-ci, le moment est venu
De leur apprendre un art aux Pongos inconnu.
          Quand l’enfant, encore en bas âge,
          Marche seul, et sans bourrelet,
          On sait que le commun usage
          Est de le mettre à l’Alphabet ;
Ne perdons pas de temps, et que l’on puisse dire
Qu’enfin, grâce à mes soins, les Singes ont su lire !
Voilà tous nos Pongos, un Alphabet en main ;
          Mais ce livret, comme on peut croire,
          Chef-d’œuvre de l’esprit humain,
          N’était pour eux que du grimoire.
Le Maître, à l’expliquer, use en vain ses poumons ;
Il y perd, à la fois, son temps et ses leçons.
          A-t-il recours à la menace,
Et ride-t-il son front, de dépit et d’ennui,
          Chaque Pongo fait la grimace,
          Et ride son front comme lui.
          Cédant, un jour, à sa colère,
          Il donne un soufflet à l’un d’eux ;
          Et voilà que, pour son salaire,
          Au lieu d’un, il en reçoit deux.
Ardent à réprimer cette insolence étrange,
Il court à son bâton. Les Pongos mécontents
Se saisissent des leurs, et l’école se change
          En arène de combattants.
Obligé de céder au nombre qui l’accable,
          Le Maître, rosse tout de bon,
Jette enfin loin de lui son funeste bâton,
Et donne, de bon cœur, tous les Pongos au diable.
Malheureux ! leur dit-il, je ferme désormais
          Les portes de l’académie.
De vous civiliser qu’un autre ait la manie ;
          Pour moi, j’y renonce à jamais.
Je vois trop qu’au siècle où nous sommes,
          Prétendre changer les Pongos,
C’est compromettre autant son honneur, son repos,
          Que de vouloir changer les hommes.
 

Fables nouvelles, 1826

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rimbаud : «Qu’еst-се pоur nоus, mоn сœur...»

Ρоnсhоn : Lе Gigоt

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Riсhеpin : Сhаnsоn dеs сlосhеs dе bаptêmеs

Régniеr : Lа Lunе јаunе

Rаmuz : Lе Viеuх Jеаn-Lоuis

Βаudеlаirе : Саusеriе

Βruаnt : À Μоntpеrnаssе

Rimbаud : Βаrbаrе

Rоnsаrd

☆ ☆ ☆ ☆

Gоudеаu : Lа Rоndе du rеmоrds

Viоn Dаlibrау : «Quеl еmbаrrаs à сеttе pоrtе !...»

Βrissаrt : Lа Dаmе а un аmi

Μоntеsquiоu :

Αpоllinаirе : Αnniе

Ρrоust : «Αfin dе mе соuvrir dе fоurrurе еt dе mоirе...»

Rоstаnd : Ρаstоrаlе dеs сосhоns rоsеs

Lоuvigné du Dézеrt : «Guillоt, tiеn сеstе сhеsvrе à lа соrnе dоréе...»

Vеrlаinе : Αrt pоétiquе

Εlskаmp : Μаis соmmе еn imаgе à présеnt

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur «Lоirе qui vаs dе tоn оndе vitréе...» (Τоurs)

De Jаdis sur Соuplеts dе l’оisеlièrе (Çа fаit pеur аuх оisеаuх) (Gаlоppе d'Οnquаirе)

De Сосhоnfuсius sur «Αmоur vоmit sur mоi sа furеur еt sа rаgе...» (Jоdеllе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Jаdis sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сосhоnfuсius sur Lе Viеuх Ρоnt (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur Ρrinсе dеs јоiеs défеnduеs (Sеgаlеn)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Сurаrе- sur Végétаl (Jаrrу)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Сurаrе- sur Sоlitudе (Μilоsz)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De Αrсhivistе sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

De Duguinе sur Αmstеrdаm (Jаmmеs)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur Μа dаnsе (Сеndrаrs)

De Суоrаnе- sur «Ρаr l’аmplе mеr, lоin dеs pоrts еt аrènеs» (Sаint-Gеlаis)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz