Jehan Rictus

Les Soliloques du Pauvre, 1897


Nocturne


 
 
 

I


 
Quand tout l’ mond’ doit êt’ dans son lit
Mézig trimarde dans Paris,
Boïaux frais, cœur à la dérive,
En large, en long, su’ ses deux rives,
En Été les arpions brûlés,
En Hiver les rognons cinglés,
La nuit tout’ la Ville est à moi,
J’en suis comm’ qui dirait le Roi,
C’est mon pépin... arriv’ qui plante,
Ça n’ peut fair’ de tort à la Rente.
 
À chacun son tour le crottoir.
J’ vas dans l’ silence et le désert,
Car l’ jour les rues les pus brillantes,
Les pus pétardièr’s et grouillantes,
À Minoch’ sont qu’ des grands couloirs,
Des collidors à ciel ouvert.
 
J’ suis l’Empereur du Pavé,
L’ Princ’ du Bitum’, l’ duc du Ribouis,
L’ marquis Dolent-de-Cherche-Pieu,
L’ comt’ Flageolant-des-Abatis,
L’ Baron d’ l’Asphalte et autres lieux.
 
J’ suis l’ baladeur... le bouff’-purée,
Le rôd’-la-nuit... le long’-ruisseaux,
Le marque-mal à gueul’ tirée
Le mâche-angoiss’... le caus’-tout haut.
 
Si jamais vous êt’s dans l’ennui
Et forcé comm’ moi je le suis
À c’ que ça s’ passe à la balade,
J’ vas vous ess’pliquer mon manège :
 
Mettons qu’y lansquine ou qu’y neige, 
Eh ben ! allez rue d’ Rivoli,
Malgré qu’y ait des vents coulis
On est pas mal sous ses arcades.
 
Mais si c’est l’Été... pas la peine,
Y vaut mieux s’ filer vers la Seine.
Là su’ eun’ berge ou sous un pont,
Vous pouvez eun’ bonn’ couple d’heures
Dans la flotte qu’ est un vrai beurre,
Mettre à tremper vos ripatons.
 
Tâtez, l’essai n’en coûte rien,
Car moi j’ connais tous les bons coins,
Tous les trucs... on peut pas me l’ mette
À forc’ comm’ ça d’ trouver des joints
Et d’ boulotter mes kilomètes.
 
Aussi des fois su’ la grand’ Ville
Du haut en bas, du sud au nord,
Y a si peu d’ pétard et d’ poussière
Et tout y paraît si tranquille
 
Qu’on s’ figur’ que Pantruche est mort,
Qu’on voyag’ dans un grand cim’tière
Et qu’y s’ réveill’ra pus jamais,
(Ah ! nom de Dieu si c’était vrai !)
 
Mais des fois juste à ce moment,
Là-bas... en banlieue... loin du centre,
Y nous vient de longs hurlements,
C’est le chien d’ fer ou l’ remorqueur,
Hou... yaou... on dirait mon ventre !
Ya haou... on jur’rait mon cœur !
 
Seul’ment ces cris-là m’ fout’nt la trouille ; 
Ça m’occasionn’ des idées noires,
Et me v’là r’parti en vadrouille
À r’tricoter des paturons
Pou’ pas risquer d’êt’ fait marron
Par les escargots de trottoir.
 
On rencont’ ben des attardés,
Des clients en train d’ rouspéter,
Que leurs pip’lets laiss’nt poireauter
Eune heure à leur cordon d’ sonnette.
 
Des chiffortins, des collignons,
Des tocass’s qu’a pas fait leur plâtre,
Des cabots qui rent’nt du théâtre,
Des magistrats qui r’vienn’nt du claque,
Des poivrots, des flics ou des macs.
 
(Mais, marioll’, quand qu’on est honnête
On néglig’ ces fréquentations.)
 
Des fois que j’ traîne mes arpions d’ plomb,
J’ m’arr’pos’ et j’ m’adosse à un gaz
Pour voir « à quel point nous en sommes »,
Tout fait croir’ que j’ suis vagabond :
 
Et d’ Charonne au quartier Monceau,
Au milieu du sommeil des Hommes,
Me v’là seul avec ma pensée
Et ma gueul’ pâl’ dans les ruisseaux !
 
Les nuits où j’ai la Lun’ dans l’ dos,
J’ piste mon Ombr’ su’ la chaussée,
Quand qu’ j’ai la Lun’ en fac’ des nuits,
C’est mon Ombre alorss qui me suit ;
 
Et j’ m’en vas... traînaillant du noir, 
Y a quét’ chose en moi qui s’ lamente,
La Blafarde est ma seule amante,
Ma Tristesse a m’ suit... sans savoir.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Νоdiеr : Lа Jеunе Fillе

Αubigné : «Αuprès dе се bеаu tеint, lе lуs еn nоir sе сhаngе...»

Αubigné : «Се dоuх hivеr...»

Jаmmеs : Lоrsquе је sеrаi mоrt

Βirаguе : «Ô сœur tristе еt pеnsif, qui еn si dur mаrtуrе...»

Νеlligаn : Lеs Αngéliquеs

Νеrvаl : Αvril

Rоdеnbасh : Соllègе аnсiеn

Οrléаns : «Соmmе ј’оis quе сhасun dеvisе...»

Lаfоrguе : Εnсоrе сеt аstrе

☆ ☆ ☆ ☆

Rоllinаt : Viеrgе dаmnéе

Αpоllinаirе : Сhаpеаu-tоmbеаu

Βаtаillе : Lеs Villаgеs

Οrléаns : «Jе mеurs dе sоif, еn сôté lа fоntаinе...»

Αpоllinаirе : «Μоn сhеr Ρаblо lа guеrrе durе...»

Dumеstrе : Lеs Ιnquiеts

Сrоs : Sоnnеt : «Βiеn quе Ρаrisiеnnе еn tоus pоints, vоus аvеz...»

Νuуsеmеnt : «Соmbiеn, соmbiеn dе fоis, аu sоir sоus lа nuit brunе...»

Rоllinаt : Lа Βuvеusе d’аbsinthе

Riсtus : Νосturnе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Ô fаiblе еsprit, сhаrgé dе tаnt dе pеinеs...» (Du Βеllау)

De Hаn Riсutе sur Соmplаintе аmоurеusе (Αllаis)

De Lе Gаrdiеn sur L’Hоspitаlité (Fаbrе d'Églаntinе)

De Сосhоnfuсius sur Соnsеil (Βаnvillе)

De Сосhоnfuсius sur «Εnfin lа bеllе Dаmе оrguеillеusе еt mоndаinе...» (Lа Rоquе)

De Сhristiаn sur Lе Μоnt dеs Οliviеrs (Vignу)

De Lе Gаrdiеn sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

De Εsprit dе сеllе sur Sоnnеt : «Ιgnоrаntе оu plutôt dédаignеusе dеs mаuх...» (Сrоs)

De Сhristiаn sur «Sасrés соtеаuх, еt vоus sаintеs ruinеs...» (Du Βеllау)

De Gеоrgеs sur Αdiеuх (Αpоllinаirе)

De Αrаmis sur Guitаrе : «Gаstibеlzа, l’hоmmе à lа саrаbinе...» (Hugо)

De Αrаmis sur Stаnсеs à Μаrquisе (Соrnеillе)

De piсh24 sur Ρhilis dаnsе lа Sаrаbаndе (Sсudérу)

De Rоlаnd Βасri sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Ρ10H24- sur Εllе еt lui (Αutrаn)

De Сurаrе- sur «Quаnd је vоudrаi sоnnеr dе mоn grаnd Αvаnsоn...» (Du Βеllау)

De Αrаmis sur «Quаnd mоn fil sе саssеrа sоus...» (Ρеllеrin)

De Αmаris- sur Sуmbоlе (Gilkin)

De Εsprit dе сеllе sur Sоnnеt mélаnсоliquе (Αdеlswärd-Fеrsеn)

De Сurаrе- sur Αprès lа bаtаillе (Hugо)

De Μilоu dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе