Jehan Rictus


La Grande Irma


 
Ô Maman, ma Maman jolie,
nous nous sommes bien promenés
ce Dimanche de permission....
 
C’est bientôt l’heure du dîner,
voici quelques gouttes de pluie...
mon casoar sera mouillé,
ses plumes seront défraîchies.
 
Et vous, avec vos fins souliers
découverts et vos bas à jour
peu faits pour cette ignoble boue
attraperez du mal, bien sûr.
 
Ô Maman, ma Maman jolie,
voulez-vous que nous rentrions ?
 
Ô Maman ! Ces vieux beaux Messieurs
rencontrés sur le boulevard,
ces vieux, à tournure guerrière,
à pantalons à la housard
et à chapeaux badingueusards,
qui vous tutoyaient, ma Maman !....
 
Ces vieux baveux dont les regards
semblaient perdus dans le coma,
qui vous disaient : « Mais, mais, mais, mais
mais... n’est-ce pas «la Grande Irma» ? »
 
Et puis :
« Mâtin ! Quoi ! C’est ton fils ?
ce bambin blond connu jadis
sous Mac-Mahon ou Gambetta !
(Hum ! ça ne nous rajeunit guère !)
Quel beau garçon ! Quell’ belle plante !
Quel bel officier ça fera ! »
 
« Alors, vous êtes à Saint-Cyr ?
(ça me rappell’ des souvenirs !)
Et comment va le pèr’ Système ?
C’était le bon temps... Sacrédié !
Continuez jeune homme, allez !
Portez l’épaulette, c’est beau !
Mission d’honneur... servir la Frrance !
Le Drapeau ! Ah ! ah ! le Drapeau !
C’est vous qui referez la guerre
et nous rendrez nos deux provinces ! »
 
« Tu as bien fait vois-tu ma chère
d’en faire un vaillant militaire....
Compliments, mordieu... compliments...
De loin, à vous voir tous les deux,
on aurait dit deux amoureux...
Et toi vois-tu ma Grande Irma
tu es plus belle que jama...s. »
 
Maman ! J’aurais bien volontiers
poussé mon épée-baïonnette
dans le ventre à tous ces vieux beaux !
 
Je n’en peux plus Maman jolie...
Voulez-vous que nous rentrions ?
 
Oh ! rentrons je vous en supplie,
je suis malheureux, malheureux...
 
Les magasins, les devantures,
les passants, les trams, les voitures,
ce tohu-bohu de Paris,
ces trompes, ces essieux, ces cris...
les becs, les signes lumineux,
les kiosques, les autos, les arbres,
les réclam’s, toutes ces réclames,
dansent et tremblent dans mes larmes...
(Un soldat ne doit pas pleurer !)
 
Je titube et suis comme saoul....
on dirait que j’ai coup sur coup
avalé cinq ou six absinthes....
 
Oh ! Maman qui ne voyez rien,
que j’oscille et que je chancelle
comme un arbre sous la cognée...
 
Rentrons, rentrons, je vous en prie !
Je vais défaillir de souffrance,
je vais m’écrouler de chagrin.
 
Quell’ peine je ressens, Maman !
D’un seul coup ces vieux Assassins
m’ont fait comprendre votre vie
et tout... et tout... et le Passé !
 
Ô Maman, frivole et jolie,
(adorée pourtant, adorée),
avec leurs paroles affreuses,
ces vieux salauds m’ont égorgé !
 
Ô Maman, rentrons voulez-vous ?
Qu’avez-vous fait de votre fils ?
 
Tenez, là-bas, le marchand d’ « Presse »
qui piétine la boue épaisse
et ne peut vendre ses journaux...
 
le bagotier qui, haletant,
suit le fiacre chargé de malles,
dans l’espoir de quelque dix sous
qui l’empêcheront de mourir !
 
le chien qui a perdu son maître
et qui crotté court éperdu,
puis tourne, s’affole et aboie 
en se perdant de plus en plus...
 
la lugubre fille de joie
par son visqueux amant battue...
je ne sais quoi dire, ô Maman,
tous ces tragiques de la Rue
sont bien moins malheureux que moi,
en ce moment, en ce moment.
 
Dites, Maman, rentrons chez nous
pour que je pleure tout mon soûl,
des heures, des heures, des heures...
 
jusqu’à demain, jusqu’à demain,
en vous étreignant les genoux,
en mettant dans vos belles mains,
vos mains grasses et fuselées,
mon front aux veines trop gonflées
 
et mes yeux brûlés par les pleurs ;
 
Et là je vous dirai, Maman :
« Un enfant, n’est-ce pas, c’est cher ?
Le lait, le pain, les vêtements,
l’éducation, l’instruction,
les soins, qui sait, les maladies ;
vous avez dû pour tout cela
n’est-ce pas, ma Maman jolie,
 
payer de votre belle chair ?
 
Si même à des heures horribles
vous vous êtes déshabillée
(mon Dieu !) et mise toute nue,
et livrée au premier venu...
 
c’est qu’alors il vous a fallu
régler les mois de ma nourrice,
m’acheter des petits souliers
ou bien des joujoux à Noël !
 
Pauvre sainte Maman jolie !
(Je vous ai coûté vos pudeurs !)
À l’idée de vot’ petit gas
vous vous sentiez bien, n’est-ce pas,
au-dessus du banal honneur ? »
 
N’empêche, je me sens bien triste,
j’ai la langue et la bouche amères,
comme si j’avais par erreur
mordu et mâché du poison.
 
Désormais j’aurai ma chimère,
et rêverai d’une Patrie
où la Femme ne sera plus
traquée, vendue, forcée, flétrie,
à l’abri de nos trois couleurs.
 
Ma Maman, n’ai-je pas raison ?
 
Enfin je suis bien malheureux,
j’aimerais mieux n’être point né
et j’ai envie, combien envie,
d’aller me jeter à la Seine
comme un amant abandonné...
 
« Fils de putain ! » me dira-t-on
toute la vie... toute la vie...
 
Ô Maman, je me meurs de peine,
voulez-vous que nous rentrions ?
 
 
 
 
 
 
 

Commentaire(s)
Déposé par Cochonfucius le 17 juin 2015 à 15h28



Concernant le casoar :

http://www.google.fr./search?q=%22Qu%27a+Zohar%22

(une étymologie).

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 17 juin 2015 à 15h31

Une meilleure adresse :

http://paysdepoesie.wordpress.com/2014/06/30/qua-zohar/

rapprochant Zohar et Casoar.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βаïf : «Αfin quе pоur јаmаis...»

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Rimbаud : Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir

Νеrvаl : Εl Dеsdiсhаdо

Rimbаud : Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir

Αјаlbеrt : Ρеtitеs оuvrièrеs

Τоulеt : «Sur l’осéаn соulеur dе fеr...»

Βаtаillе : Lеs Sоuvеnirs

Rоnsаrd : «Lе Сiеl nе vеut, Dаmе, quе је јоuissе...»

Μаgnу : «Αnnе, је vоus suppliе, à bаisеr аpprеnеz...»

☆ ☆ ☆ ☆

Fоurеst : Rеnоnсеmеnt

Lаfоrguе : Сélibаt, сélibаt, tоut n’еst quе сélibаt

Lе Μоinе : L’Îlе du Ρlаisir

Lеfèvrе-Dеumiеr : Lеs Сhеmins dе Fеr

Сеndrаrs : Соmplеt blаnс

Lоrrаin : Соquinеs

Gаutiеr : Lе Jаrdin dеs Ρlаntеs : «J’étаis pаrti, vоуаnt lе сiеl...»

Βérоаldе : Αdiеu : «Jе vеuх sеul, éсаrté, оrеs dаns un bосаgе...»

Sаmаin : Αutоmnе

Сrоs : Libеrté

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Τunnеl (Rоllinаt)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сосhоnfuсius sur L’Étаpе (Соppéе)

De Сосhоnfuсius sur Lе Ρоnt (Hugо)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De tRΟLL sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De L’âmе аuх ninаs sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Сurаrе- sur «Dоulсin, quаnd quеlquеfоis је vоis сеs pаuvrеs fillеs...» (Du Βеllау)

De Fоllоwеur sur «Jе vоis millе bеаutés, еt si n’еn vоis pаs unе...» (Rоnsаrd)

De Εsprit dе сеllе sur «Jе rеgrеttе еn plеurаnt lеs јоurs mаl еmplоуés...» (Dеspоrtеs)

De Ρоr’d’âmе sur Ρlus tаrd (Μusеlli)

De Сhr... sur Αu Соllègе (Évаnturеl)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

De Μоrin dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Fоrаin dе Βlаnсhеmоr sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Jеhаn Çètоù sur Lе Τаlismаn (Νеlligаn)

De Αrаmis sur L’Hоspitаlité (Fаbrе d'Églаntinе)

De Αrаmis sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе