Jehan Rictus


Idylle


 
 

I


 
— Môm’, c’ que t’ es chouatt’ ! Môm’, c’ que t’ es belle !
Je sais pas c’ que t’ as d’pis quéqu’s temps,
c’est sans dout’ l’effet du Printemps
et qu’ tu viens d’avoir tes quinze ans,
mais c’ qu’y a d’ sûr... t’ es pus la même.
 
J’ t’ai vue qu’ tu jouais à la marelle,
au diabolo ou au ballon,
y n’y a pas h’encor si longtemps ;
t’ étais eun’ « sal’ quill’ » pour les gas,
moche et maigr’ comme un échalas,
et quand qu’ t’ allais aux commissions 
on t’ coursait pour t’ passer à beigne !
 
Mais, depis p’t-êt’ mêm’ pas deux s’maines,
voilà qu’ tu t’es mise à éclore
comm’ qui dirait un bouton d’or ;
t’ es sangée,... c’est la nuit et l’ jour ;
 
preusent t’ es forcie et t’ es ronde,
t’ as pris d’ la fesse et des nichons
et, pus on s’avance en saison,
pus tu d’viens meugnonne et gironde.
 
Et j’ suis pas l’ seul à l’arr’marquer ;
allum’ voir un coup en errière,
les flics, les boscos, les rombières
qui s’arr’tourn’nt su’ toi dans l’ faubourg.
 
T’ as d’ gross’s joues pleines
à bell’s couleurs,
comm’ ces mignards en porcelaine
qu’on vend au bazar dans les boîtes ;
t’ as eun’ fin’ tit’ gueulett’ de chatte
rouge et fraîch’ comm’ un petit cœur.
 
Mais surtout, Môm’, t’ as d’ bell’s grand’s mires 
qu’ont l’air d’éclairer tout Paris ;
ô Môm’..., je sais pas comment dire...,
quand qu’ tu tiens leurs beaux cils levés, 
ça fait penser aux marguerites
qui vous regardent dans les prés.
 
Oh ! voui pour sûr qu’ t’ es pus pareille
et qu’ t’ es d’venue eun’ rich’ goss’line
qui sent l’amour et la santé ;
n’avec ton costum’ de « Claudine »,
n’avec ton p’tit blair effronté
qui t’ donne un air de t’ foutr’ du monde,
ta têt’ nue..., tes bell’s boucles blondes,
tu fais scandal’, tu fais soleil !
 
Aussi tu l’ sens... tu cross’s, tu crânes ;
tu vous fusill’s en plein visage
de tes beaux n’œils démesurés,
et dans la foul’ qui t’ fait passage
et qui t’envoie des boniments,
tu vas ben tranquill’ comme eun’ reine,
 
tétons droits et les reins cambrés.
 
 
 
 

II


 
Dis, Môm’, tu viens-t’y avec moi ?
On est en Mai, fait putôt chouette ;
les Bistrots sortent leurs fusains,
les « hollandais » gueul’nt dans leurs cages ;
la tête en bas le cul à l’air,
les grouillots jouent su’ les crottoirs
et les cadors font du bouzin
en se visitant la rosette.
 
Dis, Môm’, tu viens jusqu’aux fortifs ? 
On s’allong’ra su’ le gazon
et, si on pousse au « Robinson »,
on f’ra eun’ partie d’ balançoires,
on s’ bécot’ra sous la tonnelle,
on bouff’ra des frit’s ou des crêpes
et on boira l’apéritif !
 
Dis, Môm’, tu veux-t’y êt’ ma poule ?
J’ s’rai ton « p’tit homme », tu sais, j’ suis gas ;
j’ te défendrai, j’ te battrai pas,
et pis, si un jour on s’ dispute,
jamais j’ te dirai : choléra,
fumier, poison, putain ou vache,
comme on s’appell’ quand on s’aim’ pus.
 
Môm’ ! j’ vourais dormir avec toi.
Si tu veux, on s’ louera eun’ tôle,
un bath garno chez un bougna ;
tu plaqu’ras tes Vieux, moi les miens,
et on la f’ra aux bohémiens,
on s’ra maqués au marida.
 
J’ turbin’rai pour toi, s’il le faut !
Jamais je n’ te mettrai su’ l’ tas :
et, si j’ peux pas trouver d’ boulot,
j’ grinch’rai, j’ truqu’rai, j’ f’rai... j’ sais pas quoi
j’ la f’rai à la dure au besoin !
 
(Au jour d’aujord’hui faut du pèze
et n’ doit pas gn’y avoir des caresses
et d’ la Femm’ que pour les rupins !)
 
Dis, Môm’, tu l’ouvres pas souvent ;
d’pis qu’on s’ balade y a qu’ moi qui cause :
ton beau p’tit blair aux naseaux roses
r’mue seul, se gonfl’, souffle et pilpate
comme un goujon chopé vivant.
 
Vrai, Môm’, tu l’ouvres pas souvent ! 
 
Quiens, nous y v’là à la barrière....
Viens Môm’, descendons dans l’ fossé,
donn’-moi la main pour pas glisser
(c’est plein d’ charogn’s et d’ tessons d’ verre) ;
là-bas, j’ guigne un coin pour s’asseoir,
n’avec un buisson où s’ cacher ;
là on peut camper jusqu’au soir,
personn’ vienra nous y sercher.
 
 
   
 

III


 
Dis, Môm’, maint’nant y faut m’ montrer
tes beaux petits rondins bombés.....
Donne... ah ! ben vrai, c’ qu’y sont gentils !
(c’est pas ces gros tétons d’ borgeoise
qui dégoulin’nt jusqu’au nombril !)
Ben dis donc ! Moi j’ veux les p’loter ;
euss ont deux bell’s petit’s framboises
qui donn’nt envie d’ les boulotter !
 
Dis, Môm’..., sans trich’, j’ suis-t’y l’ preumier ?
Dans l’ quartier ou dans ta maison,
les collidors, les escaïers,
personne il a voulu... t’ coincer !
Ni vot’ voisin... le vieux garçon,
ni l’ merlan, le bouif, l’épicier
ni tes frangins,... ni... ton daron ?
 
Ça n’arriv’ pas toujours... ben sûr ;
mais j’en conobl’ qu’ est si tassés
dans leurs piaul’s en boît’s à homard,
qu’ les Sam’dis d’ paie, quand y rentr’nt mûrs,
gn’y a des fois qu’y s’ gour’nt de plumard !
 
Nibé, Môme !... Alorss... t’ es ma « neuve » ? 
Ben, j’en r’viens pas..., j’en suis comm’ saoul,
j’ peux pus cracher..., j’ai l’ sang qui m’ bout ;
tu parl’s si pour toi j’ai la gaule !
 
Quiens, pos’ ta têt’ su’ mon épaule,
tu m’aim’s, tu m’aim’s, dis, répèt’-le ?
Môm’, j’ vourais t’ manger, j’ vourais t’ boire.
Donn’ ta tit’ langu’, donn’ ta tit’ gueule
qu’ est pas pus gross’ qu’un bigarreau...
 
J’ te fais mal ? Pardon... je l’ f’rai pus....
Tu sais,... si j’ m’aurais pas r’tenu,
j’aurais mordu d’dans tout à fait !
 
Dis, Môm’, tu veux ? On s’ piqu’ra l’ bras
et on mêl’ra nos sangs ensemble ;
pis, on s’ f’ra tatouer tous les deux
dessus nos palpitants en feu ;
sous l’ tien v’là les mots qu’ tu mettras :
nini aim’ paulo pour la vie
et jamais a ne l’oubliera.
 
Mais prends gard’, Môm’, m’ fais pas d’ paillons,
pass’ qu’alors si jamais j’ te paume,
a pès’ra pas lourd la bell’ Môme !
Tu vois mon lingu’ ? N’ te fais pas d’ mousse ;
avant d’ crever ton amoureux,
j’ lard’rai ta bell’ petit’ frimousse ;
comm’ ça... tu f’ras pus d’ malheureux !
 
Môm’, tu m’affol’s ! Môm’, je t’adore !
Un baiser, Môm’, dis,... un baiser ?
De quoi ? Tu veux pus t’ laisser faire ?
 
Ah ! vvvache... tu vas pas m’ fair’ poser ?
T’ y pass’ras comme à ton baptême ;
j’ te veux,... j’ te tiens,... j’ t’aurai quand même,
et n’ gueul’ pas ou j’ vas t’écraser....
 
Ah ! Môme à moi,... je t’aim’, je t’aime ! 
.  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  . 
 
 
 

IV


 
Dis, Môm’, maint’nant qu’ t’ es « affranchie »,
tu m’ rest’ras toujours, tu le jures ?
Mais, rappell’-toi qu’ c’est pour la vie !
 
C’est drôl’ !... malgré tout j’ suis pas sûr,
j’ suis jaloux, j’ai eun’ boul’ qui m’ serre ;
(t’ es trop bath pour mézig, vois-tu).
 
Quiens, en c’ moment, malgré l’ plaisir,
si j’ me méfiais pas qu’ tu m’ charries,
ben, j’ laiss’rais pisser ma misère
comme un loupiot qu’on a battu !
 
V’là la neuille,... on allum’ les gaz ;
faut nous s’couer, Môme, allons-nous-en.
Et gare à la preumière occase,
de n’ pas t’ trotter comme un bécan !
 
Enfin... en attendant ça y est !
On est rivés, on est mariés,
on peut rien fair’ contre l’Amour....
 
Tu viens ? R’montons vers le faubourg
en nous bécotant l’ long d’ la route....
 
J’ai envie d’ gueuler à tout l’ monde,
en passant le long des boutiques :
« Tenez, sieurs dam’s, de d’pis ce soir
c’te p’tit’ Môm’ que v’là c’est ma Blonde ;
c’est moi qu’ j’ai eu ses p’tits nichons.... »
 
Et l’ preumier qui viendra y voir, 
je l’ descendrai comme eun’ bourrique
 
ou je l’ saign’rai comme un cochon !
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Dubus : Ρаntоum : «À l’аbri dеs ridеаuх...»

Μilоsz : Τоus lеs Μоrts sоnt ivrеs...

Swаrth : Lеs Αrtistеs

Rоllinаt : Lа Jumеnt Zizi

Αrvеrs : «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...»

Dоnnау : Lаmеntо du trоmpé

Ρоpеlin : Viеuх mаrin, viеil аrtistе

Ρоpеlin : Viеuх mаrin, viеil аrtistе

Ρеllеrin : Lа grоssе dаmе сhаntе...

Βаudеlаirе : Lе Соuсhеr du Sоlеil rоmаntiquе

☆ ☆ ☆ ☆

Hеrоld : Lа Саthédrаlе

Rоllinаt : L’Étоilе du fоu

Lа Villе dе Μirmоnt : «Νоvеmbrеs pluviеuх, tristеs аu bоrd dеs flеuvеs...»

Hеrоld : Lа Саthédrаlе

Vаuсаirе : «Hоrs lа dоulеur, l’аmоur nе dоnnе pаs grаnd-сhоsе...»

Swаrth : Αu lесtеur

Suаrès : Μеssаgе dе Ρâris

Lа Βоétiе : «Се јоurd’hui, du sоlеil lа сhаlеur аltéréе...»

Rоllinаt : Lе Τunnеl

Ρiсаrd : Lе Τrоublе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Qu’hеurеuх tu еs, Βаïf, hеurеuх, еt plus qu’hеurеuх...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Viсtоriеusеmеnt fui lе suiсidе bеаu...» (Μаllаrmé)

De Сосhоnfuсius sur «J’аvаis lоngtеmps еrré pаr lеs sоmbrеs désеrts...» (Hаbеrt)

De Сliеnt sur Sоnnеt du huit févriеr 1915 (Αpоllinаirе)

De Fоurmi sur Lе Τunnеl (Rоllinаt)

De Julеs dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Jеаn dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Αlаntе-Limа sur «Соmbiеn durеrоnt nоs аmоurs ?...» (Ρrivаt d'Αnglеmоnt)

De Νаrсissе Hérоn sur «Соmbiеn durеrоnt nоs аmоurs ?...» (Βаudеlаirе)

De Νiсhоlаs nеwmаn sur Frаnсis Jаmmеs

De Αmigо* sur Dаns lе јаrdin d’Αnnа (Αpоllinаirе)

De Μаlvinа sur «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...» (Μаllаrmé)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Lеs Ρоrсs : «Αvес lеurs grоins...» (Vеrhаеrеn)

De gаutiеr sur Lеs Αssis (Rimbаud)

De Lа Μusérаntе sur L’Éсhеllе (Αutrаn)

De Didiеr СΟLΡΙΝ sur «Αmоur, је nе mе plаins dе l’оrguеil еndurсi...» (Rоnsаrd)

De Μаriа sur «Αprès unе јоurnéе dе vеnt...» (Rilkе)

De Vinсеnt sur «Αu prеmiеr trаit, quе mоn œil rеnсоntrа...» (Τуаrd)

De vinсеnt sur «Ν’еs-tu lаssе, аussi, dе rêvеr d’hiеr ?...» (Viеlé-Griffin)

De Vinсеnt sur Lа Grеnоuillе blеuе (Fоrt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе